BANQUES DE SEMENCES ET Cie : UNE PROTECTION POUR LES ORDURES DE L'ELITE MONDIALE !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

BANQUES DE SEMENCES ET Cie : UNE PROTECTION POUR LES ORDURES DE L'ELITE MONDIALE !

Message  Admin le Ven 12 Mar 2010 - 19:01

O.G.M. : DOOMSDAY SEED VAULT ("LA RESERVE DE SEMENCES DU JUGEMENT DERNIER"), 1RE PARTIE : UN PROJET TECHNO-NAZI DE BILL GATES, DES ROCKEFELLERS ET DES MULTINATIONALES PRODUISANT LES ORGANISMES GENETIQUEMENT MODIFIES !!!



Chers amis,


Je vous poste aujourd'hui la traduction en français de la première partie d'un article très sérieux et extrêmement intéressant.

On y apprend comment les effets négatifs des organismes génétiquement modifiés (OGM) étaient connus LONGTEMPS à l'avance et ont été exploités AFIN DE NUIRE AUX POPULATIONS ET DE RAPPORTER UN MAXIMUM AUX MULTINATIONALES ULTRALIBERALES DES CRAPULES DU NOUVEL ORDRE MONDIAL !

Comme par "hasard", nous retombons A NOUVEAU sur des noms très connus : Rockefeller, Bill Gates, Warren Buffett, Monsanto, Syngenta etc.


Vous allez aussi constater que les OGM, cette technologie de mort des TECHNO-NAZIS, est en effet en DROITE LIGNE DE L'HERITAGE NAZI. Vous allez même apprendre QUE HITLER A PUISE SES THEORIES EUGENISTES AUPRES DE CRAPULES TELLES QUE LES ROCKEFELLER, ET QUE CE QUE NOUS APPELONS "GENETIQUE" AUJOURD'HUI N'EST RIEN D'AUTRE QUE LA POURSUITE D'UN PLAN EUGENISTE QUI VISE A CREER UNE "RACE DE MAITRES" !!! UN PROJET QUI SE POURSUIT... SOUS LA VOLONTE DES MEMES ORDURES QU'IL Y A 70 ANS !!!

Vous allez également comprendre comment des PRETEXTES SOI-DISANT "ECOLOGIQUES" sont UTILISES afin de RUINER L'AGRICULTURE ET LA NATURE , le tout avec un phénomène honteux d'APPAUVRISSEMENT ET D'ASSERVISSEMENT via certaines instances supranationales et dégueulasses (banque mondiale, entre autres).

Et vous allez avoir la CONFIRMATION TOTALE selon laquelle les PROJETS NAZIS DE MODIFICATION TRANHUMANISTES DES ETRES HUMAINS (MODIFICATIONS DES CORPS PAR LA SCIENCE) DECOULENT DIRECTEMENT DU VIEUX MYTHE NAZI DE "L'UBERMENSCH" (= SURHOMME) !

Et en bonus, vous verrez comment les crapules mondialistes utlisent leurs soi-disant fondations et autres oeuvres "caritatives" et de "bienfaisance" afin de faire progresser des projets putrides et inadmissibles !

Lisez bien cet article, qui possède de nombreuses implications et ramifications. Vous allez comprendre dans quel merdier les raclures de bidet des élites mondiales sont en train d'essayer de nous mettre.

La suite sera postée dans les jours qui suivent...

Bonne lecture, BONNE REVOLUTION... OU BON ESCLAVAGE ! Vic.




Source: http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7529


"DOOMSDAY SEED VAULT" (« RESERVE DE SEMENCES DU JUGEMENT DERNIER »), DANS L'ARCTIQUE


Bill Gates, Rockefeller et les géants des OGM savent quelque chose que nous ignorons

Par F. William Engdahl

Global Research, le 4 décembre, 2007

Une chose dont on ne peut accuser le fondateur de Microsoft, Bill Gates, c’est d’être paresseux. Il programmait déjà à 14 ans, a fondé Microsoft à l’âge de 20 ans alors qu'il était encore étudiant à Harvard. En 1995, il avait été classé par Forbes comme l’homme le plus riche du monde car étant le plus gros actionnaire de Microsoft, une compagnie que son relâche son lecteur transformé de facto en un monopole dans le domaine des systèmes de logiciels pour les ordinateurs personnels.

En 2006, alors que la plupart des gens dans une telle situation pourraient penser à se retirer sur une île calme du Pacifique, Bill Gates décida de consacrer son énergie à sa Fondation Bill et Melinda Gates, la plus grande fondation privée 'transparente', comme il le dit, avec un Bond de $ 34,6 milliards et une nécessité juridique de dépenser $ 1,5 milliards par an en projets caritatifs à travers le monde pour maintenir son statut d'organisme de bienfaisance et exempté de taxes. En 2006, un cadeau provenant d’un ami et associé d'affaires, le méga investisseur Warren Buffett, cadeau d’une valeur d'environ $ 30 milliards en actions de la compagnie de Buffett, Berkshire Hathaway, place la fondation Gates fondation dans la catégorie où elle dépense presque le montant de l'ensemble du budget annuel de l’Organisation Mondiale de la Santé, des Nations-Unies.

Donc, lorsque Bill Gates décide, via la Fondation Gates, d’investir quelque 30 millions $ de son argent durement gagné dans un projet, cela vaut la peine d’y jeter un coup d’oeil.

Aucun projet n'est plus intéressant pour le moment qu'un curieux projet dans l’un des endroits les plus reculés du monde, Svalbard. Bill Gates investit des millions dans une banque de semences sur la mer de Barents, près de l'océan Arctique, à quelque 1100 kilomètres du pôle Nord. Svalbard est un morceau de roche dénudée revendiqué par la Norvège et cédée en 1925 par un traité international (voir carte).

Sur cette île oubliée de Dieu - Bill Gates investit des dizaines de ses millions avec la Fondation Rockefeller, Monsanto Corporation, Syngenta Foundation et le gouvernement de Norvège, entre autres, dans ce qui est appelé la "réserve de semences du jugement dernier". Officiellement, le projet est appelé Svalbard Global Seed Vault (réserve mondiale de semences de Svalbard) sur l’île norvégienne de Spitsbergen, qui fait partie du groupe des îles de Svalbard.


Réserve de semences du jugement dernier

La banque de semences est en cours de construction au sein d'une montagne sur l'île de Spitsbergen, près du petit village de Longyearbyen. Elle est presque prête pour les "affaires", selon leurs communiqués. La banque aura des doubles portes insensibles aux explosions avec des détecteurs de mouvement, deux sas, et des murs en béton renforcés d’acier et d'un mètre d'épaisseur. Elle contiendra un maximum de trois millions de variétés de semences différentes provenant du monde entier, « de sorte que la diversité agricole puisse être conservée pour l'avenir », selon le gouvernement norvégien. Ces semences seront spécialement enveloppées afin d'exclure l'humidité. Il n'y aura pas de personnel à temps plein, mais la relative inaccessibilité de la réserve facilitera la surveillance de toute activité humaine possible.

Sommes-nous passés à côté de quelque chose, ici? Leur communiqué de presse déclarait : "de sorte que la diversité agricole puisse être conservée pour l'avenir". Quel avenir les sponsors de la banque de semences prévoient-ils et qui pourrait menacer la disponibilité mondiale des semences actuelles, alors que la quasi-totalité d'entre elles sont déjà bien protégées dans des banques de semences choisies autour du monde ?

A chaque fois que Bill Gates, la Fondation Rockefeller, Monsanto et Syngenta se rencontrent sur un projet commun, il vaut la peine de creuser un peu plus profondément derrière les rochers de Svalbard. Et alors, nous nous découvrons certaines choses fascinantes.

Le premier point qui est à faire remarquer est qui sponsorise la réserve de semences pour le jour du jugement dernier. Rejoignant ici les Norvégiens, on trouve, comme on l'a noté, la Fondation Bill & Melinda Gates, le géant américain de l'agrobusiness DuPont/Pioneer Hi-Bred, l'un des plus grands propriétaires de plants de semences brevetés et génétiquement modifiés (OGM) et de produits agrochimiques apparentés; Syngenta, une compagnie de semences OGM et de produits agrochimiques basée en Suisse par l'intermédiaire de sa Fondation Syngenta ; la Fondation Rockefeller, ce groupe privé qui a créé la "révolution génétique", avec plus de 100 millions de dollars d’argent des semences depuis les années 1970; le CGIAR, réseau mondial créé par la Fondation Rockefeller afin de promouvoir son idéal de pureté génétique à travers un changement de l'agriculture.


Le CGIAR et "Le Projet"

Comme je l'ai exposé en détail dans le livre « Seeds of Destruction » (les graines de la destruction), dans les années 1960, la Fondation Rockefeller, le conseil de développement de l’agriculture de John D. Rockefeller III et la Fondation Ford, ont joint leurs forces pour créer l'Institut international de recherche sur le riz (IRRI) à Los Baños, aux Philippines. A partir de 1971, l’IRRI de la Fondation Rockefeller, avec également son Centre international d'amélioration du maïs et du blé basé au Mexique ainsi que deux autres centres de recherche internationaux créés par Rockefeller et la Fondation Ford, l'IITA pour l'agriculture tropicale, au Nigeria, et l'IRRI pour le riz, aux Philippines, se sont combinés pour former un Groupe consultatif sur la recherche agricole internationale (Consultative Group on International Agriculture Research ou CGIAR).

Le CGIAR a été façonné lors d'une série de conférences privées tenues au centre de conférence de la Fondation Rockefeller à Bellagio, en Italie. Les principaux participants aux débats de Bellagio étaient George Harrar, de la Fondation Rockefeller ; Forrest Hill, de la Fondation Ford ; Robert McNamara, de la Banque mondiale, et Maurice Strong, l'organisateur international de la famille Rockefeller au niveau de l’environnement et qui, en tant que fiduciaire de la Fondation Rockefeller, organisa Sommet de la Terre (Earth Summit) de l'ONU, à Stockholm, en 1972. Cela faisait partie de l’objectif de la fondation depuis des décennies afin de mettre la science au service de l'eugénisme, une hideuse version de la pureté raciale, et qui a été appelé Le Projet.

Pour assurer un impact maximum, le CGIAR a appelé l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations Unies, le Programme de développement des Nations Unies et la Banque mondiale. Ainsi, par le biais d'une levée soigneusement planifiée de son premier appel de fonds, la Fondation Rockefeller, à partir du début des années 1970, était en mesure de façonner la politique agricole mondiale. Et elle l'a façonnée, en effet.

Financé par de généreuses bourses d'étude de Rockefeller et de la Fondation Ford, le Groupe consultatif sur la recherche agricole internationale (CGIAR) a veillé à ce que les scientifiques et agronomes principaux de l’agriculture du Tiers-Monde soient amenés aux Etats-Unis afin de "maîtriser" les concepts de production de l'agro-industrie moderne, et afin de les ramener dans leur patrie. Durant ce processus, ils ont créé un réseau d'influence inestimable pour la promotion de l'agro-industrie américaine dans ces pays, et plus particulièrement la promotion de la "Révolution génétique" des OGM dans les pays en voie de développement, et tout cela au nom de la science et d’un marché agricole efficace et libre.


Créer génétiquement une race de maîtres ?

A présent, la banque de semences de Svalbard commence à devenir intéressante. Mais ça devient encore meilleur. "Le Projet" auquel je me suis rapporté est le projet de la Fondation Rockefeller et de puissants intérêts financiers depuis les années 1920 afin d'utiliser l'eugénisme, plus tard rebaptisé génétique, pour justifier la création d'une race de maîtres créée par génie génétique. Hitler et les Nazis l’appelaient la race des maîtres Aryens.

L'eugénisme d'Hitler fut financé dans une large mesure par la même Fondation Rockefeller qui construit aujourd'hui une « réserve de semences du jugement dernier » afin de préserver des échantillons de chaque semence présente sur notre planète. A présent, ceci devient vraiment intriguant. La même Fondation Rockefeller créa la pseudo-science de la discipline de la biologie moléculaire dans leur poursuite incessante visant à réduire la vie humaine à la « définition d’une séquence génique » qui, espéraient-ils, pourrait alors être modifiée dans le but de modifier les caractéristiques humaines à volonté. Les scientifiques de l’eugénisme d’Hitler, dont beaucoup ont été tranquillement amenés aux États-Unis après la guerre afin de poursuivre leurs recherches biologiques eugénistes, ont jeté une grande partie des bases du génie génétique des diverses formes de vie, soutenues ouvertement en grande partie jusqu’au sein du troisième Reich par les généreuses bourses de la Fondation Rockefeller.2

La même Fondation Rockefeller créa ce que l’on appelle la révolution verte, durant un voyage au Mexique effectué en 1946 par Nelson Rockefeller et l’ancien Secrétaire à l'agriculture du New Deal et fondateur de la compagnie Pioneer Hi-Bred Seed, Henry Wallace.

La Révolution verte visait à résoudre le problème de la faim dans le monde à un haut degré, au Mexique, en Inde et dans d'autres pays choisis où Rockefeller travaillait. L’agronome de la Fondation Rockefeller, Norman Borlaug, remporta un prix Nobel de la paix pour son travail, une chose dont il n’y a pas de quoi se vanter lorsque des gens tels que Henry Kissinger ont partagé le même prix.

En réalité, comme cela est apparu des années plus tard, la révolution verte était une brillante idée de la famille Rockefeller pour développer une agro-industrie mondialisée dont ils pourraient ensuite prendre le monopole tout comme ils l'avaient fait dans le monde de l’industrie pétrolière et qui avait commencé un demi-siècle auparavant. Comme Henry Kissinger l’a déclaré dans les années 1970: "Si vous contrôlez le pétrole, vous contrôlez le pays ; si vous contrôlez l'alimentation, vous contrôlez la population."

L’agro-industrie et la révolution verte de Rockefeller allaient de pair. Ils faisaient partie d'une grande stratégie qui comprenait le financement, par la Fondation Rockefeller, de la recherche pour le développement du génie génétique des plantes et des animaux, quelques années plus tard.

John H. Davis a été l’adjointe du ministre de l’Agriculture sous la présidence de Dwight Eisenhower au début des années 1950. Il a quitté Washington en 1955 et est allé à la Harvard Graduate School of Business, un endroit inhabituel à cette époque pour un expert en agriculture. Il avait une stratégie claire. En 1956, Davis a écrit un article dans la Harvard Business Review, dans lequel il déclarait que "la seule façon de résoudre le prétendu problème des fermes une fois pour toutes, et d'éviter des programmes gouvernementaux encombrants, est de progresser depuis l'agriculture vers l'agro-industrie." Il savait exactement ce qu'il avait en tête, même si peu d'autres personnes en avaient une idée à l'époque : une véritable révolution dans la production agricole qui concentrerait le contrôle de la chaîne alimentaire entre les mains des sociétés multinationales, loin de la famille fermière traditionnelle. 3

Un aspect crucial qui guide les intérêts de la Fondation Rockefeller et des compagnies américaines de l’agroalimentaire est le fait que la révolution verte était fondée sur la prolifération de nouvelles semences hybrides dans les marchés en développement. Un aspect très important des semences hybrides est leur manque de capacité à se reproduire. Les hybrides possédaient une protection interne contre la multiplication. Contrairement aux espèces ouvertes normales et pollinisées dont la graine donne un rendement similaire à celui de ses parents, le rendement de la semence née de plantes hybrides était bien inférieur à celui de la première génération.

Ce déclin caractéristique du rendement des hybrides signifiait que les agriculteurs devaient normalement acheter des semences chaque année afin d'obtenir des rendements élevés. En outre, le rendement moindre de la deuxième génération éliminait le commerce des semences qui était souvent effectué par des producteurs de semences, sans l'autorisation de l'obtenteur. Il empêchait la redistribution de la culture commerciale des semences par des intermédiaires. Si les grandes multinationales des semences étaient capables de contrôler les lignées de semences parentales dans la maison, aucun concurrent ni agriculteur ne serait en mesure de produire des hybrides. La concentration mondiale des brevets de semences hybrides entre les mains d’une poignée de compagnies gigantesques de semences, dirigées par DuPont Pioneer Hi-Bred et par Dekalb, de chez Monsanto, a préparé le terrain pour la révolution des semences OGM qui allait se produire plus tard. 4

En effet, l'introduction des technologies agricoles américaines modernes, des engrais chimiques et des semences hybrides commerciales, ont toutes rendu les agriculteurs locaux des pays en voie de développement, en particulier ceux qui étaient plus gros et plus établis, dépendants de l'étranger, et principalement des contributions des compagnies américaines de l'agro-industrie et du secteur pétrochimique. Ce fut un premier pas dans ce qui allait être un processus de plusieurs décennies et soigneusement planifié.

Sous la Révolution verte, l’agro-industrie fit grandes percées sur des marchés qui étaient auparavant d'un accès limité aux exportateurs américains. Cette tendance fut par la suite baptisée "agriculture orientée vers le marché." En réalité, c’était une agriculture contrôlée par l'agro-industrie.

Grâce à la révolution verte, la Fondation Rockefeller et, plus tard, la Fondation Ford, travaillèrent main dans la main et tout en soutenant les buts de politique étrangère de l'Agence américaine pour le développement international (USAID) et de la CIA.

L'un des principaux effets de la révolution verte fut de dépeupler les campagnes des paysans qui furent contraints de fuir vers les ghettos des bidonvilles, dans une recherche désespérée d'un travail. Cela n'était pas un accident, cela faisait partie du plan visant à créer des bassins de main-d'oeuvre bon marché pour les manufactures multinationales américaines à venir, la "mondialisation" de ces dernières années.

Lorsque l'autopromotion de la révolution verte mourut, les résultats furent tout à fait différents de ce qui avait été promis. Des problèmes avaient surgi à partir de l'utilisation aveugle des nouveaux pesticides chimiques, souvent avec des conséquences graves pour la santé. La monoculture de nouvelles variétés de semences hybrides diminua la fertilité des sols et des rendements avec le temps. Les premiers résultats furent impressionnants: des rendements doubles, voire triples pour certaines cultures telles que le blé et, plus tard, le maïs au Mexique. Ceci s’estompa rapidement.

La révolution verte fut typiquement accompagnée de grands projets d'irrigation qui comprenaient souvent des prêts de la Banque mondiale pour la construction de nouveaux et énormes barrages, et des inondations de zones habitées auparavant fertiles dans le processus. Aussi, le super blé donnait de meilleurs rendements en saturant le sol avec d'énormes quantités d'engrais par hectare, ces engrais étant le produit de nitrates et de pétrole, des produits de base contrôlés par les sept grandes multinationales pétrolières sœurs, elles-mêmes dominées par les Rockefellers.

D'énormes quantités d'herbicides et de pesticides furent également utilisées, créant des marchés supplémentaires pour l'industrie pétrolière et les géants des produits chimiques. Comme un analyste l'a dit, en effet, la révolution verte fut simplement une révolution chimique. À aucun moment les pays en voie développement ne pouvaient payer pour ces énormes quantités d'engrais chimiques et de pesticides. Ils obtenaient le crédit offert par la Banque mondiale ainsi que des prêts spéciaux de la Chase Bank et d'autres grandes banques de New York, appuyées par des garanties du gouvernement américain.

Appliqués dans un grand nombre de pays en voie de développement, ces prêts furent accordés essentiellement aux grands propriétaires terriens. Pour les plus petits paysans, de la situation changea différemment. Les petits paysans ne pouvaient payer les produits chimiques et autres moyens modernes, et ils durent emprunter de l'argent.

Au début, divers programmes gouvernementaux tentèrent de fournir des prêts aux agriculteurs afin qu'ils puissent acheter des semences et des engrais. Les agriculteurs qui ne pouvaient pas participer à ce genre de programme durent emprunter auprès du secteur privé. En raison des taux d'intérêt exorbitants pour ces prêts, de nombreux petits paysans n'ont même pas reçu les bénéfices des premiers et meilleurs rendements. Après la récolte, ils durent vendre la plupart sinon la totalité de leur production afin de rembourser les prêts et les intérêts. Ils devinrent dépendants des prêteurs sur gages et des commerciaux, et ils perdirent souvent leurs terres. Même avec des prêts à taux préférentiels des organismes gouvernementaux, de plus en plus des cultures de subsistance cédèrent la place à la production d'espèces qui ramenaient de l’argent.5

Depuis des décennies, les mêmes intérêts, qui incluent la Fondation Rockefeller qui a soutenu la révolution verte initiale, ont travaillé à la promotion d'une deuxième "Révolution génétique", comme le président de la Fondation Rockefeller Gordon Conway l’appelait il y a quelques années, l'expansion de l'agriculture industrielle et des contributions commerciales, en ce compris les semences OGM brevetées.


Dernière édition par Admin le Ven 12 Mar 2010 - 19:20, édité 3 fois

Admin
Admin

Messages : 2619
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: BANQUES DE SEMENCES ET Cie : UNE PROTECTION POUR LES ORDURES DE L'ELITE MONDIALE !

Message  Admin le Ven 12 Mar 2010 - 19:02

O.G.M. : DOOMSDAY SEED VAULT ("LA RESERVE DE SEMENCES DU JUGEMENT DERNIER"), 2E ET DERNIERE PARTIE : CES DIABOLIQUES INDIVIDUS QUI DIRIGENT LA PLANETE ET LEURS PROJETS INAVOUABLES ET INHUMAINS !!!



Chers amis,


Voici la suite et la fin de cet article absolument CAPITAL écrit par un auteur spécialisé dans les exactions honteuses du Nouvel Ordre Mondial et dans lequel nous apprenons les projets les plus INHUMAINS et les plus INAVOUABLES des ORDURES qui dirigent le Nouvel Ordre Mondial, ses instances et ses multinationales.

Vous allez voir aussi quel genre de projet REPUGNANT les si "honorables" instances internationales ou mondiales nous ont concocté et nous concoctent encore !

Entre les théories eugénistes d'ELIMINATION PURE ET SIMPLE de toute une partie de la population de la planète et de certaines races (non, décidément, le NAZISME n'est pas mort, et il revient au pas de charge !), les dangers INOUIS que représentent les OGM (pour la santé des individus et la souveraineté des peuples) , l'utilisation des OGM en tant qu'ARMES DE GUERRE BIOLOGIQUES CONTRE LES POPULATIONS, les VACCINS qui rendent les femmes stériles, le maïs spermicide qui rend les hommes stériles... on voit que les gens qui dirigent le monde sont vraiment des DEMONS (il n'y a pas d'autres mots) qui poursuivent des buts EUGENISTES afin de CONTRÔLER les populations et afin de DEPEUPLER LA PLANETE, fût-ce en tuant à petit feu ou en rendant malades, stériles ou handicapés leurs semblables !

Vous allez constater également comment l'EXCUSE MINABLE de la soi-disant "lutte contre le terrorisme" intervient à point nommé pour justifier l'injustifiable.

Il est qu'après la lecture de cet article édifiant, vous ne pourrez plus voir en peinture les DIRIGEANTS DES USA, les ENCULES DU NOUVEL ORDRE MONDIAL et tous les TRAÎTRES QUI LEUR OBEISSENT (et notamment les dirigeants de nos pays européens).
Il est clair qu'à chaque fois qu'un de ces salopards meurt, c'est un soulagement pour la planète tout entière... malheureusement, un autre prend aussitôt sa place, puisque la structure mondialiste, elle, existe toujours !

Quant aux projets liés aux OGM et à la fameuse "réserve de semences du jugement dernier", on apprend finalement leurs buts et ce qu'ils sont : les enflures du Nouvel Ordre Mondial et les multinationales misanthropes des OGM souhaitent petit à petit REMPLACER les plantes "naturelles" par des plantes génétiquement modifiées de type "Terminator" qui, en plus des dangers certains qu'elles représentent pour la santé et l'environnement, ne se reproduisent pas, OBLIGEANT AINSI LES AGRICULTEURS A DEPENSER CHAQUE ANNEE DES SOMMES ABSOLUMENT AFFOLANTES AFIN D'ACHETER LEURS SEMENCES POURRIES AUX MULTINATIONALES INFERNALES QUI PRODUISENT LES OGM (PAR ICI LA MONNAIE, ET CE SONT TOUJOURS LES MEMES SALAUDS QUI EMPOCHENT !) !!! La "réserve de semences du jugement dernier" a un rôle à jouer dans ce scénario infect...

Bref, cet article dénonce le système NAZI, MEUTRIER et TRANSHUMANISTE du N.O.M. tout entier. Un MUST, à lire jusqu'au bout afin de bien comprendre que votre vie ne vaut RIEN pour les milliardaires et les puissants de l'élite mondiale, et que ces infâmes gens-là n'hésiteront pas une seule seconde avant de vous empoisonner, de vous enfermer, de vous torturer... afin de parvenir à leurs fins immorales et diaboliques.

RESTE UNE FOIS ENCORE LES QUESTIONS PRINCIPALES, QUE PERSONNE N'OSE POSER : QUAND LES POPULATIONS VONT-ELLES DONC REAGIR ET CHÂTIER DE FACON EXEMPLAIRE LES CRIMINELS PSYCHOPATHES QUI DIRIGENT LE MONDE ??? A QUAND DES ACTIONS DE REBELLION ? A QUAND DES INSURRECTIONS ??? A QUAND LE DEMANTELEMENT TOTAL DE LA STRUCTURE ULTRALIBERALE MONDIALISTE ???

L'article, ci-dessous...

BONNE REVOLUTION... OU BON ESCLAVAGE ! Vic.




Source: http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7529


"DOOMSDAY SEED VAULT" (« RESERVE DE SEMENCES DU JUGEMENT DERNIER »), DANS L'ARCTIQUE (SUITE & FIN)


Gates, Rockefeller et une révolution verte en Afrique

Avec l’arrière-plan des années 1950 et de la révolution verte de la Fondation Rockefeller bien à l'esprit, il devient particulièrement curieux que la même Fondation Rockefeller, avec la Fondation Gates, et qui investissent à présent des millions de dollars dans la préservation de toutes les semences contre un éventuel scénario « de jugement dernier », investissent également des millions dans un projet intitulé L'Alliance pour une Révolution Verte en Afrique (The Alliance for a Green Revolution in Africa ou AGRA).

L'Alliance pour une Révolution Verte en Afrique, comme elle se nomme, est une alliance, toujours avec la même Fondation Rockefeller qui a créé la "Révolution génétique". Un coup d’oeil au conseil d'administration de L'Alliance pour une Révolution Verte en Afrique le confirme.

Il comprend rien d'autre que l'ancien Secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan en tant que président. Dans son discours d'acceptation lors d’un un événement du Forum économique mondial à Cape Town, en Afrique du Sud, en juin 2007, Kofi Annan a déclaré: "J'accepte ce défi avec gratitude envers la Fondation Rockefeller, la Fondation Bill & Melinda Gates, et de tous ceux qui soutiennent notre campagne africaine ".

En outre, le conseil de L'Alliance pour une Révolution Verte en Afrique (AGRA) compte un Sud africain, Strive Masiyiwa, qui est un administrateur de la Fondation Rockefeller. Il comprend Sylvia M. Mathews de la Fondation Bill & Melinda Gates; Mamphela Ramphele, ancien Directeur général de la Banque mondiale (2000 - 2006); Rajiv J. Shah de la Fondation Gates; Nadya K. Shmavonian de la Fondation Rockefeller; Roy Steiner de la Fondation Gates. De plus, une Alliance pour l’AGRA comprend Gary Toenniessen, le Directeur général de la Fondation Rockefeller, et Akinwumi Adesina, directeur associé de la Fondation Rockefeller.

Pour remplir la composition de ce groupe, les programmes pour l’AGRA comprennent Peter Matlon, Directeur général de la Fondation Rockefeller; Joseph De Vries, Directeur du Programme pour les systèmes semenciers d’Afrique et directeur associé de la Fondation Rockefeller; Akinwumi Adesina, directeur associé de la Fondation Rockefeller. À l'instar de l'ancienne révolution verte qui a échoué en Inde et au Mexique, la nouvelle révolution verte en Afrique est manifestement une grande priorité de la Fondation Rockefeller.

Même s’ils ont gardé un profil bas jusqu’à présent, Monsanto et les grands géants de l'agro-industrie des OGM sont soupçonnés d’être au cœur de l'utilisation de l’AGRA de Kofi Annan afin de propager leurs semences OGM brevetées dans toute l'Afrique sous l'étiquette trompeuse de "biotechnologie", le nouvel euphémisme pour les semences génétiquement modifiées et brevetées. À ce jour, l'Afrique du Sud est le seul pays africain qui autorise la plantation légale de cultures OGM. En 2003, le Burkina Faso a autorisé des essais d’OGM. En 2005, le Ghana de Kofi Annan a rédigé une loi sur la sécurité biologique et les principaux responsables ont exprimé leur intention de poursuivre la recherche sur la culture des OGM.

L'Afrique est la prochaine cible de la campagne du gouvernement américain visant à répandre les OGM dans le monde entier. Ses sols riches en font une candidate idéale. Il n'est donc pas surprenant de nombreux gouvernements africains soupçonnent le pire de la part des sponsors des OGM, puisqu'une multitude de projets de génie génétique et de biosécurité ont été entrepris en Afrique, dans le but d'introduire les OGM dans les systèmes agricoles en Afrique. Il s'agit notamment de parrainages offerts par le gouvernement des États-Unis afin de former aux Etats-Unis les scientifiques africains en matière de génie génétique, en projets de biosécurité des projets financés par l'Agence américaine pour le développement international (USAID) et la Banque mondiale, en recherche sur les OGM impliquant cultures vivrières des autochtones africains.

La Fondation Rockefeller a travaillé pendant des années pour promouvoir, en grande partie sans succès, les projets visant à introduire les OGM dans les champs en Afrique. Ils ont soutenu la recherche qui supporte l'applicabilité du coton génétiquement modifié dans les Makhathini Flats en Afrique du Sud.

Monsanto, qui a un pied dans l'industrie semencière d’Afrique du Sud, à la fois pour les plants hybrides et OGM, a conçu un ingénieux programme pour les petits porteurs et connu sous le nom de Campagne « Graines de l'espoir », campagne qui est en train d’introduire un package « révolution verte » pour les agriculteurs pauvres à petite échelle, suivi, bien sûr, par les semences OGM brevetées de Monsanto. 6

La compagnie Syngenta AG de Suisse, l'un des « Quatre Cavaliers de l'Apocalypse des OGM », verse des millions de dollars dans une nouvelle infrastructure de serres à Nairobi, afin de développer du maïs génétiquement modifié et résistant aux insectes. Syngenta fait également partie du CGIAR.7


On poursuit avec Svalbard

Maintenant, est-ce que tout ceci constitue simplement une négligence philosophique ? Qu'est-ce qui mène les fondations Gates et Rockefeller à soutenir en même temps la prolifération de semences brevetées et des futures semences Terminator à travers l'Afrique, un processus qui, comme il l'a fait dans tous les autres endroits de la planète, détruit les variétés de semences végétales au fur et à mesure que l’agro-industrie industrialisée de monoculture est introduite ?
En même temps, ils investissent des dizaines de millions de dollars afin de préserver toutes les variétés de semences connues dans une réserve du jugement dernier qui résiste aux explosions près du lointain cercle polaire arctique, "afin que la diversité agricole puisse être conservée pour l'avenir", pour répéter leur déclaration officielle?

Ce n'est pas par hasard que les fondations Rockefeller et Gates s'associent pour pousser une révolution verte de type OGM en Afrique, et qu’au même moment ils soient en train de financer tranquillement la "réserve de semences du jugement dernier" de Svalbard. Les géants de l'agrobusiness des OGM sont enfoncés jusqu’au cou dans le projet de Svalbard.

En effet, la totalité du projet de Svalbard et des gens qui y sont impliqués rappelle des images de la pire catastrophe qui soit et provenant du best-seller de Michael Crichton, « Andromeda Strain », un thriller de science-fiction où une maladie mortelle d'origine extraterrestre provoque une rapide et mortelle coagulation du sang qui menace l'espèce humaine tout entière. A Svarbard, le futur et mieux sécurisé des entrepôts de semences sera gardé par les policiers de la révolution verte des OGM -- les fondations Rockefeller et Gates, Syngenta, DuPont et CGIAR.

Ce projet de Svalbard sera géré par un organisme appelé le Consortium mondial pour la diversité des graines (Global Crop Diversity Trust ou GCDT). Qui sont-ils pour tenir un tel merveilleux consortium sur les variétés de semences de la planète tout entière ? Le GCDT a été fondé par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (Food and Agriculture Organisation ou FAO) et par Bioversity International (qui était anciennement l'Institut International de recherche génétique sur les plantes), une scission au sein du CGIAR.

Le Consortium mondial pour la diversité des graines est basé à Rome. Son Conseil est présidé par Margaret Catley-Carlson, une Canadienne que l’on retrouve également au conseil consultatif du groupe Suez Lyonnaise des Eaux, l'une des plus grandes sociétés privées de distribution d'eau. Catley-Carlson a également été présidente jusqu'en 1998 du Population Council basé à New York, l'organisme de réduction de la population de John D. Rockefeller, créé en 1952 afin de faire progresser le programme eugéniste de la famille Rockefeller sous le prétexte de promouvoir "la planification familiale", les dispositifs de contrôle des naissances, la stérilisation et le "contrôle des populations" dans les pays en voie de développement.

D’autres membres du conseil d'administration du GCDT incluent l’ancien cadre de la Bank of America et actuellement chef de la Hollywood DreamWorks Animation, Lewis Coleman. Coleman est aussi l'administrateur de Northrup Grumman Corporation, l'une des plus grands contractants du Pentagone et de l’industrie militaire d’Amérique.

Jorio Dauster (Brésil) est également Président du Conseil de Brasil Ecodiesel. Il est un ancien ambassadeur du Brésil auprès de l'Union européenne, et le négociateur en chef de la dette extérieure du Brésil auprès du Ministère des finances. Dauster a également rempli les fonctions de Président de l'Institut brésilien du café et de coordonnateur du projet de modernisation du système des brevets au Brésil, qui consiste à légaliser les brevets sur les semences qui sont génétiquement modifiées, une chose qui, jusque récemment, était interdite par les lois du Brésil.

Cary Fowler est le Directeur exécutif du Consortium. Fowler a été professeur et directeur de la recherche dans le Département pour les études internationales sur l’environnement et le développement de l'Université norvégienne des sciences de la vie. Il a également été conseiller principal auprès du Directeur général de Bioversity International. Là, il représentait les Centres de récolte du futur du Groupe consultatif sur la recherche agricole internationale (CGIAR), durant les négociations sur le Traité international sur les ressources génétiques des plantes. Dans les années 1990, il a dirigé le Programme international sur les ressources génétiques des plantes de la FAO. Il a élaboré et supervisé les négociations du Plan d'action mondial de la FAO pour les ressources génétiques des plantes, plan adopté par 150 pays en 1996. Il est un ancien membre du Conseil National des ressources génétiques des plantes des États-Unis et du Conseil d'administration du Centre international d'amélioration du maïs et du blé au Mexique, une autre fondation des Rockefeller et projet du CGIAR.

Membre du conseil d'administration du GCDT, le Dr Mangala Rai, de l'Inde, est le Secrétaire du Département indien de la recherche agricole et de l'éducation (DARE), et le Directeur général du Conseil indien de la recherche agricole (ICAR). Il est également membre du conseil d'administration de l'Institut international de recherche sur le riz (IRRI) de la Fondation Rockefeller, qui a fait la promotion de la première grande expérimentation d’un OGM, le "Golden Rice" tant vanté et qui s'est avéré être un échec. Rai a siégé comme membre du conseil d'administration pour le CIMMYT (Centre International d’amélioration du maïs et du blé), et comme membre du Conseil exécutif du CGIAR.

Les donateurs ou les anges financiers du Consortium mondial pour la diversité des graines (GCDT) incluent également, selon les termes du classique de Humphrey Bogart, Casablanca,"tous les suspects habituels." Outre les Fondations Rockefeller et Gates, les donateurs comprennent les géants des OGM DuPont-Pioneer Hi-Bred, la compagnie Syngenta de Bâle (Suisse), le CGIAR et l’agence d’aide au développement du Département d'Etat qui est énergiquement pour les OGM, le USAID. En effet, il semble que nous ayons les renards des OGM et de la réduction de la population qui gardent le poulailler de l'humanité, le magasin mondial de la diversité des semences, à Svalbard. 8


Pourquoi Svalbard, à présent ?

On peut légitimement se demander pourquoi Bill Gates, la Fondation Rockefeller et les géants du génie génétique et de l’agro-industrie comme DuPont et Syngenta, avec également le CGIAR, construisent la réserve de semences du jugement dernier dans l'Arctique.

Qui utilise une telle banque de semences en premier lieu? Les sélectionneurs et les chercheurs sont les grands utilisateurs des banques de gènes. Aujourd'hui, les plus importants phytogénéticiens sont Monsanto, DuPont, Syngenta et Dow Chemical, les géants mondiaux du brevetage de plantes OGM. Depuis le début de l’année 2007, Monsanto détient, avec le gouvernement des Etats-Unis, les droits mondiaux de brevet pour les plantes dites "Terminator" ou technologie de restriction de l’utilisation génétique (TRUG). Les plantes Terminator sont une technologie inquiétante par laquelle une semence commerciale et brevetée se "suicide" après une seule récolte. Le contrôle par les entreprises privées de semences est total. Un tel contrôle et un tel pouvoir sur la chaîne alimentaire n'a jamais existé auparavant dans l'histoire de l'humanité.

Cette caractéristique futée des plantes Terminator génétiquement modifiées force les agriculteurs à retourner chaque année chez Monsanto ou chez d'autres fournisseurs de semences OGM afin d’obtenir de nouvelles semences de riz, de soja, de maïs, de blé, bref toute semence dont ils ont besoin pour nourrir leur population. Si ceci était introduit largement dans le monde, on pourrait peut-être, dans une dizaine d'années, faire de la majorité des producteurs mondiaux de produits alimentaires les nouveaux serfs féodaux assujettis à trois ou quatre compagnies géantes de semences, comme Monsanto ou DuPont ou Dow Chemical.

Cela, bien sûr, pourrait également ouvrir la porte pour que ces compagnies privées, peut-être sous les ordres de leur gouvernement hôte, celui de Washington, refusent des semences à l'un ou l'autre des pays en voie de développement dont la politique est malencontreusement allée à l'encontre de celle de Washington. Ceux qui disent « Cela ne peut pas se produire ici » devraient s'intéresser de plus près aux événements mondiaux actuels. La simple existence de cette concentration du pouvoir entre les mains de trois ou quatre compagnies privées géantes de l’agro-industrie basées aux USA géants est un motif suffisant pour bannir juridiquement toutes les cultures OGM, même là où leur récolte produit des gains réels, ce qui n’est manifestement pas le cas.

Ces sociétés privées, Monsanto, DuPont, Dow Chemical, n’ont pas un casier judiciaire vierge en termes de gestion de la vie humaine. Elles ont développé et fait proliférer des innovations telles que les dioxines, les PCB, l'agent orange. Elles ont couvert pendant des décennies les preuves claires du caractère cancérigène et d'autres graves conséquences pour la santé humaine qui découlent de l'utilisation de produits chimiques toxiques. Elles ont enterré des rapports scientifiques sérieux selon lesquels l'herbicide le plus répandu au monde, le glyphosate, l'ingrédient essentiel de l'herbicide Roundup de Monsanto, qui est lié à l'achat de la plupart des semences génétiquement modifiées de Monsanto, est toxique quand il s'infiltre dans l’eau potable.9
Le Danemark a interdit le glyphosate en 2003 lorsqu’il confirma que ce produit avait contaminé les nappes phréatiques du pays.10

La diversité des semences stockées dans les banques de gènes est la matière première pour faire croître les végétaux et pour une grande partie de la recherche biologique fondamentale. Plusieurs centaines de milliers d'échantillons sont distribués chaque année dans de tels buts. La FAO des Nations Unies répertorie quelque 1400 banques de semences dans le monde, la plus grande étant détenue par le Gouvernement des États-Unis. D’autres grandes banques (de semences) sont tenues par la Chine, la Russie, le Japon, l'Inde, la Corée du Sud, l'Allemagne et le Canada, par ordre décroissant de taille. De plus, le CGIAR exploite une chaîne de banques de semences dans certains centres répartis tout autour du monde.

Le CGIAR, créé en 1972 par la Fondation Rockefeller et la Fondation Ford afin de répandre leur modèle agro-industriel de la Révolution verte, contrôle la plupart des banques de semences privées en provenance de
Puis les Philippines jusqu’à la Syrie, en passant par le Kenya. Toutes ces banques de semences détiennent présentement plus de six millions et demi de variétés de semences, et près de deux millions d'entre elles sont "distinctes". La réserve du jugement dernier de Svalbard aura la capacité d'héberger quatre millions et demi de graines différentes.


Les OGM en tant qu’arme de guerre biologique ?

Maintenant, nous arrivons au cœur du danger et au potentiel de mauvaise utilisation inhérente au projet de Svalbard de Bill Gates et de la Fondation Rockefeller. Est-ce que le développement de semences brevetées pour la plupart des grandes cultures de subsistance telles que le riz, le maïs, le blé et les céréales fourragères telles que le soja peuvent être utilisées, en fin de compte, dans une horrible forme de guerre biologique?

Le but explicite du lobby eugéniste financé par les riches familles de l’élite telles que Rockefeller, Carnegie, Harriman et autres, depuis les années 1920, a incarné ce qu'ils appellent "l'eugénisme négatif", le massacre systématique de lignées sanguines indésirables. Margaret Sanger, une rapide eugéniste, fondatrice de l'International Planned Parenthood (société internationale de parentalité planifiée) et intime de la famille Rockefeller, créa en 1939 quelque chose appelé The Negro Project (« Le Projet Nègre »), basé à Harlem et qui, comme elle le confia dans une lettre adressée à un ami, concernait le fait tout entier selon lequel, comme elle l'a dit, "nous voulons exterminer la population nègre." 11

Une petite entreprise de biotechnologie située en Californie, Epicyte, a annoncé en 2001 la mise au point d’un maïs génétiquement modifié qui contient un spermicide qui rendait stérile le sperme des hommes qui le mangeaient. A ce moment-là, Epicyte avait un accord de coentreprise afin de répandre sa technologie avec DuPont et Syngenta, deux des sponsors de la réserve de semences du jugement dernier de Svalbard. Epicyte a depuis été acquise par une société de biotechnologie de Caroline du Nord. Le plus étonnant à apprendre est le fait qu’Epicyte avait développé son maïs OGM spermicide avec des fonds de recherche provenant du Département américain de l’Agriculture (USDA), le même qui, en dépit de l'opposition du monde entier, a continué à financer le développement de la technologie Terminator, actuellement détenue par Monsanto.

Dans les années 1990, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) des Nations Unies lança une campagne afin de vacciner des millions de femmes au Nicaragua, au Mexique et aux Philippines, âgées de 15 à 45 ans, prétendument contre le tétanos, une maladie découlant de choses telles que marcher sur un clou rouillé. Le vaccin ne fut pas administré aux hommes ni aux garçons, en dépit du fait qu'ils étaient sans doute tout aussi susceptibles de marcher sur des clous rouillés en que les femmes.

En raison de cette curieuse anomalie, Comite Pro Vida de México (Le Comité pour la vie de Mexico), une organisation catholique romaine, est devenue suspicieuse et fit tester des échantillons du vaccin. Les tests révélèrent que ce vaccin contre le tétanos propagé par l'OMS uniquement pour les femmes en âge d’avoir des enfants contenait de la Gonadotrophine Chorionique ou hCG, une hormone naturelle qui, lorsqu'elle est combinée avec une le transporteur d’une anatoxine tétanique, stimule des anticorps qui rendent une femme incapable de garder une grossesse. Aucune des femmes n’avait été avertie.

Il en est ressorti plus tard que la Fondation Rockefeller, avec le Conseil de la population de Rockefeller, la Banque mondiale (qui abrite le CGIAR), et les Instituts nationaux de la santé des Etats-Unis avaient été impliqués dans un projet d’une durée de 20 ans et qui avait commencé en 1972 à développer un vaccin abortif avec un transporteur du tétanos pour l'OMS. De plus, le Gouvernement de la Norvège, l'hôte de la réserve de semences du jugement dernier de Svalbard, a fait don de $ 41 millions afin de développer le vaccin abortif spécial contre le tétanos.12

Est-ce une coïncidence que ces mêmes organisations, depuis la Norvège jusqu’à la Fondation Rockefeller, en passant par la Banque mondiale, soient également impliquées dans le projet de la banque de semences de Svalbard ? Selon le professeur Francis Boyle, qui a rédigé la loi antiterroriste sur les armes biologiques (Biological Weapons Anti-Terrorism Act) de 1989 promulguée par le Congrès américain, le Pentagone "se prépare désormais à se battre et à gagner la guerre biologique" dans le cadre de deux directives de stratégie nationale de Bush et adoptées, fait-il remarquer, "sans connaissance ni avis du public", en 2002. Boyle ajoute que, en 2001-2004 seul le gouvernement fédéral américain a dépensé $ 14,5 milliards pour le travail civil lié à la guerre biologique, ce qui constitue une somme stupéfiante.


Le biologiste Richard Ebright, de la Rutgers University, estime que plus de 300 institutions scientifiques et que quelque 12.000 individus aux USA aujourd’hui ont accès à des agents pathogènes qui conviennent pour la guerre biologique. Il y a seulement 497 bourses des instituts nationaux de la santé du gouvernement américain pour la recherche au niveau des maladies infectieuses ayant un potentiel de guerre biologique. Bien entendu, ceci est justifié sous le prétexte de se défendre contre des attaques terroristes potentielles, comme c’est souvent le cas de nos jours.

De nombreux dollars du gouvernement américain dépensés dans la recherche sur la guerre biologique impliquent le génie génétique. Le professeur de biologie Jonathan King, du Massachusetts Institute of Technology, dit que “ les programmes croissants de bioterrorisme représentent un danger émergent significatif pour nos propres populations ». King ajoute : “Alors que de tels programmes sont toujours appelés défensifs, avec les armes biologiques, les programmes défensifs et offensifs se chevauchent presque complètement.’ 13

Le temps nous dira si, à Dieu ne plaise, la réserve à Svalbard de semences du jugement dernier de Bill Gates et de la Fondation Rockefeller fait partie d’une autre Solution Finale, impliquant l’extinction de la Grande et Défunte Planète Terre.

F. William Engdahl est l’auteur de “Seeds of Destruction, the Hidden Agenda of Genetic Manipulation” (“Semences de la Destruction : l’agenda cache des manipulations génétiques”) qui vient d’être publié par Global Research. Il est également l’auteur de “A Century of War: Anglo-American Oil Politics and the New World Order” (“Un siècle de guerre : la politique pétrolière anglo-américaine et le Nouvel Ordre Mondial”), Pluto Press Ltd. Pour le contacter par e-mail: info@engdahl.oilgeopolitics.net.

William Engdahl est un partenaire de recherche du Centre pour la recherche sur la mondialisation (Centre for Research on Globalization ou CRG). Ses écrits peuvent être consultés sur www.engdahl.oilgeopolitics.net ainsi que sur Global Research.



NOTES

1 F. William Engdahl,Seeds of Destruction, Montreal, (Global Research, 2007).

2 Ibid, pp.72-90.

3 John H. Davis, Harvard Business Review, 1956, cited in Geoffrey Lawrence, Agribusiness, Capitalism and the Countryside, Pluto Press, Sydney, 1987. See also Harvard Business School, The Evolution of an Industry and a Seminar: Agribusiness Seminar, http://www.exed.hbs.edu/programs/agb/seminar.html.

4 Engdahl, op cit., p. 130.

5 Ibid. P. 123-30.

6 Myriam Mayet, The New Green Revolution in Africa: Trojan Horse for GMOs?, May, 2007, African Centre for Biosafety, www.biosafetyafrica.net.

7 ETC Group, Green Revolution 2.0 for Africa?, Communique Issue #94, March/April 2007.

8 Global Crop Diversity Trust website, in http://www.croptrust.org/main/donors.php.

9 Engdahl, op. cit., pp.227-236.

10 Anders Legarth Smith, Denmark Bans Glyphosates, the Active Ingredient in Roundup, Politiken, September 15, 2003, in organic.com.au/news/2003.09.15.

11 Tanya L. Green, The Negro Project: Margaret Sanger’s Genocide Project for Black American’s, in www.blackgenocide.org/negro.html.

12 Engdahl, op. cit., pp. 273-275; JA Miller, Are New Vaccines Laced With Birth-Control Drugs?, HLI Reports, Human Life International, Gaithersburg, Maryland; June/July 1995, Volume 13, Number 8.

13 Sherwood Ross, Bush Developing Illegal Bioterror Weapons for Offensive Use,’ December 20, 2006, in www.truthout.org.


F. William Engdahl est un analyste de pointe du Nouvel Ordre Mondial, auteur du best-seller sur le pétrole et la géopolitique ”A Century of War: Anglo-American Oil Politics and the New World Order” (“Un siècle de guerre : la politique pétrolière anglo-américaine et le Nouvel Ordre Mondial”). Ses écrits ont été traduits dans plus d’une douzaine de langues.


Dernière édition par Admin le Ven 12 Mar 2010 - 19:25, édité 2 fois

Admin
Admin

Messages : 2619
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

LA BASE DE DONNEES D’ADN BOTANIQUE "TREEPOL"

Message  Admin le Ven 12 Mar 2010 - 19:05

SOCIETE TECHNO-NAZIE : ARBRES : UNE BASE DE DONNEES D’ADN BOTANIQUE NOMMEE « TREEPOL » !!!



Chers amis,

On a déjà « pucé » les arbres avec des tags RFID (cf. par exemple les arbres de la triste ville de Paris), le tout sous des arguments et excuses lamentables.

Le but du Nouvel Ordre Mondial est de puces TOUS les objets ou presque et de créer un « Internet des objets communicants via la technologie RFID », de pucer un maximum d’animaux et aussi de PUCER les êtres humains dans des buts de contrôle total des populations.

Parallèlement au puçage, le nombre de bases de données centralisées explose. Pour les personnes, pour les animaux et… pour les végétaux.

AUJOURD’HUI, NOUS APPRENONS QU’UNE UNE BASE DE DONNEES INTERNATIONAL D’ADN DES ARBRES VA ETRE MISE EN PLACE « DANS LES PROCHAINS JOURS » (et TOUJOURS sans que les populations aient été consultées ou aient donné leur consentement éclairé, TOUJOURS sans en donner les dangers potentiels)!!! Ce projet puant se nomme « TreePOL » et provient, une fois encore, des USA ! L’Afrique du Sud, l’Inde et, bien sûr, les Etats-Unis dictatoriaux et liberticides participent à ce projet infect. On est en droit de redouter qu’à terme, le projet devienne MONDIAL, évidemment…

Mais pourquoi donc constituer une « base d’ADN des arbres » ? Réponse : de manière à « identifier les espèces ».

Pourquoi donc vouloir identifier les espèces, alors ?
Réponse : afin de savoir si elles sont menacées. Oui, mais enfin, on le sait déjà via les botanistes et autres scientifiques qui étudient la nature, l’environnement et les écosystèmes.

Alors, quelle est la VERITABLE RAISON de ce fichage génétique des arbres ?

LA RÉPONSE EST EXTRÊMEMENT CHOQUANTE : SI L’ON CRÉE CES BASES GÉNÉTIQUES, C’EST ESSENTIELLEMENT AFIN DE SAVOIR CE QUE L’ON VA DÉTRUIRE, AFIN DE SAVOIR SI CE QUE L’ON DÉTRUIT EST IMPORTANT OU PAS (c’est mis noir sur blanc dans l’article)!!!

Cela mérite réflexion : sur quelle base va-t-on considérer qu’un arbre est important et qu’un autre ne l’est pas ? Sa valeur médicinale ou la valeur de son bois, de son écorce, de sa sève ou de ses fibres, probablement. Bref, sur base de sa VALEUR MARCHANDE ! Nous nous trouvons donc bien, encore une fois, dans le contexte du capitalisme ultralibéral mondialisant et consumériste si cher au nouvel ordre mondial maléfique !!!

Autrement dit, on va laisser crever certaines espèces (que l’ELITE et ses sous-fifres auront considérées comme « non rentables ») et on protègera seulement certaines d’entre elles (les « rentables » et les « essentielles ») !

Il s’agit là d’une INVERSION TOTALE des véritables valeurs environnementales et écologistes : au lieu de se « faire chier » à sauvegarder des espèces et de lutter pour cela, on va créer une énorme BANQUE DE DONNEES D’ADN DES ARBRES (tout comme Bill Gates et les ignobles Rockefeller le font avec leur « Doomsday seed vault » - banque de semences – sur une île désolée au large de la Norvège) !!!

Ainsi, dans la pensée de malade mental des élites, les espèces « mortes » pourront être recréées par la suite de façon artificielle à l’aide de la génétique et des brins d’ADN de la banque de données (si du moins il n'arrive rien de fâcheux à la banque de données, ce qui est encore loin d'être sûr ) !

On préfère donc poursuivre dans la FOLIE destructrice de l’ultralibéralisme mondialisant plutôt que de changer les fondements erronés qui guident l’humanité à l’heure actuelle (la recherche effrénée de pouvoir, d’argent, de facilités et des plaisirs).

Nous avons déjà vu dans un article précédent que la démarche est exactement la même en ce qui concerne la faune (les animaux) !

Pourtant, CHAQUE ESPECE (animale ou végétale) PRESENTE DANS LA NATURE JOUE UN RÔLE ET EST IMPORTANTE POUR L’EQUILIBRE DU « TOUT » ! Chaque espèce qui disparaît entraîne un peu plus le monde à sa PERTE !

Souvenez-vous bien que ce qui est fait pour les végétaux et la faune EST EFFECTUE EGALEMENT, A UN MOMENT DONNE OU A UN AUTRE, POUR LES HUMAINS !

Les hommes sont en train de pervertir et de TUER lentement tout ce qui est naturel et sain, tout ce que la nature offre de richesses et de bon.

Ce nouveau moyen d’aide assistée à l’EUTHANASIE DE LA PLANETE qu’est la base de données d’ADN TreePOL nous prouve une fois encore que SEULE une énorme et rapide REVOLUTION permettra de nous tirer de ce bourbier.

L’article dégueulasse des journaputes (qui, comme d’habitude, présentent cette base de données comme une « merveilleuse initiative » ), ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BONNE AUTO-DESTRUCTION ! Vic.




Source : journal belge « Metro » n°1669 du lundi 05 mai 2008, p.11. ( http://www.metrotime.be )


COLLECTER L’ADN DES ARBRES


New York – Des chercheurs du Jardin botanique de New York sont sur le point de mener une vaste entreprise de récolte d’ADN de milliers d’espèces d’arbres provenant du monde entier. Un projet baptisé TreePOL dont les bases doivent être posées dans les prochains jours.

Un brin d’ADN sera utilisé comme code-barres, à l’image des codes-barres des produits vendus en épicerie qui permettent d’afficher les prix. Mais pour les plantes et les animaux, les scanners étudieront l’agencement des quatre bases qui composent l’ADN de manière à identifier les espèces.

La base de données obtenue devrait aider à identifier un grand nombre d’espèces végétales existant dans le monde, à les localiser et à savoir si elles sont menacées. Pour Damon Little, coordinateur du projet, les résultats sont cruciaux pour la conservation et la protection de l’environnement, alors que la population augmente et que le développement progresse.

« Si vous ne savez pas ce que vous détruisez, comment pouvez-vous savoir si c’est important ou pas », souligne-t-il.

« On sait si peu de choses sur la nature, quand on y pense, même après des centaines d’années de travail ».

L’entreprise est gigantesque. Les arbres représentent à eux seuls 25% des plantes et, à en croire Damon Little, ils pourraient bien compter jusqu’à 100.000 espèces. Ceux qui participent à l’étude viennent de pays tels que l’Afrique du Sud, l’Inde et, bien sûr, les Etats-Unis.

Mais pour que la base de données soit utile, le même brin d’ADN doit être utilisé dans tous les échantillons, permettant les comparaisons entre espèces.

Le parc botanique a reçu près de 600.000 dollars (386.000 €) pour coordonner le projet.

http://www.nybg.org


Dernière édition par Admin le Ven 12 Mar 2010 - 19:14, édité 2 fois

Admin
Admin

Messages : 2619
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

DOOMSDAY SEED VAULT : SUITE !

Message  Admin le Ven 12 Mar 2010 - 19:06

NOUVEL ORDRE MONDIAL : BANQUES DE SEMENCES : LE DOOMSDAY SEED VAULT DE BILL GATES, DES ROCKEFELLERS ET DES MULTINATIONALES DES OGM, A DEJA AMASSE UN DEMI-MILLION DE SEMENCES !!!




Chers amis,


Dans l’article des putes des mass médias qui suit, on nous déforme la réalité en présentant les banques de semences comme des « garanties contre les guerres et les catastrophes naturelles qui éliminent les cultures alimentaires tout autour du monde ». Mad Bref, on nous présente ces banques douteuses comme quelque chose de tout à fait "positif". Rolling Eyes Il y a évidemment anguille sous roche, comme dans tout ce que les mass médias de propagande publient désormais... Mad

En plus de ces banques de semences, nous avons vu que des projets à peu près semblables, comme la banque de données d’ADN botanique « Treepol » par exemple (et pour laquelle je vous avais déjà posté un article - cf. https://secure.gn.apc.org/members/www.bilderberg.org/phpBB2/viewtopic.php?p=7327&highlight=doomsday+seed+vault#7327 , article du lundi 5 mai 2008), existent également… Shocked

CE QU’ON EVITE SOIGNEUSEMENT DE NOUS DIRE, C’EST QUE CES BANQUES DE SEMENCES SONT TENUES… PAR LES MONDIALISTES ET LEURS ASSOCIATIONS ! Twisted Evil Surprised Shocked Exclamation Mad

PAR EXEMPLE, LA BANQUE DE SEMENCES DE SVALBARD, PARFOIS NOMMEE « DOOMSDAY SEED VAULT » (COFFRE-FORT DE SEMENCES POUR LE JOUR DU JUGEMENT DERNIER », DEPEND D’UN TRUST (= D’UNE COMPAGNIE MULTINATIONALE) DANS LAQUELLE ON RETROUVE LES INVESTISSEMENTS MASSIFS DE… BILL GATES, DE LA FONDATION ROCKEFELLER ET DES INDUSTRIES MULTINATIONALES PRODUISANT DES OGM (MONSANTO, SYNGENTA…)
! Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Voir http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7529 .


Souvenez-vous : je vous avais déjà traduit et commenté il y a quelque temps un article concernant ce « Doomsday seed vault » (cf. https://secure.gn.apc.org/members/www.bilderberg.org/phpBB2/viewtopic.php?p=5407&highlight=doomsday+seed+vault#5407 , articles des 11 et 12 décembre 2007). L’article original en anglais peut être consulté sur http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7529 .

Rappelez-vous également que cette crapule de BILL GATES DEFENDAIT JUSTEMENT IL Y A QUELQUE TEMPS LE MENSONGE SCIENTIFIQUE DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE LIE AU CO2 EMIT PAS L’ACTIVITE HUMAINE, ET RECLAMAIT PUBLIQUEMENT UNE DIMINUTION MASSIVE DE LA POPULATION MONDIALE (DEPOPULATION QUI CONSTITUE, SOUVENEZ-VOUS-EN, L’UN DES BUTS PRINCIPAUX DU NOUVEL ORDRE MONDIAL ET DE L’ELITE) ! Twisted Evil

LA RESERVE DE SEMENCES DE SVALBARD N’EST DONC PAS DESTINEE AUX POPULATIONS (QUI DOIVENT ETRE REDUITES OU DISPARAITRE A TOUT PRIX), MAIS BIEN A L’ELITE ! Surprised Mad Exclamation

Nous avons vu que les cultures naturelles sont de plus en plus menacées par les cultures OGM brevetées et qui rapportent donc aux multinationales infectes de l’agro-alimentaire et des biotechnologies comme Monsanto ou BASF, par exemple. Twisted Evil

Nous savons QUE LE BUT DE CES CULTURES OGM MUTANTES EST DE SUPPRIMER LES CULTURES NATURELLES, QU’ELLES CONTAMINENT INELUCTABLEMENT. Twisted Evil Surprised Mad Exclamation Finies les semences naturelles qui se reproduisent et portent automatiquement du fruit, finies ces semences naturelles que Dieu et la Nature nous ont offerts gratuitement et généreusement : LES MULTINATIONALES DES OGM SE PROPOSENT DE LES REMPLACER PAR LEURS GRAINES BREVETEES QUI SONT, POUR LA PLUPART, STERILES (VOIR PAR EXEMPLE LES GRAINES DITES « TERMINATOR ») ! Twisted Evil Mad Mad Mad

Conséquence terrible : les fermiers et agriculteurs deviendraient des esclaves qui seraient FORCES D’ACHETER, CHAQUE ANNEE, DES SEMENCES GENETIQUEMENT MODIFIEES AUX ABOMINABLES MULTINATIONALES TOTALITAIRES ET PRODUCTRICES D’OGM, QUI S'EN METTRAIENT A NOUVEAU PLEIN LES POCHES AUX DEPENS DES POPULATIONS ! Twisted Evil Les pays ne pouvant plus acheter suffisamment de graines OGM aux diaboliques multinationales connaîtraient alors des FAMINES EPOUVANTABLES… Surprised Shocked Exclamation

Bien entendu, nous savons aussi que les semences génétiquement modifiées provoquent des allergies, des cancers et autres maladies dégénératives, suppriment des espèces naturelles et détruisent donc petit à petit l’environnement, les biotopes et les écosystèmes. LES OGM CONSTITUENT DONC UN MOYEN IDEAL POUR TUER LES POPULATIONS PETIT A PETIT. Twisted Evil Surprised

EVIDEMMENT, IL EXISTE DES MOYENS PLUS RAPIDES POUR FAIRE BAISSER DE FAÇON DRASTIQUE LA POPULATION : une guerre thermonucléaire, par exemple, serait « idéale » pour parvenir à ce but choquant et inhumain. Shocked Sad


MAIS SI LES OGM EMPOISONNENT L’ENVIRONNEMENT ET TUENT LES POPULATIONS, DE QUOI VIVRONT ALORS LES REPUGNANTES ELITES CRIMINELLES ET GENOCIDAIRES PENDANT LA CONTAMINATION DE LA NOURRITURE ET LE MASSACRE DES POPULATIONS ? Question

REPONSE : CES ELITES POSSEDERONT LEURS PETITES OASIS POUR LES TEMPS DIFFICILES, ET CULTIVERONT LEUR NOURRITURE A BASE DE GRAINES NATURELLES, DANS DES ENVIRONNEMENTS TRES PROTEGES ! Surprised Shocked Exclamation

C’EST NOTAMMENT A CELA QUE SERVIRONT LES BANQUES DE SEMENCES TELLES QUE CELLE DE SVALBARD (QUI, SOIT DIT EN PASSANT, EST JUSTEMENT CONÇUE POUR RESISTER AUX CATASTROPHES NATURELLES ET AUX FRAPPES NUCLEAIRES). Exclamation Exclamation Exclamation IL S’AGIT DE RESERVES DE SEMENCES QUE L’ELITE POURRA UTILISER POUR LEUR PETIT CONFORT PERSONNEL PENDANT ET APRES QUE LA POPULATION MONDIALE PLANETE AIT ETE ANEANTIE PAR LES GUERRES OU PAR LES OGM (SOUVENEZ-VOUS BIEN QUE LE BUT FINAL CONSISTE A ELIMINER 50 A 90% DE LA POPULATION TOTALE) ! Exclamation Mad


Bien entendu, aucune agence de presse pourrie ne souhaite rédiger d’article sur les personnes et les puissances qui détiennent ces banques de semence (Bill Gates ou la Fondation Rockefeller ne sont même pas cités dans l’article qui suit, et les multinationales productrices d'OGM encore moins), pas plus que sur le but véritable de ces forteresses qui abritent la plupart des espèces de graines de culture de la planète ! Mad

Mais vous qui avez lu cet article, désormais, vous savez que la réalité n’est pas celle que l’on présente dans la presse… Wink On prétend qu’un homme averti en vaut deux. A bon entendeur…

L’article des putes des mass médias de propagande et de désinformation, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BONNE MORT ! Exclamation Vic.




Source: http://news.yahoo.com/s/ap/20100311/ap_on_re_eu/eu_norway_doomsday_vault


LE DOOMSDAY SEED VAULT, EN NORVÈGE , ATTEINT LE SCORE D’UN DEMI MILLION (DE SEMENCES)



Par Ian MacDougall, rédacteur de l’Associated Press, et Ian MacDougall, , rédacteur de l’Associated Press - mercredi 10 mars, à 7:01 pm ET



OSLO, Norvège - Deux ans après avoir reçu ses premiers dépôts, un « Doomsday » seed vault (coffre-fort de semences « du jugement dernier ») situé sur une île de l'Arctique a amassé UN DEMI-MILLION D'ECHANTILLONS DE SEMENCES, CE QUI EN FAIT L’ENTREPOT DE SEMENCES DE CULTURE LE PLUS DIVERS DU MONDE, ont annoncé jeudi les opérateurs de ce coffre-fort.

Cary Fowler - qui dirige le trust qui supervise cette collection de semences, laquelle se trouve à 620 miles (1000 kilomètres) du pôle Nord, a déclaré que l'établissement ABRITE DESORMAIS AU MOINS UN TIERS DES SEMENCES DE CULTURE DU MONDE.

« De mon vivant, je ne pense pas que nous dépasserons 1,5 millions de semences. Je serais plutôt surprise si nous dépassions un million », a dit Fowler à l'Associated Press. « À ce stade, NOUS AURIONS TOUTE LA DIVERSITE DU MONDE ... ET LES ECHANTILLONS LES PLUS SURS ».

Situé dans l'archipel du Svalbard à distance de la Norvège, le Svalbard Global Seed Vault est une GARANTIE CONTRE LES GUERRES OU LES CATASTROPHES NATURELLES QUI ELIMINENT LES CULTURES ALIMENTAIRES TOUT AUTOUR DU MONDE. Il fut inauguré en 2008 en tant qu’une sauvegarde principale pour les 1400 autres banques de semences dans le monde, au cas où leurs dépôts seraient perdus.

La guerre a anéanti les banques de semences en Iraq et en Afghanistan, et une autre banque aux Philippines fut inondée à la suite d'un typhon, en 2006. LA BANQUE DE SVALBARD EST CONÇUE POUR RESISTER AU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE, AUX TREMBLEMENTS DE TERRE ET MEME AUX FRAPPES NUCLEAIRES.

Malgré ces progrès rapides, Fowler a indiqué que la banque possède d'importantes lacunes dans sa collection.

« Il y a quelques collections uniques que nous n’avons pas encore entreposées là – les semences d’Ethiopie et certains des matériaux d’Inde, ainsi que certains matériaux chinois », a-t-il dit.

Les additions les plus récentes incluent un haricot résistant aux moisissures provenant de Colombie et une collection de presque toutes les espèces de soja agricoles développées aux États-Unis au cours du siècle dernier.

Admin
Admin

Messages : 2619
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: BANQUES DE SEMENCES ET Cie : UNE PROTECTION POUR LES ORDURES DE L'ELITE MONDIALE !

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:23


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum