2010 : PUCES IMPLANTABLES, RFID, NANOTECHNOLOGIES, NEUROSCIENCES, N.B.I.C. ET CYBERNETIQUE

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

2010 : PUCES IMPLANTABLES, RFID, NANOTECHNOLOGIES, NEUROSCIENCES, N.B.I.C. ET CYBERNETIQUE

Message  Admin le Mer 3 Mar 2010 - 14:00

Chers amis,


De nouvelles sciences, technologies et découvertes menacent la démocratie, notre santé ainsi que toutes nos libertés individuelles, et ce jusqu'au libre-arbitre et l'identité d'être humain ! pale affraid

C'est le cas :

- des puces et nanopuces implantables (pour animaux ET pour les êtres humains),

- des puces RFID (radio frequency identification devices ou dispositifs d'identification par radiofréquence),

- des nanotechnologies (technologies de miniaturisation extrême, de l'ordre du nanomètre, c'est-à-dire du milliardième de mètre, donc de taille infime, presque moléculaire, et invisibles à l'oeil nu),

- des neurosciences (qui explorent aussi les moyens de mêler l'être humain et les organismes aux machines)

- des NBIC, c'est-à-dire les domaines qui associent ou pourraient rapidement associer :
les Nanotechnologies,
les Biotechnologies,
l'Informatique, et
le domaine de la Cognition (sciences cognitives)

- de la cybernétique (dont le but est d'implanter des membres robotisés, cybernétiques, bioniques, sur l'être humain)

Nous allons à présent étudier, analyser, traduire et commenter des articles concernant ces effroyables et diaboliques technologies... Wink

Nous allons commencer par la mise à jour de mars 2010 de mon article sur les puces implantables. Wink

Vic.


Dernière édition par Admin le Mer 5 Jan 2011 - 3:01, édité 2 fois

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

MICRO-PUCES IMPLANTABLES : LA MENACE ULTIME POUR L'HUMANITE ! 1

Message  Admin le Jeu 4 Mar 2010 - 11:03

MICRO-PUCES IMPLANTABLES : LA MENACE ULTIME POUR L'HUMANITE !




La “Health Link”, produite par l’entreprise « PositiveID »...


1. INTRODUCTION :


Les puces électroniques sont aujourd’hui devenues si « banales » que nous n’y prêtons même plus attention. Elles sont partout : dans nos machines à calculer, nos ordinateurs, nos appareils ménagers etc.
Mais depuis quelques années, nous les trouvons aussi sur nos cartes de banques, voire nos cartes de sécurité sociale ou même… nos cartes d’identité !

Il existe un type de micro-puce plus spécifique qui se place par exemple sur les produits de consommation, pour des raisons « de logistique » : les puces RFID. Les étiquettes munies de puces RFID (radio frequency identification devices ou dispositif d’identification par radiofréquence) les plus grandes sont constituées d’un papier autocollant de quelques centimètres carrés et qui possède une antenne de forme à peu près carrée et enroulée sur elle-même. Ce système des « tags RFID » est déjà employé par l’armée américaine et les militaires en général depuis un bon bout de temps.



Tag (= étiquette) RFID traditionnel

Les puces RFID les plus petites sont infimes (elles ont la taille d’un grain de poussière) ! Après l’armée, les entreprises privées s’y mettent aussi, désormais : les rasoirs Gillette et vêtements Benetton, ainsi que les supermarchés « Carrefour » vont joindre à leurs produits des puces minuscules sur les emballages de leurs produits, voire même DANS les produits eux-mêmes, et ces puces sont appelées, paraît-il, à remplacer les codes-barres que nous trouvons sur tous nos produits ! Ces puces émettent des signaux, ce qui, entre autres choses, leur permettraient de signaler qu’il faut «réapprovisionner les magasins » dès que ceux-ci sont en rupture de stock de leurs produits. Mais les puces RFID, déjà surnommées puces-espionnes, pourraient également servir de « mouchards » que nous risquons fort de ramener chez nous ! Elles pourraient notamment servir à profiler les clients, à connaître leurs habitudes etc. Qui donc pourrait garantir qu’elles ne serviront pas à éliminer, petit à petit, notre vie privée ? Chose intéressante, les puces RFID, historiquement, ont commencé à être utilisées dans le domaine militaire (fuselage des avions, notamment) et… pour l’espionnage !

Certains groupes de consommateurs, telle l’association américaine CASPIAN (cf. http://www.nocards.org/ ), crient déjà, et avec raison, au scandale et à l’invasion de la vie privée… D’ailleurs, plusieurs entreprises utilisant la RFID ont déjà été surprises en train de violer la vie privée des gens en utilisant ces puces à l’insu des clients !



La µ-chip (mu-chip) d’Hitachi, une des plus petites puces RFID au monde

D’autre part, ces tags RFID menacent de nombreux emplois (caisses automatiques), et ont déjà provoqué des grèves en France…

La RFID est déjà en train d’être remplacée par la « COMPUTATIONAL RFID » ou CRFID, par laquelle les puces RFID sont transformées en de véritables mini-ordinateurs avec davantage de possibilités pour tuer les libertés (cf. http://www.newscientist.com/article/dn17616-%20rfid-tags-vous-un-intelligence-upgrade.html ) !!!

On implante même aujourd’hui dans les animaux des micro-puces RFID encapsulées dans du verre et comportant une antenne enroulée, et qui contiennent des données sur l’animal (nom, vaccinations etc.) et permettent de l’identifier, de le localiser, de le traquer et de le retrouver, éventuellement par satellite, lorsqu’il s’est perdu ou échappé. Bref, ce qui n’était hier encore que science-fiction est aujourd’hui bien réel.

Poursuivons un peu la réflexion : si l’on est parvenu à appliquer cette technique sur des animaux, pourquoi ne pourrait-on pas en faire de même sur les êtres humains ?

C’est en tout cas techniquement et technologiquement possible, et nous allons voir que les puces implantables pour humains existent déjà, représentent des dangers énormes, et sont en train de se répandre ! Bien sûr, il y a des règles morales, éthiques, légales, ainsi que les Droits de l’Homme (qui sont bafoués chaque jour) pour nous « protéger »… Mais ces barrières sont-elles réellement suffisantes et efficaces, surtout si ce sont ceux qui sont au pouvoir qui les enfreignent ou les contournent ???

A priori, cette hypothèse d’une micro-puce implantée à grande échelle sur des humains pourrait relever de la « paranoïa »… Mais après la lecture de ce qui suit et après la découverte des dangers colossaux de ces puces, sans doute changerez-vous d’avis. Ce qui se préparait - à notre insu - a heureusement fait surface, et un scénario digne des pires cauchemars pourra donc - PEUT-ETRE ! - être évité grâce à nous, grâce à VOUS, si vous réagissez à temps ! Alors, DEBOUT ! C’est le moment ou jamais d’agir, dès aujourd’hui, pour vous, pour vos enfants et pour les générations futures, ou bien cette planète sera bientôt peuplée de zombies guidés par la volonté de ceux qui leur auront implanté la micro-puce…

A présent, lisez cet article jusqu’au bout et faites-vous votre propre opinion. Le choix vous appartient… J’espère cependant que vous déciderez de bouger, car les choses dont nous allons parler se passent ICI et MAINTENANT ! Vous pourrez également vérifier le contenu de cet article en vous rendant sur certains sites web se référant au sujet dont il est question ici (cf. les différents liens, et les références en point 9).


Dernière édition par Admin le Sam 6 Mar 2010 - 3:12, édité 3 fois

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

MICRO-PUCES IMPLANTABLES : LA MENACE ULTIME POUR L'HUMANITE ! 2

Message  Admin le Jeu 4 Mar 2010 - 11:48

2. HISTOIRE DE LA MICRO-PUCE SOUS-CUTANEE POUR HUMAINS :

La micro-puce sous-cutanée pour humains (que nous appellerons aussi « microchip » dans ce document – le mot anglais « microchip » signifie simplement « micro-puce ») ne date pas d’hier ; cela fait plus de 40 ans que l’on travaille dessus, comme le montre le témoignage de Carl W. Sanders.

Le docteur Carl W. Sanders est un ingénieur en électronique et un inventeur qui a travaillé auprès de nombreuses organisations gouvernementales et de compagnies telles que IBM, General Electric, Honeywell et Teledyn. Durant 32 ans, il a œuvré dans le domaine bio-médical, mettant au point, notamment, des micro-puces.

En 1968, il participe à un projet de recherche concernant un pontage spinal, afin de soigner une dame dont l’épine dorsale était endommagée. Le but était de trouver une solution pour relier les nerfs moteurs. Ce projet aboutit à la création d’une micro-puce (« microchip », en anglais) qui se recharge de façon autonome grâce aux changements de température du corps humain, ce qui lui donne une durée de vie pratiquement illimitée. Pour ce faire, elle possède un circuit de rechargement thermo-électrique, ainsi qu’une petite pile au lithium (pile rechargeable). Il est intéressant de noter ici qu'en ce temps-là, le lithium était à beaucoup utilisé, notamment par la NASA. Il fut confirmé au Dr. Sanders par un docteur du Centre Médical de Boston que si la micro-puce venait à se briser dans le corps humain, en raison du lithium, cela provoquerait une grave plaie, douloureuse et remplie de pus. Mais « on » décida malgré cela d’utiliser une pile au lithium pour la micro-puce…

On découvrit, après plus d’1,5 millions dépensés dans ce but, que les 2 endroits du corps humain où la température change le plus rapidement sont le front (juste en bas de la naissance des cheveux) et le revers de la main. Par suite de considérations financières (la puce ne « rapportait pas assez »), il fut signifié aux responsables du projet qu’ils devaient trouver de nouvelles applications pour cette puce…

Comme il avait été remarqué que LE CHANGEMENT DE FREQUENCE DE LA MICRO-PUCE AVAIT DES EFFETS SUR LE COMPORTEMENT UNE FOIS QU’ON L’AVAIT IMPLANTEE DANS LE CORPS, « on » orienta les recherches sur la POSSIBILITE DE MODIFIER LE COMPORTEMENT HUMAIN A L’AIDE DE LA MICRO-PUCE. Cette dernière pouvait diffuser un signal qui stimulait certaines parties du cerveau. On pouvait, par exemple, augmenter le taux d’adrénaline, ce qui provoquait un changement de comportement…

De plus, selon les découvertes effectuées par Carl Sanders et son équipe, LE CONTRÔLE DES NAISSANCES PEUT ETRE EFFECTUE VIA L'UTILISATION DE LA PUCE qui arrête le rendement de la glande pituitaire (= hypophyse), ce qui produit une ménopause instantanée. Ceci a été examiné en l'Inde et dans d'autres secteurs du monde. Le but des puissances contrôlant le monde est de REDUIRE LA POPULATION GLOBALE DE 90% : une taille qui, selon eux, est contrôlée plus facilement.

Lors d’une réunion devant des membres de la C.I.A. et d’importantes personnalités telle que Henry Kissinger (ancien secrétaire d’Etat américain partisan d’un Nouvel Ordre Mondial et au passé plus que douteux ; sous le président Nixon, il supervisa personnellement les opérations majeures de la C.I.A. et du F.B.I., et il dirigea les chefs d’état-major de l’armée), on fit remarquer au Dr. Sanders que, pour pouvoir CONTRÔLER UN PEUPLE, il fallait d’abord pouvoir l’IDENTIFIER.

Il fallut donc encore une fois réorienter le projet et AJOUTER A LA MICRO-PUCE LA FACULTE D’EMMAGASINER (ET DE RESTITUER) DES DONNEES QUI POURRAIENT INCLURE LE NOM ET LE VISAGE DE LA PERSONNE, SON NUMERO DE SECURITE SOCIALE (AVEC LES CODES INTERNATIONAUX), SES EMPREINTES DIGITALES, SA DESCRIPTION PHYSIQUE, LA GENEALOGIE DE SA FAMILLE, SON ADRESSE, SON OCCUPATION, DES INFORMATIONS CONCERNANT SES RAPPORTS D’IMPOT ET SON DOSSIER MEDICAL. La « restitution » des données peut se faire à l’aide d’un scanner spécial qui analyse et traite les données contenues dans la puce…

A l'époque, le Dr Sanders travaillait pour la compagnie Lucent Technologies. Il baptisa sa micro-puce sous-cutanée pour humains la #BT952000 (le signe "#" signifie "numéro" en anglais et remplace notre signe "n°"). Lors de l'invention et de la mise au point de la puce #BT952000, l'ordinateur que Sanders utilisait était un "Data-Net 30"... Cet ordinateur possédait déjà un nom à 18 bit, 3 groupes de 6 bit, pour être précis. Sanders (qui n'était pas croyant à l'époque ni ne prêtait attention aux nombres etc.), utilisa aussi pour nommer sa puce, par logique et par facilité, un nom correspondant à 18 bit, divisés en 3 groupes de 6 bit (6,6,6)... Par la suite, le Dr Sanders a réalisé qu'on l'avait trompé et qu'il avait en définitive participé à l'élaboration d'une horreur indicible, peut-être même la "marque de la Bête" dont il est question dans l'Apocalypse de St Jean (voir paragraphe 6 de cet article). Devenu croyant depuis, il parcourt le monde pour mettre les gens en garde contre ce genre de technologie...



Deux types de scanner différents conçus afin de lire le numéro unique de la micro-puce sous-cutanée pour humains et afin de relier ce numéro à une base de donnée en ligne. A gauche, le modèle portatif ; à droite, le modèle « portail »…


Parmi ses composantes, la micro-puce possède un émetteur-récepteur qui envoie un signal numérique à base de pulsions transmettant 85 éléments de données. Il émet aussi, à intervalles réguliers, un signal analogue créé numériquement. Utilisé comme un relais et via les bases terrestres, les antennes-relais et les satellites, ce signal envoie des informations essentielles, servant éventuellement à LOCALISER le porteur. Le porteur de la microchip devient donc une « antenne vivante » pouvant être repérée à tout moment par satellite !!!

Le docteur Sanders assista à 17 réunions à travers le monde (dont Bruxelles et le Luxembourg) où ces sujets furent discutés dans l’esprit d’un GOUVERNEMENT MONDIAL UNIQUE et d’une MONNAIE MONDIALE UNIQUE.

(Avant de pouffer de rire à l'idée d'une monnaie mondiale unique, regardez l'évolution en Europe, par exemple : les monnaies nationales ont été remplacées par une monnaie supranationale (cf. l'euro). En 2009 une étape très importante a été entamée, soi-disant « afin d’aider à régler la crise économique mondiale », mais elle a été peu signalée : les PREMIERES DECLARATIONS ET LES PREMIERS PAS VERS L’ADOPTION D’UNE MONNAIE UNIQUE MONDIALE ! A la base, LE G20 et le FMI avaient parlé du SDR (SPECIAL DRAWING RIGHT, OU DROIT DE TIRAGE SPECIAL) pour remplacer le dollar en tant que monnaie de réserve mondiale (cf. http://www.augustreview.com/news_commentary/global_banking/special_alert-looming_u.s._exchange_controls_20090330116/ ). D’autres dirigeants, dans le monde entier, se plaçaient en faveur d’une monnaie mondiale, SANS EXPLIQUER EXACTEMENT CE QUE CELLE-CI DEVRAIT ETRE. UNE MONNAIE MONDIALE NOMMEE « EURO DOLLAR » FUT PRESENTEE AUX PARTICIPANTS DU G8 (cf. http://www.futureworldcurrency.com/Documents.asp?DocumentAreaID=47&DocumentID=204 ). L’ORGANISATION DES NATIONS-UNIES (ONU) A PROPOSE PAR LA SUITE UNE MONNAIE UNIQUE MONDIALE EN OR (L’ORO) ET EN ARGENT (L’UNO), MONNAIE QUI SERA SANS DOUTE UNE MONNAIE DE SINGE MAIS QUI PERMETTRAIT LE PASSAGE A « AUTRE CHOSE ». Cette monnaie a été confirmée par le World Gold Council (cf. http://www.blacklistednews.com/news-6749-0-13-13--.html . Quant aux déclarations en faveur d’une gouvernance mondiale, elles sont trop nombreuses pour pouvoir les inclure ici. Suivez l’actualité, et vous lire ou entendrez de nombreux chefs d’Etat faire appel à ce gouvernement mondial ou au nouvel ordre mondial).

Se rendant compte des possibilités terrifiantes de la micro-puce, Carl Sanders, après avoir terminé le projet, décida de faire de la prévention et d’avertir les populations des DANGERS que représente la micro-puce. Cette micro-puce, grâce à la miniaturisation, ne mesure pas plus qu’un grain de riz, contient 250.000 pièces et peut être implantée sous la peau à l’aide d’une seringue hypodermique et sous anesthésie locale.

Le site de Carl Sanders peut être consulté ici : http://www.trumpetmin.com/

L'une des premières micro-puces d'identification fut le transpondeur TX1400L de la société Destron (brevets U.S. 4730188 et 5041826), initialement conçu pour les animaux MAIS dont la publicité disait "bien que conçu pour être injecté dans des animaux, ce transpondeur peut être utilisé pour d'autres applications exigeant une micro-étiquette d'identification" !

Le Dr Daniel Man fut le premier détenteur d'un brevet aux USA pour un implant à utilisation sur l'être humain. Il s'agissait de retrouver les ENFANTS perdus ou enlevés...

Jack Dunlap, un entrepreneur d'Arizona, proposa le système KIDSCAN. Ce système était supposé suivre les enfants munis de la puce d'identification qui aurait envoyé des signaux aux satellites... Ce système ne vit cependant (heureusement) jamais le jour... Mais aujourd'hui, des systèmes similaires existent, y compris pour les enfants ! Nous allons le voir dans la suite de cet article.

Par ailleurs, les enfants ont TOUJOURS été une priorité et une cible particulière dans le développement des micro-puces sous-cutanées pour humains. La raison en est expliquée dans le point 5 (Comment "on" essaiera de nous faire accepter cette maudite micro-puce).




Implantée sous la peau à l’aide d’une seringue hypodermique et via une anesthésie locale...


Dernière édition par Admin le Ven 5 Mar 2010 - 14:44, édité 1 fois

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

MICRO-PUCES IMPLANTABLES : LA MENACE ULTIME POUR L'HUMANITE ! 3

Message  Admin le Jeu 4 Mar 2010 - 17:17

3. ET AUJOURD'HUI ?


A l’heure où la médecine utilise la micro-chirurgie et commence à utiliser de petites « pilules électroniques » photographiant notre corps de l’intérieur (voyez à ce sujet le site http://www.givenimaging.com et renseignez-vous sur la pilule-caméra "PillCam" : http://www.givenimaging.com/en-us2/Patients/Pages/pageSmallBowel.aspx ) ; à l’heure où l’on parle de plus en plus de « nanotechnologie » (technologie miniaturisée jusqu’à une échelle microscopique et invisible à l’œil nu) ; alors que la pilule abortive est en vente dans les pharmacies, que les implants contraceptifs sont utilisés et que certaines expérimentations génétiques sur les embryons ont été adoptées ; alors que les expériences de clonage ont débuté, alors que l’on commercialise massivement des téléphones cellulaires (G.S.M.) dont les ondes et la fréquence se révèlent dangereuses pour la santé, que constatons-nous ?

- Tout d’abord, nous avons été amenés progressivement à adopter les codes-barres, puis les puces électroniques sur nos cartes (bancaires, de sécurité sociale, voire même d’identité pour certains pays - la nouvelle carte d’identité belge à puce en est un exemple), et enfin les micro-puces implantées sous la peau de nos animaux domestiques, et qui sont parfois appelées « transpondeurs ». La question étant : quelle sera la prochaine étape ???

- Ensuite, nous possédons à présent des systèmes performants d’orientation ou de repérage par satellite (via les bases terrestres, les antennes relais et les systèmes GPS - Global Positioning Satellite – et Galileo, par exemple)

- Nos découvertes en matière d’armes chimiques, bactériologiques ou nucléaires ont nettement progressé

- Les systèmes gouvernementaux et leurs institutions ont dépassé le simple cadre de l’Etat-nation et sont de plus en plus basés sur des conglomérats internationaux (O.N.U, O.M.C., O.C.D.E., F.M.I., banque mondiale) que l’on sent devenir de plus en plus mondiaux

- L’économie prime sur énormément de choses et connaît le phénomène de la « mondialisation » ou « globalisation », avec une hégémonie d’entreprises multinationales dont le pouvoir et les capitaux sont tels qu’il dépassent parfois ceux de certains pays

- Les médias disposent d’un pouvoir d’impact énorme sur les masses ; les systèmes de transmission et d’information sont plus rapides que jamais.


Mais au fait, quoi de neuf au niveau de la micro-puce ?


Eh, bien ! La micro-puce fait partie de ce que l'on appelle désormais les technologies "RFID" (Radio Frequency Identification Devices ou "dispositifs d'identification par radiofréquence") ou les « implants TIC » (implants des Technologies de l’Information et de la Communication).

Nous avons même franchi les puces sous-cutanées pour nous diriger plus loin encore dans l’horreur et l’inhumain, avec les puces neurales et cérébrales !

Comment fonctionne donc la puce sous-cutanée pour humains à l’heure actuelle ?

Cette puce varie en taille, et est légèrement plus grande ou légèrement plus petite qu’un grain de riz. On l’implante habituellement sous anesthésie locale à l’aide d’une seringue hypodermique dans l’aguille de laquelle se trouve la puce RFID implantable. La puce est presque toujours passive. Lorsque l’on passe un scanner portable à l’endroit où on a implanté la puce, celui-ci « réveille » la puce, et celle-ci lui renvoie une information : en l’occurrence, un numéro unique à 16 chiffres. Ensuite, en se connectant sur un site Internet spécial qui contient une base de données centralisée, on peut, en entrant le numéro à 16 chiffres, avoir accès au dossier de la personne pucée. Sans la base de données centralisée, le système est inutilisable, du moins à l’heure actuelle…

Sachez qu’aux Etats-Unis, il est possible depuis la fin de l’année 2002 pour tout citoyen de se faire implanter la puce, et ce pour la « modique » somme de 200 dollars (+ frais mensuels) !!! En effet, la firme Positive ID, anciennement nommée VeriChip Corporation, a été autorisée depuis 2004, par la Food and Drug Administration des USA, à commercialiser sa micro-puce sous-cutanée pour humains. Si vous croyez que ceci est une mauvaise blague, allez donc visiter les sites suivants : http://www.verichipcorp.com/Veri_Med_Health_Link.html , et http://www.positiveidcorp.com/index.html . L’approbation de cette puce par la FDA est disponible ici : http://www.mediafire.com/?mqjrmgkzozi .

« Mais où est le problème ? », penserez-vous, puisque les braves gens qui se font pucer ont choisi cette option en toute liberté de choix ?

Et bien le problème, il se situe ici : les gens ne possèdent pas toutes les informations pour pouvoir prendre une décision éclairée, et la propagande des médias de masse ne leur présente que les aspects soi-disant « positifs » des implants. Les dangers sont systématiquement cachés, ou minimisés. De plus, il existe des projets de loi devant le Congrès américain qui permettront d’injecter la micro-puce aux enfants dès leur naissance, soi-disant « à des fins d’identification ». De plus, le président des U.S.A., selon l’article 100 de la loi sur le contrôle de l’immigration de 1986, a le pouvoir de décider TOUTE forme d’identification qu’il juge nécessaire, ce qui inclut donc une micro-puce insérée sous la peau. La microchip a déjà été utilisée lors de la Guerre du Golfe en août 1991 ; elle a déjà été testée et implantée sur des militaires, des employés du gouvernement et sur du personnel d’entreprise.

ET LA PUCE SOUS-CUTANEE A HELAS COMMENCE A ETRE IMPOSEE ET A DEVENIR OBLIGATOIRE ! AINSI, LE MEXIQUE A DECIDE QUE LES TRAVAILLEURS ET LES VISITEURS PROVENANT DU GUATEMALA ET DU BELIZE DEVRAIENT ETRE PUCES A PARTIR DE MARS 2008 ! ET CE N’EST QU’UN DEBUT… LE DANGER EST DONC A PRESENT BEL ET BIEN LA. IL EST GRAND TEMPS DE REAGIR FAROUCHEMENT ET DE RENDRE CETTE PUCE IMPLANTABLE ILLEGALE ET TOTALEMENT INTERDITE !!!

PLUS GRAVE ENCORE : EN JANVIER 2008, LE GOUVERNEMENT CRIMINEL DU ROYAUME-UNI A DECIDE DE PUCER LES PRISONNIERS !!! LA AUSSI, LE PUCAGE VA DEVENIR OBLIGATOIRE ! ET CECI SE PASSE CHEZ NOUS, EN EUROPE !!!

Voici une autre composante du problème : nous avons reçu une information CAPITALE : LES PUCES RFID IMPLANTABLES SONT CANCERIGENES ! Ceci a été révélé par plusieurs études universitaires effectuées sur des animaux de laboratoire. Ces animaux (rats, souris et chiens) avaient développé des tumeurs malignes à l’endroit de l’implantation et tout autour de la puce, et la plupart d’entre eux en sont morts ! L’organisation américaine CASPIAN a diffusé un rapport de 52 pages sur les études universitaires menées, et qui prouve que le caractère cancérigène des puces RFID implantables est bien une réalité. Ce rapport peut être visionné et téléchargé sur http://www.antichips.com/cancer/albrecht-microchip-cancer-full-paper.pdf . Suite à ce rapport, CASPIAN a lancé un appel afin que les puces RFID implantables soient complètement abandonnées pour les humains, et que les programmes de puçage obligatoire des animaux soient eux aussi supprimés ! Nous connaissons d’ailleurs la raison pour laquelle ces implants sont cancérigènes : les ondes radiofréquences, employées dans TOUT DISPOSITIF RFID, cassent les hélices d’ADN des cellules, permettant ainsi la mutation des cellules et le développement de tumeurs (cf. http://www.next-up.org/pdf/ReuterEnergieDesRadioFrEquencesEndommageADN20122004DocAssociesInterviewVideoPrAdlkofer.pdf ) !

L’autre problème, c’est que ces personnes qui se font pucer sont bien souvent très mal informées et ignorent souvent les risques inouïs que la puce sous-cutanée pour humains représente. On ne leur donne que les prétendus « avantages » de la puce avant de les implanter.

Toujours aux U.S.A., l'ex-ministre de la Justice (qui est aussi un général, donc un militaire), John Ashcroft, a permis ces dernières années le développement de « camps d’internement pour civils ». Dans une vidéo dénommée « Gulag USA », il a été prouvé que ces camps regorgent d’instruments de torture, mais aussi que l'on projette d'y utiliser des dispositifs permettant d’implanter les prisonniers avec la micro-puce sous-cutanée pour humains !!! Durant la seconde guerre mondiale, les nazis « marquaient » les prisonniers à l’aide de tatouages à l’entrée des camps… Aujourd’hui, les USA, dans ces camps pour civils, marqueraient les prisonniers (des civils !) avec des micro-puces sous-cutanées afin de les identifier et de suivre leur moindre mouvement !

Plus inquiétant encore : la presse indépendante U.S. a signalé l’existence d’un projet qui rendra OBLIGATOIRE le « puçage » des sans domicile fixe dans 5 Etats, dont New York et la Californie ! On va donc commencer à rendre cette micro-puce sous-cutanée pour humains OBLIGATOIRE, et en commençant par les parties les plus faibles de la population !
Le faux prétexte invoqué effectuait un amalgame entre les SDF et les criminels (les SDF sont « facilement criminalisables ») !!!

La Food and Drug Administration (organe officiel chargé d'étudier tous les médicaments et appareils médicaux, de les valider ou de les réfuter pour le marché américain) à donné la permission à la verichip/Health Link d'être utilisée dans les hôpitaux U.S. à des fins soi-disant « médicales », tout en reconnaissant que cet ignoble implant représente de façon certaine des dangers pour la santé (voir au point 4) !!!

Question : qui, au cours de sa vie, ne se rend pas au moins une fois à l'hôpital ? Si l'on commence à "pucer" les malades dans les hôpitaux à de prétendues fins de "monitoring médical", c'est toute la population qui risque d'y passer tôt ou tard !!!

La Food and Drug Administration vient aussi de classifier définitivement la verichip comme étant un "dispositif médical de classe II requérant des contrôles spéciaux" !

Des "intellectuels" et des patrons américains commencent eux aussi à se faire "pucer".

Et la verichip/Health Link est aujourd’hui employée de manière toujours plus large dans les hôpitaux américains (et ce, alors qu’elle est cancérigène) ! Par exemple, le centre médical de Beth Israel Deaconess, basé à Boston, a installé dans sa salle des urgences des scanners/lecteurs de micro-puces verichip/Health Link, et s'apprête à pucer les patients !!! Des CENTAINES d’hôpitaux et de centres de soins américains ont DEJA adopté la puce sous-cutanée !!!

Toujours aux U.S.A., un bus appelé le "Chipmobile" sillonnait les différents états, en encourageant les gens à se faire pucer ! Et lorsqu'ils trouvaient un endroit où de nombreuses personnes inconscientes sont intéressées et souhaitent se faire pucer, les dirigeants de Verichip Corp./PositiveID faisaient construire un centre pour diffuser la puce et son influence !

Enfin, en ce qui concerne les dernières nouvelles alarmantes en provenance des U.S.A., un ancien gouverneur et ministre de la santé et des relations humaines sous George W. Bush, Tommy Thompson, a été nommé au sein du conseil de Applied Digital Solutions, la firme mère de Positive ID (anciennement nommée VeriChip Corp.), et avait promis de se faire pucer « en temps utile ». Ce sinistre individu a participé aux élections présidentielles américaines de 2008, et à ce jour, il a toujours refusé de recevoir cette puce, dont les dangers le font sans doute reculer.

MAIS LE PLUS GRAVE, C'EST QU'IL A DEPOSE (juillet 2005) UN PROJET DE LOI QUI, S'IL EST ADOPTE, PERMETTRAIT QUE TOUS LES CITOYENS AMERICAINS SOIENT PUCES !!!

En septembre 2005, suite à l'ouragan Katrina, Verichip Corporation a pucé, afin de pouvoir les identifier, les restes des cadavres des victimes de cette terrible catastrophe naturelle. Encore un peu de pub gratuite pour les crapules de chez Verichip/PositiveID... En outre, des stocks de micro-puces sous-cutanées pour humains ont été effectués en Louisiane et au Mississipi, soi-disant "au cas où il y aurait d'autres catastrophes naturelles"...

LES CITOYENS DES ETATS-UNIS SONT DESORMAIS MENACES DE PUÇAGE GENERALISE VIA LE PROJET DE LOI HR 3200 qui peut être téléchargé sur http://www.mediafire.com/?eyqimztn3jf . On trouve, en page 1000 de ce projet de loi, la création d’un « NATIONAL MEDICAL DEVICE REGISTRY » (REGISTRE NATIONAL DES DISPOSITIFS MEDICAUX) :

“(B) par l'insertion, après le paragraphe (f), du texte suivant: "National Medical Device Registry" (« Registre National des Dispositifs Médicaux ») (g) (1), LE SECRETAIRE (D'ETAT) ETABLIRA UN REGISTRE NATIONAL DES DISPOSITIFS MEDICAUX (dénommé «registre» dans le présent paragraphe) afin de faciliter L'ANALYSE de la sécurité après la commercialisation et DES DONNEES des résultats CONCERNANT CHAQUE DISPOSITIF QUI --

(A) est ou a été utilisé DANS ou sur un patient, et
(B) est - (i) un dispositif de classe III;
(ii) UN DISPOSITIF DE CLASSE II QUI EST IMPLANTABLE, qui soutient la vie ou la survie.

Pour rappel, les puces implantables VeriChip/Health Link, par exemple, ont été reconnues par la FDA des USA comme étant un « dispositif médical de classe II » (cf. http://www.accessdata.fda.gov/cdrh_docs/pdf3/k033440.pdf ) !

En mai 2006, le président colombien URIBE a proposé, afin de s’assurer que tous les travailleurs colombiens qui partaient travailler de façon saisonnière aux U.S.A. reviennent bien en Colombie, qu’on PUCE CES TRAVAILLEURS AFIN DE LES PISTER et afin de pouvoir les repérer et les récupérer dans le cas où ils tenteraient de rester de façon illégale aux U.S.A. ! DEPUIS LORS, LE MEXIQUE A RENDU LA PUCE SOUS-CUTANEE OBLIGATOIRE (A PARTIR DE MARS 2008) POUR LES TRAVAILLEURS ET LES VISITEURS PROVENANT DU GUATEMALA ET DU BELIZE !!!

Les U.S.A. ont repris ce concept : on parle à présent de PUCER LES TRAVAILLEURS IMMIGRES « afin de s’assurer qu’ils retournent bien dans leur pays et qu’ils ne restent pas aux U.S.A. en tant qu’immigrés illégaux » !!!

PositiveID est en pleine discussion avec Washington afin de pouvoir PUCER LES SOLDATS AMERICAINS (la puce remplacerait ainsi les « dogtags » - ce qui peut se traduire par « médaillons pour chiens » -, ces médaillons qui reprennent les données spécifiques de chaque soldat).

Et un projet visant à PUCER TOUS LES EMPLOYES DES AEROPORTS AMERICAINS est à l’étude devant le Congrès des USA ! En effet, les consignes de sécurité démesurées prises depuis le 11 septembre 2001 « contre le terrorisme » mènent soi-disant à la prétendue « nécessité » de contrôler et de pister tous les membres du personnel des aéroports…

LES PREMIERS PUCAGES DE MASSE SANS LE CONSENTEMENT PERSONNEL DE LA PERSONNE (donc, des puçages OBLIGATOIRES !) ONT ETE EFFECTUES EN MAI 2007 SUR 200 PERSONNES ATTEINTES DE LA MALADIE D’ALZHEIMER, dans l’infect centre de « soins » nommé « Alzheimer's Community Care », à West Palm Beach, en Floride ! En effet, certains patients ne possédant plus les facultés mentales pour pouvoir accepter ou refuser ces implants, ce sont leurs PROCHES qui ont pris la décision A LEUR PLACE !

Malgré les protestations d’activistes anti-puce, ce scandaleux centre de soins dirigé par de véritables NAZIS en blouse blanche a décidé MALGRE TOUT de pucer les 200 patients en question !

Mais il n’y a pas qu’aux U.S.A. que la microchip fait des ravages, et actuellement on peut même dire que toutes les zones du monde sont concernées par ce terrible problème ! Voyez plutôt…

Il y a peu, Applied Digital Solutions (la compagnie-mère qui commercialisait la micro-puce sous-cutanée) a signé des accords commerciaux pour la « Verichip » avec de nouveaux pays. C’est ainsi que le Mexique, la Corée du Sud, le Venezuela, l’Argentine, la Colombie, les îles Caraïbes, la République Dominicaine, Porto Rico, le Paraguay, l’Uruguay, le Brésil, le Chili, l’Amérique Centrale et l’Afrique du Sud ont été contaminés en l’espace de quelques mois par le phénomène de la micro-puce sous-cutanée. Au Mexique et au Brésil, les enfants sont déjà implantés !!!
Le ministre le la justice mexicain s’est fait implanter la verichip sous la peau ainsi qu'un certain nombre de ses employés !!!

Et la Malaisie a acheté des micro-puces (d’une marque différente de celles de PositiveID) qui peuvent s’utiliser de différentes manières, notamment sous la peau et « à des fins de repérage et d’identification »…

La Malaisie a également adopté la verichip/Health Link : en effet, certains pays d'Asie ont signé un accord avec Applied Digital Solutions et Verichip Corp./PositiveID pour l'achat et la distribution, étalée sur 3 ans, de 65.825 verichips/Health Links et de 4.687 scanners minimum ! Ces pays sont la Malaisie, l'Indonésie, la Thaïlande et la Corée du Sud !

Le Canada, via la Colombie Britannique, a également été touché : en effet, Applied Digital Solutions vient de faire une offre pour acheter une compagnie basée en Colombie Britannique et appelée EXI Wireless Inc. Cette acquisition ajoutera environ 200 revendeurs et distributeurs à VeriChip Corporation/PositiveID !!! Le but clairement avoué est de répandre et de distribuer la verichip/Health Link au maximum dans les hôpitaux américains et canadiens !

Et désormais, l'Afrique, Singapour, Taiwan et l'Arabie Saoudite possèdent eux aussi leur distributeur agréé Verichip/PositiveID !

En novembre 2003, lors d’un salon de la sécurité qui se déroulait à Paris, le patron d’Applied Digital Solutions a fait une déclaration fracassante en révélant que la verichip/Health Link pourrait être le « moyen de protection ultime » et qui, en plus, pourrait amener les gens à une SOCIETE SANS ARGENT CASH ET SANS CHEQUES ! Il semble donc bien que le but d’utilisation de la micro-puce sous-cutanée pour humains en tant que « monnaie unique » signalé par Carl W. Sanders soit en train de se confirmer !!!

Suite au tremblement de terre et aux raz-de-marée (tsunami) qui ont ravagé l'Asie fin 2004, certains cadavres ont été "pucés" à des fins d'identification ultérieure, afin aussi "d'éviter les épidémies" et de permettre aux familles déjà rudement éprouvées de « ne pas souffrir un peu plus à l'idée qu'un de leur membre reposerait dans une tombe anonyme ». Il s'agit en réalité de prétextes humanistes ou médicaux pour faire paraître ces puces comme "utiles", "pratiques" et "incontournables" aux yeux de l'opinion publique... Le puçage des cadavres fut également mis en place aux U.S.A. après le passage de l'ouragan Katrina.

Enfin, en ce qui concerne l’Europe, Applied Digital Solutions a trouvé un distributeur agréé en Espagne (là où les attentats « terroristes » de Madrid se sont produits… un « hasard » ?) ; au Royaume-Uni (grand ami des USA), on a décidé de suivre le mouvement de dictatorialisation mondial, puisque Applied Digital Solutions, via sa filiale Verichip Corporation/PositiveID, a signé des accords commerciaux avec la compagnie londonienne Surge IT Solutions pour la distribution de la verichip/Health Link : 9000 micro-puces sous-cutanées pour humains et 110 scanners ont été commandés !

On commence AUSSI à pucer les gens dans certains hôpitaux britanniques (comme aux USA, alors que ces puces sont cancérigènes !), et il est à signaler que le Royaume-Uni est le SEUL pays européen à posséder 2 puces sous-cutanées pour humains effectivement implantées : la verichip de Verichip Corp., et la Trovan ID100 IH de la compagnie Trovan !

La Suisse et la Russie se sont également jointes au nombre de pays concernés en commandant un certain nombre de micro-puces sous-cutanées « verichip » et de scanners « verichip readers » ; les Pays-Bas, l'Italie et l'Allemagne (septembre 2005 pour l'Allemagne) ont été touchés également, et la France serait dans le viseur d'Applied Digital ! L’Europe n’est donc pas épargnée, et la micro-puce sous-cutanée pour humains est donc déjà bien présente sur le sol européen !!!

PLUS DE 30 PAYS DE PAR LE MONDE (DONT DES PAYS EUROPEENS) SONT DONC DEJA TOUCHES PAR LE FLEAU DE CETTE MICRO-PUCE SOUS-CUTANEE POUR HUMAINS ! Tout ceci semble bien confirmer le « plan mondial » que le Karl W. Sanders a dénoncé il y a belle lurette !

Pire : en Espagne, à Barcelone, une chaîne de boîtes de nuit appelées « Baja Beach Club », utilise la verichip/Health Link comme un PORTEFEUILLE ELECTRONIQUE ainsi que comme un abonnement pour ses fidèles clients et pour ses « V.I.P. » (very important persons). Le patron de cette boîte encourage les gens à se faire implanter ! Et depuis juin 2004, la verichip/Health Link est proposée dans le « Baja Beach Club » de Rotterdam, aux Pays-Bas. On avait même parlé d’un nouveau Baja Beach Club, à Cologne (Allemagne), dans lequel la verichip aurait été proposée... Un bar, appelé le Bar Soba, à Glasgow, Royaume-Uni (le Royaume-Uni, qui, rappelons-le, possède son distributeur officiel de verichip/Health Link), propose à présent lui aussi la verichip/Health Link à ses habitués, et son patron, comble du "hasard", s'est fait pucer... au Baja Beach Club de Barcelone !

Des fans de nouvelles technologies, aux USA mais aussi en Grande-Bretagne, commencent à se faire implanter, parfois même avec des puces réservées aux animaux (!), afin d’ouvrir les portes et portières de voitures automatiquement, afin de déverrouiller leur ordinateur sans utiliser de mot de passe… mais sans tenir compte ou même sans être au courant des terribles risques et dangers de ces puces !

La verichip/Health Link risque-t-elle donc de devenir un « gadget à la mode » ? On essaie en tout cas tout ce qui est possible pour y parvenir…

En Italie, la verichip/Health Link a été introduite depuis avril 2004... dans une clinique de Rome, et elle a reçu une récompense en mars 2005 !

En France, suite aux vagues de chaleur qui avaient tué de nombreuses personnes âgées, le gouvernement avait parlé, pour les seniors des maisons de retraite, d’utiliser des bracelets à puce RFID ou... d'implanter la verichip/Health Link !!! Et Verichip Corporation avait prévu de trouver, fin 2005, un distributeur fiable pour la France…

Toujours en Europe, le développement des cartes d’identité à puce et des transpondeurs (= micro-puces sous-cutanées) pour animaux, notamment suite au soi-disant « péril terroriste » qui, soi-disant, nous menace tous et qui sert de prétexte à tout, ne constitue qu'une étape qui nous mène à la puce implantable et nous montre donc que nous, humains, risquons fort de suivre très prochainement le même chemin, d’autant plus que la micro-puce sous-cutanée pour humains (la « Health Link ») est déjà sur notre sol européen !!!

Fin 2009, l’ignoble entreprise VeriChip, afin de mieux brouiller les pistes et afin de tenter de se refaire une bonne réputation, a rebaptisé sa puce la « Health Link » (littéralement, « lien de santé »… un comble lorsque l’on sait que cette puce RFID implantable est cancérigène !).

LES INFAMES CRAPULES CE CHEZ VERICHIP ONT D’AILLEURS TENTE DE VENDRE LEUR PUCE IMPLANTABLE CANCERIGENE ET DE CONTRÔLE COMPORTEMENTAL A L’EUROPE TOUTE ENTIERE DURANT L’ID WORLD INTERNATIONAL CONGRESS QUI S’EST TENU EN ITALIE, A MILAN, DU 3 AU 5 NOVEMBRE 2009 ! VeriChip Corp. tente donc de se généraliser et de conquérir le marché européen (cf. http://www.blacklistednews.com/?news_id=6137 ) ! La menace est plus proche que jamais…

Toujours en novembre 2009, nous avons appris que VeriChip Corporation a fusionné avec une entreprise nommée Steel Vault Corporation (une entreprise qui s’occupe de la SURVEILLANCE DU… CREDIT – nous arrivons donc tout doucement à des applications financières - et de la prévention du vol d’identité) et TENTE DE SE REDONNER UNE VIRGINITE EN SE RENOMMANT « POSITIVE ID » (« l’identité positive », un nom complètement faux puisque l’identification proposée par cette compagnie signifie l’esclavage, la ruine de la santé et le contrôle absolu, ce qui est tout, sauf positif !) !

Il y a quelques années, le "groupe européen d'éthique en sciences et en nouvelles technologies" a remis à la Commission européenne un rapport sur les "implants TIC" (implants des nouvelles technologies de l'information et de la communication), implants TIC dont la micro-puce sous-cutanée fait partie. Cf. http://ec.europa.eu/european_group_ethics/docs/avis20_fr.pdf ou http://www.mediafire.com/?t0zjljzddny ).

Dans ce rapport, le groupe "d'éthique" RECONNAÎT LES DANGERS DE L'IMPLANT, AU NIVEAU DE LA VIE PRIVEE MAIS AUSSI AU NIVEAU DE "L'IDENTITE HUMAINE" ET DE LA "SUBJECTIVITE INDIVIDUELLE" (DONC, LE CONTRÔLE COMPORTEMENTAL ET L'INFLUENCE DE CES IMPLANTS SUR LE LIBRE-ARBITRE SONT BIEN RECONNUS !) ! Mais ce groupe "d'éthique" reconnaît également l'usage "bénéfique" qui peut être fait de la microchip à un niveau médical (et ce alors que la puce est cancérigène) ! Et à un niveau non médical, il estime que si le législateur se trouve dans une situation le forçant à utiliser cette technologie pour de la SURVEILLANCE ou plus (ce genre de situation extrême n'est bien sûr pas précisée ni décrite dans ce rapport), alors l'utilisation de ce type d'implant devrait être autorisée !

Sur un mode encore plus inquiétant, ce rapport nous cite les IMPLANTS CEREBRAUX et nous parle "d'amélioration de l'humain", notamment en ce qui concerne les personnes possédant de légères malformations génétiques ainsi que des maladies ou déficiences et autres anomalies non visibles au premier coup d'œil !!! Serions-nous donc revenus au temps des nazis, avec leur théorie grotesque du "surhomme" (Ubermensch) et l'élimination ou l'exploitation des faibles, des handicapés etc. ???

Le G29 (un comité consultatif de la Commission européenne) a publié un rapport sur les RFID. Ce rapport, en substance, reconnaît les dangers des RFID pour la vie privée, MAIS NE PRECONISE AUCUNE ACTION NI REGLEMENTATION AVANT QUE DES ABUS N'AIENT ETE COMMIS !

La Commission européenne a pris la décision de ne développer AUCUNE REGULATION pour la RFID. Elle craint en effet que les énormes PROFITS espérés au niveau industriel puissent être menacés par ce genre de régulation ! Or, la RFID est une technologie hautement liberticide ! Entre les libertés des citoyens européens et les profits des entreprises, il semble que la Commission européenne ait pris sa décision… une décision qui porte préjudice aux droits et libertés des citoyens !

L'Europe est donc plus que jamais menacée par cette technologie liberticide et hyper dangereuse !!!


Question importante : la "Health Link" de Positive ID est-elle la SEULE micro-puce sous-cutanée pour humains à ce jour ?

NON, absolument pas ! Pour l'instant, la "Health Link" de Positive ID est simplement celle dont on parle le plus au niveau des médias. Le répugnant marché des micro-puces sous-cutanées pour humains a tendance à prendre de l'expansion, et comme une idée (bonne ou mauvaise), qui rapporte de l'argent sur un marché potentiellement très juteux et en plein développement, est souvent suivie par différentes compagnies (loi de la concurrence ultralibérale oblige, et ce en dépit de toute morale et de l'éthique), nous voyons actuellement d'autres sociétés productrices de ces maudits implants de développer !

Ainsi, par exemple, la firme européenne TROVAN, elle aussi, commercialise une micro-puce sous-cutanée (voir http://www.eie-korea.com/pdf/ID100IH.pdf ou http://www.mediafire.com/?nn1tmiywezx ). Il en existe 2 modèles : la Trovan ID 100 IH, et la Trovan ID 100 IH/A. La différence entre les deux modèles n'est pas précisée, mais peut-être que l'une est un modèle "passif" et que l'autre est un modèle "actif"...

Le pire, c'est que Trovan possède déjà de très nombreux distributeurs agréés ! En effet, les produits Trovan sont déjà utilisés par 60 agences gouvernementales (cf. http://www.trovan.com/company/company.html ) et par plus de 60 pays répartis sur les 7 continents (cf. http://www.trovan.com/Why_Trovan/Why_Trovan.html ) !

En ce mois de mars 2010, l'Argentine, l'Australie, le Bénélux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) , le Canada, la Chine, le Chili, le Costa Rica, la République Tchèque, l'Allemagne, la Grèce, l’Equateur, la République dominicaine, l'Inde, l’Iran, l’Irlande, le Japon, la Corée, la Malaisie, la Lituanie, le Mexique, la Pologne, la Russie, la Scandinavie (Suède, Norvège, Finlande, Danemark), Singapour, la Slovaquie, la Slovénie, l'Afrique du Sud, l'Espagne, le Portugal, Taiwan, le Sri Lanka, l’Ukraine, les Emirats Arabes Unis, la Trinité et Tobago, St. Vincent, les Barbades, Grenade, la Jamaïque, le Royaume-Uni et (évidemment) les USA possèdent déjà un distributeur agréé Trovan (cf. http://www.trovan.com/contacts/contacts.html )!!!

La micro-puce malaisienne qui peut, entre autres, être utilisée de façon sous-cutanée chez les humains, est quant à elle produite par la compagnie FEC Inc.

Et bien entendu, les dangers de toutes ces micro-puces sous-cutanées sont les mêmes, ainsi que les applications possibles et les nombreux risques de dérives !!!

En Belgique en juin 2006, à la suite de l’enlèvement à caractère pédophile et du meurtre de 2 petites filles, Nathalie et Stacy, ainsi que du viol de l’une d’elles, un député et neurochirurgien belge, M. BROTCHI, a ainsi déposé un projet de loi afin que l’on utilise des puces sous-cutanées (EXTREMEMENT DANGEREUSES) sur… les pédophiles et agresseurs sexuels ! Ce projet de loi est actuellement gelé, et attend probablement le « dégel » afin de pouvoir entrer en application ! A nouveau, on joue sur les émotions et sur la corde sensible des gens, en prenant le moindre crime comme prétexte. Ce n’est évidemment que le début d’une longue liste et d’une pente glissante vers la dictature, et l’on risque de voir les criminels, les contrevenants et en finale TOUS les citoyens se voir implanter ces puces sous-cutanées, neurales et cérébrales de contrôle total !!! C’est d’ailleurs tellement vrai que le député belge Jacques Brotchi a d’ores et déjà avoué, dans un article accordé au magazine « Le Vif/L’Express » du 28 juillet 2006, que « ces implants connaîtront des développements dans le domaine de la santé et dans celui de la sécurité ». La cible n’est donc pas seulement les criminels, mais bien L’ENSEMBLE DE LA POPULATION ! Le Royaume-Uni possède lui aussi un tel projet de puçage des pédophiles. L’heure est très grave…


LES PUCES NEURALES, CEREBRALES ET LE « BRAIN MACHINE INTERFACE PROGRAM » :

Enfin, il faut également signaler l’existence de PUCES NEURALES ET CEREBRALES que l’on implante directement dans les nerfs ou dans le cerveau !!! On peut ainsi parler de l’ignoble projet « brain machine interface program » développé par la D.A.R.P.A. (agence du ministère de la défense américain) ou de « l’Activa Parkinson’s Control Therapy » développé par Medtronic, ou encore des systèmes « Braingate » et « Neuroport » développés par la compagnie Cyberkinetics. On peut aussi citer la très dangereuse puce cérébrale M.M.E.A. (multiple micro electrodes array). Ces puces, bien entendu, permettent un contrôle mental, comportemental et émotionnel ABSOLU, et permettent de faire ressentir à la pauvre personne implantée du plaisir ou… de la DOULEUR selon le bon vouloir de celui qui envoie les ondes depuis une station terrestre ! Ces puces constituent non seulement un moyen de contrôle efficace des populations, mais aussi une terrible et dangereuse ARME !

Ces puces neurales et cérébrales ont DEJA été appliquées en France et en Belgique sur des patients atteints de la maladie de Parkinson et de la maladie d’Alzheimer afin d’atténuer certains symptômes dérangeants de ces maladies (remarquez qu’il ne s’agit en AUCUN cas de « guérir » ! Ces puces ne guérissent pas – elles suppriment seulement un symptôme inconfortable).

Je dois également vous dire un mot à propos du projet inhumain de la D.A.R.P.A. (Defense Advanced Research Projects Agency, organe de défense américain, donc militaire) visant à enchaîner l’esprit et le corps humains via une puce cérébrale : ce projet, basé sur des micro-puces et micro-électrodes implantées dans le cerveau, dans les nerfs, sur les neurones ou les tissus mous du corps (!) se nomme « Brain machine interface program » (programme d’interface cerveau-machine). Il permet, à l’aide de ces MICRO-PUCES CEREBRALES BIDIRECTIONNELLES qui jouent en quelque sorte le rôle de « télécommande », de « téléguider » véritablement les animaux et les humains implantés ; ce procédé infâme sert également de base au développement de la « télépathie » et de la « télékynésie » (= augmentation transhumaniste des pouvoirs de l’être humain) par l’intermédiaire de ces puces qui jouent le rôle de relais.

En réalité, cette invention permet à l’humain d’agir sur l’extérieur par micro-puces et micro-électrodes interposées, MAIS ELLE PERMET AUSSI A « L’EXTERIEUR » D’AGIR DIRECTEMENT SUR L’INDIVIDU ET DE LE CONTRÔLER !
AVEC CETTE HORREUR TECHNOLOGIQUE, FINI LE LIBRE-ARBITRE ET PLUS AUCUN CONTRÔLE SUR SOI, QUE CE SOIT AU NIVEAU DES PENSEES OU MÊME AU NIVEAU DES MOUVEMENTS ! L’INDIVIDU DEVIENT UNE MARIONNETTE, UN ZOMBIE DONT LES MOUVEMENTS, EMOTIONS, ETATS D’ÂME… SONT COMMANDES DEPUIS L’EXTERIEUR ! Et vu les endroits très délicats où ce dispositif est placé (sur des neurones du cerveau ou des nerfs), retirer cet implant serait très dangereux, nécessiterait l’intervention de la chirurgie lourde et pourrait même provoquer des séquelles irréversibles ! L’INDIVIDU NE PEUT DONC PLUS RETIRER CET IMPLANT PAR LUI-MÊME… Nous en sommes là au niveau de ce que l’on appelle désormais la « POSSESSION TECHNOLOGIQUE » DE L’INDIVIDU.

Dernièrement, des patients humains volontaires atteints de la maladie de Parkinson ont servi de cobayes à ces expérimentations révoltantes. Le tout, bien sûr, sous des prétextes faussement humanistes de « tests pour aider ces patients à guérir de leur maladie » ou à « améliorer leur quotidien »… N’oublions quand même pas que la D.A.R.P.A. est un organisme militaire de défense, et que ses projets ne sont donc pas basés sur l’humanisme et le bien d’autrui, contrairement à ce que la propagande du régime en place essaie de nous faire croire naïvement ! Essayez ces quelques mots (brain machine interface program) dans un moteur de recherche et vous trouverez des sites web concernant cet affreux programme.

D’autres puces neurales ou cérébrales existent déjà. Citons par exemple le système Braingate, développé par Cyberkinetics (cf. http://www.cyberkineticsinc.com/ ), ou encore l’affreuse M.M.E.A. (multiple micro electrode array - cf. http://philadelphians.50megs.com/MMEA.html ).

Ces PUCES CEREBRALES hyper dangereuses et qui permettent le contrôle du comportement, des émotions, des sensations et même des actions des individus implantés, sont désormais banalisées de façon ignoble et présentées par la propagande des mass médias comme un moyen pour les humains de « guérir », d’acquérir des « facilités » et même de « nouveaux pouvoirs », comme la télépathie, par exemple (cf. http://justgetthere.us/blog/archives/All-in-the-mind-The-telepathy-chip-that-lets-you-turn-on-the-TV-using-the-power-of-thought.html ). On se rapproche là du concept nazi de l’Ubermensch (surhomme) et qui est défendu par les transhumanistes, ces savants-fous qui veulent se modifier physiquement via la technologie afin de dépasser le stade d’humain et de devenir des surhommes, voire même atteindre « l’immortalité » !

LA DATE DE 2020 A ETE CONFIRMEE COMME DATE-BUTOIR POUR LA MISE EN APPLICATION DES PUCES IMPLANTABLES, et notamment des puces cérébrales, qui sont défendues, entre autres, par l’ignoble compagnie Intel (cf. http://www.computerworld.com/s/article/print/9141180/Intel_Chips_in_brains_will_control_computers_by_2020?taxonomyName=Development&taxonomyId=11 ) ! La technique est connue : on tentera d’allécher les naïfs en leur montrant uniquement les aspects pratiques et de facilité des puces cérébrales, tout en « oubliant » de leur parler des aspects dangereux et liberticides ! Il ne nous reste plus que quelques années pour réagir et empêcher le pire !

Afin d'en savoir plus sur le brain machine interface program et la puce cérébrale M.M.E.A., je vous conseille ce dossier très bien documenté (en anglais et en 4 parties) que vous pourrez trouver ici : http://www.angelfire.com/d20/philadelphians/MMEA.html



Une micro-puce dans le cerveau, qui vous transformera en esclave et que vous ne pourrez plus enlever... cela vous intéresse ?


Le principe de fonctionnement des puces cérébrales

Le principe général est assez simple : la personne est opérée par opération de neurochirurgie (opération lourde et délicate). Durant l’opération, on va lui implanter, dans le cortex, à la surface du cerveau, une puce contenant toute une batterie de micro-électrodes. Cette puce est le plus souvent carrée. Elle ne fait que quelques millimètres de côté, est placée sur le cerveau et contient toute une série de mini « pointes » que l’on enfonce dans le cortex (voir ci-dessous).



Un fil électrique part de cette puce et est relié à un émetteur-récepteur sans fil (Wi-Fi ou Bluetooth). Voir l’illustration ci-dessous.



De part et d’autre du crâne (à l’extérieur ET à l’intérieur, on fixe un émetteur-récepteur qui dépasse (cet émetteur-récepteur permet d’émettre vers l’extérieur des ordres sous forme d’ondes MAIS AUSSI D’EN RECEVOIR DEPUIS L’EXTERIEUR – il y a donc bidirectionnalité). Petit remarque : le sans fil est nocif pour la santé, et c’est particulièrement vrai pour la Wi-Fi et le Bluetoth (cf. http://www.next-up.org/France/Wifi.php#1 , par exemple).

La personne implantée peur alors émettre des ordres vers l’extérieur à partir de son cerveau : la puce enregistre ces ordres et les envoie, via le fil électrique, à l’émetteur-récepteur, qui transmet les ondes vers l’extérieur. MAIS L’EXTERIEUR PEUT EGALEMENT ENVOYER DES ONDES QUI ARRIVENT A L’EMETTEUR-RECEPTEUR, ARRIVENT A LA PUCE VIA LE FIL ELECTRIQUE, ET ACTIVENT LA PUCE QUI EST IMPLANTEE DANS LE CERVEAU ! CELA PERMET D’ENVOYER DES INFORMATIONS QUI PEUVENT, SELON L’ENDROIT OU LA PUCE EST IMPLANTEE, PROVOQUER DES CRISES D’EPILEPSIE, PRODUIRE DES MOUVEMENTS, ENGENDRER DES HALLUCINATIONS VISUELLES OU AUDITIVES, CAUSER UNE HAUSSE OU UNE DIMINUTION DE LA PRODUCTION D’HORMONES ET DONC JOUER AINSI SUR LE COMPORTEMENT, VOIRE MEME ACTIVER LE CENTRE DE LA DOULEUR (= TORTURE) !!! Et le PIRE, c’est qu’il n’existe pas de moyen de lutter contre ces ordres qui proviennent de l’extérieur : notre volonté ne peut rien contre cela, les ordres arrivent et sont transmis selon un procédé mécanique imparable qui active le cerveau !

Malgré ces dangers terribles, la propagande se poursuit. C’est tellement vrai qu’un centre destiné à FAIRE LA PROMOTION DES PUCES IMPLANTABLES NEURALES ET CEREBRALES EXISTE AUX USA et possède même un site web : http://www.cnct.engin.umich.edu/Default.aspx .

Peut-être pensez-vous que nous sommes en sécurité, en Europe, concernant ces puces cérébrales… ce serait commettre une grave erreur. « L’INSTITUT DE LA MOELLE ET DU CERVEAU », QUI EST EN CONSTRUCTION AU SEIN DE L’HÔPITAL PARISIEN DE LA PITIÉ-SALPÊTRIÈRE, SERVIRA AUSSI À IMPLANTER LES PREMIÈRES PUCES CÉRÉBRALES ET À METTRE EN PLACE LES PROGRAMMES D’INTERFACE MACHINE/CERVEAU (BRAIN MACHINE INTERFACE PROGRAM – cf. http://afp.google.com/article/ALeqM5gX1qxrzy70JHDPFlwdZqyxE1ZEWw) ! FIN 2008, NOUS AVONS APPRIS QUE PLUS DE 16 PATIENTS ATTEINTS DE TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS AVAIENT DÉJÀ ÉTÉ PUCÉS DANS LE CERVEAU À TRAVERS LA FRANCE ET DANS DIVERS HÔPITAUX dans des buts soi-disant « médicaux » (cf. http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2008/11/15/01006-20081115ARTFIG00179--toc-en-stock-.php ) !


Enfin, ceux qui pensent encore que le genre de chose très grave dont nous parlons ici ne constitue que des « chimères » répandues par des « conspirationnistes » feraient bien d’ouvrir les yeux. Le directeur cinématographique Aaron Russo, dans une interview, a ainsi avoué avoir discuté avec Nicholas Rockefeller (un membre de « l’élite » mondiale) qui lui a avoué que le but ultime était, pour cette « élite », de parvenir à une population entièrement contrôlée et pucée, ainsi qu’à une diminution de moitié de la population mondiale (voir http://www.prisonplanet.com/articles/january2007/290107rockefellergoal.htm )! Voilà un avertissement très grave et à ne pas prendre à la légère…

Si toutefois cet avertissement n’était pas encore assez clair, voici ce que Jose Delgado (un savant-fou digne de Frankenstein et de Mengele, et qui mit au point une puce cérébrale pour les humains appelée « Stimoceiver »), déclara clairement :

« Nous avons besoin d’un programme de psychochirurgie pour le contrôle politique de notre société. Le but est le contrôle physique de l’esprit. Toute personne qui dévie de la norme donnée peut être mutilée par chirurgie. L’individu peut penser que la réalité la plus importante est sa propre existence, mais c’est seulement son point de vue personnel. Ceci manque de perspective historique. L’homme n’a pas le droit de développer son propre esprit. Ce type d’orientation libérale possède un grand attrait. Nous devons contrôler le cerveau électriquement. Un jour, les armées et les généraux seront contrôlés par stimulation électrique du cerveau. »

Telles furent les remarques du Dr. Jose Delgado telles qu’elles apparurent dans le numéro du 24 février 1974 du Congressional Record, No. 262E, Vol. 118. Le but démoniaque ouvertement avoué est donc le contrôle de l’esprit de l’individu et le contrôle des populations. Voyons à présent en détails les dangers de la puce sous-cutanée pour humains…




Dernière édition par Admin le Sam 6 Mar 2010 - 0:27, édité 6 fois

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

MICRO-PUCES IMPLANTABLES : LA MENACE ULTIME POUR L'HUMANITE ! 4

Message  Admin le Jeu 4 Mar 2010 - 17:47

4. LES VERITABLES DANGERS DE LA MICRO-PUCE SOUS-CUTANEE ET DE SON FONCTIONNEMENT


Les dangers des puces neurales et cérébrales me semblent suffisamment explicites. Revenons-en maintenant aux puces sous-cutanées.
Les risques présentés par cette nouvelle technologie sont multiples :


A) DANGERS POUR LA VIE PRIVEE :

Comme nous avons pu le voir, la micro-puce contient de très nombreuses données, dont certaines qui sont très personnelles (généalogie de la famille, renseignements sur les déclarations d’impôts, casier judiciaire etc.). L’utilisation d’une telle micro-puce pourrait donc constituer une violation flagrante des droits sur la vie privée.

Actuellement, même les policiers ne possèdent pas autant de renseignements sur les individus !!! Il faudrait en fait rassembler les renseignements détenus par la police, l’administration communale, le ministère des finances, les banques, les médecins et les organismes de sécurité sociale pour obtenir des informations aussi précises et complètes !


B) DANGERS POUR LES LIBERTES ET LES DROITS DE L’HOMME ; DANGERS D’ESPIONNAGE, DE PISTAGE, DE FLICAGE :

Etant donné les performances actuelles des satellites (les plus puissants sont pratiquement capables de voir, depuis l’espace, le contenu d’un magazine que nous sommes en train de lire) et des systèmes de repérage (GPS), on est en droit de craindre que la micro-puce serve à observer nos moindres faits et gestes. Nous pourrions non seulement être repérés, mais aussi éventuellement filmés à tout instant. A partir du moment où cette puce se répand ou se généralise, les scanners pourraient devenir omniprésents : en rue, à l’entrée des bâtiments, dans les magasins et hypermarchés, dans les bureaux de poste ou auprès de l’administration communale, dans les banques... voire dans le domicile même des citoyens ! Il s’agit donc là d’une violation des droits de l’homme, de nos droits les plus fondamentaux, mais il s’agit aussi d’espionnage manifeste. On ne peut que frissonner en pensant aux applications qu’« on » pourrait faire à partir de cette micro-puce. La liberté d’action, d’association, d’expres​sion(voire de choix) sont menacées ! Bref, grâce un pouvoir d’intimidation inégalé, la micro-puce ouvre une voie royale à « Big Brother » ou à tout pouvoir mal intentionné !!!


C) DANGERS POUR LA SANTE :

Et puis, bien entendu, il y a d’immenses risques au niveau de la santé : tout d’abord, le risque de rupture de la micro-puce à l’intérieur de l’organisme, bien que minime, entraînerait une plaie douloureuse et purulente, due au lithium contenu dans la pile minuscule de la microchip, comme nous l’avons vu plus haut; il y a aussi le risque de jouer avec les hormones du corps humain (arrêter le débit de la glande hypophyse, par exemple, ce qui peut être MORTEL !); ensuite, étant donné que les ondes générées par la micro-puce agissent directement à l’intérieur de l’organisme et sur le comportement, on ne peut qu’imaginer les dégâts sur la santé physique et psychologique des individus !

D’ailleurs, cela a été prouvé : les ondes radiofréquence, tout comme les micro-ondes, brisent l’ADN contenu dans les cellules (cf. http://www.next-up.org/pdf/ReuterEnergieDesRadioFrEquencesEndommageADN20122004DocAssociesInterviewVideoPrAdlkofer.pdf ) et peuvent avoir des effets MORTELS pour la santé et créer de nombreux maux et maladies telles que, entre autres, le cancer ou la démence précoce !

La puce RFID implantable est aussi CANCERIGENE : des études universitaires (reprises dans le rapport publié par CASPIAN sur http://www.antichips.com/cancer/albrecht-microchip-cancer-full-paper.pdf ), l’ont prouvé ! Un inventeur américain du nom de Bob Boyce A DEVELOPPE UN CANCER SUITE A L’IMPLANTATION DE PUCES VERICHIP (cf. http://pesn.com/2009/11/28/9501591_Bob_Boyce_cancer_by_Verichip/ et http://pesn.com/2009/12/16/9501595_another_chip_in_Boyce_shoulder/ ). Le danger de ces puces pour la santé est donc définitivement confirmé !

Le rapport que la Food and Drugs Administration a rendu sur la verichip/Health Link a reconnu les risques médicaux de la micro-puce sous-cutanée pour humains.
Ces risques sont les suivants : une « réaction défavorable des tissus » (= risque de tumeur), la migration du transpondeur implanté, l'échec du transpondeur implanté, une interférence électromagnétique, des risques électriques, une incompatibilité avec l'imagerie à résonance magnétique (IRM) et avec l'aiguille. Au niveau de l'imagerie à résonance magnétique, des courants électriques peuvent être induits dans les implants conducteurs en métal qui peuvent causer "des brûlures potentiellement graves chez les patients."


D) DANGERS DE CONTRÔLE MENTAL, SUPPRESSION DU LIBRE-ARBITRE ET DE TOUTE POSSIBILITE DE DEMOCRATIE VERITABLE :

Mais il y a des dangers bien plus grands encore… Ne soyons pas naïfs : ce n’est certainement pas pour rien que la CIA et des membres éminents du gouvernement qui étaient impliqués au niveau de l’armée ont fait effectuer des recherches sur la manipulation du comportement par les ondes et sur le contrôle des êtres humains !

Ces puces sont des émetteurs et des récepteurs de radiofréquences ou de micro-ondes (micro-ondes et radiofréquences proviennent du même type d’énergie électromagnétique. Les radiofréquences varient de 100 kHz à 300 MHz, les micro-ondes varient, elles, de 300 MHz à 300 GHz. Source : http://www.inchem.org/documents/ehc/ehc/ehc016.htm#PartNumber:11).

Or, on sait que les ondes, émises à certaines fréquences et pendant un certain temps, peuvent stimuler certaines structures spécifiques du cerveau, et notamment arrêter ou déclencher la sécrétion d’hormones (voir à ce propos ce qui est dit concernant les micro-ondes sur le site suivant : http://www.halexandria.org/dward078.htm .

Les micro-ondes provoquent « une déstabilisation et une interruption dans la production des hormones et au niveau de l’entretien hormonal chez les individus mâles et femelles » et causent aussi « des perturbations des ondes cérébrales alpha, thêta et delta ». Ces perturbations des ondes cérébrales ont pour conséquence des « effets psychologiques négatifs », dont, entre autres, « la perte de mémoire, la perte de la capacité de concentration, l’élimination du seuil émotif, la diminution de vitesse des processus liés à l’intellect, et des épisodes de sommeil interrompus »).

Le professeur Jose Delgado, tristement célèbre pour avoir développé certaines des premières puces cérébrales de contrôle (et notamment la puce cérébrale « Stimoceiver »), a quant à lui démontré toute l’importance des ondes RADIOFREQUENCE sur les neurotransmetteurs qui produisent les hormones (or, rappelons-le, les puces RFID – dont la puce sous-cutanée fait partie - sont des puces d’identification PAR RADIOFREQUENCE !).

Jose Delgado a ainsi dit : http://en.wikipedia.org/wiki/Dr_Jos%C3%A9_Manuel_Rodriguez_Delgado
« Les transmetteurs cérébraux peuvent rester dans la tête d’une personne pendant toute sa vie. L’énergie nécessaire pour activer le neurotransmetteur est transmise par RADIOFREQUENCES. »
(Source: Cannon; Delgado, J.M.R., "Intracerebral Radio Stimulation and recording in Completely Free Patients", dans Schwitzgebel and Schwitzgebel (eds.)).

Ainsi, puisque les radiofréquences possèdent un impact sur les neurotransmetteurs qui, eux, possèdent un impact direct sur la production ou l’inhibition des hormones, on peut par exemple faire produire, via les puces RFID sous-cutanées, plus ou moins d’adrénaline, ce qui peut rendre une personne plus ou moins agressive, plus ou moins anxieuse etc.

LE CONTRÔLE DU COMPORTEMENT HUMAIN EST DONC POSSIBLE VIA L’ACTION COMBINEE DE CES PUCES ET DU SYSTEME DES SATELLITES ET DES ANTENNES-RELAIS !

En d’autres termes, la micro-puce sous-cutanée pour humains est ce que l’on appelle un outil de « mind control » (contrôle de l’esprit), et représente donc un SERIEUX RISQUE DE SUPPRESSION DU LIBRE-ARBITRE ET DE LA LIBERTE DE PENSEE !!!

Ceci est tellement vrai qu’afin de CONTRÔLER LE COMPORTEMENT des pédophiles, le député libéral belge et neurochirurgien Jacques Brotchi avait proposé 2 moyens dans son projet de loi : la « castration chimique » (= injection de produits chimiques qui inhibent les hormones) ou… LA PUCE SOUS-CUTANEE !

CE DONT IL FAUT BIEN SE RENDRE COMPTE, C’EST QU’A PARTIR DU MOMENT OU UN MOYEN PHYSIQUE (PUCES IMPLANTABLES SOUS-CUTANEES, NEURALES OU CEREBRALES, EN L’OCCURRENCE) PERMET DE SUPPRIMER LE LIBRE-ARBITRE, NOUS ATTEIGNONS UN POINT DE NON-RETOUR. Les gens pucés ne sont plus eux-mêmes, et peuvent être manipulés à distance et de façon technologique par ceux qui détiennent le pouvoir. Certains ont parlé de « possession technologique ».

Généralisé et/ou répercuté à grande échelle, un telle système rend totalement impossible toute possibilité de démocratie, puisque les individus pucés sont entièrement manipulés. On arrive alors à une société de TYRANNIE PAR LA TECHNOLOGIE…

C’est pour cette raison que l’article s’intitule « Micro-puces implantables : le danger ultime pour l’humanité ».


E) DANGER DE CONTRÔLE DES NAISSANCES :

Par les mêmes moyens employés que pour le contrôle de l'esprit (ondes d'une certaine fréquence, satellite, système GPS, stations terriennes, antennes-relais et puces), on peut également contrôler les naissances !

PUISQUE L'ON PEUT STIMULER OU INHIBER LA PRODUCTION D'HORMONES, CELA SIGNIFIE EGALEMENT QUE L'ON PEUT STOPPER LA PRODUCTION D'OESTROGENES ET PROVOQUER CHEZ LES FEMMES UNE MENOPAUSE PREMATUREE !!! On imagine les conséquences terribles d'une telle application de la micro-puce sous-cutanée si elle tombe entre les mains d'un gouvernement peu scrupuleux (ce qui risque fort d'être le cas, puisque Sanders prétendait que "le but des puissances contrôlant le monde est de réduire la population globale de 90% afin d’obtenir une population mondiale limitée qui, selon eux, serait contrôlée plus facilement").



F) DANGER DE L’UTILISATION DE LA PUCE EN TANT QU’ARME MORTELLE :


Il faut savoir que les hormones sont VITALES pour le corps humain. L’inhibition ou la suppression de certaines hormones peut causer des troubles physiologiques graves et même MORTELS.

Se pose alors la question : que se passerait-il si « on » se mettait, via cette micro-puce qui émet mais reçoit également les ondes satellites, à envoyer certaines fréquences d’ondes déterminées afin de modifier délibérément le comportement des gens ou même de s’en servir comme d’une arme afin de ruiner la santé de cibles précises ?

Et que se passerait-il si des puçages de masse avaient lieu un peu partout sur la planète (et c’est ce qui est en train de se mettre en place, comme nous l’avons vu dans le point 3).

La réponse est simple : on obtiendrait alors une micro-puce qui serait une ARME, et une dictature mondiale dont les opposants éventuels seraient bien vite éliminés, et ce en toute discrétion !

Quant à la liberté de pensée et au libre-arbitre, ils disparaîtraient également ! « Big Brother » serait alors en possession d’une armée d’esclaves humains privés de toute volonté et soumis à l’esclavage de cette maudite micro-puce !!!

En 2009, DES SAOUDIENS ONT TENTE DE FAIRE BREVETER, EN ALLEMAGNE, UNE PUCE SOUS-CUTANEE QUI LIBERE DU CYANURE - un poison mortel - SUR COMMANDE (cf. http://www.pointdebasculecanada.ca/breve/2038-allemagne-refus-de-breveter-une-invention-saoudienne-puces-sous-cutanees-pouvant-liberer-du-cyanure-par-telecommande.php ou http://www.mediafire.com/?zwxrjnjqw3n )! Heureusement, cette demande de brevet a été refusée, mais nous nous doutons bien que les salauds qui ont proposé ce projet abominable iront faire breveter leur invention du diable ailleurs, si ce n’est déjà fait… Néanmoins, nous voyons donc que LA PUCE IMPLANTABLE DEVIENT DONC DESORMAIS UTILISEE COMME UNE ARME MORTELLE ET D’ASSASSINAT SUR COMMANDE !


CONCLUSIONS :

Il n’y a plus de doutes à avoir après ce que vous venez de lire jusqu’ici : LA MICRO-PUCE EST BIEN UNE ARME LIBERTICIDE D’ASSERVISSEMENT DES PEUPLES ET DES INDIVIDUS ; ELLE EST EGALEMENT L’ABOUTISSEMENT D’UNE CONSPIRATION MONDIALE ET DE PROJETS SECRETS QUE L’ON NOUS A PREPARES DEPUIS PLUS DE 40 ANS !!!

Bien. Evidemment, la micro-puce ne s’est pas encore installée partout, et il n’y a, pour l’instant, qu’aux USA et au Mexique où l’usage commence à en être imposé. Et puis, bien sûr, « cela n’arrive jamais qu’aux autres »…

Mais il serait temps de se bouger le c… avant que la micro-puce devienne OBLIGATOIRE chez nous ! Cela risque de se produire très bientôt, car la microchip est déjà bien répandue sur la planète et acquiert une telle « force de conviction » que peu de choses resteront faisables pour la contrer, SAUF SI NOUS REAGISSONS DES MAINTENANT !

« Mais nous vivons quand même en démocratie, donc personne ne viendra nous l’imposer, cette puce ! ». Mouais, peut-être, mais alors, vous oubliez un certain nombre de détails importants : certaines organisations de protection de la vie privée ont protesté contre la microchip « verichip/Health Link ». Mais leurs arguments ont été balayés d’un revers de main par la compagnie qui produits ces puces. « Les bénéfices à en attendre sont plus importants que les inquiétudes concernant la vie privée », a déclaré l'ancien PDG d’A.D.S., Richard Sullivan. Quelle belle morale, ne trouvez-vous pas ? Eh, oui ! C’est la dictature capitaliste et néo-libéraliste qui prime sur tout le reste !!!

Suite à l’attentat soi-disant « terroriste » du 11 septembre 2001, les USA ont fait passer, sous le nom de « Patriot Act », un certain nombre de lois « anti-terroristes » qui permettent au gouvernement de passer au-dessus de la constitution américaine (cette constitution qui garantit les droits de base et les libertés du citoyen : liberté de presse, liberté d’opinion, liberté de pensée, liberté d’association…). Le Patriot Act est donc une arme à double tranchant qui risque fort de réduire, voire de faire disparaître, les libertés des Américains !!!

Mais savez-vous que les U.S.A. ne sont plus seuls à avoir des lois d’exception anti-terroristes (Patriot Act) ? Ainsi, en France, la loi Perben s’est révélée être, au niveau du concept et des risques, un «jumeau » du Patriot Act. En Belgique, les lois passées en juillet 2002 ainsi que la loi du 19/12/2003 sont elles aussi des copies conformes du Patriot Act. Les lois européennes dites « antiterroristes » et qui ont été adoptées fin 2005 permettent la rétention des données téléphoniques et Internet (= intrusion dans la vie privée). Au Canada, des projets du même style sont en préparation ! Ceci signifie que d’autres pays (y compris nos pays européens) ont hérité de lois d’exception qui comportent les même risques et dérives que le Patriot Act, et que ces pays ne vivent déjà plus dans un Etat réellement démocratique ! Oui, vous avez bien entendu : à cause de ces lois d’exception, nous ne vivons déjà plus dans une société démocratique !

Ces lois représentent un danger REEL de dérive totalitaire pour tous ces pays. Et dans un Etat faussement démocratique et pleinement totalitaire, l’usage de la micro-puce peut se révéler, LUI AUSSI, dictatorial !

Et puis, les gros commerciaux qui tentent de vendre la micro-puce sous-cutanée pour humains ne sont pas si bêtes ! Nous venons de vous parler des aspects mortellement dangereux de la micro-puce, mais ils viendront vous la présenter avec une voix mielleuse et « pleine de bonnes intentions » (et nous savons que l’enfer est pavé de bonnes intentions), et on vous la présentera sous son meilleur jour !!!

Cependant, et à titre d’avertissement, sachez ceci : A.D.S. , dans son projet, ne cache pas que sa micro-puce, entre autres utilisations, sert à « FOURNIR UN MODELE D’IDENTIFICATION INFAILLIBLE, ABSOLU ET A TOUTE EPREUVE, DES INDIVIDUS ». Vous voilà prévenus !!!




Voulez-vous VRAIMENT que l’on vous fasse CELA ???


Dernière édition par Admin le Lun 12 Juil 2010 - 12:46, édité 3 fois

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

MICRO-PUCES IMPLANTABLES : LA MENACE ULTIME POUR L'HUMANITE ! 5

Message  Admin le Jeu 4 Mar 2010 - 18:33

5. COMMENT "ON" ESSAIERA DE NOUS FAIRE ACCEPTER CETTE MAUDITE MICRO-PUCE


Comme nous l’avons dit ci-dessus, on nous présentera la microchip sous-cutanée sous ses meilleurs aspects afin de nous la faire accepter et de « faire passer la pilule ». Mais n’oubliez jamais une chose : si vous vous faites implanter cette saleté dans le corps, c’en sera fini de votre libre-arbitre, de votre vie privée et de votre liberté !

Voici donc quelques arguments « mielleux » qui ont été présentés par A.D.S. et sa filiale, PositiveID. La Health Link sera susceptible d’être utilisée pour :

- la sécurité dans le nouveau domaine du réseau Internet et dans toute transaction impliquant des échanges électroniques (commerce électronique).

- la recherche et le sauvetage d’individus incluant les enfants perdus ou pris en otage etc.

- le monitoring médical de patients à risque

- la surveillance, le pistage et le suivi de militaires, de diplomates ou de tout autre membre important d’un gouvernement

- le pistage, la surveillance et la vérification de l’authenticité de biens de haute valeur

- le pistage, la localisation et le suivi des pistes ou sillages laissés par les enthousiastes de sports sauvages, et qui auraient pu se blesser gravement à la suite d’un accident

- le pistage et la localisation d’enfants kidnappés (ou assassinés)

- la lutte contre le terrorisme (dans les aéroports et ailleurs)


Quel humanisme ! ! !

Remarquez bien que les mots « surveillance », « pistage », « recherche », « localisation » et « vérification » reviennent de façon récurrente et même quasiment obsessionnelle !

On fera accepter la microchip au peuple pour des raisons de « sécurité » : on reliera les « bienfaits » de la micro-puce à des événements très graves qui se seront produits et qui, grâce à la micro-puce bien sûr, ne se reproduiront soi-disant plus jamais (ces événements auront même éventuellement été créés à cet effet ou délibérément voulus ; des attentats terroristes, un meurtre particulièrement odieux ou un enlèvement spectaculaire, par exemple), mais aussi à des facilités, notamment financières ou de sécurité (« Avec cette puce sur vous, on ne vous volera plus votre argent ni votre carte de banque ! » ; « Plus de terroristes dans les aéroports : il seront identifiés bien avant leur arrivée !», etc.). Et puis, la micro-puce, ce sera « cool » ! C’est l’incarnation du progrès « que l’on ne peut de toute façon pas arrêter »…

Reste à savoir de quel type de progrès on parle !!!

Lors du salon Cebit à Hanovre (Allemagne), début mars 2010, on a osé poser la question aux visiteurs de savoir s’ils accepteraient une puce sous leur peau ! Bien que 78% des visiteurs aient refusé, entre 16 et 23% étaient d’accord de se faire implanter la puce si celle-ci leur apportait de quelconques avantages !

C’est bien de cette façon que l’on essaiera que les gens acceptent par eux-mêmes cette puce malfaisante : en les tentant avec de soi-disant « avantages » et de prétendus « bénéfices » !

Les arguments financiers sont en tout cas très importants pour le développement de la micro-puce : n’oublions pas que dès sa conception, la microchip fut pensée en termes de gouvernement mondial ET DE MONNAIE UNIQUE !!! Il suffira de passer sa main (ou son front) devant un scanner ad hoc, et votre « compte en banque virtuel » sera débité automatiquement du montant de vos achats. Très vite, on tentera de remplacer les cartes de banque, la monnaie et leurs « faiblesses » par la micro-puce « imbattable et hyper pratique ». Vous croyez qu’il s’agit ici d’une pure spéculation ? Pas du tout ! Ainsi, par exemple, un certain professeur Kevin Warwick, du département de cybernétique de l’université de Reading (et qui s’était fait implanter la micro-puce) a déclaré il n’y a pas si longtemps (le 10 octobre 1999) lors d’une émission sur la chaîne Arte (intitulée « Souriez, vous êtes surveillés ») que «bientôt les cartes bancaires (et bien sûr aussi la carte d’identité, le passeport, la carte de sécurité sociale etc.) seront remplacées par un implant électronique dans le corps » !!!

Et que voyons-nous aujourd’hui ? Que la micro-puce a contaminé plusieurs dizaines de pays, qu’elle est proposée comme moyen d’atteindre une société sans argent cash et sans chèques, et qu’elle se répand sur la planète !!!

Cet objectif financier est d’ailleurs en train de se réaliser : aux USA, on a déjà adopté des cartes bancaires « sans contact » contenant des puces RFID. Le hic, c’est que ces cartes bancaires sont piratables et permettent le vol d’identité, et même le vol de votre argent tout court ! N’importe quel pirate informatique qui s’y connaît un peu peut parvenir à vous voler de l’argent ! Ceci a été dénoncé par l’organisation américaine de défense des consommateurs, CASPIAN.

Mais MALGRE les dangers abyssaux et la possibilité persistante de piratage que représentent ces cartes à puce RFID, celles-ci CONTINUENT de se répandre sur la planète, principalement parce que les mass médias n’en diffusent que les prétendus « avantages », et en cachent les dangers !

L’étape suivante consistera probablement à dire aux gens qu’ils se mettent cette carte à puce sans contact SOUS LA PEAU (puce sous-cutanée) ! De cette façon, « vous ne la perdrez plus, et on ne pourra plus vous la voler » (à moins, bien sûr… de vous mutiler !).

Fin juin 2006, nous avons appris qu’un système américain de paiement biométrique par empreintes digitales et nommé « Pay By Touch » allait commencer à se développer en Grande-Bretagne. La société sans argent cash est donc bien en train de se développer, et il ne s’agit pas d’un leurre ni d’une mystification.

Aux USA, plusieurs banques proposent déjà des cartes banque qui contiennent une puce RFID. Or, la puce sous-cutanée, ELLE AUSSI, est un système RFID (identification par radiofréquence) ! Et dans le nightclub « Baja Beach Club » de Barcelone et de Rotterdam, ainsi qu’au « Bar Soba » de Glasglow, on fait la promotion de la puce sous-cutanée et on puce les gens afin qu’ils puissent… payer sans argent cash !

Soyez-en sûr, si nous ne réagissons pas, la microchip, conçue dans une optique de monnaie unique et mondiale, sera proposée dans un premier temps, puis imposée systématiquement comme l’unique moyen de paiement et d’achat « valable », et ce pour les (fausses) raisons citées plus haut.

En plus, imaginez les profits colossaux que PositiveID (et d’autres firmes fabricant des micro-puces sous-cutanées) retireront de toutes ces opérations ! ! ! Cela représente un marché extrêmement juteux ! ! ! Les brevets furent acquis par A.D.S. pour la « modique » somme de 130 millions de dollars. On ne dépense généralement pas une telle somme s’il n’y a aucun gros profit à l’horizon !

Mais dans une société où cette puce sera presque généralisée, pour ceux qui refuseront la micro-chip, que se passera-t-il ??? Ils ne pourront ni vendre ni acheter sans ce foutu micro-implant, et devront survivre comme des marginaux, en faisant du troc, par exemple... Des théories et hypothèses affirment que cette micro-puce ne nous sera proposée, puis imposée, qu’après un énorme krach, une catastrophe économique mondiale… ou que l’on joindra à la micro-puce encore d’autres fonctionnalités pour la rendre encore plus séduisante (par exemple, la possibilité de téléphoner avec un GSM…). Et comme par le plus grand des « hasards », nous sommes en train de vivre une période de… crise économique mondiale.

Enfin, les derniers prétextes pour "pucer" les gens sont des élucubrations médicales (donc humanistes, et à caractère "irréfutable", puisque l'on parle de la santé des gens). La puce permettrait de soi-disant "sauver des vies" en donnant des informations capitales sur l'état de gens qui arrivent à l'hôpital inconscients : leurs allergies, leur type sanguin, leur passé médical etc. La micro-puce pourrait mesurer le taux de glycémie des diabétiques, repérer des virus dans le sang, ou "améliorer" aussi le traitement des dossiers des patients... Evidemment, tout ceci n'est que prétexte pour répandre un dispositif dont les dangers (même pour la santé !) ont déjà été démontrés. A noter : le système actuel des puces nécessite absolument une base de données centralisée et placée sur Internet. Est-ce vraiment une « malencontreuse coïncidence » que l’on soit en train de pousser, en ce moment, l’adoption des dossiers médicaux électroniques, qui sont justement placés sur des bases de données centralisées ?




Sachant ce que vous savez à présent, vous feriez-vous pucer, ou laisseriez-vous votre enfant se faire pucer ?



Les enfants : un enjeu primordial !

Les enfants et adolescents ont toujours été un public particulier et privilégié pour les ordures qui fabriquent et vendent les micro-puces sous-cutanées pour humains.

POURQUOI les enfants sont-ils donc si importants à leurs yeux ? Mais tout simplement parce qu'ils sont le NERF DE LA GUERRE DES PUCES !!!

Nous aimons nos enfants et voulons naturellement qu'ils soient en sécurité. C'est là l'ouverture parfaite pour les entreprises qui commercialisent les micro-puces sous-cutanées pour humains ! "Nous vivons dans un monde peu sûr, plein de terroristes, de kidnappeurs, d'agresseurs sexuels, de pédophiles et autres croque-mitaines", nous sussurent-ils.

Pour protéger vos enfants de façon sûre, vous devriez les faire pister électroniquement, voire les "pucer", nous affirment-ils. Ils nous font croire naïvement au MYTHE et au LEURRE de la sécurité maximale et ils tentent de nous persuader que, grâce cette puce, le problème de l’insécurité sera soi-disant "résolu" !

Ces crapules jouent donc sur la corde sensible des parents ! Et de plus, il s'agit là d'un moyen "indirect" de toucher les adultes. A partir du moment où les parents ont fait implanter leurs enfants et constatent que, finalement, le "puçage" ne semble pas être quelque chose de bien dangereux, mais au contraire "protège" leurs enfants, ils seront eux aussi tentés de se faire implanter ! GRAVE ERREUR ! Car les risques, eux, sont bien présents !
Aux U.S.A. ou au Japon, des parents commencent déjà à sacrifier (souvent sans s'en apercevoir, ou en minimisant le fait) la liberté de leurs enfants pour leur soi-disant "sécurité" ! Voilà aussi comment, au Mexique et au Brésil (pays où les kidnappings d'enfants sont monnaie courante), on a réussi à convaincre certaines personnes de faire "pucer" leur(s) enfant(s) !

Si la génération adulte actuelle montre encore certaines réticences par rapport à cet implant infernal, les enfants, eux, peuvent être endoctrinés beaucoup plus facilement : ils ne possèdent pas d'esprit critique bien forgé, et peuvent être "attirés" de façon assez simple. En montrant aux enfants des films et des dessins animés dans lesquels les thèmes relatifs aux puces et RFID sont présents, on les "sensibilise". Observez bien les derniers films sortis au cinéma, les jeux vidéo ou les dessins animés récents, et vous allez tomber des nues !

Faites porter aux enfants des RFID et même des micro-puces sous-cutanées pour humains dès leur plus jeune âge, et dans une ou deux générations, tout le monde trouvera que porter cet immonde implant sous-cutané est « NORMAL » !!! Voilà l'un des grands buts que les gens qui commercialisent les micro-puces sous-cutanées pour humains – ainsi que les membres du nouvel ordre mondial - poursuivent ! Soyez donc vigilants, et ne tombez pas dans un piège aussi grossier ! ET SURTOUT, NE LAISSEZ PERSONNE PUCER VOTRE ENFANT, EDUQUEZ VOTRE ENFANT AUX VALEURS DE LIBERTE ET DE DEMOCRATIE VERITABLE, NE VOUS LAISSEZ PAS PIEGER PAR LES ARGUMENTS MIELLEUX DES INDUSTRIELS ET DES AUTORITES QUI, POUR DE SOI-DISANT RAISONS DE "SECURITE", « D'HUMANISME », DE "PROTECTION MEDICALE" OU DE FACILITES (financières, mode), VIENDRONT VOUS TENTER AFIN QUE VOUS FASSIEZ "PUCER" VOS ENFANTS OU PETITS-ENFANTS !!!



Applied Digital Solutions tente de brouiller les pistes...

Depuis quelque temps, on constate certaines différences techniques au niveau de la verichip et au niveau de la politique de Positive ID/Verichip Corp. Ne vous laissez pas piéger ! Cette ignoble compagnie tente uniquement de se doter d'une belle apparence d'honorabilité, de brouiller les pistes en faisant passer les opposants de la micro-puce pour des "illuminés", des "rétrogrades", des menteurs etc.
La compagnie a changé de nom (elle ne s’appelle plus VeriChip Corp. , mais « PositiveID »). Sa puce a même changé de nom (elle ne s’appelle plus la verichip, mais la « Health Link »).

La puce verichip, qui à la base devait contenir un numéro unique à 18 chiffres répartis en 3 groupes de 6 digits (666), n'en contient plus que 16 dans sa forme actuelle. Toutefois, rien ne pourra les empêcher d'ajouter 2 digits plus tard (lorsque la verichip/Health Link sera déjà bien implantée partout)... De plus, la verichip/Health Link, ne s'implante plus sur le revers de la main, pour l'instant : on utilise l'arrière du bras (le triceps). Tout ceci sert évidemment à déjouer les dénonciations de chrétiens qui voient en ce produit la "marque de la Bête"... TOUTEFOIS, sachez qu’ADS et Positive ID en reviennent tout doucement à leurs premières résolutions : ainsi, par exemple, le projet consistant à utiliser la verichip/Health Link pour déverrouiller les gâchettes des armes à feu "intelligentes" (smartguns) impliquerait que les propriétaires de l'arme à feu soient implantés sur... le revers de la main (notons que l’armateur belge « FN Herstal » participe à ce projet de « smartgun »…) ! Vous voyez donc comme cette société machiavélique est rusée, et comment l'on peut vous mener en bateau et se jouer de vous facilement ! RESTEZ DONC VIGILANTS ET, QUOI QU'IL ADVIENNE, NE VOUS FAITES PAS IMPLANTER !

La verichip/Health Link, qui normalement devait être une puce RFID active (donc qui émet et reçoit des données à tout moment et à l'insu de son porteur), est, dans sa forme actuelle, une puce RFID passive (qui ne s'active que lorsqu'un scanner est passé au-dessus de la micro-puce)... TOUTEFOIS, sachez que le projet de puce active RESTE D'ACTUALITE et qu'ADS y pense toujours et avec ardeur ! En fait, VeriChip/PositiveID possède déjà des prototypes de puces RFID actives, dont seule la taille empêche encore la commercialisation en tant qu’implants. La miniaturisation liée aux nanotechnologies pourrait réduire cet obstacle de la taille très bientôt. De plus, rien n'empêche PositiveID/VeriChip de mettre sur le marché une première version de sa micro-puce sous-cutanée pour humains et, une fois que ce modèle sera bien répandu et accepté, introduire le second modèle plus avancé et actif ! Et de plus, les dangers pour la santé, le risque de violation de la vie privée ainsi que l'immense péril de contrôle mental de masse subsistent !


Dernière édition par Admin le Ven 5 Mar 2010 - 14:46, édité 1 fois

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

MICRO-PUCES IMPLANTABLES : LA MENACE ULTIME POUR L'HUMANITE ! 6

Message  Admin le Jeu 4 Mar 2010 - 21:23



Micro-puce implantable pour humains : la "Marque de la Bête" ?


6. LA MICRO-PUCE REFERENCEE DANS LA BIBLE ?


Même si vous n’êtes pas croyants/croyantes, je pense que ce petit chapitre pourrait vous être très utile.

La Bible (mais oui, ce « vieux bouquin » qui date de 2000 ans !), recèle de nombreux messages importants. L’Ancien Testament a été écrit en langue hébraïque. Le Nouveau Testament, lui, par contre, a été écrit en ancien grec.
Dans la dernière partie de la Bible, appelée l’Apocalypse de St Jean ou « Révélations », l’auteur, St Jean le Révélateur (aussi appelé parfois St Jean de Patmos), nous fait part de ce qui lui a été révélé concernant la période qui concerne « les temps derniers » et qui précède le retour de Jésus-Christ.

Cette partie de la Bible est particulièrement difficile à comprendre de façon précise, car Jean y même des images à des descriptions précises pour nous parler de « la fin des temps ». Il y est notamment question de l’Antéchrist, des faux prophètes, de la « Bête » et de la « Marque de la Bête » qui, tous, tenteront de causer la perte de l’humanité. Jean décrit aussi le Jugement Dernier, et la façon dont Dieu enverra des avertissements et des « plaies » sur Terre, puis triera les Bons des Méchants.

Le plus étrange, c’est que ce livre, qui semblait bien énigmatique depuis toujours, commence à pouvoir être interprété, de façon parcellaire, soit, mais bien plus clairement depuis peu de temps ! Ainsi, de nombreux Chrétiens ont pu voir un rapprochement plus que « curieux » entre la marque de la Bête et la micro-puce sous-cutanée. Même le Dr. Sanders, après s’être rendu compte du danger de la microchip, était convaincu que la micro-puce était effectivement la marque maudite citée dans l’Apocalypse.

Voyez plutôt :

(Ap. 13:4-5, 16-17-1) : « Ils adorèrent la Bête… On lui donna de proférer des paroles d’orgueil et de blasphème... Elle obligea tous les hommes, gens du peuple et grands personnages, riches ou pauvres, hommes libres et esclaves, à se faire marquer d’un signe sur la main droite ou sur le front. Et personne ne pouvait acheter ou vendre sans porter ce signe : soit le nom de la Bête, soit le nombre correspondant à son nom. C’est ici qu’il faut de la sagesse : que celui qui a de l’intelligence déchiffre le nombre de la Bête ; car c’est un chiffre humain, c’est : six cent soixante-six ».

Lorsque l’on sait que la micro-puce sous-cutanée pour humains fonctionne au maximum de se potentialités sur le revers de la main ou le front (car ces 2 endroits sont les endroits du corps qui changent le plus vite de température, permettant ainsi à la pile au lithium de se recharger via un circuit thermoélectrique), cela semble étonnant, n’est-ce pas ? La marque sur la main fait tout de suite penser aux puces sous-cutanée, alors que la marque sur le front nous fait penser aux puces cérébrales.

Lorsque l’on sait que les sociétés qui produisent cette puce en souhaitent la généralisation au niveau mondial et que la micro-puce possède des ambitions financières visant à créer une société sans argent cash où la monnaie serait unique et mondiale et ne serait plus que « virtuelle » (société sans argent cash), on se doute bien que dans une société dominée par la puce comme moyen unique de paiement, ceux qui ne possèderaient pas cette puce ne pourraient ni vendre ni acheter quoi que ce soit. Un élément troublant de plus par rapport à la citation de l’Apocalypse…

Et lorsque l’on sait que le nombre 666 fait partie intégrante de cette puce sous-cutanée (cf. chapitre 2 concernant l’historique de la puce sous-cutanée), on se dit que cela fait beaucoup de « coïncidences » (beaucoup trop) par rapport aux versets de l’Apocalypse cités ci-dessus…

Encore une autre citation de la Bible : (Ap. 16 :2) : « Le premier (ange) s’en alla et versa sa coupe sur la terre. Un ULCERE MALIN ET DOULOUREUX frappa les hommes qui portaient la marque de la bête et qui adoraient son image ».

Lorsque l’on sait que la microchip possède une pile au lithium qui, une fois brisée, provoque une plaie douloureuse et remplie de pus, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec la Bible.
Lorsque l’on sait également que cette puce RFID implantable est cancérigène et provoque des tumeurs malignes, le passage de l’Apocalypse ci-dessus est encore plus révélateur ! En effet, qu’est-ce qui peut ressembler davantage à un ulcère MALIN qu’une tumeur MALIGNE ???

Enfin, le terme grec utilisé pour désigner la MARQUE de la Bête, « charagma », peut désigner une marque effectuée au poinçon (comme la puce qui est injectée à l’aide d’une seringue hypodermique, seringue qui, elle aussi, est une forme de poinçon !). Mais de façon plus stupéfiante, le même mot « charagma » peut aussi désigner… la morsure d’un serpent (voir http://www.ridingthebeast.com/images/charagma-echidnes-TDNT.gif ou http://www.perseus.tufts.edu/hopper/text?doc=Perseus%3Atext%3A1999.04.0057%3Aentry%3D%23113331&redirect=true) et nous savons que le serpent, pour toute personne croyante, représente Satan. Or, regardez les crocs d’un serpent et l’aiguille d’une seringue, et vous serez surpris par la ressemblance frappante qu’il existe entre les deux (voir image ci-dessous) !




Question : serions-nous donc en train de vivre la période des « temps derniers » ?

La Bible, via l’Apocalypse, nous met aussi sévèrement en garde AFIN QUE NOUS N’ACCEPTIONS PAS LA MARQUE DE LA BÊTE, et nous encourage à vivre selon les commandements de Dieu :

(Ap. 14:9-12) : « Un troisième ange les suivit, proclamant d’une voix forte :
CELUI QUI ADORE LA BÊTE ET SON IMAGE ET QUI ACCEPTE DE RECEVOIR SA MARQUE SUR LE FRONT ET SUR LA MAIN, DEVRA AUSSI BOIRE DU VIN DE LA FUREUR DE DIEU. CE VIN LUI SERA VERSE PUR DANS LA COUPE DE LA COLERE DIVINE, ET IL SOUFFRIRA DES TOURMENTS DANS LE FEU ET LE SOUFRE DEVANT LES SAINTS ANGES ET DEVANT L’AGNEAU. LA FUMEE DE LEUR TOURMENT S’ELEVERA A PERPETUITE. QUICONQUE ADORE LA BETE ET SON IMAGE, QUICONQUE ACCEPTE LA MARQUE DE SON NOM NE CONNAITRA AUCUN REPOS, NI DE JOUR, NI DE NUIT. C’est là que les membres du peuple de Dieu, ceux qui observent les commandements de Dieu et vivent selon la foi en Jésus, doivent faire preuve d’endurance. »

Mais la Bible nous dit aussi que refuser la marque de la bête n’est pas sans risques :

(Ap. 20 :4) : « Je vis aussi les âmes de ceux qu’on avait DECAPITES à cause de la vérité dont Jésus est le témoin et à cause de la Parole de Dieu. Je vis encore tous ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image et qui n’avaient pas reçu sa marque sur leur front et leur main. Ils revinrent à la vie et régnèrent avec le Christ pendant mille ans ».

La victoire finale appartient cependant à ceux qui n’auront pas accepté la marque. Mais c’est aussi ici que se pose la véritable question : êtes-vous prêt(e)s à ne plus pouvoir rien vendre ni acheter, à être rejeté(e)s et à vivre éventuellement de troc, en marginaux, car vous aurez refusé la marque (micro-puce) ? Et même : êtes-vous prêt(e)s à être persécuté(e)s ou à mourir à cause de cette décision (cf. les thèmes de la décapitation et de la résurrection dans le texte) ?

Ou préférez-vous perdre votre liberté, votre libre arbitre, votre âme en acceptant une micro-puce implantée dans votre main ou dans votre front ???

Préférerez-vous mourir en esclave pucé et « décérébré », ou en homme libre et conscient ???

C’est la question à laquelle il vous faut dès à présent réfléchir, car si ce cas de figure vient à se produire, vous devrez choisir votre camp, et il n’y aura pas d’alternative ! En tout cas, une chose est certaine: vous ne pourrez pas dire que, croyant(e) ou pas, vous n’aurez pas été avertis des risques et dangers de la microchip, qu’ils soient religieux ou non !


Remarque supplémentaire :

Certaines personnes ont refusé d’identifier les puces implantables à la marque de la Bête car le texte de l’Apocalypse ne disait – APPAREMMENT – pas que la Bête exigeait que les personnes se fassent « marquer d’un signe DANS la main droite ou sur le front », mais disait que les personnes se fassent « marquer d’un signe SUR la main droit ou sur le front ».

En réalité, il s’agit là d’un problème qui n’en est pas un. Certaines bibles en français, comme la bible Martin par exemple, ont traduit par « DANS la main droite ou sur le front ». D’autres ont traduit « SUR la main droite ou sur le front ». En français, la majorité des bibles ont traduit par « sur », alors qu’en anglais, la plupart des bibles ont traduit par « dans ».
Il y a une explication logique à cela : dans le texte en grec ancien, le mot est « epi ». Or, « epi » peut signifier aussi bien « sur », que « dans » ! Je crois qu’il ne s’agit pas là d’un hasard, mais bien d’une ambiguïté qui doit nous mettre doublement en garde : la marque de la Bête pourrait donc être quelque chose qui se trouve DANS (à l’intérieur de) la main ou le front (une puce ou nanopuce implantable, sous-cutanée ou cérébrale), OU quelque chose qui se trouve SUR la main ou le front (un bandeau ou un bracelet à puce RFID, ou un tatouage RFID, par exemple – à propos de ces tatouages à l’encre RFID et qui fonctionnent donc également avec des ondes radiofréquences qui peuvent causer des tumeurs, voir le site de la compagnie qui vend cette infâme technologie et qui se nomme Somark Innovations : http://somarkinnovations.com/ – avez-vous remarqué cette invraisemblable « coïncidence » qui fait en sorte que cette compagnie comporte le mort « mark » - « marque » – dans son nom ?).

Pour les personnes qui seraient intéressées par davantage d’explications et de sources concernant le rapprochement de la puce avec la marque de la bête, je recommande chaudement la lecture de la page suivante (en anglais) :

http://www.ridingthebeast.com/articles/epi-charagma-chi-xi-stigma/ .


Dernière édition par Admin le Ven 5 Mar 2010 - 14:51, édité 2 fois

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

MICRO-PUCES IMPLANTABLES : LA MENACE ULTIME POUR L'HUMANITE ! 7

Message  Admin le Ven 5 Mar 2010 - 13:54

7. DES TECHNOLOGIES EN COMPLEMENT DES MICRO-PUCES IMPLANTABLES


Nous allons ici aborder, de façon non exhaustive, certaines technologies existantes et qui pourraient être associées aux micro-puces implantables pour les perfectionner ou pour augmenter la manipulation et le contrôle des esprits, des corps et des comportements. Rappelez-vous bien ceci : tout ce dont il est question ici existe déjà maintenant ; si vous n’en avez pas entendu parler ou que vous n’en entendez plus parler pour l’instant, cela ne signifie aucunement que l’on ne nous concocte pas quelque chose à notre insu !!!


A) La cybernétique :

Cette branche de la technologie n’en est encore (officiellement !) qu’à ses balbutiements. Toutefois, certains articles, tels que celui paru dans le Washington Post du 28 août 2001, ne peuvent nous laisser indifférent(e)s. Il est aussi possible de se rendre à ce sujet sur le site http://www.lemonde.fr et de demander de vérifier l’édition du 15/11/2001 afin d’y lire un article très révélateur.

L’article en question concerne une découverte permettant de faire interagir des cellules cérébrales vivantes avec un circuit électronique composé de plaquettes de silicium. L’expérience mise sur pied a consisté à fabriquer un circuit électronique « partiellement vivant » composé de multiples neurones d’escargots collés sur de minuscules puces à transistor. Il fut démontré que les cellules communiquaient entre elles ainsi qu’avec les pastilles de silicium. Applications envisagées : développer des rétines artificielles et des prothèses qui soient des extensions du système nerveux humain (!), aider les aveugles à recouvrer la vue et les paralysés à « faire bouger des objets par la pensée », construire des ordinateurs qui seraient aussi inventifs et adaptables que notre propre système nerveux, construire une génération de robots qui mériteraient vraiment d’être qualifiés d’ «intelligents ».

Les robots et les humains partagent 2 particularités : ils sont tous deux des êtres BIDIRECTIONNELS, et fonctionnent tous les deux grâce à des impulsions électriques (le système nerveux humain envoie et reçoit des impulsions électriques).
Ce que cette bidirectionnalité signifie est simple : ce qui va dans un sens peut aller dans l’autre. Ainsi, les robots et les humains fonctionnent tous via des ordres sortants, mais aussi via des ordres entrants ! En voici une illustration :

Ordres sortants : il s’agit des ordres qui partent du cerveau de l’humain ou du robot, qui sortent via les nerfs (ou les câbles, pour le robot) et qui leur permettent de faire bouger leurs membres (= ordres moteurs).

Ordres entrants : il s’agit d’ordres qui proviennent de l’extérieur et qui sont reçus par l’être humain ou par le robot via ses capteurs (yeux, nez, oreilles, doigts, peau et papilles gustatives en ce qui concerne l’humain ; capteur sonore, capteur d’ultrasons, capteur à infrarouge, capteur sensible à la lumière, caméras etc. pour le robot). Ces ordres proviennent de l’extérieur et rentrent dans le cerveau de l’humain ou du robot.

C’est cette bidirectionnalité, ainsi que le fait que des échanges d’informations peuvent passer par électricité entre des puces de silicium et des neurones, qui permettent de créer des cyborgs, c’est-à-dire des êtres qui sont composé en partie de matière organique vivante, et en partie de matière électronique, robotisée et non vivante.

On peut d’ores et déjà imaginer, à côté des merveilleuses applications prétendument « humanistes », les dangers d’une telle technologie qui joue véritablement avec ce qui vit ! Enfin, des bras et des mains cybernétiques existent déjà et ont été développés et testés sur des humains en plusieurs endroits du globe. Certains de ces membres cybernétiques fonctionnent également via… les puces cérébrales !

Les prétextes servant à introduire le cybernétique sont toujours les mêmes : d’une part, il y a les prétextes « pseudo-médicaux », qui prétendent guérir ou aider les personnes via la cybernétique ou les implants ; d’autre part, il y a l’excuse de la modernité, de la facilité et du progrès ; et enfin, il y a même le projet « d’améliorer » l’être humain en lui donnant de « nouveaux pouvoirs ». Ce dernier et horrible point (« améliorer » l’être humain) fait partie du projet des transhumanistes, d’éminents savants complètement fous et qui souhaitent dépasser le stade d’être humain pour devenir des « surhommes » via la technologie (c’est une résurgence du vieux leurre et du vieux mythe de l’Ubermensch - le Surhomme – des Nazis).


B) Les nanotechnologies :

Les nanotechnologies sont basées sur la « conquête de l’infiniment petit ». Dans ce type de technologie, on travaille à l’échelle du nanomètre (nm), c’est-à-dire du milliardième de mètre, soit environ 80.000 fois moins que l’épaisseur d’un cheveu ! Ce qui est produit à l’aide de cette technologie se situe donc à l’échelle moléculaire, ou est juste un peu plus grand que l’échelle moléculaire.

Les nanotechnologies sont développées dans de très nombreux domaines, qui vont de la détente aux armes militaires, en passant par la nourriture ou la surveillance !

Comme les autres nouvelles technologies pouvant « rapporter gros », on essaie de les développer au maximum, tout en vantant ses qualités « humanistes » et humanitaires, mais en réalité de graves applications pourraient en être faites (en on s’y dirige, comme vous allez vous en rendre compte...). L’Europe souhaite créer une plate-forme industrielle de nanotechnologie, et, rien que pour 2003, l’Union européenne a attribué 700 millions d’euros (!) en recherches nanotechnologiques.

Autant d’argent n’est sans doute pas uniquement alloué dans des buts caritatifs, comme vous pouvez vous en douter... Ainsi, sans s’en cacher et sans même rougir, la commission européenne (dont monsieur Philippe Busquin , ancien politicien belge devenu aujourd’hui commissaire européen à la recherche, se fait l’ambassadeur) finance, entre autres projets, « les matrices d’A.D.N. et les biopuces », afin notamment de développer une biopuce jetable pour des analyses de l’A.D.N. à faible coût... Incroyable, mais vrai ! Non, décidément, notre bonne vieille Europe n’est pas à l’abri !

Grande question : en introduisant des nanopuces dans notre corps, quels sont les risques ? Car si ces nanopuces peuvent servir à « repérer les cellules cancéreuses » ou à soigner une maladie à l’intérieur du corps humain, pourquoi ne pourraient-elles pas être utilisées pour détruire ce même corps ? Après tout, ce n’est qu’une question d’intention et de programmation...

Il faut aussi vous préciser que, à l’heure actuelle et au moment où vous lirez ces lignes, les capacités techniques et technologiques existent pour créer des nanopuces d’identification (tout à fait invisibles à l’œil nu) et les implanter d’une façon ou d’une autre chez les humains. Certains projets développés au niveau nanotechnologique sont d’ailleurs effectués dans ce but ! Le danger majeur réside dans la taille infime de ces nanopuces : elles sont totalement invisibles à l’œil nu, et pourraient donc être introduites dans l’organisme à l’indu de la personne, par injection, par ingestion, par inhalation, ou même en s’introduisant dans l’organisme via les pores de la peau d’un individu !

Il faut aussi signaler que les nanoparticules qui s’introduisent dans le corps peuvent franchir sans problème la barrière du système immunitaire, et même la barrière hémato-méningée, qui protège notre système nerveux central (nous sommes donc totalement sans défense contre elles !) !

Le danger ultime réside dans le risque que, d’ici quelques très courtes années, on soit capable de créer des nanopuces destinées à l’identification, au pistage, et au contrôle mental, émotionnel, hormonal… de l’individu ! Voici donc une raison de plus de se bouger, dès maintenant !


C) La biométrie :

La biométrie est la science du calcul des dimensions d’un organe humain. Mais aujourd’hui, les applications en ont fait surtout un moyen de contrôle et de vérification de l’identité. Ayant remarqué que les empreintes digitales sont permanentes et uniques, qu’elles sont formées avant la naissance et que leur dessin demeure le même pendant toute une vie, notre bonne vieille industrie, démunie de la moindre morale, s’en est servie afin de créer des systèmes d’identification par empreintes digitales, par la morphologie de la main ou encore par l’iris (ce qui est la méthode la plus fiable).

Bien sûr, une fois de plus, on nous vante les merveilleuses facilités et le progrès fulgurant offerts par cette technologie : fini les mots de passe et codes confidentiels difficiles à retenir ; les risques de vols, d’oubli, de transfert disparaissent etc. ... Et évidemment, on ne nous signale pas (ou on n’insiste pas assez sur) les implications énormes de la biométrie en ce qui concerne la diminution de la vie privée et des libertés !


D) Le projet HAARP :

Le projet HAARP (High-frequency Active Auroral Research ; en français : « recherche dans le domaine des hautes fréquences appliquées aux aurores boréales et australes ») est un projet de l’armée américaine et du consortium pétrolier « Apti-Arco » qui a remplacé le projet "Star Wars" (Guerre des Etoiles). Ce projet est cependant terrestre. Puissant et polyvalent, il consiste à tirer parti de l’ionosphère (couche de l’atmosphère située au-dessus de la stratosphère et constituée de particules ionisées hautement chargées en énergie) pour transformer celle-ci en une arme à énergie. Pour des informations complètes à ce sujet, vous pouvez vous rendre sur le site http://www.theforbiddenknowledge.com/hardtruth/haarp_mind_weather_control.htm : un bon petit dossier (en anglais) sur le projet HAARP s’y trouve.

Le projet HAARP se compose d’une vaste installation de plusieurs hectares située à Gakona, en Alaska. Il s’agit d’un vaste périmètre déboisé et plat, flanqué de 48 antennes de 20 mètres de haut et reliées chacune à un émetteur d’un peu moins de 1 million (!) de watts de puissance. Au niveau du fonctionnement, HAARP revient à bombarder l’ionosphère avec des ondes à hautes fréquences. L’ionosphère se transforme alors en une sorte d’énorme « miroir » virtuel qui agit comme une antenne. Cette antenne virtuelle réémettra des fréquences extrêmement basses ; ce qui a pour effet de créer une sorte de « four micro-ondes géant » dans un territoire donné de l’ionosphère. NOTONS AUSSI QUE LES FREQUENCES EXTREMEMENT BASSES POSSEDENT DES EFFETS NEFASTES SUR LE SYSTEME NERVEUX ET PEUVENT PERMETTRE LE CONTRÔLE MENTAL, LA CREATION D’HALLUCINATIONS CHEZ L’INDIVIDU etc..


LES APPLICATIONS DU PROJET HAARP :

- interrompre toute forme de communication hertzienne

- griller des avions ou des missiles dans le ciel ou affoler leur système de guidage électronique

- provoquer des explosions aussi puissantes qu’une bombe atomique

- modifier la météorologie localement

- INFLUENCER LES COMPORTEMENTS HUMAINS (puisque nous avons vu que les ondes peuvent influer sur le comportement, et étant donné la puissance du HAARP, on peut s’imaginer l’usage effrayant que l’on pourrait en faire ! C’est aussi ici qu’il pourrait y avoir un rapport avec la micro-puce : HAARP pourrait fonctionner comme un puissant relais avec les satellites ou comme un émetteur géant pour le contrôle des populations !). Pour celles et ceux qui s’intéresseraient davantage au système HAARP, je conseille l’excellent livre écrit par Jeane Manning et le Dr. Nick Begich : « Les Anges ne jouent pas de cette HAARP » (cf. http://www.louisecourteau.com/livre2.php?titre=Les+anges+ne+jouent+pas+de+cette+HAARP ).


E) Les vaccins à cristaux liquides et les nanovaccins:

Parmi les nouveautés en matière de vaccination, on trouve les vaccins à cristaux liquides et les nanovaccins…

On sait que l’A.D.N. est constitué de cristaux liquides. L’idée des vaccins à cristaux liquides est d’injecter dans l’organisme (par voie intra musculaire, par exemple) de l’ « A.D.N. nu » c’est-à-dire des séquences d’A.D.N. répétitives (cet A.D.N. peut être synthétique) qui sont les supports d’informations cellulaires sur lesquels on vient greffer soit des séquences d’A.D.N. viral, soit des gènes codants pour des protéines virales ou bactériennes. L’intégration de ce patrimoine génétique à nos cellules est très rapide, et on ne peut plus contrôler ensuite les synthèses protéiques qui se font, puisqu’elles sont intégrées à notre patrimoine.

Problème : lorsqu’on vous injecte un vaccin, qui sait exactement ce qu’il y a à l’intérieur ? Qui sait s’il s’agit d’un vaccin « traditionnel » ou d’un vaccin à cristaux liquides ? Même le médecin qui vous l’administre en toute bonne foi l’ignore peut-être !!!

Mais la question qui se pose ici est encore une fois en relation avec le contrôle des individus : cet A.D.N. finalement étranger que l’on nous implante par vaccin n’est-il pas une « antenne » programmable de l’extérieur et que l’on introduit dans notre organisme à des fins qui pourraient être bien différentes peut-être des fins humanistes de santé ?

N’y a-t-il aucun risque par exemple que, étant stimulées par un phénomène extérieur (une certaine longueur d’ondes émise par des satellites et qui serait relayée par une micro-puce implantée dans le corps, par exemple), ces particules d’A.D.N. (et de virus) intégrées par notre organisme se mettent non pas à activer notre système immunitaire, mais à le ralentir ou à le stopper, ou encore à produire des toxines ou des virus mortels ? Il s’agirait encore, dans ce cas, de techniques d’actions de masse sur les gens, avec une antenne cellulaire qui court-circuiterait la conscience individuelle !

Certaines personnes se posent très sérieusement la question, notamment au Québec et aux U.S.A. . Le très brillant livre d’Anne Givaudan, « Les dossiers sur le gouvernement mondial », est d’ailleurs fort explicite en ce qui concerne le rôle finalement très peu curatif des vaccins (certains ont d’ailleurs des effets secondaires plus qu’indésirables ! Voir la référence complète de ce livre en fin d’article).

De plus, A L’HEURE ACTUELLE, IL EXISTE DES NANO-VACCINS QUI POSSEDENT DES NANOPARTICULES TRES DANGEREUSES POUR LA SANTE ET QUI SONT SI PETITES QU’ELLES PEUVENT ENTRER DANS LE CORPS HUMAIN EN ETANT DIFFUSEES SOUS FORME DE SPRAY QUI PENETRE LES PORES DE LA PEAU OU LES MUQUEUSES ! Par exemple, on a découvert des nanoparticules dans les vaccins H1N1 mis sur le marché en 2009 (cf. http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=15207 ) !

Des entreprises commencent d’ailleurs à produire et tester des nanovaccins, comme par exemple l’entreprise russe « Rusnano » (cf. http://www.rosnano.ru/Home.aspx ) !

Le seul « petit » problème est que CES NANOPARTICULES PROVOQUENT DES PROBLEMES DE SANTE TRES GRAVES, ET QUI PEUVENT MEME ENTRAÎNER LA MORT ! Une étude de l'Hôpital Chaoyang de Beijing a confirmé de façon concluante que les nanoparticules provoquent aussi bien chez l'homme des dommages pulmonaires et d'autres malignités (cf. http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=15207 ) !

Voilà donc un danger supplémentaire qui, sous le prétexte de la « santé », risque en réalité de créer beaucoup de dégâts !



F) Les chemtrails :

Les « chemtrails » (contraction de « chemical trails » ou « traînées chimiques ») sont des traces laissées par les réacteurs des avions. Mais il ne s’agit pas ici des habituelles traces de condensation (« contrails » ou condensation trails) !

Au contraire, les chemtrails sont constitués de particules chimiques qui retombent sur les populations vivant juste en-dessous des villages où l’avion a largué sa dangereuse cargaison !!! La caractéristique de ces tracés chimiques est l’expansion qu’ils prennent dans le ciel et leur « durée de vie » : ils peuvent parfois rester plus de 30 minutes ou même des heures entières dans le ciel avant de disparaître. Le but de ces « opérations chimiques » est encore assez mal connu : tester la résistance des populations à certains produits ou tester la toxicité de ces produits ? Répandre des virus, des nanoparticules ou des armes biologiques sur une région donnée ? Aider à augmenter l’effet de serre ? Répandre des produits chimiques qui renforceront l’effet de HAARP ?

Mais une chose est certaine : les gouvernements sont généralement impliqués dans ces opérations chimique. Pour une information plus complète concernant les chemtrails, voyez le site suivant : http://www.chemtrails-france.com/


G) Autres moyens mis à disposition pour oppresser et enchaîner l’être humain :

Il existe actuellement tellement de moyens de se servir de l’environnement, des animaux et des gens comme de cobayes ou d’en faire des zombies sans volonté que l’espace manque ici pour les détailler tous : citons entre autres le problème des organismes génétiquement modifiés (O.G.M.), le clonage et toutes les autres dérives génétiques possibles, mais aussi les armes dites « exotiques », les armes à énergie dirigée et les programmes de la C.I.A. destinés à contrôler l’esprit et le comportement humain ; un aperçu peut en être obtenu sur les sites suivants : http://www.theforbiddenknowledge.com/hardtruth/mind_control_index.htm et http://www.tenntimes.org/stories/mind-control/mind-01.htm .

Bref, à la lumière de toutes ces technologies et techniques, on peut déduire ceci : toujours présentées sous un jour absolument bénéfique, ces inventions sont bien souvent découvertes et expérimentées en milieu industriel et/ou militaire, ce qui en fait toujours des armes potentielles car elles ne sont dédiées qu’au pouvoir, à la guerre ou au profit à tout prix.

La plus grosse erreur de l’humanité aujourd’hui, c’est de considérer toute chose et toute être, ainsi que le bien le plus précieux (= la vie) comme une simple marchandise, et d’avoir tenté de sacrifier le spirituel au profit du matériel. Nous arrivons à une époque où un choix très important va devoir être fait : soit un revirement de situation qui, au bout du compte, remettra les vraies valeurs en place, soit la même nonchalance et tolérance face à toutes ces horreurs qui se produisent déjà maintenant, et alors ce sera une longue et douloureuse dégringolade...

Comme le disait Anne Givaudan dans « Les dossiers sur le gouvernement mondial » :
« La technologie sans amour mène au dessèchement, que ce soit de votre planète ou de vous-même ». Pour clore ce chapitre, nous dirons donc que notre monde a besoin d’une fameuse prise de conscience, d’une réaction forte, en nombre, et de beaucoup d’amour pour voir enfin une réalité meilleure s’installer. Reste à conclure ce long article...


Dernière édition par Admin le Sam 6 Mar 2010 - 0:08, édité 7 fois

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

MICRO-PUCES IMPLANTABLES : LA MENACE ULTIME POUR L'HUMANITE ! 8

Message  Admin le Ven 5 Mar 2010 - 13:54

8. CONCLUSIONS



Cet article est destiné à vous informer de dangers bien réels que les médias de massent cachent ou déforment. Le but est que vous puissiez à votre tour informer un maximum de personnes du danger qui est à nos portes, et REAGIR face à ce que certaines autorités mondiales ont ourdi à nos dépens…

La réalité vous paraît sombre ? Soit. Mais ce n’est pas pour cela que rien ne peut être fait. Nous sommes les acteurs qui construisons le monde chaque jour, et le système immonde que l’on nous prépare ne pourra pas passer si la population du monde entier est contre ce système. Mais il faut changer d’optique et réagir, il faut avoir le courage de quitter notre petit confort personnel et manifester haut et fort notre désapprobation. Et plus encore, nous tenir informés, mais en nous méfiant de l’information propagée, en faisant preuve d’esprit critique et en vérifiant tout systématiquement (n’oublions pas que les gros médias sont tenus par les détracteurs des gouvernements ou par de grosses entreprises multinationales qui sont à l’origine du problème, et donc que ces médias censurent l’information ou diffusent de l’information déformée, voire de la fausse information).

Si votre cœur et votre conscience ont vibré ou se sont (r)éveillés à la lecture de ces quelques lignes, alors poursuivez de grâce dès maintenant cette tâche d’information en prévenant vos amis, vos proches, vos collègues ou en diffusant en tout cas un maximum le message (en français ou dans une langue étrangère, car le message doit être entendu partout, le monde entier doit savoir et réagir).

Alors, et seulement si nous réagissons tous contre les horreurs que certains ont planifié pour notre futur, alors nous pourrons éviter une catastrophe à l’échelle planétaire. Par ailleurs, il existe de nombreux sites et ouvrages bien documentés à ce sujet (dont certains repris ci-après) où vous pourrez trouver un complément d’information. Et dans le cas où vous auriez encore des doutes quand à la véracité de cet article, ces sites et ouvrages vous aideront peut-être aussi à y voir plus clair…

N’oubliez pas : lors de la seconde guerre mondiale, le peu de personnes qui étaient au courant de l’existence des camps de la mort ou qui avaient réussi à en sortir avaient tenté de prévenir l’opinion publique. Très peu de personnes les crurent ; les gens ne pouvaient croire que l’être humain pouvait être si cruel ou commettre des choses si horribles. Mais lorsque l’on ouvrit les camps à la fin de la guerre, l’étonnement et le dégoût furent grands…

N’oubliez pas non plus : si les Nazis et leur système inhumain purent prendre le pouvoir, c’est avant tout à cause du CONSENTEMENT SILENCIEUX de la masse des Allemands ! Si les masses, indifférentes, se contentent de hausser les épaules ou se laissent pervertir par la propagande des mass médias qui vend la puce comme un « produit-miracle », il est CERTAIN que la micro-puce implantable se généralisera, avec toutes les conséquences funestes que cela implique, et qu’une dictature mondiale se mettra en place !

Cet article a été écrit, lui aussi, dans le seul et unique but de vous prévenir, afin que nous puissions tous éviter un futur catastrophique, et afin que vous refusiez cette micro-puce démoniaque !!!

NOUS DEVONS NOUS SOULEVER ET RECLAMER QUE CES PUCES (ET NANOPUCES) IMPLANTABLES SOIENT RENDUES TOTALEMENT INTERDITES, ET COMPLETEMENT ILLEGALES !

Et puis, ne vous masquez pas la vérité : nos pays ne sont pas à l’abri de ce fléau. Rappelez-vous : certaines réunions auxquelles le Dr. Sanders participa, et qui se déroulèrent « dans un contexte de gouvernement mondial et de monnaie unique », eurent lieu à Bruxelles et à Luxembourg, au cœur même de notre Europe « si propre et honnête », qui est déjà touchée par le fléau des puces implantables !!!

Quoi qu’il en soit, si jamais dans le futur on vous offre ou on vous impose, à vous ou à vos enfants, l’implant de la micro-puce, vous saurez quoi répondre ! PEU IMPORTE CE QU’IL EN COUTE, PEU IMPORTE CE QU’IL ARRIVE, dites NON à l’esclavage pour vous et pour les générations futures, NON à la pensée unique et à la mort de l’esprit, NON à la Marque de la Bête, et REFUSEZ CETTE IGNOMINIE QUE CONSTITUENT LES PUCES IMPLANTABLES !!!!!!!




NON AUX MICRO-PUCES IMPLANTABLES POUR HUMAINS !!!


Dernière édition par Admin le Ven 5 Mar 2010 - 14:50, édité 4 fois

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

MICRO-PUCES IMPLANTABLES : LA MENACE ULTIME POUR L'HUMANITE ! 9

Message  Admin le Ven 5 Mar 2010 - 13:58

9. SOURCES ET REFERENCES :


1) EN FRANCAIS :

A) Sites web :

http://www.piecesetmaindoeuvre.com/ (site de Pièces et Main-d’œuvre, l’excellent collectif grenoblois qui lutte contre les puces implantables, la RFID, les nanotechnologies, les NBIC et autres technologies de mort et d’esclavage !)

http://contrelepucage.free.fr/ (site français contre la puçage des animaux et des humains : à visiter absolument pour se tenir au courant de l’actualité et des actions prévues !)

https://secure.gn.apc.org/members/www.bilderberg.org/phpBB2/viewforum.php?f=7 (forum francophone de Bilderberg.org – ce forum concentre informations contre la puce, renseignements et opposition concernant le nouvel ordre mondial, lutte contre le liberticide… à ne pas manquer !)

http://catholiquedu.free.fr/revelation/paroissiales/MARQUE.htm (traduction partielle en français du témoignage essentiel de Carl W. Sanders).


B) Ouvrages :

- Collectif Pièces et Main-d’œuvre, Terreur et Possession, Enquête sur la police des populations à l'ère technologique, Editions l’Echappée, 280 pages. Voir sur http://www.lechappee.org/ . Un livre à mettre entre toutes les mains, et qui nous permet de comprendre le stade vers lequel l’horreur technologique et totalitaire de dirige aujourd’hui. A ne surtout pas manquer !
- Collectif Pièces et Main-d’œuvre, Nanotechnologies/Maxiservitudes, éditions L’Esprit Frappeur, 2006, 133 pages. (Un livre excellent à lire absolument et à mettre entre toutes les mains, et qui ne coûte que 5 euros environ ! La plupart des textes sont repris sur le site du collectif Pièces et Main-d’œuvre. Pour les références du livre, voir http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=53 . On y parle des dangers des puces sous-cutanées, de la RFID et des nanotechnologies.)

- Anne GIVAUDAN (avec la collaboration du docteur Antoine CHAKRAM), Celui qui vient, tome 2 : Les Dossiers sur le Gouvernement Mondial, éditions S.O.I.S., Plazac (France), 1996, 352 pages. (Excellent ouvrage contenant, entre autres, une petite partie concernant la microchip, mais dont le sujet est bien plus large et extrêmement intéressant et interpellant).


2) EN ANGLAIS :

A) Sites web :

http://www.trumpetmin.com/ (le site de Carl W. Sanders, qui explique les dangers des puces implantables, y compris les risques de contrôle comportementaux)

http://www.angelfire.com/d20/philadelphians/MMEA.html (site chrétien expliquant les dangers effroyables de la puce cérébrale M.M.E.A. - Multiple Micro Electrode Array – y compris le danger de contrôle du corps et de l’esprit)

http://www.antichips.com/ (site activiste anglophone contre la puce sous-cutanée)

http://www.nocards.org/ (le site de CASPIAN, organisme américain de défense des consommateurs)

http://www.spychips.com/ (site de lutte contre la RFID, mené par Katherine Albrecht et Liz Mc Intyre)

http://www.positiveidcorp.com/ (site de Positive ID, compagnie qui commercialise la puce Health Link)

http://www.trovan.com (site de Trovan, une compagnie européenne qui commercialise également une micro-puce sous-cutanée pour humains)

http://www.cybertime.net/~ajgood/ch1p1.html (informations diverses et très fournies sur les puces implantables)

http://www.cybertime.net/~ajgood/ch1p2.html (informations diverses et très fournies sur les puces implantables)

http://www.prisonplanet.com (le célèbre site d’Alex Jones, qui dénonce les manigances du nouvel ordre mondial et les technologies liberticides et de dictature)

http://amsterdam.nettime.org/Lists-Archives/nettime-bold-0111/msg00237.html


B) Ouvrages :

- Katherine Albrecht et Liz Mc Intyre, Spychips, How major corporations and government plan to track your every purchase and watch your every move, éditions Plume, 2006, 278 pages. (C’est LE livre de référence en la matière, un des meilleurs, et qui a reçu le « Lysander Spooner Award » qui récompense les œuvres qui font avancer la littérature de la liberté. A lire de toute urgence !).

- Katherine Albrecht et Liz Mc Intyre, The Spychips Threat: Why Christians Should Resist RFID and Electronic Surveillance, éditions Nelson Current, 2006, 288 pages. (Il s’agit de la version mise à jour du livre Spychips, avec en prime un avertissement spécifiquement orienté pour les chrétiens concernant les terribles dangers de la RFID et de la puce sous-cutanée pour humains).


DERNIERE MISE A JOUR EFFECTUEE LE 04/03/2010.

Vic Flame.



Désormais, vous pouvez également télécharger cet article au format Word ou .pdf aux adresses suivantes :

Version Word : http://www.mediafire.com/?foyow2vyfzl

Version .pdf : http://www.mediafire.com/?drkz0mtzmln

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

FR : LE TWIZY, CARTE A PUCE RFID A APPLICATIONS FINANCIERES !

Message  Admin le Mar 9 Mar 2010 - 0:28

FRANCE DE LA DICTATURE A PUCE : LE « TWIZY », UN PASS SANS ARGENT CASH ET A PUCE RFID, AFIN DE CENTRALISER ABONNEMENTS, CARTES DE FIDELITE, DE TRANSPORT, DE CANTINE ET DE CINEMA !!!



Et elle faisait que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, prenaient une marque en leur main droite, ou en leurs fronts;
ET QU'AUCUN NE POUVAIT ACHETER, NI VENDRE, s'il n'avait la marque ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom. (La Bible, Apocalypse, 13:16-17)




Chers amis,


La France est désormais en train de couler ! En réalité, la France a atteint pratiquement le même niveau de décadence liberticide et totalitaire que les Etats-Unis ! Crying or Very sad Embarassed Mad

Sarkozy, l’avorton et le fossoyeur des libertés des Français, ainsi que son gouvernement de charognes, en promouvant toutes les entreprises les plus liberticides et les technologies de mort et d’esclavage (nanotechnologies, RFID, biométrie, NBIC, biotechnologies, scanners corporels, caméras de vidéosurveillance, tasers etc.), semblent avoir réussi l’horrible tour de force de transformer la société française en une société-prison et en Etat-policier ! Twisted Evil Surprised Crying or Very sad

AUJOURD’HUI, NOUS DECOUVRONS LE DERNIER GADGET LIBERTICIDE QUI, O « SURPRISE », COMMENCE A COMPTER DES CAPACITES FINANCIERES ! Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Surprised Crying or Very sad Exclamation

LE « TWIZY », LE NOUVEAU GADGET peRFIDe, DEBILE ET DANGEREUX, S’APPRETE A DEBARQUER DANS LA LOIRE ! Twisted Evil LE TOUT AVEC LA BENEDICTION DES POLITICARDS VEREUX DU CONSEIL GENERAL DE LA LOIRE, DES MAIRES DE CERTAINES COMMUNES, ET DES ENTREPRISES DE MASSACRE DES LIBERTES QUE SONT DOOING, SFI, OSEO ET CAPTRONIC ! Twisted Evil Mad Mad Mad

EN GROS, LE TWIZY SERA UNE CARTE A PUCE RFID QUI PERMETTRA DE CENTRALISER TOUTE UNE SERIE D’ANCIENNES CARTES TRADITIONNELLES EN CARTON OU EN PLASTIQUE. Shocked IL FAUDRA QUE L’UTILISATEUR PIE ET LE RECHARGE EN LIGNE, ET SIGNALE LES ENDROITS OU IL SOUHAITE QUE LE TWIZY SOIT « ACTIVE ». Twisted Evil

LE CITOYEN-CANCRELAT POURRA ALORS, EN BON HOMO CYBERNETICUS DEBILIS, ETRE LOCALISE ET RECONNU AUTOMATIQUEMENT GRACE AUX LECTEURS ET AUTRES BORNES RFID INTERACTIVES PLACES DANS LA VILLE. Surprised Shocked Exclamation AINSI, CE GADGET RFID LUI PERMETTRA D’ETRE ADMIS AUTOMATIQUEMENT SANS FAIRE LA FILE (ON VOIT QUE LES AUTORITES ONT TOUT MISE SUR LA FACILITE ET LA MODERNITE AFIN DE BAISER LES FRANÇAIS TECHNOPHILES JUSQU’AU TROGNON Twisted Evil ), DE SE DEPLACER EN TRANSPORT EN COMMUN, OBTENIR DES REDUCTIONS (LE PASS TWIZY FAIT AUSSI OFFICE DE RASSEMBLEUR DE CARTES DE FIDELITE) ETC. Sad Crying or Very sad Embarassed

MES AMIS, NOUS AVONS LA LES TOUTES PREMIERES TENTATIVES EUROPEENNES D’UTILISER LA RFID COMME UNE FORME DE… MOYEN DE PAIEMENT (notez que l'on signale déjà un rôle des COMMERCANTS) ! Surprised Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Bien entendu, LE PISTAGE, LE FLICAGE ET L’ESCLAVAGE font aussi partie du « pack » offert
, mais n’ayons aucun doute que les citoyens ignorants, dans leur quête abrutissante de « modernité », n’y prêteront aucune attention ! Embarassed Crying or Very sad Mad Mad Mad

A noter que l’article ci-dessous, la Loire semble se « glorifier » du fait qu’elle a dépassé et « fait la nique » à Paris en ce qui concerne ce genre de technologie infernale… Surprised Ahurissant, et terriblement PITOYABLE ! Shocked :? Embarassed Mad

Espérons que des manifestations se produiront contre tous ces projets d’esclavage et contre ces nécrotechnologies lors du salon de la RFID, à Paris, qui se tient du 23 au 26 mars (cf. http://www.rfid-show.com/?Jpto=116&KM_Session=cdeb29b6b42370195a1cab504d864746&CurrentNode=767&Lang=FR&IdNode=789 )… :wink: Sans ce genre de réaction, la France est définitivement FOUTUE ! Shocked Sad

A voir le rythme que prend la tendance policière, « sécuritaire », liberticide et technophile en France, j’ai bien peur que la populace soit déjà prête à acclamer les infâmes puces implantables lorsque celles-ci surgiront (ce qui ne devrait, hélas, plus être bien long)… Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE, ET BONNE MORT ! Sad Embarassed Crying or Very sad Vic.



P.S. : Merci beaucoup à la personne qui m'a signalé cet article. Elle se reconnaîtra...



Source : http://cbwebletter.fr/2010/03/08/twizy-fait-la-nique-a-paris/


TWIZY FAIT LA NIQUE A PARIS


8 mars 2010


Qui ?

Quatre sociétés adhérentes de Loire Numérique, DOOING, SPECIALISEE DANS LA GESTION DE CARTE A PUCES ET LA CONCEPTION DE BASES DE DONNEES ET INITIATEUR DU PROJET, les designers Kalk et Mademoiselle E, qui ont défini la charte graphique et le nom du produit et SFI qui réalise des bornes interactives.


Quoi ?

LE “PATCH TWIZY” QUI CONTIENT UNE PUCE RFID SANS CONTACT QUE L’ON PEUT POSITIONNER SUR TOUT TYPE D’OBJET, SOUTENU PAR LE CONSEIL GENERAL DE LA LOIRE, OSEO ET CAPTRONIC.


Pourquoi ?

POUR CENTRALISER ABONNEMENTS, CARTES DE FIDELITE, DE TRANSPORT, DE CANTINE ET DE CINEMA SUR UN MEME SUPPORT.


Comment ?

L’utilisateur choisit sur le portail les utilisations qui l’intéressent. LES LIEUX UNE FOIS DESIGNES RECONNAITRONT LE PORTEUR DU PASS, sans qu’il perde son temps à la caisse. Le possesseur de Twizy ALIMENTE SON PATCH SUR LE SITE. DE SON COTE, LA COMMUNE OU LE COMMERÇANT AFFILIE FAIT LA PROMOTION DE SES PRESTATIONS ET GERE SA BASE DE DONNEES CLIENTS TWIZY. Le conseil général de la Loire prend un temps d’avance sur Paris – ou un temps de retard sur les futurs services du mobile, c’est selon…

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

LE CTRUS, LE BALLON DE FOOTBALL A PUCE RFID !!!

Message  Admin le Mar 16 Mar 2010 - 21:46

ABJECT ! LE CTRUS, LE BALLON DE FOOTBALL A PUCE RFID !!!



Chers amis,


Nous savons que la RFID (identification par radiofréquence), malgré son aspect NOCIF POUR LA SANTÉ (les ondes radiofréquence ont tendance à casser l’ADN) et malgré son aspect LIBERTICIDE (pistage et flicage à tout moment), est hélas en train de tout envahir. Crying or Very sad

LES CRAPULES MONDIALISTES VEULENT METTRE DES PUCES RFID (SANS CONTACT) PARTOUT ET DANS TOUT Twisted Evil : dans nos passeports, dans nos documents d’identité, dans nos titres de transport (Mobib, Navigo, Oyster Card…), dans les vélos publics de nos villes, sur ou dans nos produits (puce RFID remplaçant les codes-barres), dans nos moyens d’accès (portes s’ouvrant à l’aide d’une carte à puce RFID), dans nos animaux et surtout… dans notre corps (contrôle total de l’individu) ! Surprised Mad Exclamation

Le monde de la détente n’échappe hélas pas à cette triste règle : c’est qu’il faut amadouer le peuple et lui faire croire à la soi-disant « bienfaisance » et à la prétendue « innocuité » de la RFID, voyez-vous… Shocked Il n’y a donc rien de tel que les applications ludiques ou sportives pour laver le cerveau des gens (comme l'adage romain le disait si bien : panem et circenses - du pain et des jeux - afin de gagner la sympathie de la plèbe). Twisted Evil

L’ARTICLE INFECT DES PUTES DES MASS MÉDIAS CI-DESSOUS OSE ENCORE PRÉSENTER LE BALLON À PUCE RFID, NOMMÉ LE CTRUS, COMME UNE « PERCÉE TECHNOLOGIQUE », OU ENCORE COMME UNE « VÉRITABLE AVANCÉE » ! Mad Mad Mad Exclamation

CE BALLON, PARAÎT-IL, EST DESTINÉ, VIA LA PUCE ET LE SYSTÈME GPS, À S’ALLUMER LORSQU’IL FRANCHIT LA LIGNE DE BUT… Rolling Eyes BIEN ENTENDU, CELA SUPPOSE QUE L’ON ÉQUIPE TOUT LE TERRAIN - À GRAND RENFORT DE MILLIERS D’EUROS - DE SCANNERS/CAPTEURS RFID… Shocked ON N’EST DONC PLUS LOIN DU PUÇAGE DES… JOUEURS EUX-MÊMES, A L'AIDE D'UNE PUCE IMPLANTABLE CANCERIGENE, DE CONTRÔLE COMPORTEMENTAL ET DE PISTAGE, AFIN DE CONNAÎTRE DE FAÇON PRÉCISE LEUR POSITION À TOUT MOMENT ! Surprised Shocked Mad Exclamation

AUTRE DANGER : BIENTÔT, DONC, LES ARBITRES NE SERONT PLUS NÉCESSAIRES NI UTILES, ET POURRONT ALLER CHÔMERSad Shocked

L’article dégueulasse de lavage de propagande honteuse des journaleux des mass médias, ci-dessous.

BONNE REVOLUTION, OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Exclamation Vic.




Source : http://fr.sports.yahoo.com/02032010/41/ctrus-le-ballon-qui-va-revolutionner-le-football.html


CTRUS, LE BALLON QUI VA REVOLUTIONNER LE FOOTBALL


Akelwood - mar, 02 mars 11:50:00, 2010

DOTE D’UNE PUCE ELECTRONIQUE, CE BALLON HIGH-TECH CHANGE DE COULEUR AU PASSAGE DE LA LIGNE DE BUT.

Ce pourrait être le ballon du 21e siècle. Fabriqué par la société de design AGENT, le CTRUS, c’est son nom, est une vraie percée technologique dans le monde du football. Il ne s’agit pas ici de petites innovations, comme les nouvelles chaussures de Cristiano Ronaldo, mais d’une véritable avancée.

La première différence avec les ballons habituels est d'abord esthétique.

Il est transparent. Composé d’une ossature intérieure appelé "skelle-core", son enveloppe n’est pas faite de cuir, mais d’une matière permettant d’obtenir les mêmes réactions que les ballons utilisés actuellement. Cette constitution lui permet de ne pas avoir besoin d’être gonflé.


Un ballon qui change de couleur quand il y a but

Si son aspect est déjà une avancée en soi, il possède une particularité révolutionnaire, celle de changer de couleur. Via un RECEPTEUR GPS CONNECTE A UNE PUCE, le ballon pourra donc déterminer sa position sur le terrain et changer de couleur dans différentes situations. Ainsi, il sera possible de le programmer pour qu’il change de couleur lorsqu’il franchit la ligne de but ! Tout le monde saura si la sphère est entrée ou non dans le but, évitant ainsi les protestations et les erreurs de jugement. Grâce à cette PUCE, le ballon pourra également transmettre la force et la vitesse d’une frappe, point non négligeable pour les amateurs de chiffres.

Cette innovation, qui n’a pas encore été officiellement présentée, amène néanmoins plusieurs questions. Le prix de vente et de production est pour le moment inconnu. Aussi, une telle technologie impose d’APPAREILLER LES TERRAINS DE FOOTBALL, AFIN QU’ILS PUISSENT INTERAGIR AVEC CE BALLON DU FUTUR.

Voir la vidéo de démonstration :
http://vimeo.com/9612176

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

MOBIB : GENERALISATION D'ICI MARS 2010 !

Message  Admin le Jeu 18 Mar 2010 - 10:54

BELGIQUE LIBERTICIDE ET TOTALITAIRE : BRUXELLES : TOUS LES ABONNEMENTS MENSUELS (EN PAPIER) DE BUS, TRAM ET METRO SERONT REMPLACES PAR LES IMMONDES ABONNEMENTS LIBERTICIDES « MOBIB » A PUCE RFID D'ICI LA FIN DU MOIS DE MARS 2010 !!!



Chers amis,


Je l’avais dit (sur un autre forum) lorsque ce système RFID Mobib infect avait été mis en place à Bruxelles, il y a un peu plus d’un an : il ne faudra pas longtemps avant que l’on IMPOSE ces nouveaux billets et abonnements qui pistent et repèrent toute personne qui voyage sur le réseau bruxellois de trams, métros et bus. Shocked

UN AN PLUS TARD, NOUS Y SOMMES ! Surprised

L’ARTICLE QUI SUIT NOUS SIGNALE QUE LA CRAPULEUSE STIB (SOCIÉTÉ DES TRANSPORTS INTERCOMMUNAUX DE BRUXELLES) « INVITE » (FORCE, EN REALITE) À PRÉSENT TOUS LES TITULAIRES D’ABONNEMENTS MENSUELS À PASSER À L’ABONNEMENT A PUCE RFID « MOBIB » ! Twisted Evil Crying or Very sad Mad D’ICI LA FIN DU MOIS DE MARS, TOUS LES ABONNÉS MENSUELS DOIVENT AVOIR REMPLACÉ LEUR ABONNEMENT EN PAPIER ET POSSÉDER UN ABONNEMENT MOBIB ! Surprised Mad Mad Mad Exclamation

LA GENERALISATION DE LA RFID, CETTE TECHNOLOGIE QUI PERMET DE PISTER ET D’ESPIONNER LES GENS, EST DONC BIEN EN COURS À BRUXELLES, CŒUR POURRI DE L’EUROPE TOTALITAIRE ET LIBERTICIDE ! Mad Crying or Very sad


Les gens, eux, n’y prêtent bien sûr pas attention. Il n’y a que lorsque les applications malfaisantes et les excès de la RFID surgiront qu’ils se rendront peut-être compte de leur erreur. Embarassed A ce moment-là, il sera bien entendu TROP TARD ! Exclamation

La RFID commence donc désormais à se généraliser et à être banalisée en Belgique… le tout de façon honteuse, sans contestation, sans manifestation, sans défense aucune des libertés ! Crying or Very sad Embarassed Mad Mad Mad Il ne faudra plus longtemps avant que l’on tente d’en faire de même avec… les puces RFID implantables ! Surprised Shocked Exclamation

L’article affreux, ci-dessous…

BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Exclamation Vic.




Source : http://www.stib.be/planning.html?l=fr


LES MENSUELS PASSENT A MOBIB


Les 140.000 clients qui voyagent avec un abonnement mensuel sont à présent invités à passer à MOBIB. LE 30 MARS, TOUS LES ABONNES MENSUELS DOIVENT ETRE PASSES A MOBIB. Les abonnés mensuels recevront une lettre dans leur boîte au lettre les invitants à passer à la carte MOBIB.

Les clients qui n'auraient pas reçu le mailing (changement d'adresse, ... ) , devront se procurer un formulaire MOBIB:

• via ce lien : http://www.stib.be/bootik-online.html?l=fr
• dans un KIOSK : http://www.stib.be/kiosk.html?l=fr
• dans une BOOTIK : http://www.stib.be/bootik.html?l=fr

Il est d'autant plus important de le faire vite vu que la fermeture des stations de (pré-) métro se profile à l'horizon. UNE PARTIE DES STATIONS SERA EQUIPEE AVANT L'ETE 2010 PAR CE SYSTEME DE CONTROLE D'ACCES.

Après votre demande, la STIB délivre la carte MOBIB par la poste endéans les 3 mois. Etant donné que celle-ci n'est pas encore chargée au moment de la délivrance, vous pouvez continuer à utiliser la version papier des anciens abonnements mensuels sans aucune perte.

Dès que vous aurez reçu votre carte MOBIB, vous pourrez la charger en BOOTIK et KIOSK. Dans un stade ultérieur vous pourrez également le charger via les automates de vente GO, via notre BOOTIK online, dans de nombreuses librairies et grandes surfaces.

A CE JOUR, 320.000 CLIENTS DISPOSENT DEJA D'UNE CARTE MOBIB. LE PASSAGE S'EFFECTUE DE MANIERE PROGRESSIVE. LES TITULAIRES DES ABONNEMENTS ANNUELS, LES PLUS DE 65 ANS ET LES ABONNES J ONT DEJA REÇU LEUR CARTE MOBIB (excepté abonnements "tiers payant" payés par les employeurs).

Pour ceux qui voyagent sur le réseau STIB de manière plus occasionnelle (cartes 1, 10 voyages, 1 jour, etc.), les pass MOBIB sont disponibles en BOOTIK et sur internet via la BOOTIK online.

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

LE PANCRATICON, OU L’INVENTION DE LA SOCIETE DE CONTRAINTE !

Message  Admin le Jeu 18 Mar 2010 - 17:37

VITAL ! ARTICLE-CHOC : LE PANCRATICON, OU L’INVENTION DE LA SOCIETE DE CONTRAINTE !!!



Chers amis,


L’article qui suit est long, mais il est EXCEPTIONNEL et d’une IMPORTANCE sans pareille ! Je vous exhorte donc à le lire jusqu’au bout.

Personnellement, je dois dire qu’il s’agit sans aucun doute du meilleur article qu’il m’ait été donné de lire depuis très longtemps. Les faits qui y sont expliqués méritent amplement une révolution telle qu’on n’en a jamais vue !

SI VOUS AVEZ ENCORE L’UN OU L’AUTRE DOUTE QUANT AU CONTRÔLE MENTAL ET PHYSIQUE DES INDIVIDUS PAR LA TECHNOLOGIE, APRES LA LECTURE DE CET ARTICLE, VOUS NE POURREZ PLUS JAMAIS NIER LA REALITE ET LA VERACITE DE CE FAIT !

Rédigé par nos vaillants amis du collectif Pièces et Main-d’œuvre, cet article dénonce et relate, dans des termes sarcastiques et sur un ton que l’on sent très révolté, les HORREURS ULTIMES QUI SONT EN TRAIN DE SE PRODUIRE, Y COMPRIS DANS NOS PAYS !

On y parle de multiples sujets extrêmement préoccupants : état-policier, neuromarketing, RFID, puces implantables, nanotechnologies, convergences des neurotechnologies, interfaces cerveau-machine… Autant d’horreurs propres au TECHNO-NAZISME (que les amis de PMO appellent, eux, le techno-totalitarisme) DU NOUVEL ORDRE MONDIAL !

Depuis les crapules politiciennes jusqu’aux Frankenstein de scientifiques, en passant par les nouveaux Menegele de la « médecine », en passant par les banques et industries répugnantes, avides et immorales, le Système infect de la Matrice est inspecté sous toute ses immondes coutures.

Je vous ai souvent parlé de certains nazis qui ont mis au point les puces implantables (comme Jose Delgado, par exemple), en mettant souvent l’emphase sur les USA. L’article qui suit nous prouve désormais une chose qui apparaît de façon TRES CLAIRE : NOS PAYS (Canada, France, Suisse etc.) SONT DESORMAIS CEUX QUI MENENT LA BARQUE DES RECHERCHES INHUMAINES ET INFERNALES ET QUI ONT POUR BUT L’ASSERVISSEMENT ULTIME DES INDIVIDUS ET LA NAISSANCE DE LA SOCIETE DE CONTRAINTE, SOCIETE DANS LAQUELLE L’INDIVIDU NE POSSEDE PLUS AUCUN LIBRE ARBITRE ET EST REDUIT AU RÔLE D’UNE FOURMI, D’UN ZOMBIE, D’UN ROBOT !

Les amis de Pièces et Main-d’œuvre finissent même par me rejoindre complètement lorsqu’ils utilisent pour la première fois, en parlant de ces technologies de mort et d’asservissement total, le terme de « POSSESSION TECHNOLOGIQUE » de l’individu. Car en, effet, ces technologies putrides de déshumanisation permettent de manipuler corps et âme. Le terme religieux de « possession » est donc totalement justifié. Car c’est bien ce que les crapules qui se cachent derrières ces projets hideux font de vous en essayant de vous faire accepter ces technologies liberticides, d’esclavage et de mort : elles font de vous un de leurs « objets », elles vous POSSEDENT !

Certaines phrases de l’article vous avertissent - de façon aussi sévère que je vous ai avertis - de l’imminence de la catastrophe cataclysmique qui nous guette si rien n’est fait IMMEDIATEMENT pour rendre toutes ces technologies ILLEGALES et INTERDITES.

Par exemple : « La société de contrôle, nous l’avons dépassée ; la société de surveillance, nous y sommes ; la société de contrainte, nous y entrons. » C’est donc bien clair : le point de NON-RETOUR définitif est proche. Seule une REVOLUTION (et l’aide de Dieu) peut encore nous sauver des DEMONS odieux qui dirigent le système ultralibéraliste mondial actuel.

OSONS DONC NOUS REVOLTER, ET DETRUISONS CE SYSTEME JUSQU'A CE QU’IL NE RESTE PLUS PIERRE SUR PIERRE !

Quant au sort à réserver aux Frankensteins des laboratoires, aux « scientiflics », aux financiers, aux patrons de multinationales et aux dirigeants corrompus qui soutiennent ce système puant, l’article nous décrit brièvement la seule chose qu’ils méritent : de « se retrouver devant un tribunal pour crimes contre l’humanité, sinon battus au coin des rues par des foules en furie » !

L’article capital qui vous dévoile ce COMPLOT contre nos intérêts et nos libertés, ci-dessous…

BONNE LECTURE… ET BONNE REVOLUTION, SURTOUT ! Vic.




Source : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/Contrainte.pdf


LE PANCRATICON OU L’INVENTION DE LA SOCIETE DE CONTRAINTE


Mea culpa. Sans doute sommes-nous rien moins qu’innocents d’un nouveau genre médiatique, ou du moins de son retour en mode, que l’on pourrait nommer la jérémiade orwellienne : effroi, fascination, délectation morbide devant l’émergence du techno-totalitarisme, du monstre qui, lentement sorti des abîmes, cache peu à peu le soleil et le ciel. Ce prophétisme né du regard et de la parole intrépides et véraces de quelques écrivains, de Zamiatine à Philip. K. Dick, s’est par les maints conduits de la culture de masse, coulé dans la conscience du tout-venant où il a rencontré l’inquiétude née de l’expérience de chacun. Qui ne voit, ne sent, ne sait, vers quelle incarcération générale nous glissons sur notre tapis mécanique ? Ni quel corset intérieur resserre peu à peu en nous ses mailles neuro-électroniques ?

Demandez le catalogue. Télévisions, livres, journaux, radios, serinent à qui mieux mieux les « dossiers »
délicieusement horrifiés, « Total contrôle », « L’Horreur sécuritaire », « La Grande surveillance », « Souriez vous êtes fichés/filmés/suivis/tracés/surveillés/profilés », sans compter les pléthores de « Big » et de « Small brothers », ni les multiples déclinaisons consacrées aux pièces d’identité, au fichage génétique, à la biométrie, aux RFID, à la vidéosurveillance etc. Le marché sécuritaire sécrète aussi un segment médiatique à l’intention de ses contestataires.

Cette déferlante n’est pas sans rappeler la vague parallèle de propagande techno-scientiste sous forme de « tribunes libres », rubriques, chroniques, émissions de « vulgarisation », évidente pour les opposants à l’empoisonnement chimique, au nucléaire ou aux chimères génétiques. Trois livres au moins ont été publiés en défense et illustration des nanosciences et nanotechnologies depuis la manifestation du 1er juin 2006, contre l’inauguration de Minatec à Grenoble (« Introduction aux nanosciences et aux nanotechnologies », A. Nouailhat. Lavoisier. « Par-delà les nanosciences et les nanotechnologies ». J.J Samueli. Ellipses. « Nanosciences. La révolution invisible » C. Joachim, L. Plévert. Le Seuil).

Cependant que les pouvoirs publics, les institutions publiques et les officines d’acceptabilité multiplient les
« nanoforum », cycles, panels et « conférences citoyennes », dans les réunions de technologues, à Biovision (Lyon), ou aux Rencontres Jacques Cartier (Grenoble), on se répète l’opinion reçue : le seul risque des nanotechnologies, c’est leur rejet par la société.

La pertinence de ce parallèle tombe sous le sens si l’on veut bien se souvenir que le mot de police désigne
« l’organisation rationnelle de l’ordre public » (cf. Le Robert et le Dictionnaire étymologique du français), et que cette rationalité culmine aujourd’hui dans les ultimes technologies, duales et convergentes.
L’organisation technologique de l’ordre public signifie que la maintenance et la contention de la population (l’ordre public) procèdent des mêmes moyens matériels issus de l’innovation, alias Recherche et Développement. L’idéal technologique de l’ordre public, c’est l’intégration de l’homme-machine dans le monde-machine, en vue d’un fonctionnement uni, réglé, optimal. Il est donc logique que partisans et opposants à la mécanisation s’affrontent tant sur le fichage génétique que sur les chimères génétiques, que les mêmes combattent ou défendent d’un même bloc le projet Iter, la consommation de viande clonée ou le puçage des fauteurs de troubles. La résultante de ce duel n’est pour l’heure ni un introuvable « juste milieu », ni un élusif « dépassement », mais une extrême mobilité du conflit. La conscience de la mécanisation s’emballe ces jours-ci, en raison surtout de ses effets sur le milieu, mais moins vite que la mécanisation.


C’est que le pouvoir, retranché dans l’Etat-machine, parle en actes, quand les sans-pouvoirs désarmés dans leur cohue agissent en paroles. Reste à voir si ces mots se transformeront en force matérielle capable de rompre avant l’irréversible, la vampirisation du monde et de l’écosystème, par l’immonde et le système technicien.

Le plus instructif et le moins opportuniste du flot de jérémiades orwelliennes reste sans doute « La globalisation de la surveillance » d’Armand Mattelart1, et il en a été justement récompensé par le silence médiatique. L’intérêt de ce livre, hors une abondance de rappels historiques, réside dans le lien enfin reconnu par un penseur de la vieille gauche entre l’innovation technologique, le terrorisme d’Etat, et l’émergence du techno-totalitarisme.

« La priorité de la recherche-développement va aux instruments capables de débusquer les guérillas et de protéger les troupes des attaques surprises. La guerre irrégulière va ainsi se révéler un formidable laboratoire des technologies de localisation. »

Passez le mot à Besancenot, à tous les fossiles gauchistes et citoyens, membres d’Attac ou de Lutte Ouvrière, lecteurs de Politis ou du Monde Diplomatique, qui soutiennent Sauvons La Recherche et se laissent encore duper par les chercheurs progressistes.

Un volume de généalogie éclairante et fournie ne fait que rendre plus cruellement inconsistantes les quatre pages d’« épilogue », assez bâclées. De génuflexions aux mandarins des années soixante-dix (Foucault, Deleuze, Guattari) en déplorations et embrouillaminis institutionnels (le Comité consultatif national d’éthique, l’Unesco), on choit dans les plus consternants contresens. Après avoir énuméré toute une kyrielle d’« acteurs », dont les « groupes d’intervention qui dénoncent le développement liberticide de la biométrie ou des nanotechnologies », notre sociologue émérite constate à regret que :



« Les gouvernements résistent à prendre acte de l’émergence de ces nouveaux acteurs citoyens et se refusent à élargir la composition des instances (quand elles existent) chargées de veiller à l’équilibre entre les avancées de l’informatique et la préservation du droit à la vie privée et des libertés, et à leur allouer les moyens pour remplir leur mission de médiation publique. »

Riche idée en effet que de multiplier les salaires et le nombre des ronds de cuir à la Cnil, et d’y engluer les représentants du collectif « Refus ADN » ou du Mouvement pour l’Abolition de la Carte d’Identité (MACI). Ils pourraient avec les représentants de l’industrie électronique et ceux du ministère de l’Intérieur, y œuvrer de manière positive à l’élaboration de mesures d’encadrement d’un fichage citoyen, d’un espionnage raisonné et d’un puçage durable. Chacun sent bien qu’avec la Cnil, jamais le numéro d’inscription au répertoire (NIR, numéro Insee), n’aurait permis d’identifier juifs et musulmans sous l’occupation et pendant la guerre d’Algérie. Et chacun, aussi bien, s’en remet à la « médiation publique », pour discuter des restrictions qu’il est prêt à consentir à sa vie privée et à sa liberté, en faveur des « avancées de l’informatique », ou pour vérifier en son nom s’il est bien fiché dans les conditions prévues par la loi, quitte à corriger son dossier d’informations nouvelles et véridiques. Voilà décidément une profession de foi, et nous ne voulons pas d’autre président de la Cnil qu’Armand Mattelart, universitaire et professeur ès sciences de l’information et
de la communication, en lieu et place d’Alex Türk, sénateur divers droite.

C’est pour en finir avec ces incontinences, et parce que nous savons que le fait, la force, prime le droit, qu’une soixantaine de contestataires venus de toute la France ont occupé la Cnil le 14 décembre 2007, déclarant sa dissolution2.
Le décret d’application n’a malheureusement pas encore été publié au Journal Officiel, ce qui nous contraindra quelque jour à occuper aussi le Journal Officiel.

L’effet de la jérémiade orwellienne, son but latent ? Brouiller de son fatras et décourager l’esprit de résistance.

Cependant qu’une frange dite « radicale » utilise le terme de contrôle comme fourre-tout générique, que les associations citoyennes s’alarment doucement des « dérives sécuritaires », Alex Türk, l’étrangleur de la Cnil, nous alerte une fois l’an contre une « société de surveillance », dont il favorise chaque jour l’avènement3. Il faut, dans la contention de la population, distinguer le contrôle de la surveillance, et la surveillance de la contrainte.

William Burroughs, dans ses visions d’extralucide, avait employé le mot de contrôle dans le sens d’emprise, et de maîtrise. Ainsi avait-il défini la came, comme la marchandise et le moyen de contrôle idéaux. « Nul besoin de boniment pour séduire l’acheteur ; il est prêt à traverser un égout en rampant sur les genoux pour mendier la possibilité d’en acheter. »4

Aux Etats-Unis comme en Europe, sur les campus et dans les quartiers, overdoses, crimes, sida, polices et mafias ont noyé dans la came les révoltes des années 1970. Burroughs que la question obsédait a vaticiné sur d’autres formes d’emprise. Le conditionnement et l’aliénation religieuse, par exemple à travers les rites et le calendrier des prêtres mayas. Tantôt la religion, tantôt l’opium, jamais la stoïque lucidité. Les techniques de communication (« Qui possède maintenant les communications contrôle le pays »). Le langage (« L’alphabétisme universel avec en même temps un contrôle de la parole et de l’image est maintenant l’instrument de contrôle »). Mais sa pensée la plus profonde reste que :

« Les hommes libres n’existent pas sur cette planète à cette époque, car la liberté n’existe pas dans le corps humain. Par le simple fait d’être dans un corps humain, vous êtes totalement contrôlés par toutes sortes de nécessités biologiques et extérieures. »5

On sait que ce désespoir de la chair pousse certains à souhaiter le transfert de leur cerveau dans une carcasse
impérissable, voire leur « téléchargement » sur un réseau électronique. Étrange liberté que ce confinement spirituel en circuit fermé, à la merci d’une panne technique ou du premier venu qui coupera le courant. Étrange aveuglement au contrôle total exercé par toutes sortes de nécessités technologiques et non moins extérieures. Si fort qu’elle se gonfle, la technosphère sera toujours enchâssée dans la matière, tributaire de son alimentation, vulnérable à ses mouvements. Que dire à ces âmes savantes ?

« Oui, mon corps est moi-même et j’en veux prendre soin ; guenille si l’on veut, ma guenille m’est chère. »

Dix ans plus tard, l’universitaire Gilles Deleuze emprunte à Burroughs ce terme de contrôle pour désigner le nouveau monstre que « Foucault reconnaît comme notre proche avenir »6

On sait les ravages en milieu cuistre des concepts de « biopouvoir » et de « biopolitique », néo-truismes inutiles et caoutchouteux pour nommer ce qui toujours fut. Car de tout temps et en tout lieu, la double justification du pouvoir a toujours été de prendre soin des sans-pouvoirs (maintenance du troupeau), et de réprimer les fauteurs de troubles (contention des bêtes noires, brebis galeuses et autres moutons enragés). Faute de quoi ce pouvoir bifron perdait vite le mandat du ciel. Et de tout temps ce pastoralisme a oscillé entre milieu ouvert (élevage extensif, nomadisme, transhumance), et milieu fermé (élevage intensif, clôture, stabulation fermée).

La « société de contrôle » lancée par Deleuze pour désigner, dit-il, ce qui selon Foucault et lui, succède aux « sociétés disciplinaires » et de « souveraineté »7 ne provoque pas moins de confusion. Il ne faut pas forcer les mots au-delà de leur capacité et leur faire contenir plus qu’ils ne peuvent.

Une précédente livraison a montré ce qu’était le contre-rôle8. Un inventaire. Un état. Un fichier des biens : objets, cheptel, esclaves. Avec d’un côté, sur des tablettes d’argile (Mésopotamie) ou sur des rôles de parchemin, la liste de ces biens notés par leur nom ou leur numéro et de l’autre, ces biens éventuellement marqués, tatoués de leur nom ou numéro, porteurs d’un collier, d’une carte, d’une puce, d’une pièce d’identité. Le contrôle s’effectuant lorsqu’au code inscrit sur le registre correspond un code identique sur le bien. Par exemple entre l’empreinte digitale, génétique, et bientôt olfactive ou cérébrale, d’un particulier, et son duplicata conservé dans les banques informatiques du laboratoire de la police scientifique d’Ecully (69).

Au sens littéral le contrôle naît tout bêtement avec l’appel (roll-call) des soldats et des prisonniers, mais dès 1539, l’ordonnance de Villers-Côtterets qui impose la tenue des registres de baptêmes et décès, l’étend à toute la population, traitée plus ou moins tacitement comme la propriété du souverain. Les sujets ne
peuvent plus désormais circuler sans aveu ou laissez-passer9.

Cinq siècles plus tard, une « instruction générale » du ministère de la Justice « relative à l’état-civil » rappelle que :

« L’ordre public étant intéressé à ce que toute personne soit pourvue d’un état-civil régulier, la vigilance de l’officier de l’état-civil est requise lors de l’établissement de l’acte de l’état-civil comme lors de l’apposition de mentions ou de la délivrance de copies ou d’extraits d’actes.
De plus, l’ordre public étant toujours intéressé à ce que toute personne soit pourvue d’un état-civil régulier et à ce que les registres soient correctement tenus, le procureur de la République doit, lorsqu’il a connaissance de l’absence d’acte, solliciter du tribunal un jugement déclaratif ou supplétif d’acte de l’état-civil. » (Journal Officiel n°172,28 juillet 1999)

L’invention du papier, puis de la mémoire informatique, permet de joindre des informations toujours plus complètes à ces répertoires toujours plus nombreux, et toujours plus croisés, à disposition de l’Etat Providence et Répression, ainsi qu’à ses symbiotes économiques. Mais ces faits sont maintenant trop rebattus pour qu’on les ressasse.

Cette ambivalence étatique persiste avec la surveillance qui consiste à prendre soin de ses ouailles autant qu’à les discipliner, et pour cela à veiller, à ouvrir l’œil, la nuit surtout. Les rois des âges héroïques sont « pasteurs de peuples » (cf. L’Iliade). Leur surveillance s’exerce par le canal de la vue ou de l’ouïe, tel Argos, le bouvier aux cent yeux, le garde sur son mirador, la sentinelle qui entend (italien, sentire) le moindre bruit. La surveillance est d’abord une question de perception. Savoir pour agir au plus tôt de façon à ce que l’action vaille au mieux : d’où la permanence de la surveillance.

L’actuelle version du panopticon, le fameux dispositif du pouvoir pour voir sans être vu, va bien au-delà des myriades de caméras scrutant Technopolis. Il s’étend aux forêts, aux déserts, aux campagnes, que scientifiques et militaires veulent couvrir de nuages de capteurs dits « poussière intelligente »10. Il embarque sous forme de boîtier GPS/RFID/Wifi, à bord des voitures, des camions, de tous véhicules, pour permettre aux supérieurs, aux assureurs, aux policiers et gendarmes, de suivre à distance leurs inférieurs, les assurés et les conducteurs11.

Au collège Hungerhill de Doncaster (Royaume-Uni) une dizaine d’élèves volontaires expérimentent ainsi un système de surveillance par RFID.
Leurs badges les identifient lorsqu’ils entrent en classe, se déplacent dans le collège, pénètrent dans une zone interdite. La puce connectée à un serveur central donne accès à de nombreuses informations sur l’élève comme sa photo, ses résultats scolaires, etc. Si l’expérience est concluante - mais comment pourrait-elle ne pas l’être ? - elle sera étendue et les puces intégrées aux uniformes des élèves12.

Le panopticon s’embusque dans les imprimantes des photocopieurs pour rapporter qui a reproduit quoi13 ; dans les mouchards des lettres commerciales électroniques, des logiciels d’entreprise, des moteurs de recherche Internet, des navigateurs d’ordinateur, pour relever l’identité de l’internaute, de sa machine, la date, l’objet, et les adresses de ses visites14. Et ainsi la police peut-elle depuis mai 2007, intercepter près de 400 courriels, textos et appels téléphoniques, par semaine, depuis son nouveau centre « hyper-sécurisé » de Levallois-Perret15. Il s’enroule en bracelets électroniques aux chevilles des détenus, des nouveau-nés, des vieux, des égarés victimes de « maladies de civilisation » telles que l’Alzheimer, c’est-à-dire de cette civilisation malade et maligne. Il se coule dans le sac des écoliers, dans leur blouson, dans leur téléphone portable et dans celui de leurs parents – ce qui, tout de même, revient à loger un mouchard dans un mouchard - pour permettre à ces parents et à leurs employeurs, de pister leurs enfants et leurs salariés16. Il s’installe à demeure grâce à la domotique qui sécurise notre machine à habiter de micros, webcams, capteurs de mouvements infrarouges et détecteurs de vibrations17. Il couvre les corps grâce à la « gérontechnologie » et aux camisoles de veille qui habillent nos machines à vivre de détecteurs de position, de capteurs physiologiques (température, fréquence cardiaque, variations respiratoires, mouvements, positions), reliés par GPS et radio à des centres de télésurveillance18. Il les tatoue à l’encre biocompatible d’étiquettes radio, biométriques, au coût dérisoire de 0,01 dollar19. Il les pénètre grâce aux puces d’identité radio injectées dans la chair de malades, de fonctionnaires et d’employés de banque, de richissimes et de clochards, de wannabee robots, et demain dans les organes de tout un chacun afin de contrarier leur extraction.

Ne doutons pas que l’industrie de la rançon, et celle du trafic d’organes, ne soient les premières équipées des meilleurs neutralisateurs de RFID. On ne détaillera pas ici les dernières avancées du mouchardage électronique puisqu’aussi bien ce projet de traçabilité universelle et ubiquitaire vise à peu près tout sur terre : objets, végétaux, animaux, êtres humains, liés entre eux par l’infaillible filet de « l’Internet des objets »20.

Nous voici bien au-delà du panopticon, dans un panesthesicon, un dispositif d’omniperception incluant les cinq sens, portés à un degré d’acuité démesuré ; ou mieux encore, dans un pancatalepticon , un dispositif d’omniscience, de saisie universelle, et enfin, s’il est vrai que savoir est pouvoir, de pancraticon, de quasi-omnipotence sur les êtres et le réel. Un techno-totalitarisme quasi-divin.

Tous ces outils d’aide à l’élevage humain présentent trois points communs.

Ils sont réputés « intelligents », issus de la Recherche & Développement, et matières à toutes sortes de simagrées « éthiques » et « écologiques ». Poussière intelligente, gilet intelligent, habitat intelligent, webcam intelligente, réfrigérateur intelligent, système central intelligent, voiture intelligente, chariots, rayons et balances de supermarché intelligents ; cette « intelligence » qui n’a rien à voir avec la faculté de discernement est la traduction reçue de « smart » (vif, malin). Toutes les technologies « smart » en anglais deviennent « intelligentes » en français, et qui plus est « communicantes », d’où leur particulière aptitude à la délation.

Mais l’intelligence en anglais désigne aussi le renseignement, la compréhension, produits de
l’espionnage, de sorte que l’inconscient de la traduction trahit la fonction policière de ces dispositifs de confort. Ils naissent des cerveaux de Kris Pister, de l’université de Berkeley, inventeur du concept de « poussière intelligente » ; de Patrick Garda, à Jussieu, directeur du groupe Systèmes électroniques du Laboratoire des Instruments et Systèmes d’Ile de France, dont l’équipe collabore avec les industriels ; de Ramos Mays, directeur scientifique de l’entreprise de tatouage électronique, Somark ; de Norbert Noury, chercheur au laboratoire de technique en imagerie, modélisation et cognition (TIMC) de l’Institut d’Informatique et de Mathématiques Appliquées de Grenoble (IMAG) ; de Vincent Rialle, chercheur à l’AFIRM (Acquisition et Fusion d’Informations et Réseaux pour la Mémoire) ; du laboratoire d’électronique et de traitement de l’information du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA-Léti, Grenoble) ; de Michel Ida, directeur de l’IDEAs Lab de Minatec, « qui a rejoint France Telecom R&D, Teamlog, le LIZZ et le laboratoire TIMC sur ce projet. »21 ; de Mario El-Khoury, du Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM) ; d’Eric Campo, chercheur au Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes (Laas) de Toulouse, qui a développé « Domotag commercialisé par la société Tag Technologies »22 ; du centre de recherche de General Motors à Détroit ; de Carlo Ratti, directeur du SenseAble City Laboratory du MIT, dont les travaux permettent désormais d’identifier, tracer, et dénombrer les membres d’une foule, sur le vif, à l’aide de leurs téléphones portables23. Bref de smart chercheurs, intelligents et communicants, des scientiflics si l’on nous passe le jeu de mots, avec conscience intégrée.

« L’objectif », selon l’un d’eux, étant « d’assurer la surveillance à distance de sujets, de façon non invasive ni
intrusive » et tel autre d’insister « sur la dimension éthique de l’environnement intelligent sans rapport avec une surveillance type « Big Brother » ou « Loft Story » »24, c’est-à-dire que la surveillance à distance de sujets n’a pas plus de rapport avec une surveillance de type « Big Brother » qu’un infirmier d’hôpital n’a de rapport avec un gardien de prison. Et si internés et détenus en doutent quelques fois, c’est bien la preuve du trouble qu’ils présentent à l’ordre public, et de la nécessité de les enfermer.

Ce qu’il y a là de classique, c’est l’argument sanitaire et/ou sécuritaire pour accroître la surveillance et la coercition. Ce que les TIC, les technologies de l’information et de la communication, apportent d’inédit, c’est la transformation de n’importe quel domicile, et du monde entier, en prison virtuelle. Et donc la mise en liberté surveillée de tout un chacun.

Et comme d’un mal ne peuvent sortir que des maux, cette extension planétaire de la zone de surveillance résulte de sa destruction environnementale, quand elle ne l‘aggrave pas. « L’épandage de ces poussières sur de larges superficies afin de surveiller l’environnement risque de provoquer une pollution significative et durable des sols par le silicium, principal composant des micropuces électroniques. »25

A quoi bon, dira-t-on, cette surveillance universelle, si elle ne pouvait reconnaître le danger quand il se rencontre, le dépister ou le détecter, comme disent les autorités sanitaires et judiciaires, avant qu’il n’ait sévi ?

La science à qui rien n’est impossible a relevé ce défi comme elle relèvera tous les autres, et dans son expertise a produit un rapport préconisant le repérage infantile des délinquants dès la crèche et l’école maternelle. Préconisation sitôt reprise par le député Jacques-Alain Bénisti, et intégrée dans l’avant-projet de l’énième loi sur la prévention de la délinquance par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur26.

Dans le brouhaha soulevé par cette proposition, on apprit que les traits prédictifs d’une délinquance juvénile étaient l’agressivité, l’indocilité, l’impulsivité ; qu’ils affectaient surtout les garçonnets, entre 5 et 10 % d’entre eux ; et qu’on les soignait très bien aux Etats-Unis à l’aide d’un psychotrope vendu sous le nom de Ritaline « dont la substance active, le méthylphénidate, agit en stimulant le système nerveux central. »27

Des esprits vieux jeu grommelleront qu’on voyait jadis dans la pétulance un signe de bonne santé, de meilleur augure que la prostration, et dont on corrigeait l’excès en permettant aux enfants de « se dépenser » par des jeux de plein air, en éteignant la télévision et sans les initier à la toxicomanie. La science a changé cela. Selon Christian Bréchot, alors directeur de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, « le rôle de l’Inserm est de contribuer à des débats de société », et « le trouble des conduites est un syndrome identifié par les classifications internationales de santé mentale, ce que nul ne conteste. »28

Sans doute, mais que vaut cet argument d’autorités « internationales » et leurs « classifications » ? Beaucoup moins que la cotation en bourse de Novartis Pharma, le laboratoire qui vend la Ritaline.

Sur un sujet similaire, le CIRC (Centre d’information et de recherche cannabique) est tout autant dans son rôle en contribuant au débat de société sur la légalisation du cannabis, ce qui ne met nullement ses animateurs à l’abri de l’article L.3421-4, ni des peines sanctionnant toute personne ou groupe « présentant les drogues sous un jour favorable ».

Comme il se trouve, ce même Bréchot devait démissionner un an plus tard de la direction de l’Inserm, suite à une malheureuse affaire d’innovation et de valorisation de la recherche. « La très complexe affaire Metagenex, comme dit Le Figaro (9 octobre 07), commence lorsque Patricia Paterlini-Bréchot, épouse du directeur général et chercheuse à l’Inserm, met au point un test prometteur, capable, apparemment, de détecter des cellules cancéreuses dans le sang (…) Face au potentiel de développement d’un tel test, elle décide pour le valoriser de créer la société Metagenex avec son mari (qui revendra ses parts à ses enfants plus tard, alors qu’il est directeur général de l’Inserm). »

En bref, Patricia Paterlini-Bréchot doit admettre des investisseurs – Axa, BNP, Natexis – tous de désintéressés mécènes de la lutte contre le cancer, pour développer sa start up dont elle devient actionnaire minoritaire. Ensuite les versions se contredisent. Selon Paterlini-Bréchot, les actionnaires majoritaires auraient voulu faire un usage « non éthique » (gagner de l’argent ?) de son test prometteur. Selon ces actionnaires, elle aurait juste voulu reprendre le contrôle de sa start up cancéricole une fois celle-ci financée ; avec leurs capitaux, leurs pouvoirs et pourquoi pas ? leurs dividendes. Mais comment leur tordre le bras ? « Dans le cadre de ce conflit, l’Inserm (NDR, c’est-à-dire Bréchot) aurait bloqué une licence nécessaire à la firme Metagenex pour commercialiser le dispositif permettant de faire le test. »29


Christian Bréchot nie tout conflit d’intérêt puisqu’il a vendu ses parts de Metagenex à ses enfants, mais l’IGAS, l’inspection générale des affaires sociales, une institution plus que feutrée et compréhensive, refuse de « cautionner son point de vue » et, désastre, voilà l’Inserm acéphale.

Jean-Claude Ameisen, président du comité d’éthique de l’Inserm, se précipite au secours de ce nouveau Galilée. « Je l’ai toujours considéré comme un scientifique de grande qualité. Il a toujours de surcroît accordé une grande indépendance à notre comité d’éthique. »30 Et avec finesse, doit-on dire, compte tenu de ce que ce comité faisait de l’éthique et de cette grande indépendance accordée.

Le biologiste Marc Péchanski chante ses louanges : « Christian Bréchot a été un visionnaire, il a une vraie pensée en matière d’organisation de recherche scientifique, tant sur le plan des idées que sur celui des structures. »31

Rappelons que ce témoin de moralité, autorité scientifique à Lutte Ouvrière, et politique à Sauvons la Recherche, a déjà proclamé son soutien aux chimères génétiques, au Téléthon, à Hwang Woo-Suk, le cloneur tricheur coréen (dans Le Monde du 21 décembre 05 : « Je ne peux pas imaginer que Hwang Woo-Suk soit un maître fraudeur »), et qu’il menace régulièrement d’émigrer en Angleterre si on ne lui donne pas ici licence et finance de poursuivre ses recherches sur le clonage.

Les bréchotiens de l’Inserm se fendent d’une pétition d’hommage à leur « grand Directeur », publiée moyennant paiement dans Le Monde du 31 octobre 2007 et signée par « plus de 700 chercheurs, cliniciens, universitaires, chefs d’entreprises… » Où l’on voit qu’en effet tous ces gens se mettent dans le même sac, et qu’il n’y a plus lieu de trier entre le bon grain et l’ivraie de la science avec ou sans conscience.

Voilà quels savants, humanistes et philanthropes ont plaidé pour le dépistage précoce des fauteurs de troubles à l’ordre public.

Après avoir annoncé qu’ « il souhaitait donner de nouvelles perspectives à son parcours personnel »32, l’infortuné Bréchot a tiré la morale de son accident de parcours. « Des affaires de ce type vont se multiplier dans les dix ou vingt ans qui viennent puisque de nouveaux gènes et de nouvelles techniques de dépistage vont apparaître, suscitant de nouveaux appétits. »33

Le gène de la rébellion par exemple, dont l’industrie pharmaceutique et les chercheurs en neurosciences devront bien traiter les effets tant que les généticiens ne l’auront pas éliminé de l’humaine lignée. Le Figaro, cependant, dont c’est aussi le rôle, contribue toujours, avec insistance, au débat de société sur le dépistage de la délinquance infantile.

« Agés de 3 à 10 ans, ils frappent, volent ou brûlent des voitures. Le rajeunissement de la délinquance est un vrai phénomène dans les cités »34, nous alerte une demoiselle Delphine de Mallevoüe, dont le patronyme fleure bon la jungle urbaine et la connaissance du terrain. « Les yeux révulsés, la respiration « rauque, caverneuse, animale », qui lui valent le surnom de l’« Exorciste », Aziz a la rage. Comportement hyperactif, insultes, coups… La dernière fois qu’il a frappé, c’était son enseignante. Qui a porté plainte contre lui. Aziz n’a rien de ces ados durs qui sévissent en bande, il a 5 ans et vit dans une cité de Saint-Denis, dans le 93. »35

Heureusement, Delphine de Mallevoüe n’a pas eu à plonger par elle-même dans les bas-fonds. Elle a une informatrice, Sonia Imloul, auteur d’« Enfants bandits », un livre paru aux éditions Panama. « Pour Sonia Imloul, issue de l’immigration algérienne, le dépistage si contesté de la délinquance avant 3 ans, qu’avait suggéré Nicolas Sarkozy, est la mesure d’urgence à adopter. « Les gens qui sont contre ne savent pas de quoi ils parlent », affirme-t-elle. Le signal d’alarme, selon elle, devrait être tiré dès la maternelle. « Oui, on sait dans la cour de récré lesquels vont devenir délinquants, dépressifs ou tenter de se suicider ! », assure-t-elle. »36

Sonia Imloul, aux yeux de Delphine de Mallevoüe, est une si bonne Arabe, fonctionnaire à la Délégation
interministérielle à la Ville, membre du Conseil économique et social – et aujourd’hui candidate sarkozyste du Nouveau Centre aux élections municipales – qu’elle en devient presque une bonne Française. Mais il importe qu’elle reste « issue d’immigration algérienne » pour l’authenticité de ses crachats sur « Aziz » et les cités de la Seine Saint-Denis. Cette caution – on allait dire cet aveu – obtenue, Delphine de Mallevoüe peut en revenir à l’idée fixe de ses lecteurs. « Face à la levée de boucliers qu’il avait occasionnée, le dépistage de la violence avant l’âge de trois ans est resté lettre morte. Depuis ce retentissant rapport de l’Inserm, en septembre 2005, qui apportait une caution scientifique à la conviction politique de Nicolas Sarkozy en affirmant que la violence était génétique, et donc dépistable très tôt, rien n’a été fait pour s’attaquer au problème de la délinquance précoce. »37

De tels papiers sont en politique l’équivalent de ce qu’on nomme à la guerre une « reconnaissance armée ». Si l’ennemi ne réagit pas (il n’a pas réagi), on procède à une préparation d’artillerie, soit une campagne de presse, avant de lancer l’assaut, c’est-à-dire l’institution du « dépistage génétique de la violence ».

Il s’en faut de beaucoup, cependant, que la détection des déviants soit compromise par cette lacune provisoire.

L’éternelle délation trouve un nouveau champ d’application sur le net - le filet – où les bons citoyens peuvent s’adresser aux gendarmes et policiers de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC), et ils ne s’en privent pas, afin de dénoncer les sites et les activités suspects. Ce qui commence ici par la chasse aux hackers et aux ogres pédophiles tourne vite, comme en Chine, à la traque aux « informations nuisibles » menée par Popo et Lilice, un couple de policiers virtuels patrouillant sur les écrans, et sur lesquels il suffit de cliquer pour rapporter des activités illégales et subversives. Une cinquantaine de cyber-dissidents chinois ont été condamnés, jusqu’à dix ans de prison, pour diffusion d’écrits ayant « porté atteinte à la sécurité de l’Etat ». Dans leur cas, c’est Yahoo, le fournisseur d’accès américain, qui les avait livrés aux autorités38.

La fouille de données (data mining), procédé en pleine expansion, résulte de la multiplication et du croisement des fichiers. Selon le chiffre reçu, chacun figure en moyenne dans 400 fichiers, tous légaux et « encadrés » par la Cnil, depuis le Numéro d’inscription au répertoire (NIR) ou numéro Insee, jusqu’aux fichiers d’assurance ou d’enquêtes de consommation (Claritas, Consodata). Grâce à la combinaison des informations fournies par les puces RFID sur les produits, par les logiciels de reconnaissance couplés aux caméras de vidéosurveillance dans les rayons, et l’enregistrement des cartes de crédit, les supermarchés fichent et ciblent leur clientèle39. L’assemblage des informations contenues dans chacun de ces fichiers permet de constituer un profil de personnalité et la détection des suspects.

Sachant, par exemple, que l’électeur type du Président est plutôt commerçant, retraité, habitant une ville moyenne des Hauts-de-Seine, il suffit de croiser trois fichiers – sur 400 – celui des retraités, le registre du commerce, et celui des listes électorales, pour obtenir une riche sélection de sarkophiles potentiels. Imagine-t-on ce qu’une dictature écololibertaire ferait d’un tel instrument ? Certes, on n’en est pas là, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. Et voilà pourquoi 30.000 Allemands ont saisi leur Cour constitutionnelle, afin de s’opposer à la conservation des données téléphoniques et Internet par les opérateurs, à disposition de la police40.

Tandis qu’en France, des parents combattent l’introduction du fichier « Base élèves » dans les écoles primaires. Derniers hoquets de la protestation citoyenne, parcellaire et fragmentée. Comme le remarque un Inspecteur d’académie : « Ce système « Base élèves » existe déjà dans le secondaire depuis environ dix ans. Sans avoir soulevé de tollé. L’outil informatisé a un seul but : mieux connaître la population scolaire et améliorer la gestion des élèves, tout en simplifiant la tâche des directeurs ».41

En effet, pourquoi les lycéens devraient-ils être davantage fichés que les élèves de l’école primaire ? Ou leurs parents ? Ou qui que ce soit ? Sans doute faut-il commencer le refus quelque part, ancrer sa révolte dans un outrage concret et qui paraisse sur le coup plus insupportable que tous ceux déjà subis. Mais réclamer l’abolition de « Base élèves » ou du FNAEG (Fichier national automatisé des empreintes génétiques), du fichier des demandeurs d’asile ou de celui de leurs hébergeurs, sans réclamer l’abolition de tout fichage, c’est choisir une double défaite. Sur l’occurrence comme sur le principe. Il faut demander le plus, à la fois pour obtenir le moins, et pour ne plus avoir à demander ; ce qui est lassant et despotique. Ou il faut se résigner à ce qu’un représentant de l’Etat rétorque à l’infini : « Ce système de numéro Insee et d’encartement des Français existe depuis l’Occupation. Sans avoir soulevé de tollé. L’outil informatique n’a qu’un but : mieux connaître la population et améliorer la gestion des citoyens tout en simplifiant la tâche des fonctionnaires ». Mais dans leur précipitation à occuper un créneau politique (www.jexiste.org, site du collectif « J’existe »), les dénonciateurs de tel ou tel fichier particulier évitent de combattre le principe du fichage – carte d’identité, Numéro d’inscription au répertoire. Et ainsi ce fichier qu’ils jettent par la fenêtre – si par miracle ils y arrivent – rentre par la porte sous 400 aspects différents42.

Que « Base élèves » porte le même nom qu’Al Qaida (La Base, sous entendu, de données informatiques) ou qu’Alliance Base, la coalition de services secrets en charge de la gestion du terrorisme, pourrait, sans qu’ils sachent trop pourquoi, faire tiquer certains parents, mais qu’ils se rassérènent : dans un monde où l’informatique réunifie toutes les activités, traitées en flux d’unités standard et abstraites, on trouvera aussi bien une « Base boulons » ou une « Base hamburgers », qu’une « Base bétail humain ».


L’idéal, à défaut de détecter les criminels de naissance, ou de les repérer par croisement des fichiers, serait de déceler les mal-pensants et les malfaiteurs par lecture de leur cerveau. La reality science, ici aussi, se confond toujours plus avec l’ex-fiction.

En 2002, la NASA prétend déjà pouvoir sonder l’esprit des passagers dans les aéroports pour repérer d’éventuels terroristes. « La technique ? Un dispositif d’électro-encéphalographie (EEG) et d’électrocardiographie capable d’enregistrer à distance les signaux électriques émis par le cœur et le cerveau. L’agence spatiale aurait même proposé à la compagnie North West Airlines de tester la fiabilité de cet appareil conçu pour réagir à une nervosité excessive d’un sujet trahi par ses organes. Une excitation physiologique révélatrice, selon la NASA, de « coupables pensées »…
(…)

« Aucune de ces capacités prodigieuses ne semble définitivement hors de notre portée, affirme David Rudrauf, du laboratoire de Neurosciences cognitives et imagerie cérébrale (LENA, CNRS, Paris). Elles renvoient à notre aptitude à accéder aux informations contenues dans le cerveau. » (…) Il est possible qu’un jour on soit capable d’estimer la probabilité de passage à l’acte d’après l’examen des ondes cérébrales (…)
D’ailleurs, l’investigation neuronale a déjà commencé. Il y a quelques mois, une étape significative a été franchie par Daniel Langleben, neuropsychiatre de l’université de Pennsylvanie : il est parvenu à confondre des menteurs par IRMf (NDR, Imagerie par résonance magnétique fonctionnelle) en mettant en évidence la volonté d’une personne de dissimuler une information sans toutefois en révéler la nature. Plusieurs zones cérébrales, dont le cortex cingulaire antérieur, se suractivent lorsque le sujet nie – à tort – être en possession d’une certaine carte à jouer. »43

Autre technique cognitive plus avancée, le brain fingerprinting, ou empreinte cérébrale, mise au point par deux psychologues de l’université de l’Illinois, Emmanuel Donchin et Lawrence Farwel, à la demande de la CIA. « A l’inverse d’un détecteur de mensonges classique, le suspect n’a pas besoin de répondre à des questions. Il suffit aux investigateurs de mesurer par EEG l’activité électrique de son cerveau pendant qu’on lui fait écouter une série de mots. Si certains de ces mots stimulent son esprit ; éveillent en lui un écho, plusieurs pics de reconnaissance se distinguent sur son encéphalogramme. L’un d’eux est connu par ailleurs sous le nom de P300. Ces signaux trahiraient des « connaissances coupables », affirme Farwel. (…) Un autre chercheur de l’université de l’Illinois, Peter Rosenfeld, qui travaille également sur le P300, a pour sa part montré une distorsion de ce signal lorsqu’un individu ment : abuser ses interlocuteurs lui demanderait une concentration qui perturberait l’activité électrique de son encéphale. »44

Quelques mois plus tard, Le Monde (8 février 03) nous informe que « les machines automatiques pourraient bientôt lire dans les pensées de leurs utilisateurs ». Ce projet d’espionnage télépathique financé par la firme japonaise NCRTeradata, fabricant d’automates bancaires, fait appel aux chercheurs de l’université de Californie du Sud pour systématiser la reconnaissance vidéo-informatique des « six émotions de base : la tristesse, la surprise, la joie, le dégoût, la colère et la peur », selon Werner Sülzer, vice-président de NCR-Teradata Europe. On voit que l’auteur de l’article a confondu pensée et émotion, lecture du cerveau et lecture du visage, mais c’est normal puisqu’il s’agit du même Alberganti qui distingue par ailleurs technologies et applications des technologies45, ou qui signe ses tribunes du « Service Futurs », alors qu’il dirige la page publi-rédactionnelle « Agenda high tech » dans Le Monde 2. Bref, ce blob présente le trait assez commun de dénoncer ce qu’il promeut et de promouvoir ce qu’il dénonce. Tantôt il pontifie sur la
« surveillance tous risques »46 à l’instar de son compère Alex Türk, président de la Cnil, tantôt il muse sur « les nombreuses autres applications » que l’on pourra trouver à ces machines « e.motionnelles ». « Comment ne pas rêver de détecter, sur le visage d’un terroriste se présentant dans un aéroport, les traces de malaise révélant son projet meurtrier ? De là à imaginer un nouveau et discret détecteur de mensonges ou un auxiliaire médical, il n’y a qu’un pas que Werner Sülzer n’hésite pas à franchir »47.

Il hésite d’autant moins qu’on lui suggère cette application particulière parmi de « nombreuses autres », exhibant ainsi une inlassable monotonie d’imagination. Toujours des terroristes !… Toujours des aéroports !… Mais ne pourrait-on proposer à ces crétins sanglants des scénarios variés ?… Pourquoi revenir comme des mouches se cogner aux objectifs les mieux protégés depuis l’attaque de l’aéroport de Lod (30 mai 72) ?… Ne peut-on massacrer autant de monde, et plus commodément, dans un stade, un grand magasin, au Macumba ?… N’est-il pas davantage loisible à ces fanatiques ivres de leur propre sacrifice d’attaquer au lance-roquettes le laboratoire P4 de Lyon, ou de faire sauter le barrage de Grandmaison ? Somme toute, pour tous les moyens et la détermination qu’on leur prête, ces gens sont bien inefficaces.

D’ailleurs, peut-on imaginer façon plus absurde de servir sa cause que de la rendre odieuse par d’aveugles massacres de badauds. Or ces massacreurs nous sont présentés comme de rusés et informés calculateurs : médecins, ingénieurs, informaticiens. En témoigne leur monstrueuse capacité de reconstitution et la surnaturelle capacité d’évasion de leurs chefs, en dépit de l’alliance des services anti-terroristes les mieux équipés, renseignés et performants du monde. Il faut donc admettre qu’en dehors de la piétaille des bombes humaines, ces gens ne combattent ni pour le Califat ni pour quelque billevesée nihiliste, mais pour leurs prétendus ennemis : la dictature sécuritaire, les services anti-terroristes, qu’ils s’évertuent à rendre indispensables sinon populaires48.

Point n’est besoin de machine pour lire dans les pensées des scénaristes et metteurs en scène du terrorisme, et l’on voit bien que leurs technologies les plus avancées ne viendront jamais à bout d’un phénomène trop profitable au pouvoir pour qu’il cesse de le manipuler en sous-main. Ce qui n’empêche pas ces « nombreuses autres applications » ignorées par notre baderne high tech de servir « l’organisation rationnelle de l’ordre public ».

Ainsi les services de renseignement enrôlent-ils des chercheurs en psychologie comportementale, cognitive, clinique, des criminologues, anthropologues, sociologues, afin d’étudier « la motivation inconsciente des terroristes »49.

À l’université du Maryland, un « Centre national pour l’étude du terrorisme et la réponse au terrorisme » a reçu un budget de douze millions de dollars sur trois ans pour coordonner 35 projets d’études sur le sujet. « Ces recherches sont cependant incluses, partout en Europe, dans les matières « ultra classifiées ». Il est, en revanche, connu que les services russes ont eux aussi déjà recours à diverses techniques pour préparer leurs officiers à l’action, interroger des témoins ou tenter d’influer sur les terroristes. L’aide de psychologues leur a, par exemple, servi à mettre au point le « bruit blanc », un signal sonore porteur d’informations cachées et affectant le subconscient afin de réduire les facteurs d’agressivité d’un preneur d’otages par exemple. »
Bref, ils ont réinventé la « zorglonde » de l’infâme savant Zorglub50, qui lui permet de zombifier des populations entières de « zorglhommes », pour les faire marcher au pas ou dépenser tout leur argent dans les supermarchés qu’il possède. Le rêve du service Neuromarketing.

« La neuroéconomie, explique Christian Schmidt, professeur à Paris Dauphine, et militant d’un déploiement de cette nouvelle approche en France, est née du croisement entre un questionnement des économistes – qui constatent depuis longtemps que les investisseurs, les consommateurs, etc, ne prennent pas forcément les décisions que la théorie prescrit – et l’intérêt des neurologues – qui se sont aperçus que certaines modélisations issues d’expériences d’économie comportementale (consistant à placer des cobayes humains dans des situations de choix) pouvaient servir à l’analyse des connexions neuronales, désormais visibles grâce aux nouvelles techniques d’imagerie cérébrale, essentiellement par résonance magnétique (IRM), développées depuis quinze ans »51.

Certes, il faudra du temps avant d’atteindre le but assigné par C. Schmidt ou le neurojivaro Jean-Pierre Changeux :

« Construire une théorie matérialiste plausible des fonctions supérieures du cerveau » (cf. revue Risques n°71) qui permettrait aux économistes d’élaborer des modèles prédictifs de la prise de décision sur la base du fonctionnement du cerveau. »52

Mais l’invasion touche déjà certaines zones cérébrales. « Voici donc le moteur du commerce. Ce cortex
préfrontal nous fait aimer ce qu’aiment les autres. Arriver à le stimuler pourrait donc être un objectif majeur d’une parfaite campagne publicitaire »53.

Selon Olivier Oullier, chercheur en neurosciences, une centaine d’entreprises dans le monde, tel DaimlerChrysler, emploient déjà les techniques du neuromarketing, même si une louable modestie les empêche de s’en vanter54.

Et comme les mêmes procédés servent à vendre une voiture, un service, une idée, une mesure, une personne, on voit quel outil de pouvoir et d’ « organisation rationnelle de l’ordre public » offre la neuropolice.

« Avant même le déploiement de cette nouvelle science, marques et publicitaires cherchent à créer une communication personnalisée, plus ciblée, pour amadouer les plus rétifs. Les révolutions technologiques à venir servent leur projet.
Les consommateurs seront de plus en plus équipés – téléphone mobile de troisième ou quatrième génération, journaux électroniques. Les réseaux de communication urbains vont monter en puissance, grâce aux technologies infrarouge, Bluetooth, Wifi, RFID, etc. Et la ville va se vêtir d’écrans d’affichage électronique, de « puces » disséminées dans les vitrines. Avec ce maillage électronique, la publicité ne lâchera plus le consommateur. (…)
Des partenariats se nouent avec des chercheurs. À Caen, depuis le printemps, plus de 300 « cobayes », équipés de téléphones mobiles dotés de la technologie RFID, sont suivis à la trace. Leurs interactions avec les publicités et les jeux-concours, leurs achats en ligne sont analysés par France Telecom et la société d’affichage Clear Channel. Son concurrent Jean-Claude Decaux vient, lui, de s’allier les compétences des chercheurs de l’Inria en « informatique diffuse ». L’objectif ? Établir un dialogue automatisé entre les abribus, les panneaux d’affichage, etc. et les téléphones mobiles des passants. La société LM3 Labs, fondée par des scientifiques du CNRS, prépare un logiciel de traitement de l’image pour identifier chaque personne s’arrêtant devant un panneau interactif ».55

Sauvons la Recherche !, vous dis-je.
« Ainsi, Omnicom, leader mondial de la publicité, lance en France mardi 27 mars, l’agence de conseil en média PHD. Le réseau PHD né en Grande-Bretagne a élaboré son offre de conseil autour d’un outil de neuroplanning. Cet outil logiciel s’appuie sur des études IRMf menées par la société britannique Neurosense. La réaction de seize consommateurs à la diffusion de publicités a été analysée en fonction du type de média utilisé. PHD en a déduit les zones de cerveau à stimuler selon les objectifs de la marque. »56

Si l’on veut bien se souvenir qu’une marque n’est rien d’autre qu’une personnalité créée de toutes pièces – logo, slogan, icône – et autres attributs qui l’entourent de son propre univers, clos et cohérent, on voit comme il suffit de retourner aux origines pour vendre une personnalité et ce qu’elle charrie de projets et d’action.

Slogan : de sluagh (troupe) et ghairm (cri), cri de guerre, c’est-à-dire de ralliement, d’une tribu écossaise. (Dictionnaire étymologique du français, éditions Le Robert). En français : Montjoie ! Saint-Denis !
Exemples rebattus : Hitler/svastika/Ein Volk, ein Führer/Volkswagen, Stuka.
De Gaulle/Croix de Lorraine/France libre/DS Citroën, Concorde, etc.

Certains résultats de ces recherches en manipulations neuronales auraient bien étonné Freud (1856-1939) et Pavlov (1849-1936), l’inconscient, figurez-vous, s’épanche en un flot d’associations d’idées ininterrompu, un courant d’inconscience que Joyce a tenté de rendre dans Finnegans Wake, et que l’on peut conditionner en associant un objet à des stimuli agréables – pour promouvoir cet objet – ou pénibles – pour le dévaluer. On ne peut que féliciter les sieurs Bruno Poyet et Bernard Croisile, neurologues, co-fondateurs de « l’institut privé » Impact Mémoire pour ces découvertes séminales, et plus encore pour avoir convaincu Lagardère Active Publicité de rémunérer leurs recherches, menées avec le laboratoire d’étude des mécanismes cognitifs de Lyon 2.57

Le chœur : Sauvons la Recherche !… Sauvons la Recherche !…
Puisque nous en sommes aux hommages, comment ne pas citer Kevin Mac Cabe, professeur à la George Mason University, inventeur en 1998 du terme « neuroéconomie » pour obtenir des crédits de la National Science Foundation ? Ni les plus en vue de ses collègues français ? Outre Christian Schmidt et Jean-Pierre Changeux déjà nommés, Stanislas Dehaene, directeur de l’unité mixte Inserm-CEA de Neuro-imagerie cognitive à Orsay, Jean-René Duhamel, de l’Institut des sciences cognitives (Lyon 1), Etienne Koechlin, du département d’Etudes cognitives de l’Ecole normale supérieure, Olivier Oullier, du laboratoire de neurobiologie de la cognition d’Aix-Marseille – et du Center for complex systems and brain sciences de l’université de Floride. Sans oublier les 400 scientifiques de la Society for neuroeconomics dispersés dans le monde, mais unis dans leur objectif : nous fouiller le cerveau à l’aide de l’imagerie à résonance magnétique pour mieux nous manipuler58.

Injonction, inhibition, détection.

« Chaque pensée, et donc chaque intention, est associée à un schéma unique d’activité du cerveau, explique John- Dylan Haines, chercheur au Max Planck Institute pour les sciences de la cognition et du cerveau. Ainsi, le projet d’une attaque terroriste doit correspondre à un schéma particulier. Si on est capable de le reconnaître, on doit pouvoir prédire que quelqu’un fomente un tel complot. »59 Bref, le lecteur de cerveau si longtemps désiré du pouvoir et des forces de l’ordre entre enfin en service, ce que le magazine Wired expose en termes candides.

« L’IRMf est sur le point de transformer l’industrie sécuritaire, le système judiciaire et notre conception fondamentale de la vie privée. Je suis dans un labo de l’université Columbia, où des scientifiques utilisent la technologie pour analyser les différences entre la vérité et le mensonge. En cartographiant les circuits neuronaux de la supercherie, les chercheurs transforment l’IRMf en un nouveau type de détecteur de mensonges (…). Cette année, deux start up lanceront des services commerciaux de détection de mensonges par IRMf, destinés dans un premier temps aux individus qui pensent avoir été injustement accusés de crimes. »60

La technopolice est fameuse pour innocenter a posteriori une infime partie des faux coupables qu’elle fabrique en série.

Accusé de viol en 1981, Jerry Miller est le 200e condamné américain à être innocenté par des analyses d’ADN depuis 1999, après avoir passé plus de la moitié de sa vie en prison. Selon Innocent Project, 67 % des condamnés innocentés sont des Noirs61.

Dans un deuxième temps, le lecteur de cerveau comme le test ADN ou le fichier vocal du laboratoire de la police scientifique d’Ecully62 servira à fabriquer de vrais coupables, ceux qui mentent à leur conjoint, à leur patron, à leur assureur, au juge d’instruction. Ceux qui auront vraiment hébergé des réfugiés sans papiers, fraudé la gabelle, colporté des livres dangereux, participé à la grève, embrassé la mauvaise opinion, nourri des pensées criminelles, détruit des fichiers, des caméras, des lecteurs. Tous passibles de fouilles mentales aussi licites et clandestines que les écoutes téléphoniques, suivant les patientes et raisonnables explications du directeur du centre de bioéthique de l’université de Pennsylvanie : « Le personnel d’aéroport est autorisé à fouiller votre sac, vos biens et même votre corps. À mon avis il n’y a pas de règle restrictive qui dise que c’est forcément mal de scanner quelqu’un à son insu. »63

Mais on sait que « comités d’éthique » et « conférences citoyennes », dispensateurs d’huile dans les rouages de la machine, constituent les indispensables structures d’accompagnement de la tyrannie technologique, et il est donc harmonieux qu’un Changeux, par exemple, ait présidé le Conseil national d’éthique de 1992 à 1998. Comme l’on aurait confié à Marc Dutroux ou à Michel Fourniret la protection de l’enfance malheureuse.

Admirons la convergence entre le microscope à effet tunnel (MET) créé en 1981 qui non seulement permet de voir, mais de mouvoir les atomes, et le scanner à résonance magnétique nucléaire, né à la même époque, et qui repère nos configurations neuronales grâce aux propriétés magnétiques des noyaux d’atomes formant nos cellules grises. Enfin l’on touche avec les yeux, et cette puissance scopique, matérielle, du regard, permet l’avènement des nanotechnologies grâce au microscope à effet tunnel, et des neurotechnologies grâce au scanner à résonance magnétique nucléaire. Et ces deux technologies convergent à leur tour dans le projet des NBIC (Nanotechnologies/Biotechnologies/Technologies de l’information/Sciences cognitives), précisément nommées « technologies convergentes », porté depuis 2001 par la National Science Foundation américaine, et exposé dans le rapport éponyme de W. Bainbridge et M. Rocco, « Converging technologies for improving human performance »64.

Où l’on voit la simplification et l’unification en perpétuelle accélération des technologies du pouvoir. Ou plutôt, la technologie n’étant rien d’autre que du pouvoir sur le monde, et de ceux qui en ont le privilège sur ceux qui en sont privés, c’est un projet de technopolice, d’organisation rationnelle de l’ordre public qui s’absolutise ici.

La neuropolice a les moyens d’effacer vos souvenirs jusqu’à l’engramme, la trace physiologique dans vos synapses. Et peut-être un jour, quand vous voudrez oublier, récurer à l’os ce tas de nouilles moisies sous votre crâne, prendrez-vous rendez-vous avec Valérie Doyère, chercheuse au laboratoire de neurobiologie de l’apprentissage, de la mémoire et de la communication à Orsay65.

Une simple injection et la paix blanche, amnésique, de l’enfant nouveau-né soulagera votre esprit douloureux.
La neuropolice a les moyens de rappeler vos souvenirs. Quelques stimulations de l’hypothalamus au moyen
d’électrodes et ce déchet mnésique pourrissant dans vos profondeurs cérébrales et qui, de proche en proche, infectait toute votre existence, pourra être ramené au jour, et extirpé. Demandez donc au professeur Andres M. Lozano, chef de la division de neurochirurgie au Toronto Western Hospital66.

Peut-être perdrons-nous bientôt notre mémoire par manque d’exercice67 – zut. Mais nous ferons du « brainbuilding », du culturisme neuronal, équipés d’un casque à électrodes, d’un écran et d’une télécommande68 – chic. Ou bien aurons-nous des mémoires sans limite grâce à nos hippocampes artificiels.

Enfin, toutes ces avancées faciliteront grandement le travail du Commissariat aux archives. Plus besoin de truquer les images ni de réécrire l’Histoire car depuis longtemps, bien sûr, la police mentale modifie la mémoire et implante de faux souvenirs dans les esprits ; c’est même le travail de son service Médias, communication, éducation. Ainsi savons-nous parmi des myriades d’exemples, qu’il ne s’est rien
passé à Sétif le 8 mai 1945, ou si peu ; mais en revanche nous savons très bien que la conquête de l’Algérie en 1830 fut entreprise en représailles au coup d’éventail infligé à l’ambassadeur de France par le bey d’Alger.
Et si le casque à électrodes vous paraît encombrant, qu’à cela ne tienne, les ondes électromagnétiques offrent une alternative élégante pour « le contrôle physique de l’esprit » et la « société psychocivilisée » projetée dès les années 1970 par le physiologiste américain José Delgado. Le scientifique qui arrêta net un taureau en pleine charge, par un signal radio envoyé aux électrodes implantées dans le cerveau de l’animal69. Admirable triomphe de la raison sur la force brute.

Selon l’étude prospective publiée par l’US Air Force en 1996 : « On peut envisager le développement de sources d’énergie électromagnétique, dont le débit peut être pulsé, façonné, et concentré, et qui peut se coupler au corps humain de manière à empêcher les mouvements musculaires volontaires, à contrôler les émotions (et donc les actions), à produire le sommeil, à transmettre des suggestions, à interférer avec la mémoire à court terme et

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2010 : PUCES IMPLANTABLES, RFID, NANOTECHNOLOGIES, NEUROSCIENCES, N.B.I.C. ET CYBERNETIQUE

Message  Admin le Jeu 18 Mar 2010 - 17:38

De cette étrangeté, la première explication qui vienne à l’esprit est que, contrairement à leurs justifications, les tortionnaires ne torturent pas tant pour faire parler que pour faire souffrir. Il s’agit de vengeance, de punition, d’exemple et de jouissance, bien plus que d’arracher une information le plus souvent connue et/ou périmée. Il s’agit de terreur, d’exercer un pouvoir absolu sur l’ennemi, de le réduire à l’abjection, et dans l’exercice de ce pouvoir ou devant cette abjection de l’ennemi, de trouver par un raisonnement circulaire la justification de ses actes. Si l’ennemi n’est que cette abjection déshumaine, quel mal alors y a-t-il à le torturer, à l’écraser, à le supprimer. Ses cris ne sont que les grincements de câble d’un animal-machine.

Hors les purs sadiques, fervents de l’art pour l’art, la foule des tortionnaires a besoin d’une justification à ses propres yeux pour jouir en joie et à l’unisson. C’est le ressort de la série « 24 heures chrono » qui permet à la populace téléspectatrice de se régaler chaque semaine par procuration visuelle des supplices infligés aux « terroristes », et de tout ce que l’égout médiatique roule d’horreur réelle ou simulée.

L’unique différence par rapport aux jeux du cirque qui mêlaient aussi des pantomimes, des numéros comiques, des combats d’hommes et d’animaux dans leurs programmes, réside dans le nombre des spectateurs, multiplié d’autant que la population, et dans la taille de l’arène, élargie à l’aire audiovisuelle.

On sait que les Romains prisaient ces spectacles pour leur vertu éducative comme pour leur qualité divertissante. Il s’agissait pour les hommes, les femmes et la jeunesse de s’affermir à la vue du sang, de la souffrance et de la mort, et de se départir de cette sensiblerie qui tire des larmes aux enfants devant l’égorgement d’un lapin. Cette dimension pédagogique demeure aujourd’hui. Ce que prouvent les amateurs de vidéo d’égorgement ou de torture, c’est qu’ils ont assez de courage pour supporter le supplice d’autrui. Et qui sait ? pour l’infliger. C’est à la vision de « 24 heures chrono » que les GIs se forment aux différentes tortures pratiquées en Irak74.

Il arrive cependant que, même à Sparte et dans les unités terroristes, des mauviettes souffrent d’états d’âme. C’est pour les soulager que des commissaires et des prêtres de toutes sectes politico-religieuses rendent des arrêts et des incitations au crime. Tel ce révérend Père Delarue, aumônier de la 10e division parachutiste, qui bénit à Alger l’usage de la gégène75.

Ou cet autre Père Wernich qui, à Buenos Aires, dans les années 1970, officie dans les chambres de torture76.

Enfin tout cela est salissant et certains finissent par s’en lasser. Ce que promet l’essor des neurosciences, c’est la fin de la terreur et l’avènement du Pancraticon, de la société de contrainte par possession technologique.

Ceux même qui n’ont pas lu Clausewitz savent que « la guerre est la continuation de la politique par d’autres
moyens ». Ceux qui l’ont lu savent en outre que « la guerre est donc un acte de violence destiné à contraindre l’adversaire à exécuter notre volonté »77. Dans la guerre de tous contre tous, dont celle entre pouvoir et sans-pouvoirs constitue le théâtre principal, une arme nouvelle apparaît au service du pouvoir, avec cette possibilité sans précédent d’abolir, au sens le plus matériel, le libre arbitre d’un individu et d’en prendre possession. Par possession, on entend l’état de ceux que gouverne une puissance technologique (neuroélectronique), qui les prive de la libre disposition de leurs pensées et de leurs actes, et en fait l’instrument de sa volonté.

L’avènement de la possession technologique est lié au sort de deux types de patients ayant perdu la maîtrise de leur propre corps : les paralytiques et les victimes des maladies neurodégénératives, Alzheimer, Parkinson, qui « sont en train de devenir les premières causes de handicap et de mortalité dans le monde »78. Un accident, un choc, suffit d’un instant à l’autre à briser la moelle épinière et à faire un grabataire d’un bien portant. La maladie de Parkinson, à l’inverse, lente et irréversible, détruit peu à peu les cellules nerveuses productrices de dopamine, un neurotransmetteur indispensable au système nerveux et à la commande du mouvement, pour faire d’un patient un invalide agité de tremblements. Décrite pour la première fois en 1817 par James Parkinson, elle frappe aujourd’hui quatre millions de personnes dans le monde, 100 000 en France, avec 8000 nouveaux cas par an, surtout chez les plus de cinquante ans. Sa fréquence est cent fois moindre que celle de l’Alzheimer et sa cause, selon Alim-Louis Benabid, sommité de la spécialité, pourrait résulter de l’action d’« un toxique environnemental sur un terrain génétiquement modifié. »79

Parmi ces toxiques reconnus, les pesticides et les métaux lourds (plomb, méthylmercure, aluminium), omniprésents dans nos environnements et nos organismes. Il s’agit en clair d’une maladie industrielle et plus particulièrement un produit de sa branche chimique. Chacun comprend bien que l’homme, comme Socrate, offre « un terrain génétiquement prédisposé » aux blessures, aux maladies et à la mort, mais qu’il n’y a rien de génétique dans un coup de couteau ou un empoisonnement aux pesticides. Le terrain n’est rien, l’agent est tout. Les intérêts de l’industrie chimique interdisant absolument de s’attaquer aux agents de la maladie de Parkinson, la défense se concentre sur ses effets, les symptômes, en vertu du principe selon lequel les soins rapportent plus que la prévention. Ainsi prospèrent les sous-branches de l’industrie chimique : médicales et pharmaceutiques, industries du cancer, de l’Alzheimer, du Parkinson, etc. Toutes pathologies offrant des terrains prédisposés à de belles carrières scientifiques et publiques.

En mai 2006, le gouvernement demande au professeur Jacques Glowinski, « considéré en France comme le père de la neuropharmacologie »80 de concevoir un « plan national sur le cerveau et les maladies du système nerveux ». Au terme de son étude, l’auteur formule 23 propositions. « Parmi elles, la création de l’Institut du cerveau, de sept neuropôles interrégionaux, ou encore le lancement d’un Plan national sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées. »81

À Grenoble, Alim-Louis Benabid incarne ce chromo du noble savant pétri de labeur et de mérite républicain. Plus chargé de médailles, de titres et de prix qu’un âne de sonnailles, directeur de recherche à l’Inserm, membre de l’Académie des sciences, président du comité de soutien à Geneviève Fioraso, député PS et promotrice de la recherche industrie, le Pr Benabid, s’il n’a rien à proposer contre les causes de la maladie de Parkinson, est plus disert quant au traitement des effets.

En 1987, à force de touiller le cerveau de ses patients avec des électrodes, il trouve quelque chose. Les neurochirurgiens pratiquaient depuis plusieurs décennies la destruction de certaines parties du thalamus afin de calmer les tremblements des malades – rien de choquant, malgré la Ritaline et les neuroleptiques, on pratique encore des lobotomies pour les calmer tout court. Au pire, l’opération échouait, le malade se retrouvait paralysé, bavant et bégayant et, bon, au prix où ils sont, on ne peut pas toujours expérimenter sur les babouins.

« Avant de détruire une cible dans le cerveau, les neurochirurgiens avaient en effet pris l’habitude de repérer la zone à traiter au moyen de microélectrodes stimulées de façon électrique. Le patient n’étant pas endormi pendant l’opération, il pouvait alors dire ce qu’il ressentait et guider ainsi le chirurgien dans la définition de la zone malade.

En 1987, le Pr Benabid – qui revenait alors des Etats-Unis où il avait tout particulièrement travaillé sur
l’électrophysiologie – a alors l’idée de faire varier la fréquence appliquée aux électrodes. « La première fois que j’ai essayé, à basse fréquence il ne se passait rien, ou au contraire il y avait une aggravation des symptômes. Et puis j’ai augmenté la fréquence au-dessus de 100 hertz, et là, le tremblement du malade s’est arrêté d’un coup. J’ai cru que j’avais fait une erreur et j’ai recommencé. Même résultat. J’ai alors demandé au malade s’il ressentait quelque chose de particulier. Il m’a répondu que ce qu’il sentait c’est qu’il ne tremblait plus et qu’il pouvait bouger le doigt ! » »82

Que nous dit en substance le grand savant ?

1) L’influx nerveux, messager cérébral, circule sous forme de courant électrique.
2) On peut, au moyen d’électrodes, connecter le cerveau à une machine.
3) On peut, en variant la fréquence du courant dans les électrodes, atténuer, supprimer ou aggraver des symptômes. En somme, on passe du marteau-pilon de l’électrochoc (1938) au vibro-piqueur de la « stimulation électrique cérébrale profonde ».

En 2004, une équipe mixte du Commissariat à l’énergie atomique et de l’université Paris 12, dirigée par le Dr Stéphane Palfi (hôpital Henri Mondor, Créteil) découvre une variante « moins invasive », la stimulation électrique du cortex moteur, plus proche de la surface crânienne. L’application de la stimulation électrique s’étend à toutes sortes de symptômes, tics, TOC (troubles obsessionnels compulsifs), épilepsie, obésité, anorexie, dépression. Ainsi le journaliste David Beresford opéré à Grenoble, raconte comment, à la suite de stimulations, « une crise de rire lui a révélé que le traitement l’avait débarrassé de sa dépression »83

Après avoir trouvé dans nos gènes les causes de tous nos maux, le charlatanisme scientiste prétend désormais en supprimer tous les symptômes par de bénignes et précises électrocutions cérébrales.

Ainsi Van Gogh, contrairement aux délires de ce pauvre aliéné d’Artaud, n’aurait jamais été un « suicidé de la société ». Du temps de ce même Artaud, on l’aurait soigné à coups d’électrochocs, et aujourd’hui, après diagnostic des gènes de la dépression et du suicide par l’illustre Axel Kahn, on lui administrerait quelques salutaires stimulations électriques cérébrales. Ce ne sont pas seulement des symptômes que manipulent les neuroélectroniciens, mais des émotions, des mouvements d’esprit, des sensations. On peut, bien sûr, suivant la zone et l’intensité de la stimulation, supplicier un individu ou susciter un orgasme. On peut implanter une puce RFID dans le système nerveux central d’un individu et le stimuler à distance. On ne peut pas, pas encore, court-circuiter ce système nerveux central et commander directement au corps, aux membres, aux muscles des possédés.

Après les roborats de John K. Chapin, au Downstate Medical Centre de Brooklyn, téléguidés par radio et
microélectrodes84, devaient fatalement paraître les robots-singes, robots-pigeons, robots-dauphins, ne serait-ce qu’en attendant les drones et autres robots de combat. En termes d’ergonomie sociale, une population de cyborgs (« organismes pilotés »), d’hommes bioniques (« bio-électroniques ») – d’hommes-machines, enfin – est insurpassable.

L’homme-machine, ces jours-ci, progresse à vitesse accélérée.

1991. Jonathan Wolpaw, neurologue à l’université de New York, réussit à faire contrôler un curseur dans deux directions à des hommes munis d’électrodes posées sur le crâne85.

2008. Une guenon de 5 kg implantée d’électrodes fait marcher un robot de 91 kg à des milliers de kilomètres de distance par la seule force de ses ondes cérébrales transmises par Internet86.
Selon l’auteur de cette dernière expérience, le Dr Nikolelis, celle-ci constitue les prémices d’une interface
cerveau/machine permettant aux paralytiques de marcher au moyen d’appareils dirigés par la pensée. L’homme et la machine électronique partagent en effet la capacité d’émettre, encoder, décoder, des signaux électriques. D’où la possibilité de capter des pensées humaines et de les traduire en actes exécutés par la machine. Il suffit que des électrodes dans le cerveau envoient des signaux à un dispositif porté à la ceinture, comme un bipeur ou un téléphone portable, lequel relaierait ce signal à une paire d’armatures orthopédiques, une sorte d’exo-squelette autour des jambes.
Le sujet n’aurait plus alors qu’à accomplir mentalement le geste de marcher pour marcher.

En 2005, par exemple, au Rehabilitation Institute de Chicago (RIC), l’équipe de Todd Kuiken a greffé Jesse Sullivan, double mutilé des membres supérieurs, d’une paire de bras bioniques : « Le procédé (…) consiste à greffer les terminaisons nerveuses du bras sectionné sur la zone pectorale, où elles croissent pour se fondre dans le tissu musculaire. En installant des électrodes à la surface de la peau, il est ensuite possible de capter les contractions produites par les nerfs qui transmettent la commande motrice. »87 En clair, il suffit à Jesse Sullivan de penser au mouvement qu’il souhaite pour que ses prothèses l’exécutent. L’année suivante, c’est à Claudia Mitchell d’être équipée d’un bras bionique pesant 5 kg, doté de six moteurs et d’un coût estimé de 70 000 dollars. Jesse Sullivan et Claudia Mitchell sont considérés comme les premiers hommes bioniques.
La Darpa, la Defense advanced research projects agency, de l’armée américaine se passionne pour ces travaux qu’elle finance grandiosement. D’une part pour remettre en service les 450 soldats mutilés en Irak et en Afghanistan. Mais surtout parce qu’à terme, la commande mentale d’engins mécaniques permettrait d’aligner des milliers de robots de combat aux ordres directs d’une tête pensante, logée à l’abri dans un poste éloigné.
La répétition mentale d’une commande implique de plus en plus de neurones, voire l’apparition d’une nouvelle configuration neuronale. « Comme si le cerveau considérait in fine l’implant comme un nouveau membre du corps nécessitant une zone de commande particulière. Spectaculaire, cette observation suggère que le mariage du cerveau et de l’ordinateur pourrait être un mariage heureux. »88

Si l’homme peut envoyer des signaux à la machine, il peut en recevoir. En 2002, l’histrion Kevin Warwick,
cybernéticien à l’université de Reading (Royaume-Uni) « franchissait un pas supplémentaire vers la fusion de l’homme et de la machine en se faisant littéralement planter une centaine d’électrodes dans le nerf médian de l’avant-bras. Avec cet implant, son cerveau a pu échanger des informations avec un système informatique, ce qui lui a entre autres permis de manipuler par la pensée une main robotique tout en recevant des signaux lui indiquant quelle était la force appliquée par la main sur l’objet qu’elle saisissait. Outre cette communication cerveau-machine, il s’est également livré à une expérience consistant en un échange rudimentaire de signaux entre son cerveau et celui de son épouse, équipée d’une électrode (elle aussi placée dans un nerf). »89

Si le cerveau peut envoyer des signaux à la machine, il peut également en recevoir. Qu’importe le cerveau qui commande, c’est le signal de commande, seul, qui meut le robot ou les jambes artificielles ou ordonne telle opération.

Qu’importe l’ordonneur, c’est l’ordre qui compte. Ce que John-Dylan Haines, du Max Planck Institute for cognitive and brain sciences, résume ainsi : « Chaque pensée est associée à un ensemble unique d’activations cérébrales qui peut être utilisé comme une signature de cette pensée spécifique. Un programme informatique se charge ensuite de reconnaître cette signature caractéristique. »90

Si une commande, artificielle ou humaine, peut me faire agir sans ma volonté, elle
peut me contraindre à exécuter sa volonté. J’ai perdu, elle a gagné. La guerre est finie. L’Histoire, close.

Des interfaces cerveau/machine, il en existe déjà. En 2004, John Donoghue, de l’université de Brown (Etats-Unis) a mis au point avec sa société Cyberkinetics « un implant constitué d’un carré de silicone de la taille d’un grain de blé, hérissé d’un côté de cent électrodes, chacune en contact avec un fil électrique relié à un ordinateur. »91

Cette puce greffée dans le cortex de Matthew Nagel, jeune homme tétraplégique à la suite d’un coup de couteau, transmet ses impulsions électriques neuronales à un logiciel d’analyse qui traduit les pensées de Nagel en signaux stables, reconnus, exécutés par l’ordinateur et ses appendices. Loin de commander son fauteuil roulant ou son appareil moteur via son interface cerveau/machine, Matthew Nagel put, durant quelques mois, jouer à des jeux vidéo, ouvrir ses mails, allumer et éteindre la lumière, zapper sur sa télé, avant que le risque d’infection n’oblige à lui ôter son implant.
Moins intrusif et dangereux, le « bonnet à électrodes » mis au point par Klaus-Robert Müller à l’institut Fraunhofer de Berlin, compte 64 ou 128 capteurs qui enregistrent les ondes électromagnétiques produites par les neurones sous l’os92.

Cependant qu’à Grenoble, le CEA-Léti (Laboratoire d’électronique et de technologie de l’information) concocte des « dispositifs implantables de deuxième génération capables d’associer la fonction d’enregistrement des échanges neuronaux, de traiter localement les données et de stimuler électriquement ou chimiquement, et à la demande, des zones particulières du cerveau ».93

Concrètement, imaginez un mini-tapis de fakir, hérissé de multiples électrodes à l’échelle des neurones. « Plusieurs milliers de microélectrodes venant au contact d’un tissu nerveux vivant enregistreront l’activité électrique globale du réseau de neurones avec une résolution spatiale de l’ordre de 50-100 microns, et produiront des stimulations contrôlées dans l’espace cérébral et dans le temps. »94

La neuropolice, chaque jour davantage, accroît ses moyens de violer notre for intérieur, de déchiffrer notre activité mentale, et de manipuler nos comportements.

Mieux que l’IRMf, l’IRMd (imagerie par résonance magnétique de diffusion de l’eau) révèle l’activité des neurones aussi bien que la dentelle du tissu neuronal. « Nous espérons ainsi décupler la puissance de la méthode pour non seulement mieux voir les réseaux de régions activées dans les processus sensorimoteurs ou cognitifs, mais aussi remettre en question les principes de fonctionnement des neurones », explique au Monde (17 mai 06) Denis Le Bihan du CEA, qui évoque « la visualisation des réseaux neuronaux impliqués dans la « pensée » ou la sous-tendant ».

À l’université de Stanford, l’équipe de Krishna Shenoy implante des électrodes dans le cerveau de macaques, « non pas dans la région commandant le mouvement, mais dans une zone où naît l’intention de l’action. Les signaux neuronaux leur ont permis de prédire le mouvement effectué par le primate avant même que celui-ci ne le réalise ».95

Bernard Bioulac, directeur de l’Institut des Neurosciences de Bordeaux, détaille les ambitions de la neuropolice. « Tous nos efforts, au sein du vaste champ d’investigation des neurosciences, ont pour but de mieux appréhender la structure et le fonctionnement général de l’organe le plus sophistiqué de la nature, avec ses cent milliards de neurones et leurs innombrables connexions. Le déchiffrement complet de ce « mode d’emploi » nous permettra, moyennant un va-et-vient permanent entre le normal et le pathologique, de percer les mystères des processus intimes qui sous-tendent la mémoire, la perception, la motivation, la motricité, la planification de l’action, la pensée intuitive et déductive. »

Oui, mais quels moyens d’investigation de ces processus intimes ?

« L’interface entre physique et neurobiologie, par exemple, ne cesse de se développer. Toutes les méthodes actuelles d’imagerie fonctionnelle font appel à des outils issus de la physique. De plus, un nombre croissant d’équipes en neurosciences, à travers le monde, intègrent dans leurs rangs des statisticiens, des informaticiens et des mathématiciens. Leur but : construire des banques de données de plus en plus volumineuses, traiter la complexité des signaux du système nerveux et forger des modèles soit biomimétiques, qui s’appuient sur des systèmes biologiques existants, soit théoriques, qui s’en affranchissent. Et rien n’empêche d’imaginer que ce type d’approche ouvre des perspectives technologiques qui reposeront sur des techniques de suppléance du système nerveux : robotique, nanotechnologies, microstimulations cérébrales profondes pour pallier les défaillances d’un territoire ou, mieux, d’un réseau neuronal. »96

Éthique Feuerstein, directeur de l’Institut des Neurosciences de Grenoble, mange à son tour le morceau :
« Nous voyons peu à peu se dessiner les contours du cerveau et son mode de fonctionnement dans des fonctions abstraites. C’est quelque chose de véritablement révolutionnaire qui est rendu possible grâce aux progrès extraordinaires de l’imagerie fonctionnelle (…). Le grand défi des neurosciences pour le siècle à venir, sera de voir le cerveau fonctionner, d’aborder par des approches biologiques des fonctions comme la pensée, l’intellect ou les émotions. »97

Christophe Segebarth, responsable du service de neuro-imagerie, renchérit sur Ethique Feuerstein : « Grâce à ces appareils on peut obtenir des images absolument extraordinaires, comme si on avait ouvert le crâne et découpé le cerveau en tranches. Nous pouvons étudier ainsi les bases de la pensée, de la cognition et des émotions. »98

Ces propos sont tenus à l’inauguration du nouvel institut, édifié en commun par l’Inserm (la police génétique), le CNRS, le CHU, le Commissariat à l’énergie atomique et le Centre de recherche du service de santé des armées (CRSSA) – c’est-à-dire le centre de recherche sur les armes biologiques et neurologiques.

Vraiment, qui se soucie d’ouvrir son cerveau aux prédateurs des nécrotechnologies civiles et militaires ? Qui pense sans effroi que l’humanité se trouvera mieux d’avoir l’armée, la police, l’Etat, les entreprises à demeure sous le crâne ? Seuls les morts-vivants, les zombis robotisés, les hommes-machines n’ont rien à craindre d’une pareille mainmise. Et s’ils n’ont rien à se reprocher, c’est qu’avec la reddition de leur libre-arbitre, ils ont abdiqué jusqu’à la faculté de mal penser.

Entre-temps, Ethique Feuerstein précise le contenu de ce « défi » qu’il assigne aux neurosciences « pour le siècle à venir ». « À mon sens, un projet fédérateur impliquant de la robotique et de la surveillance à domicile serait rapidement générateur de développement industriel et permettrait de croiser hautes technologies et humanisation ».99

Et puis, comme rien n’est sans raison, et rationnel tout ce qui est réel, voici notre histoire qui se boucle merveilleusement, avec un début (une cause), un développement et une fin (des conséquences). C’est-à-dire que ces nanotechnologies, ces technologies de l’infiniment petit à l’existence parfois contestée par les esprits forts100, se combinent désormais avec les neurotechnologies pour former les nano-neurotechnologies tandis qu’apparaissent simultanément nano-biotechnologies et nano-informatique. Comme ces trains de syllabes ne sont prononçables qu’en allemand, on utilise d’ordinaire l’expression « technologies convergentes », du nom du rapport de la National Science Foundation101.

Mais peut-être faudrait-il nommer « hyper-technologies » ces technologies intégrées et supérieures,
comme on a nommé technologie la combinaison des techniques.


Debout, François Berger ! Héros de la recherche ! Héraut du transhumain et de la rationalisation totale de l’ordre public ! Voici ton quart d’heure de célébrité ! Avance et savoure ce bref rappel d’une carrière loin sans doute d’avoir épuisé ses plus hauts faits !

Vous fûtes, Monsieur, au sein de l’unité 318 de l’Inserm, le disciple d’Alim-Louis Benabid. Membre de Nano2Life, un réseau européen piloté par le « pôle NanoBio » de Grenoble et qui, comme son nom l’indique, travaille à l’hybridation de l’inerte et du vivant102, vous œuvrâtes, au mépris des esprits chagrins et rétrogrades, à la valorisation de la recherche.

Collaborateur de la société Ecopia Biosciences dont les actions sont inscrites à la bourse de Toronto103, vous pratiquâtes et défendîtes le dépôt de brevet tant au sein de l’Inserm, que dans les médias et devant d’autres instances. Ainsi les Nouvelles de Grenoble d’avril 2004 rapportent que : « le laboratoire de l’unité Inserm du CHU de Grenoble dirigé par le Pr Benabid vient tout de même de déposer plusieurs brevets en nanotechnologies « liées à la possibilité de faire des nanoprélèvements dans le cerveau ». Prudent – et comme vous eûtes raison de l’être, Monsieur – François Berger, professeur et médecin, n’en dira pas plus. (…) Afin de perfectionner les techniques des nanoprélèvements du professeur Berger (entre autres), l’équipe de Francis Chatelain, en collaboration avec le CEA-Léti et des sociétés comme Apibio s’attèlent à la conception de futurs nanomatériaux. »

Rappelons en effet que c’est le Lisa, le Laboratoire d’imagerie et systèmes d’acquisition qui, au sein du CEA-Léti, travaille à l’amélioration de l’imagerie cérébrale. Et qu’Apibio, filiale du CEA et du groupe BioMérieux-Pierre Fabre, combat sur le front de la guerre biologique104.

Devant les inquisiteurs de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST), vous déclarâtes courageusement, Monsieur, le 7 novembre 2006 que : « Il existait un risque qu’on puisse déclarer que la neurostimulation était utilisée pour modifier la pensée et le comportement. Face à des expérimentations plus ou moins cachées menées dans le monde, le Professeur Benabid a soumis le problème au Comité consultatif national d’éthique… »

Et en effet, Monsieur ! Il ne s’agit pas d’un risque mais de certitudes ! Puisque l’objet de ces neurostimulations est précisément de modifier le comportement – des obèses et des anorexiques, par exemple – et l’éthique, Monsieur, il y a des comités pour cela !

Vous ajoutâtes, Monsieur, et comment ne pas frissonner d’exaltation à ces évocations de l’Homme Nouveau, qu’en utilisant des nanotubes de carbone dans les interfaces homme/machine, on pourrait en améliorer l’intégration dans le cerveau, sous réserve, bien entendu, de quelques analyses préalables menées en collaboration avec le Léti. « Nous déterminons quels sont les meilleurs nanotubes et cherchons comment les modifier pour qu’ils s’intègrent au mieux dans le cerveau sans toxicité. » En quoi, Monsieur, vous démontrez une fois de plus l’humanisme de nos grands savants.

« Lorsque la maladie sera détectée, dites-vous, avant qu’elle ne soit visible de façon macroscopique dans le tissu, on utilisera de la vraie nanomédecine ou de la médecine moléculaire. On a beaucoup entendu que les nanotechnologies n’allaient globalement pas apporter de révolution. Or on est bien en présence d’une révolution, potentiellement difficile à assimiler, qui constitue le passage de la médecine anatomo-clinique à la nanomédecine. Cela revient à traiter la maladie avant qu’elle n’émerge et on passe alors à un autre statut de l’homme malade. »

Vous êtes, Monsieur, trop modeste. On détectera bien autre chose que des maladies, ou plutôt, comme l’ont déjà fait les pionniers de la psychiatrie russe et vos collègues généticiens de l’Inserm, on découvrira le caractère morbide de ce qu’on prenait jusqu’alors pour des pensées et des émotions saines d’esprit et on les traitera avant qu’elles n’émergent.
Ce qui exigera l’élaboration d’un autre statut de l’homme malade, dont la mise sous tutelle psychiatrique constitue peut-être la préfiguration.

À vous entendre, Monsieur, on ne peut que rapprocher ces considérations d’un flot croissant de publications, articles et livres, issus des milieux scientifiques, dont l’exemple le plus récent est le plaidoyer pour la « révolution inhumaine » de votre collègue Ollivier Dyens de l’université Concordia de Montréal, dans un entretien accordé au Monde105.

Comme le dit l’excellent professeur, par ailleurs auteur de « La condition inhumaine »106, il s’agit là d’un processus normal de l’évolution. L’important est la dynamique de la vie, que celle-ci soit dans l’ADN ou dans le silicium. « Quoi qu’il en soit, la technologie nous force désormais à redéfinir notre place dans la hiérarchie planétaire. À nous situer non plus au sommet de la pyramide, mais dans une dynamique prenant en compte les machines comme une part intégrante de l’espèce humaine. » Nul doute que vous ne partagiez l’optimisme de votre collègue, quant au profond changement de notre relation au monde et son exaltante conclusion : « L’humain de la condition inhumaine est bien plus proche de la fourmi – qui vit, existe et comprend l’univers par l’entremise de sa collectivité – qu’il ne l’est d’un individu, conscient et singulier. »

Il faut avouer, Monsieur, qu’on a rarement mis autant d’esprit à nous en soulager et à nous élever à la condition formique et mécanique, et l’on ne peut que se délecter de votre riche contribution au colloque transhumaniste de la Fondapol, la Fondation pour l’innovation en politique, le 24 octobre 2007, ainsi résumée par le Canard Enchaîné107 :

« A côté du transhumaniste James Hugues, voilà le Français François Berger, maître de conférence hospitalo-universitaire et pilier du projet Clinatec, clinique expérimentale grenobloise où seront traitées par nanotechnologies les maladies du cerveau. Bientôt, dit-il, on pourra envoyer dans le cerveau des « drogues vectorisées par nanoparticules », des nanocaméras pour l’imagerie médicale, etc : une vraie révolution ! Certes, ces manipulations « ouvrent clairement tout un champ d’investigation éthique », comme c’est joliment dit. Mais, nous rassure-t-il, « on a tous les outils pour monitorer (sic) les dérives ». »

Oui, Monsieur, il s’agit bien là d’innovation et de politique, au sens le plus fondamental et le plus progressiste. Aussi ne peut-on qu’admirer votre combat contre l’obscurantisme et l’irrationalisme qui, sous des prétextes sentimentaux, voudraient nous ramener à la salubrité environnementale et à l’hygiène de vie, lorsqu’il est tellement plus expédient et bénéfique de nous refaçonner aux conditions nouvelles. Vous dîtes, Monsieur, et je vous cite, aux parlementaires réunis pour entendre vos doléances : « Trop de régulation tue l’innovation. Nous disposons d’une réglementation très rigoureuse et coûteuse en matière de transfert au lit du malade et d’essais cliniques. On veut actuellement la renforcer : or cela ralentit nettement l’innovation et s’oppose au progrès médical. Néanmoins, il est important de surveiller et valider les effets cliniques réalisés sur des patients. »108

En vérité, Monsieur, si l’on ne connaissait votre probité et votre implacable humanité, on vous soupçonnerait dans cette dernière phrase de tenir un discours émollient, et de pure forme, à l’intention d’un public incapable de se hisser aux austères nécessités de la Science. Qu’il nous soit permis, Monsieur, de restituer ce que vous ne pouvez pas ne pas penser au plus secret de votre conscience : les patients sont faits pour le progrès médical, et non point l’inverse.

Aussi, Monsieur, l’Institut des Neurosciences de Grenoble s’est-il honoré en vous appelant à la tête de son équipe n°7, en charge des « nano-neurosciences fondamentales et appliquées ». Mais cet institut n’était pas inauguré que, déjà, l’on vous annonçait parmi les sommités de Clinatec. Une clinique expérimentale créée par le CEA-Minatec, à l’instigation de votre vieux maître, Alim-Louis Benabid, et vouée, comme le dit plaisamment une gazette, « à nous mettre des nanos dans le cerveau ». C’est dire, Monsieur, quelle reconnaissance salue votre rare mérite, et la confiance placée par nos plus éminents technarques, Messieurs Feuerstein, Therme, Benabid, dans vos capacités et votre zèle pour la cause scientifico-industrielle et la rationalisation de l’espèce humaine.

Comment, Monsieur, conclure ce panégyrique dont votre inlassable activité va surenrichir la matière dans les
prochaines décennies, sinon par ce cri unanime de vos collègues et partenaires : merci Monsieur Berger ! Merci au nom de la recherche et des nano-neurosciences ! Merci au nom de l’Ordre social, de l’industrie pharmaceutique, hospitalière et des entreprises de matériel d’imagerie et de robotique chirurgicale : GE-Medical Systems, Siemens, Toshiba, Philips Medical Systems !

Et maintenant, suffit. Rentre dans ta boîte, François Berger, avec les autres pantins du castelet et attends que le média marionnettiste ait de nouveau besoin d’un fantoche de grand scientifique pour t’exhiber au public.


Clinatec est aujourd’hui en France et dans le monde l’un des projets les plus avancés et les plus dissimulés de
possession technologique. – Soit dit sans chauvinisme ni mésestime de multiples entreprises similaires, tel le projet de « neuropuces » de l’Institut des Sciences des microstructures d’Ottawa, destinées à l’implantation dans le cerveau des paralytiques ou à la détection d’attaques chimiques109.

On ne peut s’empêcher, à ces évocations, de se rappeler qu’en latin le mot industria désigne une « activité secrète » (Dictionnaire étymologique du français, éditions Le Robert). Et secrète parce que coupable et criminelle comme le sont les activités couvertes par le secret d’Etat et celle de ses symbiotes : Thalès, Areva, Schneider, Sagem, EADS, Elf-Total-Fina, et tant d’autres groupes industriels. Cela vaut pour la composition du Coca-Cola comme pour les recherches du Commissariat à l’énergie atomique, et notamment de sa Direction des affaires militaires (DAM). Il est dangereux d’ignorer ce qu’on boit et quelles manipulations cérébrales s’élaborent dans les appareils scientifiques d’Etat.

Le secret est le premier trait, et d’abord le plus frappant, des projets NanoBio et Clinatec. Sans doute sommes-nous habitués, ici et partout à Technopolis, à être mis devant le fait accompli, qu’il s’agisse du nucléaire, des chimères génétiques, des nanotechnologies, de la création du « plus grand centre européen pour les nanotechnologies » (Minatec), ou d’un « MIT à la française » (projet Giant : Grenoble Isère Alpes Nanotechnologies) ; mais le secret dont s’abritent NanoBio et Clinatec dépasse la simple prévention des réticences et des oppositions. Plutôt rappelle-t-il le silence autour d’activités si répugnantes à la conscience publique, essais nucléaires, chimiques ou bactériologiques, armes spéciales de destruction massive, qu’on en dit le moins possible et le plus vague possible. À ce signe, nous savons que quelque chose d’hideux est en train de s’accomplir.

NanoBio et Clinatec sont ce qu’en français on nomme des complots : « des projets secrètement concertés contre la vie, la sûreté de quelqu’un ou contre une institution. » (Le Robert) En l’occurrence, et bien qu’ils participent de la guerre générale au Vivant menée par l’appareil scientifico-industriel, ces deux complots visent spécifiquement la sûreté des populations par suppression du libre arbitre individuel. Si d’aventure s’inversait l’actuel cours de l’Histoire, les promoteurs de ces projets, Jean Therme, directeur du CEA-Minatec, Ethique Feuerstein, directeur de l’Institut des Neurosciences de Grenoble, Alim-Louis Benabid, conseiller scientifique de Clinatec, Françoise Charbit, directrice de NanoBio, leurs collaborateurs, leurs complices politiques, élus de la cuvette grenobloise (Destot, Fioraso, Migaud, Vallini, etc), qui présentent leurs menées comme des progrès médico-économiques, et se présentent comme des bienfaiteurs, pourraient se retrouver devant un tribunal pour crimes contre l’humanité, sinon battus au coin des rues par
des foules en furie.

L’annonce de Clinatec en janvier 2007, après et avant bien d’autres semblables, c’est à Jean Therme, Technarque suprême de la cuvette grenobloise, sinon du Sillon alpin, que nous la devons. « L’objectif est de rassembler technologues, cliniciens et industriels, dans un même lieu, ici au CEA-Minatec (…). C’est dans un bâtiment d’environ 2000 m2 que les expériences auront lieu, à raison d’une opération par mois. Il s’agira d’un centre de recherche et non pas d’un hôpital, dont l’activité serait suivie par un comité d’éthique ».110

Nano2Life non plus n’est pas un hôpital. Ses responsables ont pourtant jugé habiles de le flanquer d’un comité d’éthique maison, dix chercheurs coiffés par Patrick Boisseau du CEA-NanoBio, afin d’innocenter aux yeux peu regardants des Catholiques et des écotechs verts des recherches dites « sensibles »111. Françoise Charbit poussant l’esbroufe jusqu’à tenter de compromettre un responsable de Greenpeace dans un fructueux dialogue sur « les impacts éthiques et sociétaux des nanotechnologies », avec, certes, une petite restriction. « Nous collaborons déjà avec des hôpitaux par exemple, mais présenter les bénéfices des nanotechnologies aux patients eux-mêmes n’est pas à l’ordre du jour. »112

Quatre ans plus tard, ce n’est toujours pas à l’ordre du jour, quoique les patients servent depuis plus de temps déjà aux expériences nano-médicales du CEA & Partenaires. Il y a peu de chances qu’un « comité d’éthique » modelé sur celui de Nano2Life, « ralentisse nettement l’innovation » (le profit) et « s’oppose au progrès médical » (au pouvoir médical), à Clinatec, comme le craint François Berger. Aussi faut-il entendre deux choses dans la remarque de Jean Therme : l’arrogance du puissant qui peut tout se permettre et même une provocation railleuse vis-à-vis de ses critiques. Et la crainte que les recherches menées à Minatec soient si « sensibles » qu’il vaille mieux ne pas en parler sous l’angle « éthique », même entre comploteurs. Il est des choses qu’on ne peut supporter de faire qu’à condition de n’y pas creuser, et surtout pas entre complices. Ces gens ne veulent pas savoir ce qu’ils font, c’est-à-dire qu’ils le savent mais ne veulent pas se le dire, pas même sans doute dans leur for intérieur, afin de préserver leur capacité de déni.

À peu près rien ne s’est publié sur Clinatec. La communication viendra après coup, pour ce qu’elle voudra bien communiquer des progrès de la possession technologique. Voici ce que l’on peut retirer de deux entretiens avec Alim-Louis Benabid113 et Jean Chabbal, directeur du département Micro-nanotechnologies pour la biologie et la santé du CEA-Léti114 :

Depuis un lustre le CEA et l’équipe d’Alim-Louis Benabid collaborent étroitement. Par exemple, « à la miniaturisation d’un système intelligent qui serait à la fois capable d’exciter les neurones et de procéder à des enregistrements de leur activité électrique. Contrairement à ce qui se fait actuellement, l’ensemble du dispositif (commande, batterie, liaison radio) serait implanté dans le crâne » (Chabbal).
Benabid, neurochirurgien au CHU de Grenoble, professeur à l’université de Grenoble et conseiller scientifique auprès du CEA de Grenoble, partira à la retraite le 1er septembre 2007 pour entrer « plus exclusivement » au service du CEA, et gérer le projet Clinatec.

« L’originalité de Clinatec consistera à intégrer trois secteurs. Le premier sera une extension de Minatec et regroupera des ingénieurs qui travailleront sur les nanotechnologies et construiront des prototypes.
La deuxième partie sera constituée de laboratoires d’expérimentation animale pour tester les prototypes.
Enfin, la troisième partie correspondra à un secteur d’application humaine avec un bloc opératoire et quelques chambres. Cette section rassemblera un nombre restreint de patients, choisis dans le cadre d’un protocole de recherche clinique, et chez lesquels les prototypes seront implantés. (…)

(NDR, A.-L. Benabid) a cité deux applications probables des nanotechnologies pouvant être développées par
Clinatec. Dans le cadre de la maladie de Parkinson, il est prévu de développer la stimulation cérébrale profonde à haute fréquence en implantant sous la peau du crâne non plus une électrode mais cinq électrodes reliées au niveau d’un multiplexeur. (…)
L’autre application « à plus long terme » porte sur les interfaces entre le cerveau et un ordinateur (brain computer interface). Il s’agira d’implanter des puces avec des nanoélectrodes dans le cerveau de certains malades pour leur permettre notamment de piloter des effecteurs (souris d’un ordinateur, éléments de domotique) », a expliqué Alim-Louis Benabid. »115

Clinatec regroupera une cinquantaine de chercheurs du Léti, des médecins et des biologistes, pour concevoir des innovations en nanomédecine, développées ensuite par les CHU et les industriels, avec une concentration sur le système nerveux central et les dispositifs d’électrostimulation pour les maladies de Parkinson, les TOC, la dépression. « Le nouveau bâtiment devrait ouvrir dans trois ou quatre ans. Il sera financé par les collectivités locales, la Région, le CEA, ainsi que par des partenaires industriels. »116

Bah. Faut-il souligner une fois de plus que l’imposition du public finance à la fois son oppression perpétuelle et les profits des oppresseurs ? Rhône-Alpes, voyez-vous, « bénéficie d’une combinaison d’acteurs favorable : des CHU importants, des industriels mondiaux du diagnostic et du vaccin avec Sanofi-Aventis, BioMérieux, Mérial et Beckton Dickinson, un pôle technologique avec Minatec et des outils de recherche puissants avec l’IBS (NDR, Institut de biologie structurale), l’ESRF (NDR, le Synchrotron)… Éléments auxquels il faut ajouter la spécificité du CEA, capable de fabriquer à la fois des nanosondes et les instruments pour les détecter. L’ensemble constitue le pôle de compétitivité mondial LyonBiopole. Notre atout est aussi notre expérience : celle des systèmes implantés grâce au Pr A-L Benabid et notre capacité à travailler de manière pluridisciplinaire. Depuis dix ans, dans notre département (NDR, Micronanotechnologies pour la biologie et la santé au CEA-Léti), 170 scientifiques, physiciens, chimistes, électroniciens, biologistes, biochimistes, travaillent ensemble sur des projets de micro-nanotechnologies mariant par nature médecine, biologie et technologie » (Chabbal).

Parlons français. Sous l’inusable prétexte médical, Clinatec et les laboratoires des neurosciences à travers le monde développent les formes les plus avancées de possession technologique, en prise directe avec les centres de la pensée, de la cognition, des émotions, du comportement, de la volonté. La guerre, rappelons-nous, est un acte de violence destiné à contraindre l’adversaire à exécuter notre volonté. On voit donc que la technologie est la continuation de la guerre par d’autres moyens. Et que les neurotechnologies couronnent ce rationalisme policier – au sens où la police est l’organisation rationnelle de l’ordre public – qui prétend faire de nous des insectes sociaux, et de l’humanité une fourmilière-machine. Ce que l’on nomme techno-totalitarisme, mais que l’on pourrait mieux désigner par Pancraticon.
Un dispositif de toute puissance permettant à celui qui en jouirait de contraindre autrui à exécuter ses volontés, telle une marionnette, un robot, un individu sous hypnose. C’est ce Pancraticon qu’inaugure la convergence des neurotechnologies, nano-biotechnologies et technologies de l’information et de la communication (TIC). La société de contrôle, nous l’avons dépassée ; la société de surveillance, nous y sommes ; la société de contrainte, nous y entrons.

Quel dieu, quel démon s’abat ainsi sur ses fidèles ou ses victimes en transe, les possède, les chevauche, les gigote à sa guise, unifiant peu à peu leurs pas, les cadences, jusqu’à l’état second où les possédés ne forment plus qu’un seul corps collectif, ayant absorbé toutes les individualités, toutes les différences des membres anonymes, interchangeables, fanatiquement fondus ensemble ?

Le mot de « technique » nous vient d’une racine indo-européenne, T-K, qui a donné en sanscrit les mots « taksati », construire, et « taksan », charpentier, ainsi qu’en grec, « tektôn ». D’où l’architecte qui construit nos toits. Mais le dieu de la technique est forgeron, pas charpentier. Héphaïstos, divin métallo, fond le minerai premier avant de lui donner forme. Illustre artisan, il forge les armes et les parures des dieux, et invente des objets magiques. Le trident de Poséidon, la foudre, le sceptre et l’égide de Zeus, les flèches d’Artémis et d’Apollon, les armes d’Achille et la cuirasse d’Héraclès, le collier d’Harmonie et la ceinture d’Aphrodite. Et puis des automates, Pandore et le robot géant Talos, des pièges, le trône dont Héra ne peut se lever, le filet où il prend Arès et Aphrodite en plein adultère.
D’Héphaïstos, on ne peut guère parler qu’en rapport avec Athéna, son double, symétrique et inverse. Leurs mythes se mêlent et se contredisent tout à la fois. Héphaïstos, disent les uns, serait né d’Héra seule, jalouse d’Athéna, née du seul crâne de Zeus. Parthénogenèse et trépanation. La difficulté est que, selon d’autres, c’est Héphaïstos qui aurait fendu d’un coup de hache le crâne de Zeus pour en délivrer Athéna, déesse de la Raison. Fille à papa, fils à maman. Elle, vierge farouche, intellectuelle guerrière, splendide autant que vénérée, lui, enfant abandonné de sa mère, précipité des cieux par Zeus, d’où sa double boiterie, époux bafoué, amoureux repoussé d’Athéna, manuel hideux et risée de l’Olympe. C’est-à-dire de la Grèce et de la tradition philosophique.

L’emballement et la possession technologiques matérialisent la revanche d’Héphaïstos sur Athéna. Des techniciens sur les poètes et philosophes. Des préposés aux moyens sur les quêteurs de sens. C’est le ressentiment qui excite la fureur technicienne, la haine trop longtemps recuite de toute supériorité spirituelle, esthétique et vitale, et des superbes qui riaient tant de leurs laideurs et de leurs laborieux artifices. Les techniciens ont fait un coup du Monde. Leur progrès c’est, jusqu’au bout, la terre brûlée pour empêcher tout retour en arrière. On aurait presque de la compassion pour le sentiment d’infériorité et l’incurable hantise de ces petits hommes gris. Tout ce triste clergé de la Machine, mâcheurs de dossiers, rouages épanouis, médiocrités dynamiques, qui n’aspirent qu’à leur réification unitaire. Véritable révolte des ratés. Certes, il n’y aura pas plus de retour en arrière que de tour en avant. Aussi incroyable qu’on aurait pu se le
figurer, enfant, quand l’avenir déroulait son infini parc à merveilles, nous vivons ce privilège unique d’une époque, sinon d’une humanité, terminale.

Ce qu’on nomme, non sans forfanterie, « les générations futures », c’est-à-dire l’enfance d’aujourd’hui, saura assez vite si cette guerre ininterrompue, tantôt ouverte, tantôt dissimulée, qui oppose le pouvoir aux sans-pouvoirs, finira par une transformation révolutionnaire de la société tout entière, ou par la destruction commune des classes en lutte.

Un obscur commis d’assurance praguois, écrivain et humoriste à ses heures, constatait quant à lui au début du siècle dernier : ce monde est insupportable, tout autre, impossible. Sans doute, comme tout un chacun aurait-il voulu penser autrement, ou du moins être démenti. Mais il ne le pouvait pas. Et non possumus.

Pièces et Main d’Œuvre

Grenoble, 29 février 2008

Retrouvez ce texte et bien d’autres sur
www.piecesetmaindoeuvre.com


Sources :

1 La Découverte, 2007
2 cf. PMO…
3 cf. L’invention du contrôle. Et L’Invention du sécuritaire…PMO
4 in W.S. Burroughs, l’algèbre du besoin. E. Mottram. 1980. Christian Bourgois
5 Id.
6 L’Autre Journal n°1, mai 1990
7 cf. Futur antérieur n°1, printemps 1990, entretien avec Toni Negri
8 cf. L’Invention du contrôle ou les complots du pouvoir. 3 juillet 07
9 cf. L’invention du passeport, John Torpey. Belin, 2005
10 cf. L’Express 13 novembre 03
11 cf. Libération 5 janvier 04, Technicités 23 janvier 05, Le Monde 19/20 mars 06 et 20/21 mai 07
12 cf. Les Echos 29 janvier 08
13 cf. Le Monde 5 novembre 05
14 cf. Libération 26 octobre 04, Le Journal du Dimanche 1er octobre 06, Libération 29 mai 07, Le Monde 6 avril, 31 mai, 7 juin, 14 août, 15 septembre, 19 septembre, 11/12 novembre 07
15 cf. Le Figaro 28 mai 07
16 cf. Libération 5 janvier 04, New York Times 13 mai 06, El Païs 7 octobre 06, Libération 15 juin 07, Le Parisien Libéré 4 novembre 07
17 cf. Le Journal du CNRS n°190/191 novembre 05
18 cf. Le Monde 6 décembre 02 ; 5/6 octobre 03 ; 9/10 mars 08
19 Le Monde. 11 février 07
20 cf. RFID, police totale, Pièces et Main d’Œuvre, 7 mars 06
21 cf. Entreprises Rhône-Alpes mars 04
22 cf. Le Journal du CNRS n°190/191 novembre/décembre 05
23 cf. Le Monde 1/ 2 juillet 07
24 cf. Le Monde 6 décembre 02
25 L’Express, 13 novembre 03
26 cf. Le Monde 19/20 février 06
27 cf. Le Monde, 9 novembre 05
28 cf. Le Monde, 21 mars 06
29 Le Figaro 9 octobre 07
30 Id.
31 Ibid.
32 Le Figaro, 9 octobre 07
33 Le Monde 12 octobre 07
34 Le Figaro 11 janvier 08
35 Id.
36 Ibid.
37 Le Figaro, 11 janvier 08
38 cf. Libération, 30 août 07
39 cf. Le Monde, 4/5 janvier 07
40 cf. Le Monde, 2 janvier 08
41 cf. Le Daubé 12 février 08
42 cf. Pour l’abolition de la carte d’identité, MACI, novembre 2007, sur www.piecesetmaindoeuvre.com
43 cf. Science & Vie, octobre 02
44 Id.
45 cf. Rendez-nous notre objet d’aliénation favori ! Pièces et Main d’Œuvre, 30 septembre 2007
46 Le Monde, 16 février 08
47 Le Monde, 8 février 03
48 cf. Logique du terrorisme, M. Bounan, 2003, Allia
49 Le Monde, 24/25 juillet 05
50 Z comme Zorglub, 1961 ; L’ombre du Z, 1962, Franquin, Jidehem, Greg, éditions Dupuis
51 Le Monde Economie, 15 janvier 08
52 Id
53 cf. Cerveau et Psycho n°7, septembre/novembre 04, cité dans Le Monde Diplomatique, novembre 07
54 cf. Neuromarketing : les bases d’une discipline nouvelle, 20 février 07, www.journaldunet.com, cité par Le Monde Diplomatique, novembre 07
55 cf. Le Monde, 30 avril/2 mai 06
56 cf. Le Monde, 28 mars 07
57 Le Monde, 28 mars 07
58 Le Monde Economie, 15 janvier 08
59 Le Monde 6/7 mai 07
60 www.wired.com/wired/archive/14.01/lying_pr.html
61 cf. Le Monde, 26 avril 07
62 Lyon Mag n°130, novembre 03
63 cf. Wired, cité dans Grenoble Institut des Neurosciences, ou comment nous manger le cerveau, Pièces et Main d’Œuvre, 28 février 07
64 cf. Minime introduction aux nanotechnologies, Simples Citoyens, mars 06, sur www.piecesetmaindoeuvre.com
65 cf. Le journal du CNRS, n°210/211, juillet/août 07
66 cf. Le Monde, 31 janvier 08
67 cf. Le Monde, 16/17 décembre 07
68 cf. Le Monde, 11/12 novembre 07
69 cf. Physical control of the mind : toward a psychocivilized society, J. Delgado, 1969
70 cf. US Air Force, New World Vistas : Air and space power for the 21st century, 1996
71 cf. Sur la possibilité de contrôle à distance de tous les cerveaux humains par l’induction électromagnétique
d’algorithmes fondamentaux, M.A Persinger, in Perceptual and motor skills, juin 1995. Et Grenoble Institut des Neurosciences, ou comment nous manger le cerveau, Pièces et Main d’Œuvre, 28 février 07
72 cf. Libération 27 juillet 07
73 cf. Le Comitatus ou l’invention de la terreur, Pièces et Main d’Œuvre, 12 janvier 08
74 cf. La mort spectacle, enquête sur l’ « horreur réalité », Michela Marzano, Gallimard, 2007
75 cf. Les escadrons de la mort. L’école française, M.M Robin, La Découverte, 2004
76 cf. Le Monde, 11 octobre 07
77 De la guerre, éditions de Minuit
78 cf. Le Journal du CNRS, n°210/211, juillet/août 07
79 cf. Le Daubé, 11 avril 05
80 cf. Le journal du CNRS n°210/211, juillet/août 07
81 Id.
82 Le Daubé, 11 avril 05
83 cf. Le Monde, 15 juin 05
84 cf. Le Monde, 5/6 mai 02
85 cf. Science & Vie, juillet 05
86 Le Monde/New York Times, 26 janvier 08
87 cf. Le Monde, 21 septembre 06
88 cf. Science & Vie, juillet 05
89 cf. Technology Review, n°5, édition française janvier/février 08
90 cf. Le Monde de l’intelligence n°10, juillet/septembre 07
91 Science & Vie, juillet 05
92 cf. Le Monde, 14/15 mai 06
93 Lettre de Minatec n°9, septembre 05
94 cf. Dossier neurosciences sur www.parisdeveloppement.com, et Grenoble Institut des Neurosciences, ou comment nous manger le cerveau, Pièces et Main d’Œuvre, 28 février 07
95 cf. Le Monde, 17 juillet 06
96 Le journal du CNRS n°210/211, juillet/août 07
97 cf. Le Daubé, 12 décembre 05
98 Le Daubé, 30 novembre 07
99 www.millenaire3.com, 23 février 06
100 cf. Bottom up ! ou les nanotechnologies existent-elles, Simples Citoyens, 30 mai 06, sur piecesetmaindoeuvre.com
101 C. Rocco, W. Bainbridge, op.cité, www.wtec.org/ConvergingTechnologies/1/NBIC_report.pdf
102 cf. La véritable histoire de NanoBio, Simples Citoyens, 10 mars 04, sur www.piecesetmaindoeuvre.com
103 cf. www.ecopiabio.com
104 cf. Le Monde, 13 octobre 01
105 27/28 janvier 08
106 Flammarion, 2008
107 31 octobre 07
108 7 novembre 06, OPECST
109 cf. Le Monde 2/3 septembre 07
110 Le Daubé, 16 janvier 07).
111 cf. Le Figaro, 13 mai 04
112 cf. La secte derrière les nanotechnologies, Pièces et Main d’Œuvre, 24 mai 04
113 dépêche APM, 17 janvier 07
114 www.millenaire3.com, 14 mars 07
115 APM, 17, janvier 07
116 APM, 17 janvier 07

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

Abominable ! Micro-pucer les nouveaux-nés !

Message  Admin le Dim 21 Mar 2010 - 15:26

Article extrêmemnt important, et qui se passe de tout commentaire... Exclamation



Source : http://www.illuminati-news.com/Szymanski051206.htm


DES PROJETS VISANT A MICRO-PUCER CHAQUE NOUVEAU-NE AUX ETATS-UNIS ET EN EUROPE SONT EN COURS, SELON L'ANCIEN DIRIGEANT MEDICAL EN CHEF DE LA FINLANDE.


Cette technologie existe afin de créer un Nouvel ordre mondial totalitaire et des plans sinistres visant à l’utiliser sur un public innocent sont dissimulés par les gens qui définissent la politique des États-Unis.

Le 11 mai 2006

Par Greg Szymanski

Êtes-vous prêt pour une élimination totale de la vie privée et une robotisation de l'humanité, ainsi qu'une invasion de chaque pensée qui vous passe par la tête ?

Êtes-vous disposé à vivre dans un MONDE DANS LEQUEL CHAQUE BEBE NOUVEAU-NE EST MICRO-PUCE ? Et êtes-vous finalement prêt à ce que CHACUN DE VOS MOUVEMENTS SOIT PISTE, ENREGISTRE ET PLACE DANS UNE BANQUE DE DONNEES DE BIG BROTHER ?

Bien que cela semble impossible, DES PROJETS SONT BEL ET BIEN EN COURS AFIN DE CONTROLER CHAQUE MOUVEMENT ET CHAQUE PENSEE DE LA POPULATION américaine une fois que le Nouvel ordre mondial aura terminé sa période de violence prolongée, une étape de changement dont le pays fait l’expérience en ce moment même.

Et puisqu’il y a très peu de choses écrites (à ce sujet) dans les médias américains conformes (au pouvoir), UNE HISTOIRE QUI A ETE PUBLIEE DANS LE JOURNAL DE LANGUE FINLANDAISE, SPEKULA, DIT AUX AMERICAINS A QUEL POINT NOUS SOMMES PRES D’ENTRER DANS LE NOUVEL ORDRE MONDIAL TOTALITAIRE.

Selon l'article finlandais, distribué aux médecins et aux étudiants en médecine, LE TEMPS EST TRES COURT pour changer la direction de la médecine militaire et de la technologie du contrôle de l'esprit, et POUR ASSURER LE FUTUR DE LA LIBERTE DES HUMAINS.

« Pourtant, CETTE TECHNOLOGIE EXISTE AFIN DE CREER UN NOUVEL ORDRE MONDIAL TOTALITAIRE, » a dit Rauni-Leena Luukanen-Kilde, MD, une ancienne dirigeante médicale en chef de la Finlande. « DES SYSTEMES SECRETS DE COMMUNICATION NEUROLOGIQUE SONT EN PLACE POUR CONTRECARRER LA PENSEE INDEPENDANTE ET POUR CONTROLER L'ACTIVITE SOCIALE ET POLITIQUE AU NOM DES INTERETS PRIVES ET MILITAIRES EGOÏSTES.

« Lorsque nos fonctions cérébrales seront déjà RELIEES A DES SUPER ORDINATEURS A L'AIDE D’IMPLANTS ET DE PUCES FONCTIONNANT PAR RADIO(FREQUENCE), il sera trop tard pour la protestation. Cette menace peut être vaincue seulement en instruisant le public, en utilisant la littérature disponible sur la BIOTELEMETRIE et les informations échangées durant les congrès internationaux. »

Dans son article intitulé « Les micro-puces implantables, le contrôle de l'esprit et la cybernétique », le Dr. Kilde déclare que les États-Unis sont le principal coupable (qui se cache) derrière l'utilisation secrète de l'équipement et des armements électroniques, et elle dit « qu’une raison pour laquelle cette technologie est demeurée un secret d'état est le prestige répandu du manuel statistique de diagnostic psychiatrique IV (psychiatric Diagnostic Statistical Manual IV) publié par l'association psychiatrique américaine (APA) et imprimé dans 18 langues.

« Les psychiatres travaillant pour les agences d'intelligence américaines ont sans aucun doute participé à l'écriture et à la mise à jour ce manuel. CETTE « BIBLE » PSYCHIATRIQUE DISSIMULE LE DEVELOPPEMENT SECRET DES TECHNOLOGIES DU CE (CONTROLE DE L’ESPRIT) EN ETIQUETANT CERTAINS DE LEURS EFFETS COMME ETANT LES SYMPTOMES DE LA SCHIZOPHRENIE PARANOÏAQUE. »

Le Dr. Kilde a ajouté QUE LES MEDIAS SONT RESTES « MUETS » CONCERNANT LES VERITABLES INTENTIONS ET BUTS (QUI SE CACHENT) DERRIERE LE MICRO-PUÇAGE, disant que le parfait cyber-soldat peut être créé grâce à l'équipement sophistiqué et les armements qui sont employés dans certains pays de l'OTAN depuis les années 80.

Écoutez le Dr. Kilde qui explique la nature sinistre (qui se trouve) derrière l'utilisation gouvernementale des armements électroniques en tant que moyens politiques de contrôle :

Cette technologie secrète a été employée par les forces militaires dans certains pays de l'OTAN depuis les années 80 sans que les populations civiles et universitaires aient entendu quoi que ce soit à leur sujet. Ainsi, peu d'informations concernant de tels systèmes envahissants de contrôle de l’esprit sont disponibles dans les journaux professionnels universitaires.

Le groupe « Signals Intelligence » (signaux d’intelligence) de la NSA peut SURVEILLER A DISTANCE L'INFORMATION DES CERVEAUX HUMAINS en décodant les potentiels évoqués (3.50HZ, 5 milliwatts) émis par le cerveau.

On a découvert que des prisonniers sur lesquels on a mené des expérimentations à Gothenburg, en Suède, et à Vienne, en Autriche, possédaient des LESIONS CEREBRALES EVIDENTES. UNE CIRCULATION SANGUINE DIMINUEE AINSI QU’UN MANQUE D’OXYGENE DANS LES LOBES FRONTAL ET TEMPORAL DROIT SONT LA CONSEQUENCE DE LA OU LES IMPLANTS CEREBRAUX SONT HABITUELLEMENT EN ACTION.

Un sujet d’expérimentation finlandais a fait l’expérience d’une ATROPHIE DU CERVEAU AINSI QUE DES ATTAQUES D’EVANOUISSEMENTS INTERMITTENTES dues au manque de l'oxygène.

LES TECHNIQUES DE CONTROLE DE L'ESPRIT PEUVENT ETRE UTILISEES DANS DES BUTS POLITIQUES. LE BUT DES CONTROLEURS DE L'ESPRIT AUJOURD'HUI EST D'INCITER LES PERSONNES OU GROUPES VISES A AGIR CONTRE LEURS PROPRES CONVICTIONS ET LEURS MEILLEURS INTERETS. DES INDIVIDUS ZOMBIFIES PEUVENT MEME ETRE PROGRAMMES AFIN D’ASSASSINER ET DE NE RIEN SE RAPPELER DE LEUR CRIME PAR APRES. On peut trouver des exemples alarmants de ce phénomène aux Etats-Unis.

Cette guerre silencieuse est conduite A LEUR INSU contre des civils et des soldats par des agences de l’armée et de l'intelligence. DEPUIS 1980, LA STIMULATION ELECTRONIQUE DU CERVEAU (ESB) A ETE SECRETEMENT EMPLOYEE POUR CONTROLER LES PERSONNES VISEES A LEUR INSU ET SANS LEUR CONSENTEMENT. Tous les accords internationaux des droits de l'homme interdisent la manipulation non consensuelle des êtres humains même s’ils sont en prisons, et ceci sans même parler des populations civiles.

CIBLER LES FONCTIONS CEREBRALES AVEC DES CHAMPS ET DES FAISCEAUX ELECTROMAGNETIQUES (depuis des hélicoptères et des avions, des satellites, des fourgons garés, des maisons voisines, des poteaux téléphoniques, des appareils électriques, des téléphones portables, la TV, la radio, etc.) constitue une partie du problème de rayonnement qui devrait être prise en compte dans les corps gouvernementaux démocratiquement élus.

En plus du contrôle électronique de l’esprit, des méthodes chimiques ont également été développées. Des médicaments qui altèrent l’état d’esprit et différents gaz odorants qui affectent négativement la fonction cérébrale peuvent être injectés dans les conduits d'aération ou les conduites d'eau. Des bactéries et des virus ont été également testés de cette manière dans plusieurs pays.

CONCERNANT LES PROJETS VISANT A MICRO-PUCER LES NOUVEAUX-NES, LE DR. KILDE A DIT QUE LES ÉTATS-UNIS SE SONT DEPLACES DANS CETTE DIRECTION « EN SECRET. » Elle a ajouté qu'en Suède, le premier ministre Olof Palme a donné la permission en 1973 d'implanter des prisonniers, et l'ex-Directeur Général de l'inspection des données Jan Freese a révélé que des patients de maisons de repos ont été implantés au milieu des années 80. La technologie a été dévoilée dans le rapport suédois d'état 1972:47, Statens Officiella Utradninger (SOU).

« LES ETRES HUMAINS IMPLANTES PEUVENT ETRE SUIVIS N'IMPORTE OU. LEURS FONCTIONS CEREBRALES PEUVENT ETRE SURVEILLEES A DISTANCE PAR DES ORDINATEURS GEANTS ET MEME ALTEREES PAR UN CHANGEMENT DE FREQUENCES, » a écrit le Dr. Kilde.

« LES COBAYES (UTILISES) DANS DES EXPERIENCES SECRETES ONT INCLUS DES PRISONNIERS, DES SOLDATS, DES PATIENTS AYANT DES MALADIES MENTALES, DES ENFANTS HANDICAPES, DES PERSONNES SOURDES ET AVEUGLES, DES HOMOSEXUELS, DES FEMMES CELIBATAIRES, DES PERSONNES AGEES, DES ECOLIERS, ET N'IMPORTE QUEL GROUPE DE PERSONNES CONSIDERE COMME « MARGINAL » PAR LES EXPERIMENTATEURS DE L'ELITE. Les expériences qui ont été publiées sur les prisonniers à la Prison d’Etat de l’Utah, par exemple, sont choquantes pour la conscience.

« LES MICRO-PUCES D'AUJOURD'HUI FONCTIONNENT AU MOYEN D'ONDES RADIO DE BASSE FREQUENCE QUI VISENT LES INDIVIDUS. À L'AIDE DE SATELLITES, LA PERSONNE IMPLANTEE PEUT ETRE PISTEE N'IMPORTE OU SUR TERRE. Une telle technique faisait partie d’un certain nombre (de techniques) qui furent testées pendant la guerre de en Irak, selon le Dr. Carl Sanders, qui a inventé l'interface biotique d’intelligence équipée (intelligence-manned interface biotic ou IMI), qui est injectée dans les gens. (Auparavant, durant la guerre du Vietnam, ont avait injecté aux soldats la puce Rambo, conçue pour augmenter le flux d'adrénaline dans la circulation sanguine). Les super ordinateurs qui tournent à 20 milliards de bits par seconde à l'agence de sécurité nationale (NSA) des États-Unis pourraient maintenant « VOIR ET ENTENDRE » CE QUE LES SOLDATS EPROUVENT SUR LE CHAMP DE BATAILLE AVEC UN SYSTEME DE TELESURVEILLANCE (remote monitoring system ou RMS).

« Lorsqu’une puce de 5 micromillimètres (le diamètre d'un cheveu est de 50 micromillimètres) est placée dans le nerf optique de l'oeil, elle tire les neuro-impulsions du cerveau qui incarnent les expériences, les odeurs, les vues, et la voix de la personne implantée. Une fois transférés et entreposés dans un ordinateur, ces neuro-impulsions peuvent être à nouveau renvoyées au cerveau de la personne par l'intermédiaire de la puce afin d’être revécues. EN UTILISANT UN RMS (système de télésurveillance), UN OPERATEUR INFORMATIQUE BASE AU SOL PEUT ENVOYER DES MESSAGES ELECTROMAGNETIQUES (CODES EN TANT QUE SIGNAUX) AU SYSTEME NERVEUX, AFFECTANT LA PERFORMANCE DE LA CIBLE. AVEC LE RMS, DES PERSONNES EN BONNE SANTE PEUVENT ETRE INCITEES A AVOIR DES HALLUCINATIONS ET PEUVENT ENTENDRE DES VOIX DANS LEUR TETE.

« Chaque pensée, réaction, audition, et observation visuelle provoque un certain potentiel neurologique, des pics, et des schémas dans le cerveau et dans ses champs électromagnétiques, schémas qui peuvent être à présent décodés en pensées, images et voix. LA STIMULATION ELECTROMAGNETIQUE PEUT DONC CHANGER LES ONDES CEREBRALES D'UNE PERSONNE ET AFFECTER L'ACTIVITE MUSCULAIRE, CAUSANT DE DOULOUREUSES CRAMPES MUSCULAIRES RESSENTIES COMME UNE TORTURE. »



Pour des articles plus instructifs, rendez-vous sur www.arcticbeacon.com

Greg Szymanski Greg possède également sa propre émission quotidienne sur le Republic Broadcast Network. Rendez-vous sur www.rbnlive.com
Greg que Szymanski est un journaliste investigateur indépendant et ses articles peuvent être lus sur www.LewisNews.com. Il également écrit pour l’American Free Press et possède son propre site www.arcticbeacon.com

Écoutez mon émission radio en direct le lundi soir à 8h pm heure Pacifique sur LewisNews, de retour à la radio depuis le 1er janvier 2006 http://webs.lewisnews.com/radio/index.htm.

Greg est également régulier sur Rense.com le premier jeudi de chaque mois vers 9-10h pm heure Pacifique.

Source originale : http://arcticbeacon.com/11-May-2006.html (ce site a disparu à présent)

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

USA: STIGMATISATION DES CHRETIENS LUTTANT CONTRE LA PUCE !

Message  Admin le Mar 23 Mar 2010 - 20:27

ALERTE ROUGE ! ARTICLE DE MANIPULATION INFECTE : USA : DEBUT DE STIGMATISATION DES CHRETIENS DANS LA LUTTE CONTRE LES MICRO-PUCES IMPLANTABLES !!!




Chers amis,

L’article qui suit, et que je vous ai traduit en français, atteint le summum de l’immonde, et MARQUE LE DEBUT DE LA STIGMATISATION (VOIRE DE LA PERSECUTION) DES CHRETIENS DANS LA LUTTE CONTRE LES PUCES IMPLANTABLES (= MARQUE DE LA BETE) !

Cet article provient d’un magazine en ligne nommé « religious dispatches » (« dépêches religieuses ») et dont le but consiste soi-disant à « analyser et comprendre les forces religieuses dans le monde aujourd’hui » (cf. http://www.religiondispatches.org/about/ ). Rolling Eyes Comme bien souvent, derrière ce nom et ces objectifs trompeurs, nous allons voir qu’il s’agit plutôt d’un torchon destiné à critiquer, voire à criminaliser systématiquement tout ce qu’il y a de spirituel. Mad Et aussi, « accessoirement », à faire la promotion des soi-disant « bienfaits » des puces implantables de dictature et d’esclavage ! Twisted Evil Mad Surprised

Je vous propose de le découvrir immédiatement, agrémenté de mes commentaires. :wink:

BONNE REVOLUTION… OU BONNE TYRANNIE ET BON ESCLAVAGE ! Exclamation Vic.




Source: http://www.religiondispatches.org/archive/religiousright/2353/battling_the_antichrist_by_outlawing_microchips


Le 16 mars 2010



COMBATTRE L’ANTICHRIST EN RENDANT LES MICRO-PUCES HORS-LA-LOI



Par Joseph Laycock
Le 16 mars 2010


NOTE INTRODUCTIVE : le « dispensationnalisme » est un mot anglais désignant l'interprétation de l'histoire comme étant une série d’interventions divines.


Nous pouvons dormir tranquille, sachant que notre gouvernement veut que nous soyons à l'abri de l'implantation forcée avec des puces électroniques. Mais il ne s’agit pas des libertés civiles, il s’agit de paranoïa dispensationnaliste et de la peur de la "Marque de la Bête."

Commentaire : dès les premières lignes, nous pouvons donc déjà nous rendre compte du but destructeur de l’article : il s’agira de faire apparaître les chrétiens qui luttent contre les puces implantables comme des illuminés potentiellement dangereux pour la société ! Nous verrons d’ailleurs que ce n’est pas le seul but pourri de cet article de merde…

Notons aussi l’arrogance extraordinairement agressive de cet article, qui semble prétendre que Dieu n’est jamais intervenu dans l’histoire humaine… La science (qui est devenue criminelle en se mettant au service de l’industrie, des gouvernements et des militaires) est pourtant loin de pouvoir expliquer tous les mystères de notre histoire, de notre planète, et encore moins ceux de notre univers !


Le mois dernier, LE DEPUTE MARK COLE DE VIRGINIE, un républicain de la ville de Fredericksburg, A PARRAINE UN PROJET DE LOI A LA CHAMBRE DES DELEGUES EN VUE D'INTERDIRE L'IMPLANTATION INVOLONTAIRE DE MICRO-PUCES DANS DES ETRES HUMAINS.

"D’après ce que je comprends - je ne suis pas un théologien - mais IL Y A UNE PROPHETIE CONTENUE DANS LA BIBLE QUI DIT QUE VOUS DEVREZ RECEVOIR UNE MARQUE, OU BIEN VOUS NE POURREZ NI ACHETER NI VENDRE DES CHOSES DURANT LES TEMPS DE LA FIN", a déclaré Cole. « CERTAINES PERSONNES PENSENT QUE CES PUCES INFORMATIQUES POURRAIENT ETRE CETTE MARQUE ».

En dépit de quelques moqueries, LE PROJET DE LOI DE BILL COLE A ETE ADOPTE PAR LA CHAMBRE DES DELEGUES DE LA VIRGINIE PAR UNE ECRASANTE MAJORITE DE 88 VOTES CONTRE 9, parce que, alors que son collègue républicain David B. Albo acquiesçait, « le fait que certaines personnes qui soutiennent ce projet de loi soient un peu farfelues, n’en fait pas pour autant un mauvais projet ».

Cole n'est pas le seul parmi les législateurs des États de toute la nation. LE WISCONSIN, LA CALIFORNIE ET LE DAKOTA DU NORD ONT DEJA ADOPTE UNE LOI AFIN DE PROTEGER LEURS CITOYENS CONTRE CES IMPLANTS SOUS-CUTANES INDESIRABLES. UN PROJET DE LOI SEMBLABLE VIENT D'ETRE ADOPTE PAR LA CHAMBRE DANS L’ETAT DU TENNESSEE. LE SENAT DE L’ETAT DE GEORGIE A EGALEMENT ADOPTE UN PROJET DE LOI ANTI-PUCE LE MOIS DERNIER, parrainé par deux Chips (note : il s’agit d’un jeu de mots : « chip », en anglais, signifie « puce », mais est aussi un prénom masculin): les sénateurs républicains de l’état Chip Pearson et Chip Rogers, TOUS DEUX BAPTISTES ET ACTIFS AU SEIN DE LEURS EGLISES.


Commentaire : j’avais déjà dénoncé les projets de loi des états d’Amérique contre les puces comme étant quelque peu hypocrites et pas assez puissants en ce sens que, sans une loi fédérale de ce genre, le puçage des individus reste une possibilité, et qu’aucune loi fédérale n’existe à ce sujet en ce moment CEPENDANT, CES PROJETS RESTENT NEANMOINS LA SEULE TENTATIVE LEGALE AU MONDE A L’HEURE ACTUELLE ET VISANT A PROTEGER LES INDIVIDUS CONTRE CES IMPLANTS MALFAISANTS, LIBERTICIDES, CANCERIGENES ET DE CONTROLE COMPORTEMENTAL DE L’INDIVIDU. EN CE SENS, ILS SONT LES BIENVENUS. INEFFICACES AU NIVEAU FEDERAL, UN PEU HYPOCRITES, MAIS BIENVENUS, NEANMOINS.

Ici, nous voyons que LE JOURNALEUX FIELLEUX QUI A ECRIT L’ARTICLE POSSEDE UNE INTENTION SOURNOISE : DENONCER L’INTERVENTION DES LEGISLATEURS AMERICAINS CHRETIENS DANS LA CREATION DE CES LOIS ANTI-PUCE ! Reste à découvrir pourquoi…



La Bête 2.0

Les auteurs de ces projets de loi, tous des républicains et des CHRETIENS CONSERVATEURS avec leur franc-parler, prétendent qu’empêcher L'IMPLANTATION FORCEE DES MICRO-PUCES CIVIL EST UN PROBLEME DE DROITS CIVILS : ils cherchent à protéger les citoyens contre les intrusions corporelles indésirables par les employeurs et tout spécialement ce qu'ils décrivent comme un gouvernement digne de Big Brother.


Commentaire : ET NOUS AVONS VU QU’EN EFFET, INDENIABLEMENT, L’IMPLANTATION DE PUCES DE FAÇON FORCEE EST BIEN UN PROBLEME D’ENJEU DE SOCIETE, DE DEMOCRATIE, ET DE DROITS CIVILS, PUISQUE CES PUCES PERMETTENT L’ESPIONNAGE ET LE PISTAGE PERMANENTS, QU’ELLES SONT DANGEREUSES POUR LA SANTE ET QU’ELLES SUPPRIMENT, A TERME, TOUTE LIBERTE (Y COMPRIS LE LIBRE-ARBITRE), TOUTE VIE PRIVEE ET TOUTE CHANCE DE DEMOCRATIE !


Pourtant, la technologie pour implanter des puces d’identification par radiofréquence (RFID) dans des animaux et des personnes existe depuis le début des années 90, et jusqu'à présent personne n'a tenté une implantation forcée de la populace.

Commentaire : LA PERSONNE QUI A REDIGE CET ARTICLE SEMBLE BIEN MAL INFORMEE : elle ne semble pas être au courant que l’existence de ce genre de puce implantable remonte bien plus loin, dès la fin des années 1960 et le début des années 1970 (cf. le témoignage de Carl Sanders ou encore le livre de l’ignoble José Delgado, « Physical Control of the Mind : toward a psychocivilized society »). Elle ne semble pas non plus savoir que l’implantation forcée à DEJA débuté (cf. les articles concernant les implantations obligatoires, en Colombie, de certains immigrants, ou encore l’implantation, aux USA même – en Floride - de 200 patients atteints de la maladie d’Alzheimer SANS LEUR CONSENTEMENT ECLAIRE) ! Le fait de dire que personne n’a tenté une implantation forcée de la populace est donc faux ! Les premières tentatives ont DEJA eu lieu !
NOUS POUVONS NOUS DEMANDER COMBIEN D’ELEMENTS CRUCIAUX LE JOURNALISTE PROSTITUE QUI A REDIGE CET ARTICLE VA ENCORE « OMETTRE » CONCERNANT LES PUCES IMPLANTABLES…


Il existe, bien sûr, des raisons purement laïques contre l'implantation forcée des puces RFID, et en faveur de politiques qui protègent tout particulièrement les personnes vraiment vulnérables. Mais le véritable moteur derrière ces lois (donnez des points à Cole pour son honnêteté ici) semble se trouver carrément dans le DISPENSATIONNALISME CHRETIEN ET DANS LES SPECULATIONS SUR LA « MARQUE DE LA BETE » DECRITE DANS LE LIVRE DE L'APOCALYPSE. (Rappel : le « dispensationnalisme » est un mot anglais désignant l'interprétation de l'histoire comme étant une série d’interventions divines).

Commentaire : ce qu’il est très important de remarquer, c’est que SI DES RAISONS LAÏQUES EXISTENT CONTRE L’IMPLANTATION FORCEE DES PUCES RFID, LE SCRIBOUILLARD QUI A PONDU CET ARTICLE PUTRIDE NE LES SIGNALE PAS !

Il se contente juste de dire que la seule raison qui se trouve derrière ces lois est une raison religieuse digne « d’illuminés qui prétendent que Dieu intervient dans l’histoire humaine » !


Les conjectures quant à la marque de la bête ont évolué aux côtés de la technologie pendant au moins les quarante dernières années, fusionnant avec les préoccupations sur la façon orwellienne dont les nouvelles technologies peuvent améliorer la puissance de l'Etat. Parmi toutes ces innovations, celles qui traitent de l'information et de la communication détiennent un appel spécial pour les théories dispensationnalistes.

Selon Robert C. Fuller, dans son livre « Naming the Antichrist » (« Nommer l'Antéchrist »), la Southwest Radio Church (église radio du Sud-Ouest) a mis en garde dès 1975 que « La Bête » était le nom d'un superordinateur créé pour contrôler l'économie mondiale. La même année, le dispensationnaliste chrétien Colin Deal exprimait une théorie analogue, avertissant que «La Bête» pourrait affecter tout le monde sur la Terre un « tatouage au laser » invisible. Des soupçons technologiques semblables ont été exprimés par Emil Gaverluk et Patrick Fisher dans leur livre « Fiber Optics: The Eye of the Anti-Christ » (« Fibres optiques : l'œil de l’Antichrist ») (1979), et par David Webber et Noah Hutchings dans leur livre « Computers and the Beast of Revelation » (« Les ordinateurs et la Bête de l'Apocalypse ») (1986).


Commentaire : bien entendu, JOSEPH LAYCOCK, AUTEUR DE CET ARTICLE DE DESINFORMATION ET DE MANIPULATION, EVITE SOIGNEUSEMENT DE SIGNALER TOUS LES OUVRAGES SUR LE SUJET DES PUCES IMPLANTABLES ELLES-MEMES ! NORMAL, PUISQUE SON BUT INFAME NE CONSISTE EN REALITE QU’A DECREDIBILISER LES GENS (ET SURTOUT LES RELIGIEUX) QUI DENONCENT LES MEFAITS DES PUCES IMPLANTABLES ! NULLE PART N’APPARAISSENT DES OUVRAGES TELS QUE L’INQUIETANT OUVRAGE DE JOSE DELGADO, NI L’EXCELLENT LIVRE DE KATHERINE ALBRECHT ET LIZ MC INTYRE, « SPYCHIPS » ! NULLE PART N’APPARAISSENT LES TEMOIGNAGES DE CARL SANDERS, DE SERGE MONAST OU DE RAUNI-LEENA LUUKANEN-KILDE ! AUCUN MOUVEMENT CITOYEN ANTI-PUCE N’EST CITE, AUCUNE DES RAISONS VALABLES ET RATIONNELLES DE VOULOIR REFUSER LA PUCE N’EST EXPLIQUEE ! Nous allons à présent en comprendre la raison.



La Marque de la paranoïa

Commentaire : le sous-titre de cette section de l’article nous fait donc comprendre immédiatement que LE BUT EST D’ETIQUETER LES CHRETIENS ET LES CITOYENS LUTTANT CONTRE LA PUCE COMME DES « PARANOÏAQUES », LES RENVOYANT AINSI AU MILIEU D’UN AUTRE TYPE DE PUBLIC AUQUEL LA PRESSE POURRIE S’ATTAQUE REGULIEREMENT : LES « CONSPIRATIONNISTES » ! CETTE OPERATION DE STIGMATISATION, DE CRIMINALISATION ET DE DIFFAMATION SE GARDE BIEN, EVIDEMMENT, DE DENONCER LES DANGERS REELS DES PUCES IMPLANTABLES…


La première personne à avoir suggéré que la marque de la bête pourrait être une puce a été Peter Lalonde dans son livre « One World Under Anti-Christ » (« Un monde sous l’Antichrist ») (1991). Toutefois, l'association de la technologie des micro-puces avec la marque de la bête a été soigneusement martelée dans la conscience des Américains par la série à succès de Tim LaHaye et Jerry B. Jenkins, « Left Behind ». La huitième partie de cette série, « The Mark » (« La Marque »)(2000), décrit comment le nouvel ordre mondial de l'Antéchrist exigera que chacun soit implanté avec une puce ou soit guillotiné par un « facilitateur de l’application de la loyauté ». En date de 2004, The Mark s’était vendu à plus de trois millions d'exemplaires.

CETTE MEME ANNEE, LA FDA APPROUVAIT LA VERICHIP, UNE PUCE RFID QUI PEUT ETRE IMPLANTEE SOUS LA PEAU DES ETRES HUMAINS, LES MARQUANT AVEC DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL QUI PEUVENT ETRE LUES PAR UN SCANNER. La VeriChip Corporation, qui fait maintenant partie de la société PositiveID, A SUGGERE QUE CETTE TECHNOLOGIE POURRAIT AVOIR DES APPLICATIONS UTILES TELLES QUE LE STOCKAGE DES DONNEES MEDICALES D'UN PATIENT ET – en confirmation apparente des angoisses apocalyptiques – DES DONNEES COMMERCIALES. Un club VIP à Barcelone a permis à ses clients d'utiliser les Verichips en tant que cartes de débit. LES AMATEURS DE PLAGE QUI ONT AINSI ETE "MARQUES" PEUVENT LAISSER LEUR PORTEFEUILLE A LA MAISON ET SE FAIRE TOUT SIMPLEMENT SCANNER LE BRAS AFIN D’ACHETER UNE BOISSON.


Commentaire : tiens ! SOUDAINEMENT, NOUS VOYONS APPARAITRE LE NOM DE LA VERICHIP, DE POSITIVE ID, ET TOUT CELA POUR NOUS EXPLIQUER QU’IL EXISTE A CES PUCES SOUS-CUTANEES DES APPLICATIONS SOI-DISANT « UTILES » !!!

NULLE PART N’APPARAIT LE FAIT QUE PARMI LES « BIENFAITS » DE CES PUCES, ON TROUVE LA FAIT QU’ELLES PROVOQUENT LE CANCER ! NULLE PART N’APPARAIT LE FAIT QUE CES PUCES ANNIHILENT LES LIBERTES ET LA VIE PRIVEE ! NULLE PART N’APPARAIT EVIDEMMENT LE FAIT QU’ELLES PERMETTENT LA MANIPULATION DU COMPORTEMENT ET DES EMOTIONS DES INDIVIDUS ! ET L’ON NE TROUVE NULLE PART LE FAIT QUE CES PUCES ONT DEJA ETE PROPOSEES AFIN D’ETRE UTILISEES COMME DES ARMES (SOUVENEZ-VOUS, PAR EXEMPLE, DE CES SAOUDIENS QUI AVAIENT TENTE DE FAIRE BREVETER EN ALLEMAGNE UNE PUCE QUI RELACHE DU CYANURE – UN POISON MORTEL – SUR COMMANDE) !!!

La SEULE chose sur laquelle cet article odieux et puant parvient à se concentrer, c’est sur les « facilités » et les « bénéfices » que la puce est SUPPOSEE apporter aux gens ! VOUS L’AUREZ DONC COMPRIS : SOUS CET ARTICLE ANTI-CHRETIEN SE DISSIMULE EN FAIT UN ARTICLE DE PROPAGANDE AN FAVEUR DES DIABOLIQUES PUCES IMPLANTABLES !


L'appel de la législation anti-puce fait partie d'un récit plus vaste qui assimile "la bête" avec des intérêts étrangers qui agissent par l'intermédiaire du gouvernement fédéral; un thème qui fonctionne bien dans un climat politique marqué par la colère populiste et la paranoïa millénariste.

Commentaire : tout est dit, désormais, puisque le journapute dégueulasse assimile désormais les gens qui refusent la puce comme des paranoïaques ou des colériques qui vont rejoindre les rangs des « technophobes », des refuseniks, des révolutionnaires, des contestataires, des « conspirationnistes », des « terroristes domestiques, » des « leaders d’opinion radicale » et… des chrétiens !

NULLE PART DANS CET ARTICLE ON NE VOUS AURA EXPLIQUE QUE LES PUCES IMPLANTABLES VIENNENT COURONNER UN SYSTEME POURRI QUI, AU NOM DE LA FACILITE, DE LA MODERNITE, DE LA SOI-DISANT « SECURITE » ET DE LA « LUTTE CONTRE LES TERRORISTES », A MIS EN PLACE LES CAMERAS DE VIDEOSURVEILLANCE, LA BIOMETRIE, LES CARTES D’IDENTITE ELECTRONIQUES, LES PASSEPORTS BIOMETRIQUES, LES SCANNERS CORPORELS, LA CONVERGENCE NBIC ET AUTRES HORREURS QUI, DE FAÇON ABSOLUMENT INCONTESTABLE, ONT FAIT RECULER LES LIBERTES INDIVIDUELLE ET ONT DIMINUE LA VIE PRIVEE, FOULANT AU PIED TOUTE DIGNITE HUMAINE, LA DEMOCRATIE VERITABLE ET LES DROITS DE L’HOMME POUR LES REMPLACER PAR UN SYSTEME TOTALITAIRE, POLICIER ET COERCITIF DIGNE DE LA GESTAPO ! Quel outrage !!!


Préconiser des lois parce qu'elles entravent les actions de l'Antéchrist, aussi absurde que cela paraisse, est rendu possible par une sous-culture américaine hautement politisée qui a été profondément influencée par l'imagination dispensationnaliste.

Commentaire : ultime insulte de ce journaliste immonde, l’argument religieux dans la lutte contre la puce est assimilé à de la « sous-culture » ! HEUREUSEMENT QUE NOTRE SCRIBOUILLARD MEDIOCRE, LUI, ETAIT SI « CULTIVE » QU’IL IGNORAIT LES VERITABLES ORIGINES HISTORIQUES DE LA PUCE, LES OUVRAGES CRUCIAUX SUR CE SUJET, LES DANGERS DE CES DANGEREUX IMPLANTS ET MEME CE QUE LA BIBLE DIT DE LA MARQUE DE LA BETE (nous n’avons pas même vu de citation du livre de l’Apocalypse dans cet article, qui est supposé présenter une vue critique des religions… mais sans les étudier, apparemment !) !


Ce n'est pas un hasard si les promoteurs de la législation anti-puce ont admis leur préoccupation quant à la marque de la bête. En précisant que leurs préoccupations ne sont pas purement laïques, ces législateurs sont en mesure d'obtenir l'appui d'une base évangélique énergisée. Les opposants peuvent se moquer de ces hommes politiques paranoïaques, mais parmi les électeurs qui ont lu « The Mark », l’inquiétude par rapport à l'antéchrist est un atout politique, pas un handicap.

Commentaire et conclusion : notre journaleux du diable conclut son article en tentant de CRIMINALISER LES HOMMES POLITIQUES QUI FONT SORTIR LES LOIS ANTI-PUCE, prétendant qu’ils le font tous uniquement parce que cela les rend populaires auprès des groupes de « fanatiques religieux » (les chrétiens) !

Si cela peut être vrai pour certains politicards, je pense qu’il y a encore parmi les personnes qui ont fait voter ces lois des gens qui ont réalisé pleinement les dangers des puces implantables ou encore des personnes réellement humanistes et bien intentionnées. LA GENERALISATION SYSTEMATIQUE QUE CE JOURNALISTE SANS SCRUPULE EFFECTUE DE CES POLITICIENS QUI LUTTENT CONTRE LES PUCES NE POSSEDE BIEN ENTENDU QU’UN SEUL BUT : LEUR NUIRE, LES DECREDIBILISER ET FAIRE EN SORTE QU’ILS NE PUISSENT PLUS EMPECHER LA SINISTRE EXPANSION DES MALEFIQUES PUCES IMPLANTABLES !

Cet article nous a permis de découvrir que les chrétiens, au même titre que les rebelles, les contestataires, les défenseurs des libertés individuelles, les conspirationnistes et les mécontents, sont à présent relégués par la presse prostituée (et les autorités) dans la catégorie des groupes criminalisés. LA SOLUTION EST SIMPLE : IL SUFFIRAIT QUE TOUS CES GROUPES S’UNISSENT POUR EXIGER QUE LES PUCES ET LES NANOPUCES IMPLANTABLES DEVIENNENT ILLEGALES ET INTERDITES. LA CONTESTATION POPULAIRE ET LA REVOLTE CONTRE CES NECROTECHNOLOGIES DOIVENT DONC OBLIGATOIREMENT ET IMMEDIATEMENT DECOLLER !

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

FRANCE : DES NANOPRODUITS NON ETIQUETES EN VENTE SUR LE MARCHE !

Message  Admin le Mer 24 Mar 2010 - 13:30

ALERTE ROUGE ! FRANCE : DES NANOPRODUITS NON ETIQUETES SONT EN CE MOMENT MEME EN VENTE SUR LE MARCHE, ALORS QUE LEUR TOXICITE POUR LA SANTE N’A PAS ÉTÉ ETUDIEE !!!


Chers amis,


L’article ahurissant qui suit a été publié par les horribles putes manipulatrices des mass médias. Twisted Evil Mad Je me devais donc d’en corriger la trajectoire fausse, déviante et délibérément orientée de cet article en faveur des nanotechnologies via certains commentaires pertinents… Wink

NOUS Y APPRENONS EN TOUT CAS QUE DES NANOPRODUITS SONT À PRÉSENT EN CE MOMENT MEME SUR LE MARCHÉ SANS QUE LEUR TOXICITE POUR LA SANTE N’AIT ÉTÉ TESTEE, NI MEME ETUDIEE ! Surprised Twisted Evil Mad Exclamation

A NOUVEAU, ON N'APPRENDRA LES CONSEQUENCES NEFASTES DE CES NANO-POISONS QUE LORSQU’IL SERA TROP TARD ET QUE DES VICTIMES DE NOUVELLES MALADIES INCONNUES SURGIRONT ET MOURRONT ! Surprised Mad Exclamation Pratique, bien sûr, pour les mondialistes, qui souhaitent rien de moins que la dépopulation (= le meurtre lent et via divers moyens) d’une grande partie de la planète… Twisted Evil

L’article, agrémenté de mes commentaires, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BONNE MALADIE ET BONNE MORT ! Exclamation Vic
.





Source : http://www.zenit.org/rssfrench-23736


FRANCE : DES NANOPRODUITS NON ETIQUETES SUR LE MARCHE


Le « nanomonde » et les précautions nécessaires


ROME, Mardi 9 mars 2010 (ZENIT.org) - DES NANOPRODUITS NON ETIQUETES SONT AUJOURD'HUI SUR LE MARCHE : « Gènéthique », la synthèse de presse de la Fondation Jérôme Lejeune rend compte de ce dossier du « Figaro magazine ».

Le Figaro magazine consacre quelques pages aux APPLICATIONS PERMISES PAR LES NANOSCIENCES.


Commentaire : CET ARTICLE DE PROPAGANDE, PUBLIE A L’ORIGINE DANS LE FIGARO, VA DONC SE CONCENTRER, LUI AUSSI, SUR LES APPLICATIONS PERMISES PAR LES NANOSCIENCES. ON VA DONC A NOUVEAU SE CONCENTRER SUR LE SOI-DISANT « POSITIF » !


Les « nanotechnologies » concernent les outils permettant aux scientifiques d'observer et de manipuler l'infiniment petit. Le « nanomonde » désigne les particules que les nanotechnologies permettent d'exploiter. CES PARTICULES, A L'ECHELLE NANOMETRIQUE, ECHAPPENT « AUX LOIS DE LA PHYSIQUE CLASSIQUE (TELLES QUE LA GRAVITE OU LA VITESSE DE DEPLACEMENT PROPORTIONNELLE A L'ENERGIE DEPLOYEE) POUR REPONDRE A CELLES DE LA PHYSIQUE QUANTIQUE, ENCORE LARGEMENT MECONNUES, mais fort utiles dans de nombreux domaines ». Il devient ainsi possible de « s'en servir pour bombarder littéralement une tumeur cancéreuse, sans rien abîmer autour. Ou pour fabriquer un cadre de vélo cent fois plus solide et six fois plus léger qu'en acier ».

Commentaire : il apparaît donc clairement que SI CES PARTICULES REPONDENT AUX LOIS DE LA PHYSIQUE QUANTIQUE, LOIS QUI SONT ENCORE LARGEMENT MECONNUES, LEURS EFFETS (SUR LA SANTE, NOTAMMENT), EUX AUSSI, RESTENT INCONNUS ET QUE, PAR CONSEQUENT, IL EXISTE CERTAINEMENT DES DANGERS NON ENCORE IDENTIFIES A COTE DE CEUX – DEJA IMMENSES - QUE NOUS CONNAISSONS DEJA !

Mais cela n’empêche pas les honteux scribouillards propagandistes du Figaro de commencer à vanter les « mérites » et les prétendus « bienfaits » des nanotechnologies ! L’EXEMPLE QUI PRETEND UTILISER DES NANOPARTICULES POUR « BOMBARDER LITTERALEMENT UNE TUMEUR CANCEREUSE, SANS RIEN ABIMER AUTOUR », EST DONC UNE ENIEME MANIPULATION D’UNE FAUSSETE INDENIABLE, PUISQUE CERTAINES NANOPARTICULES SE SONT DEJA REVELEES ETRE GENOTOXIQUES ! ET DONC, AU LIEU DE SOIGNER UN CANCER, CERTAINES NANOPARTICULES PERMETTENT EN REALITE DE CAUSER LE CANCER ! Chose que nos prostitués des médias, bien entendu, se sont bien gardés de révéler dans cet article ignoble…


Les nanosciences trouvent des applications dans de nombreux domaines : informatique, textile, automobile, cosmétique, produit d'entretien, accessoire de sport. Dans le domaine de la santé, elles ouvrent de nombreuses perspectives QUI EN SONT ENCORE AU STADE EXPERIMENTAL.

Commentaire : ON SE DEMANDE BIEN COMMENT, A LA LUMIERE DE LA PRUDENCE ET DE LA PRECAUTION QUI DOIVENT TOUJOURS ETRE MISES EN AVANT LORS DU DEVELOPPEMENT DE NOUVELLES TECHNOLOGIES, LA PRESSE ET LES AUTORITES PEUVENT EN ARRIVER A VANTER AUTANT LES NANOTECHNOLOGIES QUI, POUR LA PLUPART, EN SONT ENCORE AU STADE PUREMENT EXPERIMENTAL ! La réponse, nous la connaissons, et elle est fort simple : c’est que ces nanotechnologies sont supposées amener des milliards et des milliards de bénéfices, et donc toute prudence est abandonnée devant les profits financiers ! D’AUTRE PART, NOUS SAVONS FORT BIEN QUE CERTAINES APPLICATIONS NE SONT PAS DESTINEES A DES APPLICATIONS POSITIVES : NANOPUCES IMPLANTABLES DE PISTAGE ET DE CONTROLE, NANOROBOTS QUI PEUVENT PROGRAMMES EN TANT QUE DISPOSITIFS MEDICAUX OU EN TANT QU’ARME INVISIBLE A L’ŒIL NU, ARMES NANOTECHNOLOGIQUES etc.


Entre autres pistes explorées par les biologistes se trouvent : l' « élaboration de systèmes de diagnostics extrêmement rapides et peu coûteux (minilabos, PUCES, kits personnels) »; des « MEDICAMENTS INTELLIGENTS transportés jusqu'à leur cible par des particules, sans effets secondaires sur des organes non visés ni dissolution prématurée » ; la « reconstruction de tissus endommagés ou détruits » ; une « nouvelle technique antirejet où les greffes s'effectueront par cellules encapsulées dans des membranes nanoporeuses », ou la construction de NANOROBOTS « POUR EXPLORER L'INTERIEUR DU CORPS ou l'opérer sans scalpel ». CES NANOROBOTS « SERAIENT ASSEZ PETITS POUR SOIGNER UN EMBRYON... OU MODIFIER SON DEVENIR ».

Commentaire : ici, les délires positivistes, utopistes et pseudo-médicaux se déchaînent AFIN DE SEDUIRE, D’EGARER, ET DE DESINFORMER LES POPULATIONS (puisque les nanotechnologies constituent un des buts importants fixés par l’ignoble gouvernement Sarkozy, et que la presse répercute hélas la volonté du gouvernement malfaisant) ! ALORS QUE NOUS AVONS VU QUE LES APPLICATIONS MEDICALES N’EN SONT ENCORE QU’AU STADE EXPERIMENTAL, ET QUE NOUS SAVONS QUE CERTAINES NANOPARTICULES SONT GENOTOXIQUES, ON OSE VENIR NOUS PARLER DE MEDICAMENTS INTELLIGENTS « SANS EFFETS SECONDAIRES » (MAIS OU SONT DONC LES REFERENCES A DES ETUDES INDEPENDANTES NOUS PROUVANT CELA ? NULLE PART !), DE NANOROBOTS CHIRURGIENS (MAIS QUI PEUVENT TOUT AUSSI BIEN SERVIR EVENTUELLEMENT D’ARMES LORSQU’ON LES PROGRAMME OU LORSQU’ON LES UTILISE POUR DETRUIRE DES CELLULES SAINES).

ET ATTENTION, CERISE, SUR LE GATEAU, NOUS APPRENONS QUE L’UTILISATION DE CES NANOROBOTS SUR L’EMBRYON POURRAIENT PERMETTRE D’EN « MODIFIER LE DEVENIR » ! NOUS TOUCHONS DONC LA A CERTAINS VIEUX REVES NAZIS, AVEC DES PRATIQUES EUGENISTES D’AMELIORATION DE LA RACE, VOIRE MEME POTENTIELLEMENT A DES PRATIQUES TRANSHUMANISTES DE MODIFICATION DE L’ETRE HUMAIN PAR LA TECHNOLOGIE !

C’est tout simplement EFFRAYANT de constater à quel point les écrivaillons de la presse peuvent répandre des rumeurs non fondées et des mensonges carrément criminels, et les conséquences terribles que cette désinformation peut provoquer ensuite ! NOTEZ SURTOUT QUE LES TRES DANGEREUSES NANOPUCES ETAIENT ELLES AUSSI CITEES… VOILA DONC QUI NE NOUS ANNONCE RIEN DE BON, ET CE EN DEPIT DES MENSONGES UTOPISTES ET EXAGERATIONS POSITIVISTES DES SCRIBOUILLARDS DES MASS MEDIAS !


Les experts reconnaissent que LES MANIPULATIONS NANOMETRIQUES NE SONT PAS EXEMPTES DE DANGER, et qu'elles DOIVENT FAIRE L'OBJET D'ETUDES TOXICOLOGIQUES AFIN D'EN CERNER LES RISQUES POUR LA SANTE ET L'ENVIRONNEMENT.

Commentaire : AH ! ENFIN ! ON SIGNALE QUAND MEME – MAIS VRAIMENT DU BOUT DES LEVRES - QUE CES NANOTECHNOLOGIES REPRESENTENT DES DANGERS ! ET QU’ELLES DOIVENT FAIRE L’OBJET D’ETUDES TOXICOLOGIQUES ! LE TOUT GROS PROBLEME, VOYEZ-VOUS, C’EST QUE, JUSTEMENT, CES ETUDES ARRIVENT APPAREMMENT APRES QUE LES PRODUITS AIENT DEJA ETE MIS SUR LE MARCHE ! C’EST TOUT SIMPLEMENT DE L’INCONSCIENCE ET MEME UN ACTE CRIMINEL !


Cela suscite des inquiétudes explique Georgia Miller, coordonatrice du projet nanotechnologies des Amis de la terre : « L'INDUSTRIE ALIMENTAIRE ET AGRICOLE A INVESTI DES MILLIARDS DE DOLLARS DANS LA RECHERCHE EN NANOTECHNOLOGIES. RESULTAT, DES NANOPRODUITS NON ETIQUETES SONT AUJOURD'HUI SUR LE MARCHE. POURTANT, PRESQUE AUCUN ARGENT PUBLIC N'EST DEPENSE POUR ETUDIER LES CONSEQUENCES A LONG TERME DE LA MANIPULATION DE NOS PRODUITS ALIMENTAIRES ».

Source : Le Figaro magazine (Véronique Grousset, Christophe Doré) 06/03/10


Commentaire et conclusion : ce qui vient d’être dit est tout simplement ahurissant ! ALORS QUE CES NANOTECHNOLOGIES N’EN SONT QU’AU STADE EXPERIMENTAL, QU’ELLES PEUVENT SE REVELER DANGEREUSES POUR LA SANTE ET NUIRE A L’ENVIRONNEMENT, ET QUE DES ETUDES DOIVENT ETRE EFFECTUEES AFIN D’EN EVALUER LA DANGEROSITE EXACTE, ON NOUS DECLARE, SANS ROUGIR ET SANS MEME INSISTER SUR LE DANGER COLOSSAL, QU’AUCUN ARGENT PUBLIC N’EST DEPENSE POUR FINANCER CES ETUDES (LE GOUVERNEMENT CORROMPU, REPUGNANT ET CRIMINEL PREFERE EVIDEMMENT PRIVILEGIER LES MULTINATIONALES A LA SANTE DE SES CITOYENS), ET QUE CES PRODUITS NANOTECHNOLOGIQUES SE RETROUVENT DEJA DANS LES PRODUITS ALIMENTAIRES !

IL EST DONC EXTREMEMENT CLAIR QUE SI UNE REACTION CITOYENNE NE SURGIT PAS FACE A CETTE INCOMPETENCE DELIBEREE ET CRIMINELLE AFIN D’EXIGER

1) le financement d’enquêtes indépendantes sur les dangers sanitaires et environnementaux des nanotechnologies, et

2) la suspension de la vente dans le commerce de tout produit nanotechnologique contenant des nanoparticules tant que celui-ci n’a pas été reconnu inoffensif suite à ces études indépendantes,

et que si une réaction populaire forte ne surgit pas face à ce danger immense des nanos, NOUS COURONS DROIT VERS DE NOUVELLES CATASTROPHES SOCIALES, HUMAINES, SANITAIRES, AINSI QUE VERS DES APPLICATIONS DANGEREUSES, DOUTEUSES OU CARREMENT NOCIVES DES NANOTECHNOLOGIES !

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

DANGERS DES PUCES RFID / OCCUPATION DU PÔLE TRACABILITE DE VALENCE !

Message  Admin le Mer 24 Mar 2010 - 15:45

A FAIRE CIRCULER A TOUS VOS CONTACTS ! LUTTE CONTRE LA TYRANNIE DE LA RFID ET DES NANOTECHNOLOGIES : DE COURAGEUX FRANÇAIS OCCUPENT LE POLE TRACABILITE DE VALENCE !!!



Chers amis,


Voici 2 bons articles afin de comprendre les dangers liberticides et abyssaux des puces RFID...


ENFIN UNE ACTION FACE A LA TYRANNIE MONDIALISTE ESCLAVAGISTE ET CRIMINELLE !!!

FACE A LA GENERALISATION PROGRESSIVE ET A L’IMPOSITION PERNICIEUSE DES TRES DANGEREUSES RFID ET NANOTECHNOLOGIES, FACE A L’ESCLAVAGE ET A LA TYRANNIE QU’AMENENT CES IGNOBLES TECHNOLOGIES, DES CITOYENNES ET CITOYENS FRANÇAIS SE DRESSENT !!!

C’EST AINSI QUE, DEPUIS CE SAMEDI 21 NOVEMBRE 2009 A 14H., DE VALEUREUX CITOYENS, AINSI QUE LES MERVEILLEUX ACTIVISTES DE L’EXCELLENT COLLECTIF GRENOBLOIS PIECES ET MAIN-D’ŒUVRE OU DE LA CONFEDERATION PAYSANNE, OCCUPENT LE POLE TRAÇABILITE DE VALENCE !

Pour rappel, ce pôle traçabilité de Valence est le centre névralgique de propagande et de dissémination de la RFID en Europe !

Apportez votre soutien à cette action depuis tous les pays, et faites circuler le message ci-dessous à TOUS VOS CONTACTS sur le web !

IL FAUT ABSOLUMENT QUE NOUS ELIMINIONS ET RENDIONS ILLEGALES ET INTERDITES CES DANGEREUSES TECHNOLOGIES LIBERTICIDES, INFAMES ET DE MACHINISATION DE L’ETRE HUMAIN !

Pour rappel, les (nano)puces RFID implantables sont cancérigènes (cf. http://www.antichips.com/cancer/index.html ) et permettent le contrôle comportemental de l’individu, ainsi qu’un pistage permanent de celui-ci (cf. http://www.mediafire.com/?799xz2ztnto ) !

L’article à faire circuler absolument, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION, BONNE INSURRECTION… OU BON ESCLAVAGE, BON PUCAGE, BONNE DICTATURE ET BONNE MORT ! Vic.




ARTICLE 1 : Source : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=223


OCCUPATION DU POLE TRAÇABILITE DE VALENCE



Samedi 21 novembre 2009 par Pièces et Main d’œuvre & Confédération Paysanne Drôme


DEPUIS 14 HEURES, CE SAMEDI 21 NOVEMBRE 2009, UNE CINQUANTAINE DE PERSONNES, MEMBRES DE LA CONFEDERATION PAYSANNE, DE PIECES ET MAIN D’ŒUVRE, ET D’AILLEURS, OCCUPENT LE POLE TRAÇABILITE DE VALENCE, POUR S’OPPOSER AU NANOMONDE TOTALITAIRE ET AU PUÇAGE GENERALISE DE TOUT ET DE TOUS.

Trois banderoles ont été déployées sur le toit et devant le bâtiment ("RFID : tous fichés, tous pucés" ; "RFID : tous moutons, tous pucés") ; des tracts et des affiches sont mis à la disposition du public invité à la "Fête de la Science", des prises de parole et discussions sont prévues.

Les contestataires sont accompagnés par un magnifique cheval de trait, dont le puçage électronique est obligatoire depuis quelques années, en attendant celui des moutons et des chèvres en 2010.

Ci-dessous et à télécharger, le communiqué de presse qui présente cette occupation.


*****

Valence, samedi 21 novembre 2009


COMMUNIQUE

POURQUOI NOUS OCCUPONS LE POLE TRAÇABILITE DE VALENCE


Depuis 14 heures ce samedi 21 novembre 2009 nous, membres de la Confédération Paysanne Drôme et de Pièces et Main d’œuvre, et nos amis, occupons le Pôle Traçabilité de Valence, centre de référence national pour les puces RFID (Radio-Frequency Identification).

NOUS VOULONS ALERTER TOUT UN CHACUN SUR LES DANGERS DE CETTE TECHNOLOGIE ET SUR CE NOUVEAU PROGRES VERS UN MONDE TOTALITAIRE :

- PUÇAGE ELECTRONIQUE OBLIGATOIRE POUR LES ANIMAUX D’ELEVAGE (OVINS ET CAPRINS A PARTIR DE JUILLET 2010) ;

- DISSEMINATION GENERALISEE DE PUCES ET DE CAPTEURS MINIATURISES DANS L’ENVIRONNEMENT URBAIN, RURAL, DOMESTIQUE, "NATUREL" ;

- TRAÇABILITE TOTALE DE TOUT ET DE TOUS GRACE AUX MOUCHARDS ELECTRONIQUES IMPLANTES PARTOUT, ET GESTION DES DONNEES, Y COMPRIS PERSONNELLES, PAR UN SYSTEME CENTRALISE ET OPAQUE ;

- PUÇAGE DES HUMAINS DEJA A L’ŒUVRE (EN AUSTRALIE, AUX ETATS-UNIS, EN AMERIQUE LATINE, EN ASIE, ETC) ;

- PROFILAGE DE CHACUN VIA SES DONNEES PERSONNELLES POUR MIEUX CIBLER LE CONSOMMATEUR ET L’ELECTEUR AVEC DES PUBLICITES SUR-MESURE.



LES PUCES RFID CONSTITUENT LE NOUVEAU GRAND MARCHE DE L’INDUSTRIE ELECTRONIQUE (APRES LE TELEPHONE PORTABLE), QUI S’ENTEND AVEC LES DECIDEURS POLITIQUES POUR NOUS IMPOSER CE NOUVEAU MAILLON DE LA TYRANNIE TECHNOLOGIQUE.

DES ELEVEURS REFUSENT LE PUÇAGE DE LEURS BETES, CETTE NOUVELLE OPPRESSION DE L’AGRICULTURE INDUSTRIELLE, ET EN APPELLENT AU SOUTIEN DE LA POPULATION.


Aujourd’hui les moutons, demain les hommes.

CETTE OCCUPATION A LIEU ALORS QUE LE GOUVERNEMENT MENE UNE CAMPAGNE NATIONALE D’ACCEPTABILITE DES NANOTECHNOLOGIES (DONT LES PUCES RFID CONSTITUENT UNE DES APPLICATIONS), VIA LA COMMISSION NATIONALE DU DEBAT PUBLIC (CNDP) ET SES REUNIONS DANS TOUTE LA FRANCE.

L’ACTIVITE DU POLE TRAÇABILITE DE VALENCE, COMME L’OBLIGATION DE PUÇAGE DES ANIMAUX, PROUVENT QUE LE NANOMONDE ET SES RFID NOUS SONT D’ORES ET DEJA IMPOSES, QUELS QUE SOIENT LES FAUX DEBAT ET LES SIMULACRES DE "DEMOCRATIE PARTICIPATIVE".

La Confédération Paysanne Drôme & Pièces et Main d’œuvre



Pour en savoir plus :

- Moutons et humains, tous fichés, dans La mauvaise herbe, journal de la Confédération Paysanne Drôme, n° de novembre 2009 ;

- RFID : la police totale – Puces intelligentes et mouchardage électronique, Pièces et Main d’œuvre (éditions l’Echappée, 2008)


Pièces et Main d’oeuvre c/o Les Bas-Côtés 59 rue Nicolas Chorier - 38000 Grenoble

contact.pmo@free.fr
www.piecesetmaindoeuvre.com
www.nanomonde.org


Confédération Paysanne Drôme

62 avenue Jean Rabot 26400 Crest
Tél. : 04 75 25 10 50
drome@confederationpaysanne.fr




ARTICLE 2 : source : Source : http://www.bastamag.net/article768.html

Nanotechnologie



ALERTE AUX PUCES ELECTRONIQUES


Par Ivan du Roy (26 novembre 2009)


Le pôle « traçabilité » de Valence (Drôme) a été investi, le 21 novembre, par des paysans de la Confédération paysanne et un collectif de citoyens grenoblois, Pièces et main d’œuvre. LE POLE « TRAÇABILITE » EST UN CENTRE DE RECHERCHE NATIONAL SUR LES PUCES « RFID » (RADIO FREQUENCY IDENTIFICATION), UN SYSTEME QUI PERMET DE STOCKER DES INFORMATIONS DANS UNE PUCE ET DE LES TRANSMETTRE A DES BALISES. CES PUCES PEUVENT ETRE PLACEES SUR DES PRODUITS POUR « PROFILER » LE CONSOMMATEUR, DES TITRES DE TRANSPORTS, DES ANIMAUX POUR LES TRACER, VOIR MEME SUR DES ETRES HUMAINS PAR IMPLANTATION CUTANEE : PUCES CONTENANT LE DOSSIER MEDICAL DE LA PERSONNE AUX ETATS-UNIS, PUCES IMPLANTEES SUR DES ENFANTS POUR AVERTIR LEURS PARENTS QU’ILS ONT BIEN FRANCHI LE PORTIQUE DE L’ECOLE AU JAPON…

Si plusieurs usages de ces puces RFID peuvent se révéler utiles s’ils sont sérieusement encadrés, LE RISQUE DE DERIVES ET DE FICHAGE EST… INFINI.

« NOUS VOULONS ALERTER TOUT UN CHACUN SUR LES DANGERS DE CETTE TECHNOLOGIE ET SUR CE NOUVEAU PROGRES VERS UN MONDE TOTALITAIRE », expliquent les occupants du centre de recherche de Valence : « PUÇAGE ELECTRONIQUE OBLIGATOIRE POUR LES ANIMAUX D’ELEVAGE (OVINS ET CAPRINS A PARTIR DE JUILLET 2010) ; DISSEMINATION GENERALISEE DE PUCES ET DE CAPTEURS MINIATURISES DANS L’ENVIRONNEMENT URBAIN, RURAL, DOMESTIQUE, « NATUREL » ; TRAÇABILITE TOTALE DE TOUT ET DE TOUS GRACE AUX MOUCHARDS ELECTRONIQUES IMPLANTES PARTOUT, ET GESTION DES DONNEES, Y COMPRIS PERSONNELLES, PAR UN SYSTEME CENTRALISE ET OPAQUE ; PROFILAGE DE CHACUN VIA SES DONNEES PERSONNELLES POUR MIEUX CIBLER LE CONSOMMATEUR ET L’ELECTEUR AVEC DES PUBLICITES SUR-MESURE », énumèrent-ils.

LES NANOTECHNOLOGIES, DONT LES RFID, CONSTITUENT UN MARCHE EVALUE A 1.000 MILLIARDS DE DOLLARS, selon le site « Aujourd’hui le nanomonde », soutenu par Les Amis de la terre, le Collectif Pièces et main d’œuvre et l’ONG canadienne ETC Group (Action Group on Erosion, Technology and Concentration). « AUJOURD’HUI LES MOUTONS, DEMAIN LES HOMMES », PROCLAMENT LES BANDEROLES DEPLOYEES SUR LE POLE « TRAÇABILITE ». CE QUI S’EST PASSE POUR LES OGM OU POUR LA MASSIFICATION DES MOLECULES TOXIQUES DANS LES BIENS DE CONSOMMATION N’AUGURE PAS VRAIMENT UN USAGE RAISONNABLE ET RAISONNE DES PUCES RFID.

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

POSITIVEID INTRODUIT 1 DEMANDE POUR LA PUCE IGLUCOSE !

Message  Admin le Mer 31 Mar 2010 - 12:46

PUCE RFID IMPLANTABLE : L’HORRIBLE ENTREPRISE POSITIVE ID A INTRODUIT UNE DEMANDE DE BREVET POUR SA PUCE CANCERIGENE QUI DETECTE LE TAUX DE GLYCEMIE DANS LE SANG !



Chers amis,


Nous savions depuis un bout de temps que les diaboliques individus de Positive ID Corporation travaillaient sur une puce RFID implantable (cancérigène et de contrôle total) afin de vendre cette puce sous des prétextes pseudo-médicaux, et afin de mesurer le taux de glucose dans le sang des patients diabétiques. Twisted Evil Cette puce RFID implantable a été baptisée iGlucose. Twisted Evil

AUJOURD’HUI, NOUS APPRENONS DANS L’ARTICLE DES MASS MEDIAS QUI SUIT QUE LA DEMANDE DE BREVET POUR CETTE INVENTION INFECTE ET DANGEREUSE POUR LA SANTE A ETE EFFECTUEE ! Surprised Mad Exclamation

LES PUTES DES MASS MEDIAS CRIMINELS VONT DESORMAIS TELLEMENT LOIN DANS LA MANIPULATION, LA PROPAGANDE, LE MENSONGE ET L’OCCULTATION DE LA VERITE, QUE L’ON NE SIGNALE MEME PAS DANS L’ARTICLE QUE LE DISPOSITIF IGLUCOSE EST BASE SUR UNE PUCE RFID IMPLANTABLE EN SOUS-CUTANE ! Mad Mad Mad Exclamation

BIEN ENTENDU, ON NE SIGNALE PAS NON PLUS DANS CET ARTICLE DEGUEULASSE QUE LES PUCES RFID IMPLANTABLES PROVOQUENT LE CANCER (cf. http://www.antichips.com/cancer/index.html ), ET DONC QUE L’ARGUMENT SOI-DISANT « MEDICAL » EST NON SEULEMENT UN MENSONGE, MAIS CACHE UN DANGER PHENOMENAL POUR LA SANTE DES PATIENTS QUI VIENDRAIENT A SE FAIRE PUCER ! Surprised Shocked Mad Exclamation

UN AUTRE DANGER DE CE SYSTEME CONCERNE BIEN ENTENDU LES LIBERTES INDIVIDUELLES ET LA VIE PRIVEE. Exclamation EN EFFET, LA PUCE IMPLANTABLE IGLUCOSE A ETE CONÇUE POUR ENVOYER AUTOMATIQUEMENT LES RESULTATS DU TAUX DE GLYCEMIE PAR SMS (DONC PAR TELEPHONIE MOBILE, CE QUI SIGNIFIE L’UTILISATION DE MICRO-ONDES PULSEES, ELLES AUSSI NOCIVES POUR LA SANTE !) VERS UNE BASE DE DONNEES CENTRALISEE ET MISE EN LIGNE SUR INTERNET ! Exclamation GRAVES DANGERS POUR LA SANTE, MAIS AUSSI POUR LA VIE PRIVEE, LES LIBERTES ET LE SECRET MEDICAL ! Shocked Exclamation

NULLE PART L’ARTICLE DE MERDE CI-DESSOUS NE SIGNALE LE MOINDRE DE CES DANGERS ! Mad Mad Mad


Le marquage des humains via cette puce du diable continue donc son chemin paisiblement aux Etats-Unis, sans le moindre signe d’opposition ! Crying or Very sad Embarassed

RAPPELONS AUSSI QUE LES NOUVELLES MESURES DE « SOINS » DE SANTE DECIDEES PAR LE REPUGNANT GOUVERNEMENT OBAMA OUVRENT GRANDES LES PORTES QUI PERMETTENT L’INTRODUCTION ET LA GENERALISATION DES DOSSIERS DA SANTE ELECTRONIQUES (LIBERTICIDES), DES BASES DE DONNEES CENTRALISEES MISE EN LIGNE (LIBERTICIDES EGALEMENT) ET DES PUCES IMPLANTABLES (LIBERTICIDES, NOCIVES POUR LA SANTE ET QUI PERMETTENT LE CONTROLE TOTAL DE L’INDIVIDU, SUPPRIMANT AINSI JUSQU’AU LIBRE-ARBITRE) ! Twisted Evil Mad Exclamation

La limite pour une réaction contre ces dispositifs pourris est désormais atteinte, aux USA. Exclamation SI DES INSURRECTIONS POPULAIRES CONTRE CES SYSTEMES SCANDALEUX ET DANGEREUX NE SURGISSENT PAS, LA SOCIETE-PRISON TANT CONVOITEE PAR LES MONDIALISTES SE METTRA HELAS EN PLACEExclamation Crying or Very sad

L’article atroce de manipulation, traduit en français, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Exclamation Vic.




Source: http://www.news-medical.net/news/20100325/PositiveID-files-patent-application-for-iGlucose-system.aspx



POSITIVEID INTRODUIT UNE DEMANDE DE BREVET POUR LE SYSTEME IGLUCOSE



25 Mars 2010 07h32


POSITIVEID CORPORATION ( « PositiveID» ou la « Société ») (NASDAQ: PSID) A ANNONCE AUJOURD'HUI QU'ELLE A DEPOSE AUPRES DU US PATENT AND TRADEMARK OFFICE (bureau américain des brevets et marques déposées) UNE DEMANDE DE BREVET NON PROVISOIRE POUR SON SYSTEME IGLUCOSE, actuellement en cours de développement, qui utilise la messagerie SMS sans fil afin de communiquer automatiquement les niveaux de glucose contenus dans le sang d'un patient diabétique à partir de n’importe quel lecteur de glycémie capable de FOURNIR DES DONNEES A UNE BASE DE DONNEES EN LIGNE.

« Nous sommes heureux de déposer cette demande de brevet afin de protéger la technologie clé sous-tendant le système iGlucose. Nous croyons que iGlucose possède le potentiel de révolutionner la façon dont les diabétiques et leurs fournisseurs de soins de santé gérent cette maladie très répandue via une communication plus efficace et cohérente des niveaux de sucre dans le sang ».

Le système iGlucose est conçu pour communiquer automatiquement avec une grande variété de glucomètres en utilisant l'électronique et l'information stockée qu’un glucomètre particulier va interroger et reconnaître lorsqu'il est connecté au dispositif (iGlucose). Cet aspect de la reconnaissance est unique car il existe des différences dans la façon dont les données sont extraites selon les différents glucomètres et les fabricants.

LE SYSTEME IGLUCOSE FRANCHIT EGALEMENT AVEC SUCCES LES OBSTACLES DANS LA TRANSMISSION DE DONNEES SMS. La glycémie et autres données doivent être intégrées dans une mémoire tampon afin d’obtenir une utilisation la plus efficace possible des bits disponibles, puisque les messages SMS sont limités à 140 caractères par message unique. En raison des limites de transmission par SMS, l’iGlucose utilise un logiciel de compression des données qui appartient à la firme et des algorithmes de codage afin de surmonter ces défis.

Scott R. Silverman, Président et PDG de PositiveID, a déclaré: « Nous sommes heureux de déposer cette demande de brevet pour protéger la technologie clé qui sous-tend le système iGlucose.
Nous croyons que l’iGlucose a le potentiel de révolutionner la façon dont les diabétiques et leurs fournisseurs de soins de santé gérent cette maladie très répandue à travers une communication des niveaux de sucre dans le sang plus efficace et plus cohérente ».

AVEC LE SYSTEME IGLUCOSE, IL N'Y A BESOIN D’AUCUN TELECHARGEMENT, APPEL, ORDINATEUR, LOGICIEL OU TELEPHONE CELLULAIRE POUR ACHEVER LA TRANSMISSION (DES DONNEES).

Selon une étude parue en novembre 2009 par des chercheurs de l'Université de Chicago, et publiée dans la revue Diabetes Care, le nombre de diabétiques aux États-Unis, qui s'élève actuellement à 23,7 millions de personnes, POURRAIT presque doubler en 25 ans, et le coût annuel pour les soigner POURRAIT tripler pour atteindre 336 milliards de dollars.

Source: PositiveID Corporation

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

PUCE IMPLANTABLE : NOUVEAUX CAS DE CANCERS MORTELS CHEZ DES CANINS !

Message  Admin le Mer 31 Mar 2010 - 20:51

MICRO-PUCES IMPLANTABLES : NOUVEAUX CAS DE CANCERS MORTELS DECOUVERTS CHEZ LES CANINS ET DUS A LA MICRO-PUCE CANCERIGENE !!!



Chers amis,


LA CERTITUDE SELON LAQUELLE LES MICRO-PUCES IMPLANTABLES SONT CANCERIGENES ET DANGEREUSES POUR LA SANTE S’IMPOSE DE PLUS EN PLUS ! Surprised Exclamation

VOICI QUE CE 25 MARS 2010, KATHERINE ALBRECHT, LA CELEBRE MILITANTE AMERICAINE ANTI-PUCE, M’ENVOYAIT UN ARTICLE CONCERNANT LES CAS DE 2 CHIENS AYANT DEVELOPPE DES TUMEURS MALIGNES ET MORTELLES A CROISSANTE RAPIDE SUITE AU PUÇAGE ! Twisted Evil Surprised Exclamation

C’est que, voyez-vous, tout ceci est logique : IL A ETE RECONNU QUE LES ONDES RADIOFREQUENCE UTILISEES NOTAMMENT PAR LA RFID ONT TENDANCE A CASSER LES HELICES D’ADN, CE QUI PROVOQUE DES MUTATIONS CELLULAIRES ET, A TERME, DES TUMEURS ET CANCERS (cf. http://www.next-up.org/pdf/ReuterEnergieDesRadioFrEquencesEndommageADN20122004DocAssociesInterviewVideoPrAdlkofer.pdf ). Exclamation Exclamation Exclamation

DANS L’ARTICLE QUI SUIT, CERTAINS VETERINAIRES TENDENT A CROIRE QUE LA TUMEUR SERAIT DUE AU BIOBOND, CETTE MATIERE TRANSLUCIDE RECOUVRANT UNE PARTIE DE LA PUCE ET SUPPOSEE EVITER QUE L’IMPLANT NE SE DEPLACE DANS LE CORPS. MAIS PERSONNE N’A PENSE FAIRE LE LIEN AVEC LES ONDES RADIOFREQUENCE QUI CASSENT LES CHAINES D’ADN. Rolling Eyes

QUOI QU’IL EN SOIT, LES PUCES SONT CANCERIGENES ! Exclamation Exclamation Exclamation Exclamation Exclamation Exclamation Exclamation UN DOCUMENT DE 52 PAGES REPRENANT PLUSIEURS ETUDES A CE SUJET AUPRES D’ANIMAUX DE LABORATOIRE RAPPORTAIT DEJA CE FAIT (cf. http://www.antichips.com/cancer/index.html ). IL Y A QUELQUES MOIS SEULEMENT, JE VOUS SIGNALAIS MEME LE CAS D’UN HOMME AYANT ETE PUCE, ET QUI AVAIT DEVELOPPE UN CANCER AUTOUR DE LA PUCE (cf. http://pesn.com/2009/11/28/9501591_Bob_Boyce_cancer_by_Verichip/ et
http://pesn.com/2009/12/16/9501595_another_chip_in_Boyce_shoulder/ ) ! Surprised Shocked Mad Exclamation

CES PUCES CANCERIGENES, QUI PERMETTENT AUSSI LE CONTROLE COMPORTEMENTAL DE L’INDIVIDU Twisted Evil (cf. http://www.mediafire.com/?foyow2vyfzl ), SONT ENCORE PRESENTEES AUJOURD’HUI, COMBLE DES COMBLES ET SCANDALE DES SCANDALES, COMME DES « OUTILS MEDICAUX » ! Mad Mad Mad CEPENDANT, ELLES NE SOIGNENT ET NE GUERISSENT ABSOLUMENT RIEN ! Exclamation PAR CONTRE, LES « FACILITES » QU’ELLES PROCURENT AU NIVEAU MEDICAL (EXEMPLE : DETECTER LE GLUCOSE, LIER LES DONNEES QU’ELLES CONTIENNENT A UN DOSSIER MEDICAL ELECTRONIQUE…) SONT UTILISEES AFIN D’AMENER LES DOSSIERS MEDICAUX ELECTRONIQUES, LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DE LA VIE PRIVEE, ET LE CONTROLE ABSOLU DES AUTORITES SUR LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS ! Twisted Evil Mad Exclamation Abject ! Mad

L’article qui suit est à lire TRES ATTTENTIVEMENT, afin de comprendre à quel point ces implants démoniaques sont dangereux au niveau sanitaire. Nous avons vu qu’ils étaient tout aussi dangereux pour les libertés, la vie privée et la démocratie véritable. :wink:

IL EST EXCESSIVEMENT URGENT DE RENDRE LES PUCES ET NANOPUCES IMPLANTABLES (SOUS-CUTANEES, NEURALES ET CEREBRALES) TOTALEMENT INTERDITES ET ABSOLUMENT ILLEGALES. SANS CELA, UNE CATASTROPHE SANS PRECEDENT EST GARANTIE ! Exclamation Exclamation Exclamation Exclamation Exclamation

BONNE LECTURE, BONNE INSURRECTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Exclamation Vic.





Source: http://www.antichips.com/press-releases/chipped-pets.html


DES ANIMAUX DE COMPAGNIE AYANT ETE PUCES DÉVELOPPENT DES TUMEURS MORTELLES A CROISSANCE RAPIDE


LES PROPRIETAIRES ET DES RAPPORTS MEDICAUX SIGNALENT UN LIEN ENTRE LES PUCES RFID ET LE CANCER CHEZ CANINS.

DES TUMEURS HAUTEMENT AGRESSIVES SE SONT DEVELOPPEES AUTOUR DES MICRO-PUCES IMPLANTABLES DE DEUX CHIENS AMERICAINS, TUANT L'UN DES ANIMAUX DOMESTIQUES ET LAISSANT L'AUTRE EN PHASE TERMINALE. LEURS PROPRIETAIRES --- ET LES RAPPORTS DE PATHOLOGIE ET D'AUTOPSIE --- ONT SUGGERE UN LIEN ENTRE LES PUCES ET LA FORMATION DE CES CANCERS A CROISSANCE RAPIDE.

Dans la ville de Paiones Springs, en Virginie, UN BULLMASTIFF MALE AGE DE CINQ ANS ET NOMME SEAMUS EST MORT EN FEVRIER, NEUF MOIS APRES AVOIR DEVELOPPE UN « HEMANGIO-SARCOME » --- UNE FORME DE CANCER RARE ET MALIGNE QUI FRAPPE LES TISSUS CONJONCTIFS ET PEUT TUER MEME LES HUMAINS EN TROIS A SIX MOIS. LA TUMEUR EST APPARUE EN MAI DERNIER ENTRE LES OMOPLATES DU CHIEN, LA OU LA PUCE AVAIT ETE IMPLANTEE; à partir de septembre, une "grosse masse" avait grandi, avec le potentiel de se propager vers les poumons, le foie et la rate, selon un rapport de pathologie de la Blue Ridge Veterinary Clinic, à Purcellville, en Virginie.

Alors qu’initialement, il avait été prévu que Seamus reçoive seulement une biopsie, il a subi une intervention chirurgicale d'urgence. Une incision d’un pied de long (à peu près 30 cm.) a été pratiquée pour en extraire 4 livres et 3 onces de tumeur (plus de 2 kg.), et quatre drains furent nécessaires pour éliminer le fluide où la tumeur s'était développée.

Quand Howard Gillis, le propriétaire du chien, est venu rechercher son animal de compagnie le jour suivant, le vétérinaire l’a abasourdi par cette question: saviez-vous que votre chien avait été micro-pucé à deux reprises, et que les deux puces étaient dans ou autour de la tumeur ?

« Bien que nous étions au courant pour une puce, que nous avions fait implanter en lui, à une clinique locale gratuite du comté, nous ne savions rien d'une seconde puce », a dit Gillis. « Nous pensons que l'une d'elles a été injectée dans Seamus par l'éleveur auquel nous l'avons acheté quand il avait environ neuf mois ».

En décembre, le cancer était de retour --- et ce chien énergique et enjoué de 150 livres (environ 75 kg.) était essoufflé, et luttait pour marcher. Seamus, "c’était de 150 livres de cœur", a déclaré Gillis lors d’une récente interview. « Il voulait vivre ».

Gillis a dit qu'il « avait reçu la puce car je ne voulais pas qu’on le vole. Je croyais bien faire. IL N'Y A JAMAIS EU AUCUNE MISE EN GARDE SUR CE QU'UNE MICRO-PUCE POURRAIT FAIRE, MAIS JE L'AI VU DE PREMIERE MAIN. CE CANCER ETAIT QUELQUE CHOSE QUE JE POUVAIS VOIR GRANDIR CHAQUE JOUR, ET JE POUVAIS VOIR QUE CELA LUI PRENAIT SA VIE... CA L’A BOUFFE ». Pour éviter que son chien bien-aimé souffre davantage, il l'a fait piquer deux mois plus tard.

À Memphis, un Yorkshire Terrier âgé de 5 ans nommé Scotty a été diagnostiqué avec un cancer à la Cloverleaf Animal Clinic en décembre. UNE TUMEUR ENTRE LES OMOPLATES DU CHIEN --- PRECISEMENT LA OU LA PUCE AVAIT ETE IMPLANTEE --- FUT DECRITE COMME UN LYMPHOME MALIN. UNE TUMEUR DE LA TAILLE D'UN PETIT BALLON FUT ENLEVEE; INCRUSTEE A L’INTERIEUR SE TROUVAIT UNE MICRO-PUCE.

On a donné à Scotty PAS PLUS D'UN AN A VIVRE.

Mais la propriétaire du chien, Linda Hawkins, n'était pas satisfaite avec un seul pronostic : elle voulait savoir si la présence de la micro-puce avait quelque chose à voir avec la maladie de Scotty. Initialement, son vétérinaire était sceptique quant au fait qu'une puce implantable puisse déclencher un cancer ; les recherches ont prouvé que les injections de vaccin chez les chiens et les chats peuvent conduire à des tumeurs.

Dans un rapport pathologique de décembre concernant Scotty, Evan D. McGee a écrit: «J'étais précédemment soupçonneux quant à une réaction préalable non apparentée au site de l'injection » sous la tumeur. "Toutefois, il est possible que cette inflammation soit associée à d'autres corps étrangers, provenant peut-être de la micro-puce".

En observant cette puce encapsulée dans du verre sous un microscope, il a remarqué qu'elle était partiellement recouverte d'un matériau translucide, normalement utilisé pour éviter que les micro-puces implantées se déplacent dans le corps. « Ce revêtement pourrait être le matériau ayant incité la réponse inflammatoire », a écrit McGee.

Hawkins a envoyé le rapport de pathologie à HomeAgain, le réseau national de récupération et d’identification des animaux de compagnie qui approuve le micro-puçage des animaux domestiques. Après qu’un vétérinaire ait examiné le document, la société a déclaré que la puce n'avait pas causé la tumeur de Scotty --- PUIS A ENVOYE A HAWKINS EN JANVIER UN CHEQUE DE 300 $ POUR COUVRIR SES FRAIS DE CLINIQUE, SANS POSER DE QUESTIONS.

« JE TROUVE CELA DIFFICILE A CROIRE QU'UNE SOCIETE DONNE 300 $ A QUELQU'UN QUI APPELLE, SAUF S'IL Y A QUELQUE CHOSE DE MAUVAIS QUI SE TRAME », DIT HAWKINS.

Après avoir dépensé 4000 $ en traitements médicaux pour Scotty depuis décembre, Hawkins a accepté l'argent. Mais elle dit que cela couvre à peine ses dépenses mensuelles de 900 $ pour la chimiothérapie, et n'a guère aidé à atténuer la souffrance de son animal de compagnie.

« Scotty est juste un bébé. Il ne vivra pas les 15 ans qu’il était censé vivre ... J’ai fait une chose que je pensais qu’une propriétaire d'animal responsable devrait faire --- faire micro-pucer son animal de compagnie --- et de penser que c’est ce qui l’a tué ... Cela vous brise tout simplement le cœur ».

SCOTTY ET SEAMUS NE SONT PAS LES SEULS ANIMAUX DE COMPAGNIE A AVOIR SUBI LES EFFETS INDESIRABLES DES MICRO-PUCES. DES RAPPORTS QUI ONT ETE PUBLIES ONT DETAILLE DES TUMEURS MALIGNES CHEZ DEUX AUTRES CHIENS PUCES; pour un de ces chiens, les chercheurs ont dit que cancer semblait lié à la présence de la puce implantée, pour l'autre, la cause du cancer était incertaine.

L'AN DERNIER, UN CHIHUAHUA A SAIGNE A MORT DANS LES BRAS DE SES PROPRIETAIRES DESEMPARES A AGUA DULCE, CALIFORNIE, QUELQUES HEURES SEULEMENT APRES AVOIR SUBI UNE PROCEDURE DE PUÇAGE. LE VETERINAIRE QUI A EFFECTUE LE PUÇAGE A CONFIRME QUE LE CHIEN ETAIT MORT SUITE A UNE PERTE DE SANG ASSOCIEE A LA MICRO-PUCE.

DANS UN AUTRE CAS, UN CHATON EST MORT INSTANTANEMENT LORSQU’UNE MICRO-PUCE ELECTRONIQUE A ETE ACCIDENTELLEMENT INJECTEE DANS SON TRONC CEREBRAL. ET DANS UN AUTRE CAS ENCORE, UN CHAT S’EST RETROUVE PARALYSE LORSQU’UN IMPLANT A PENETRE DANS SA COLONNE VERTEBRALE. ON A LARGEMENT RAPPORTE QUE CES IMPLANTS MIGRAIENT A L’INTERIEUR DES CORPS DES ANIMAUX, ET POUVAIENT PROVOQUER DES ABCES ET DES INFECTIONS.

EN 2007, L’ASSOCIATED PRESS A PUBLIE DES ARTICLES SUR UNE SERIE D’ETUDES VETERINAIRES ET TOXICOLOGIQUES ET QUI ONT CONSTATE QUE LES MICRO-PUCES IMPLANTABLES AVAIENT « INDUIT » DES TUMEURS MALIGNES CHEZ CERTAINS ANIMAUX DE LABORATOIRE. PUBLIEES DANS DES REVUES VETERINAIRES ET TOXICOLOGIQUES ENTRE 1996 ET 2006, CES ETUDES ONT REVELE QU’ENTRE 1 ET 10 POUR CENT DES SOURIS ET DES RATS DE LABORATOIRE IMPLANTES AVEC DES PUCES DEVELOPPAIENT DES TUMEURS MALIGNES, LA PLUPART D'ENTRE ELLES ENCADRANT LES IMPLANTS.

POUR PLUS D'INFORMATIONS SUR LE LIEN ENTRE LES PUCES ET LE CANCER, VEUILLEZ LIRE NOTRE RAPPORT: "MICROCHIP-INDUCED TUMORS IN LABORATORY RODENTS AND DOGS: A REVIEW OF THE LITERATURE 1990–2006" ("TUMEURS INDUITES PAR LES MICRO-PUCES AUPRES DE RONGEURS ET DE CHIENS DE LABORATOIRE : UN PASSAGE EN REVUE DES ETUDES ENTRE 1990 ET 2006"). Par Katherine Albrecht, docteur en sciences de l’éducation. http://www.antichips.com/cancer/index.html


Pour organiser une interview, veuillez contacter:

Katherine Albrecht, Docteur en sciences de l’éducation
Fondatrice et Directrice d’Antichips.com
kma@antichips.com


Biographie : le Dr. Katherine Albrecht est une experte des matières concernant la vie privée, et qui a écrit longuement sur le sujet des puces électroniques implantables. Elle est une opposante déclarée aux micro-puces implantables, à la RFID et à l'invasion de la vie privée dans le commerce de détail. Katherine est l'auteur d’une législation pour la vie privée, a témoigné devant les législateurs du monde entier, a écrit pour de nombreuses publications, y compris Scientific American, et a accordé plus de 2000 interviews aux médias. Katherine est une animatrice radio syndiquée, un auteur à succès, et la porte-parole des États-Unis pour www.Startpage.com (cf. http://www.startpage.com/ ), le moteurs de recherche le plus privé du monde. Katherine a obtenu un doctorat en sciences de l’éducation à l'Université Harvard.

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

RFID : L’ENERGIE DES RADIOFREQUENCES ENDOMMAGE L’ADN !

Message  Admin le Mer 31 Mar 2010 - 21:05

ABSOLUMENT VITAL ! A LIRE AVEC LA PLUS GRANDE ATTENTION ! Exclamation Sans commentaire...


Source : http://www.next-up.org/pdf/ReuterEnergieDesRadioFrEquencesEndommageADN20122004DocAssociesInterviewVideoPrAdlkofer.pdf

L’ENERGIE DES RADIOFREQUENCES ENDOMMAGE L’ADN


Reuters, 12/20/04

DES CHERCHEURS EN EUROPE ONT CONFIRME QUE LES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES (CONNU SOUS LE NOM D’ENERGIE DIRIGEE CEM) EMISE PAR LES TELEPHONES PORTABLES ET LES LECTEURS RFID ENDOMMAGENT L'ADN HUMAIN.

L'étude « RÉFLEXE », menée sur quatre ans, financée par l'union européenne, a constaté que LES CELLULES EXPOSEES A UNE IRRADIATION EN CEM (CHAMP ELECTROMAGNETIQUE) MONTRAIT « UNE AUGMENTATION SIGNIFICATIVE DES CASSURES DES BRINS (HELICES) SIMPLES ET DOUBLES D'ADN. »

« IL Y AVAIT DES DOMMAGES QUI RESTENT POUR LA FUTURE GENERATION DE CELLULES, » A DECLARE LE PROFESSEUR FRANZ ADLKOFER, COORDINATEUR EN CHEF DU PROJET,
CE QUI SIGNIFIE QUE CETTE MUTATION QUI SE TRANSMETTAIT A LA GENERATION SUIVANTE DE CELLULES EST CONSIDEREE COMME UNE CAUSE POSSIBLE DE CANCER.

« Nous ne voulons pas créer une panique, mais il est bon de prendre des précautions, » a-t-il ajouté, conseillant aux personnes d'utiliser si possible un téléphone filaire plutôt qu'un téléphone portable.

Tandis que les gens peuvent choisir de ne pas utiliser les téléphones portables, IL PEUT ETRE PLUS DIFFICILE D'EVITER LES LECTEURS RFID.

Comme l’association CASPIAN l’a dénoncé de façon répétée, L'INDUSTRIE DE LA RFID ENVISAGE DE TELS LECTEURS DANS LES PLANCHERS, LES PORTES, LES MURS, LES RAYONNAGES, LES PLAFONDS, ET MEME DANS LES COFFRETS A PHARMACIE ET LES REFRIGERATEURS DE NOS PROPRES HABITATIONS. DEJA, LES LECTEURS RFID QUI SONT UTILISES DANS LA CHAINE D'APPROVISIONNEMENTS DES MAGASINS WAL-MART DE DALLAS/FORT WORTH BOMBARDENT LES EMPLOYES AVEC DES RAYONNEMENTS DE RADIOFREQUENCES DE TYPE UHF (ULTRA HAUTE FREQUENCE), LES VENDEURS AYANT DISSIMULE DES LECTEURS RFID QUI EMETTENT UNE ENERGIE DIRIGEE SEMBLABLE DANS LES RAYONNAGES DES MAGASINS.


Dernière édition par Admin le Mar 6 Avr 2010 - 22:41, édité 1 fois

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

NANOBOUFFE & NOURRITURE ATOMIQUEMENT MODIFIEE : DE LA NANOTECHNOLOGIE DANS NOTRE BOUFFE !

Message  Admin le Ven 2 Avr 2010 - 12:55

!!! ATTENTION !!! INFORMATION VITALE !!! A LIRE DE TOUTE URGENCE !!!

NOURRITURE ATOMIQUEMENT MODIFIEE : DE LA NANOTECHNOLOGIE DANS NOTRE BOUFFE !!!




Chers amis,


Je vous ai mis ci-dessous un article particulièrement important.

Après les aliments génétiquement modifiés, voici venue l'ère des aliments ATOMIQUEMENT MODIFIES, avec toute une série de DANGERS que l'on sait présents, et TOUJOURS SANS LA MOINDRE APPLICATION D'UN VERITABLE PRINCIPE DE PRECAUTION !

Sachez-le : les nanotechnologies prennent le relais et SONT DEJA APPLIQUEES au quotidien et MISES (A VOTRE INSU) DANS VOS ASSIETTES !!!

VOUS ALLEZ VOIR COMMENT LES COMPAGNIES MALEFIQUES ET LES SAVANTS-FOUS QUI CREENT CETTE FRANKENFOOD SE FICHENT EPERDUMENT DU VERITABLE PRINCIPE DE PRECAUTION SCIENTIFIQUE (ET DE VOTRE SANTE PAR LA MEME OCCASION), TOUT COMME LES ORGANES GOUVERNEMENTAUX, D'AILLEURS !!!

Les cancers sont en hausse ? Vous allez en comprendre ENCORE MIEUX la raison aujourd'hui !

Un article qui "arrache"... Attention, ne vomissez pas trop de rage et de dégoût durant la lecture, CAR CES NANOPARTICULES NOCIVES, VOUS EN CONSOMMEZ PEUT-ETRE DEJA !!!

Bonne lecture, ET SURTOUT, BONNE INSURRECTION ! Vic.




Source : Magazine « Nexus » de novembre-décembre 2005, p. 26-27


NANOTECHNOLOGIES (2e partie) : ON EN MANGERAIT !


Partout dans le monde, des entreprises mènent des recherches sur les nanotechnologies dont nous avons présenté les enjeux, les perspectives et les dangers dans notre précédent numéro. Qu’en est-il de l’alimentation ? Mangeons-nous déjà des nanoparticules ? Sous quelle forme ? Comment les détecter ? Sont-elles réglementées ? L’ETC Group a mené l’enquête.

Commentaire : La façon dont les choses sont présentées nous laisse deviner que l'on utilise déjà ces nanotechnologies actuellement dans l'alimentation …

Quelques aliments et produits nutritionnels contenant des additifs nanométriques invisibles sont déjà disponibles dans le commerce.


Commentaire: SCOOP ! NOUS BOUFFONS DONC PEUT-ETRE DEJA CES SALOPERIES !

Des centaines d’entreprises conduisent des travaux de recherche et développement (R&D) sur l’utilisation des nanotechnologies afin de manipuler, transformer, emballer et distribuer des aliments jusque dans nos paniers à provisions et nos assiettes. Parmi elles, se trouvent des géants de l’alimentaire comme de minuscules entreprises en démarrage spécialisées dans les nanotechnologies.

Commentaire : Bien entendu, les grosses crapules des multinationales sont de la partie… mais de « petites frappes » souhaitent aussi s’en mêler. On n’est pas sortis de l’auberge…

Selon Jozef Kokini, directeur du Center for Advanced Food Technology de l’Université Rutgers (New Jersey, Etats-Unis), « chaque grande entreprise alimentaire a un programme de nanotechnologie ou compte en développer un ».

Commentaire : NOTEZ BIEN CETTE PHRASE, QUI EST D’UNE IMPORTANCE ABSOLUE ! Bientôt, vous ne pourrez plus faire confiance à qui que ce soit en ce qui concerne ce que vous avalez !

Un rapport publié en 2004 par Helmut Kaiser Consultancy, « Nanotechnology in Food and Food Processing Industry Worldwide », prédit que le marché des nanoaliments fera un bond spectaculaire, passant des 2,6 milliards de dollars américains actuels à 7 milliards de dollars en 2006 et à 20,4 milliards de dollars en 2010.


Commentaire : Comme d’habitude, on nous assène des chiffres mirifiques qui semblent à eux seuls « justifier » le développement d’un secteur aussi terriblement dangereux et qui attiseront l’avidité sans fin des entreprises pourries.

En plus d’une poignée de « nanoaliments » déjà présents sur le marché, plus de cent trente-cinq applications nanotechnologiques sont en cours de développement principalement dans les industries alimentaires et les cosmétiques.

Commentaire: Attention à ce que nous bouffons… Mesdames, serez-vous toujours aussi empressées de vous étendre ces crèmes de beauté dont les composantes restent souvent douteuses – animaux en voie d’extinction – voire à présent carrément indéfinies – nanoparticules ?

Selon Helmut Kaiser, plus de deux cents entreprises dans le monde ont lancé des travaux de R&D sur l’utilisation des nanotechnologies dans l’alimentation. Parmi les vingt plus actives, on compte cinq des dix plus gros groupes de restauration du monde, la plus grande firme agroalimentaire d’Australie et le plus gros producteur japonais de poissons et fruits de mer et d’aliments transformés.

Commentaire : Une bonne raison de plus d’éviter A TOUT PRIX les fast food et les « gros » fournisseurs…

Malgré l’enthousiasme évident pour les nanosciences et leurs applications en matière de manipulation et de transformation des aliments, l’industrie agro-alimentaire se montre généralement conservatrice et prudente sur le sujet.

Commentaire : Ben voyons...

La plupart de ses représentants interrogés par l’ETC Group ont refusé de préciser le degré de financement et les partenaires impliqués.

Commentaire : Si l’on vous CACHE des choses et que l’on REFUSE de déclarer quoi que ce soit, c’est bien entendu pour que l’on aille pas fouiner trop loin dans le secteur, car il y a des choses que les gens ne DOIVENT pas savoir, et des secrets inavouables, comme le fait de mettre des choses DANGEREUSES dans les produits !

Nous avons parlé à des scientifiques travaillant chez des géants tels que Kraft ou Nestlé ainsi qu’à des chercheurs et des représentants de petites entreprises qui se lancent dans les nanotechnologies.

Commentaire : Vous pouvez déjà rayer d’office Kraft et Nestlé de la liste de vos produits d’alimentation.



DES TRAVAUX DE R&D (RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT) COÛTEUX MAIS DISCRETS

Après avoir essuyé le rejet massif des aliments génétiquement modifiés, l’industrie alimentaire risque de se montrer particulièrement réticente à avouer qu’elle poursuit des travaux de R&D sur les produits alimentaires « atomiquement modifiés ».

Commentaire : Entre nous, le « refus massif » des OGM est une fable, PUISQUE "ON" (cf. la décision de l'infâme Commission européenne) A IMPOSE HONTEUSEMENT l’utilisation des OGM dans la nourriture – et le tout SANS REVOLTE AUCUNE DU PEUPLE ! De « refus massif » il ne peut donc être question… Et on se rappellera que les aliments génétiquement modifiés sont DANGEREUX pour la santé des humains comme pour la santé des animaux. Si l’on prend tant de précautions et cache tant de choses au sujet de la nanobouffe, c’est sans doute que l’on IGNORE ou que l’on REFUSE de prendre en considération les dangers que celle-ci entraîne, bien évidemment. Du moment que l’argent rentre dans les caisses à une vitesse de dingue, le reste importe peu, y compris la santé des gens ! ABOMINABLE !!!

« L’industrie alimentaire est plus traditionnelle que d’autres secteurs comme l’informatique, où les nanotechnologies peuvent s’appliquer, explique Gustavo Larsen, professeur de génie chimique et ancien consultant chez Kraft. Je pense qu’il y a de bonnes opportunités et qu’elles sont souvent plus réalisables (dans le secteur alimentaire). On peut fabriquer des nanoparticules et les assimiler dans les aliments, on n’est pas obligé de les assembler d’abord. »

Commentaire : Sous-entendu : la fabrication de nanoparticules que l’on inclut dans la nourriture est un peu plus simple, donc plus AVANCEE, que ce que l’on croyait…

Quand on lui demande quels seront, à son avis, les premiers produits issus des travaux de R&D sur les nanotechnologies dans l’alimentation, Larsen répond que les consommateurs ont des chances de voir des nano-emballages avant des nano-aliments. « Je pense qu’il vaut mieux parier sur les emballages », conclut Larsen.

Commentaire : On voit que ce type prend un maximum de précautions et MINIMISE systématiquement ce qui se passe au niveau alimentaire… C’est vraiment TRES louche !


DES NANOMACHINES CONTRE LA FAIM…

« La synthèse des aliments pourra se faire directement, sans avoir à cultiver des champs ou élever du bétail ».

Certains affirment qu’à l’avenir, les manipulations moléculaires nous permettront de « cultiver » des quantités illimitées d’aliments sans sol, graine, ferme ni agriculteurs, éradiquant du même coup la faim dans le monde.

Commentaire : ET VOILA ! Comme pour les OGM ou les puces RFID, on vient nous présenter les choses de façon propagandiste et nous chanter la berceuse - qui sonne faux – de la FACILITE (paresse), de L’HUMANISME et des « miracles » de la MODERNITE !

Voyez plutôt :

• « Des nanomachines pourraient créer des quantités illimitées d’aliments par synthèse au niveau atomique, ce qui éradiquerait la faim », annonce Carmen I. Moraru, professeur de science alimentaire à l’université Cornell (Etats-Unis).


Commentaire : A noter : les USA avaient DEJA utilisé cet argument faux, abominable et fielleux pour les OGM…. Vous savez donc que penser de ce genre de déclaration honteuse. Dans les chiottes, et vite !

• « La biosynthèse moléculaire et la reconstitution robotique permettront sans doute un remplacement rapide de la production, nous évitant ainsi d’être tributaires de systèmes centralisés pour cultiver et distribuer nos aliments. Au cours des premières étapes primitives de l’assemblage moléculaire, nous construirions des serres clés en main, radicalement différentes des serres actuelles, qui permettraient à des millions de gens qui ne connaissent rien à l’agriculture de devenir producteurs… Durant l’étape suivante de la fabrication moléculaire, la synthèse des aliments pourrait se faire directement, sans avoir à cultiver des champs ou à élever du bétail », explique le journaliste Douglas Mulhall.

Commentaire : Ici, on nous endort avec une promesse de facilité – y compris pour les gens qui n’y connaissent rien en agriculture – et aussi une promesse d’emploi… On nous a tenu déjà ce genre de MENSONGE des centaines de fois… Serez-vous encore suffisamment STUPIDES que pour tomber dans le piège ?

• « Pourquoi l’être humain n’est-il pas capable d’imiter la méthodologie de la nature ? Au lieu d’aller récolter glucides et protéines dans les céréales et le bétail, des nanomachines (nanobots) pourraient assembler le steak ou la farine désirée à partir des atomes de carbone, d’hydrogène et d’oxygène présents dans l’air sous forme d’eau et de dioxyde de carbone. Les nanobots présents dans les aliments pourraient circuler dans le sang, en nous débarrassant de nos dépôts adipeux et en tuant les pathogènes », précise Dr Marvin J. Rudolph, directeur de DuPont Food Industry Solutions.

Commentaire : A présent, on tente de nous faire croire carrément à une nouvelle forme de magie – ou de sorcellerie ? - ET SURTOUT, QUI VOUS DIT QUE CETTE TECHNOLOGIE NE SERA PAS UTILISEE AFIN DE CREER DES ARMES MOLECULAIRES QUI TUERONT VOS CELLULES SAINES AU LIEU DES CELLULES MALADES ET DES VIRUS ET MICROBES (agents « pathogènes ») ? Seuls les gros naïfs à l’esprit empesé croiront aux déclarations du Dr Rudolph…

Produire des aliments par manipulation moléculaire est l’objectif le plus ambitieux des nanotechnologies et celui qui a le moins de chances de se concrétiser dans l’immédiat. Pour ceux qui ont suivi le débat sur les biotechnologies au cours des vingt dernières années, les affirmations enthousiastes selon lesquelles une nouvelle technologie nourrira les affamés est un refrain creux et rebattu. Les nano-optimistes voient l’avenir à travers les lunettes roses (et vertes) de la biotechnologie : d’après eux, désormais, ce sont les nanotechnologies qui éradiqueront la faim en augmentant la production agricole, en améliorant la teneur nutritionnelle des aliments et en éliminant le risque d’allergènes alimentaires.

Commentaire: Et bien, vous voyez ? Même les auteurs de l’article reconnaissent que tous ces arguments sont des pièges à con.



DES ALIMENTS CREES EN LABORATOIRE ?

L’ETC Group conclut qu’à leur stade actuel, « les nanotechnologies dans l’alimentation » suivent la même voie que d’autres travaux de R&D sur l’échelle nanométrique, dont les toutes premières applications se trouvent dans le domaine des capteurs et des matériaux « intelligents ». Des applications plus révolutionnaires, telles que la modification atomique des aliments, se feront peut-être davantage attendre. Mais il faut tout de même savoir que quelques scientifiques ambitieux essaient de créer des aliments en laboratoire.

Commentaire : Bien entendu, on tentera de vous faire croire, POUR VOUS RASSURER, que cette révolution est encore « lointaine » (quelques décennies), alors que pourtant, on y travaille DEJA de façon CONCRETE (et secrète) !

Des ingénieurs tissulaires du Touro College (New York) et de la faculté de médecine de Caroline du Sud (Etats-Unis) essaient de cultiver de la viande en « faisant mariner » des cellules satellites (muscle) de poisson dans des milieux nutritifs liquides afin d’inciter les cellules à se diviser et à de multiplier toutes seules. Le premier objectif est de nourrir les astronautes envoyés dans l’espace.

Commentaire :Une « petite » chose avant de refermer cet article : AVEZ-VOUS LU QUELQUE PART QUE L’ON ETUDIAIT L’IMPACT DE CETTE BOUFFE NANOTECHNOLOGIQUE SUR LA SANTE OU QUE L’ON EN CONNAISSAIT LES CONSEQUENCES ? NON, PAS DU TOUT !!! ET POURTANT, ON COMMERCIALISE DEJA CERTAINES APPLICATIONS DANS VOTRE NOURRITURE !
CONTINUEREZ-VOUS DONC D’AVALER COMME DES VEAUX TOUT CE QUE L’ON VOUS DONNE SANS JAMAIS POSER DE QUESTION, SANS JAMAIS REFUSER QUOI QUE CE SOIT ? Le choix est VOTRE, mais je ne peux que vous conseiller une REACTION VIVE, et VITE !
Sinon, il vous arrivera sans doute ce qu’il arrive au bétail : nourri sans poser de questions, mangeant des horreurs contre nature (farines animales) qui lui donnent des maladies, pucé et surveillé de la naissance à la mort et finalement éliminé, TUE à l’abattoir ! A bon entendeur…


NANOPARTICULES A VOLONTE

En réalité, nous en consommons déjà, dans des limonades, des margarines, sous forme d’additifs que les industriels de l’alimentaire ajoutent à leurs produits en toute impunité, aucune réglementation ne statuant sur l’innocuité d’un additif à une telle échelle. Un paradoxe de taille.

En 1999, Kraft Foods, la filiale d’Altria (anciennement connue sous le nom de Philip-Morris) qui pède 34 milliards de dollars, a fondé le premier laboratoire de nano-alimentation de l’industrie. L’année suivante, Kraft a lancé le consortium NanoteK, englobant 15 universités et laboratoires de recherche publics du monde entier. Aucun des scientifiques participant au consortium n’a une formation spécifique en matière de produits alimentaires ; on y trouve plutôt un mélange de spécialistes en chimie moléculaire ou en science des matériaux, d’ingénieurs et de physiciens.

Examiner les aliments avec les yeux d’un ingénieur n’a rien de nouveau. Depuis trente ans, les scientifiques introduisent les gènes d’une espèce végétale ou animale dans une autre à l’aide des technologies de modification génétique (MG) ; mais cela fait plus de mille ans qu’on introduit des additifs spéciaux dans les aliments pour obtenir de nouvelles saveurs, textures, couleurs ou autres qualités. Les nanotechnologies feront franchir une autre étape à la manipulation des aliments, avec la possibilité de modifier considérablement la façon dont ils sont produits, cultivés, transformés, emballés, transportés et même consommés.



LES ADDITIFS ALIMENTAIRES

En fait, les produits nanotechnologiques ont déjà commencé à « apparaître » dans les aliments (même s’ils sont trop petits pour être vus et si les consommateurs n’ont aucun moyen de contrôle puisqu’il n’y a ni obligation d’étiquetage ni réglementation spécifique à la taille). BASF, par exemple, fabrique une nanoversion des caroténoïdes, catégorie d’additifs alimentaires qui confère une couleur orange et se trouve naturellement dans les carottes et les tomates. Certains types de caroténoïdes sont des antioxydants et peuvent se transformer en vitamine A dans le corps. BASF vend ses caroténoïdes synthétiques à des grandes entreprises d’aliments et de boissons du monde entier qui en mettent dans les limonades, les jus de fruits et les margarines. La nanoformulation leur permet d’être absorbées plus facilement par le corps tout en augmentant leur durée de conservation. Les ventes de caroténoïdes de BASF représentent chaque année 210 millions de dollars. Ce chiffre inclut à la fois des caroténoïdes à l’échelle nanométrique et les autres.

En 2002, BASF a soumis un avis GRAS (Generally Recognized As Safe = généralement reconnu inoffensif) pour informer la FDA (Administration américaine des aliments et des médicaments) qu’elle vendait un caroténoïde synthétique du nom de lycopène (que l’on trouve naturellement dans les tomates) comme additif alimentaire. Le lycopène synthétique de BASF est formulé à l’échelle nanométrique. Selon BASF, la question de tests spécifiques pour le lycopène sous forme de nanoparticules n’a pas été soulevée et n’était pas nécessaire parce que « BASF avait la preuve de son innocuité dans diverses… évaluations toxicologiques ». La FDA a accepté l’avis de BASF sans broncher.

Lors d’un entretien téléphonique, Robert Martin, de la FDA, a confirmé que la taille n’avait pas été prise en considération dans l’examen du lycopène synthétique de BASF, expliquant même que « ce paramètre n’était pas un élément d’appréciation majeur » dans l’examen réglementaire mais serait abordée « au cas par cas » s’il semblait y avoir des implications pour la santé et la sécurité.



AUCUNE RECHERCHE D’INNOCUITE

N’est-il pas dangereux d’ajouter des nanoparticules aux aliments ? En quelques mots, la réponse est « on ne peut jurer de rien ». Ni les organismes de réglementation ni la communauté scientifique n’ont encore pris le taureau par les cornes. A ce jour, ‘ETC Group n’a repéré qu’une poignée d’additifs alimentaires à l’échelle nanométrique sur le marché, mais il est impossible de savoir avec certitude à quel point leur usage est répandu vu que rien n’oblige à les étiqueter en tant que tels. Tout comme dans d’autres domaines soumis à la réglementation tels que les cosmétiques et les produits chimiques, la question de l’innocuité n’a pas été abordée du point de vue de la taille. Jusqu’à présent, seuls les fabricants s’en sont préoccupés, essentiellement du point de vue des avantages offerts (par exemple, une réduction de taille augmente la biodisponibilité dans l’alimentation et la transparence dans les cosmétiques).

Dans le cas des additifs naturellement présents dans les aliments, les questions d’innocuité spécifique à l’échelle nanométrique ne sont pas claires. A propos du lycopène synthétique, par exemple, le Dr Gerhard Gans, de chez BASF, a expliqué qu’une fois qu’il atteint l’intestin, il se comporte exactement comme le lycopène naturel d’une tomate : il est décomposé par les enzymes digestives et conduit dans le sang, puis vers le foie et les autres organes, sous forme de molécules individuelles. En d’autres termes, au moment où ils pénètrent dans le sang, tous les aliments sont à l’échelle nanométrique, qu’ils se soient au départ présentés sous la forme d’une rondelle de tomate ou d’un verre de limonade contenant du lycopène synthétique de BASF. Sans doute en réponse aux interrogations sur l’innocuité des nanoparticules, le Dr Gans a souligné que le lycopène synthétique manipulé par les employés de BASF et fourni à leurs clients ne se présentait pas sous forme de nanoparticules ; à ce stade, selon lui, les particules se sont rassemblées en agrégats microscopiques, qui se dissoudront partiellement dans le produit fini. En fin de compte, les enzymes digestives du consommateur ramèneraient les particules à l’échelle nanométrique.



PAS DE REGLEMENTATION LIEE A LA TAILLE

Même si l’explication selon laquelle tous les aliments sont à l’échelle nanométrique au moment où ils pénètrent dans le sang tient a priori la route, il est important de noter que BASF a réalisé des essais toxicologiques de son lycopène non pas parce qu’il s’agissait d’une formulation à l’échelle nanométrique mais parce qu’il était obtenu par synthèse chimique (et non tiré de fruits et légumes renfermant du lycopène). Si le lycopène synthétique avait déjà été évalué en tant qu’ingrédient alimentaire, les organismes de réglementation n’auraient pas obligé BASF à tester l’innocuité de sa nanoversion.

Voilà pourquoi la perspective de l’ajout de nanoparticules aux aliments, en l’absence d’attention réglementaire spécifique accordée à la taille, est inquiétante : quelles substances déjà autorisées comme additifs alimentaires à de plus grandes échelles sont en préparation à l’échelle nanométrique et risquent d’avoir des propriétés altérées et des conséquences inconnues ? Particulièrement préoccupantes seraient les nanoformulations de substances que l’on ne trouve pas naturellement dans les aliments.

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

UN INVENTEUR ATTRAPE LE CANCER SUITE AU PUCAGE !

Message  Admin le Lun 5 Avr 2010 - 14:17

VITAL ! VITAL ! VITAL ! VITAL ! VITAL !

HYPER IMPORTANT ! CONFIRMATION : LA VERICHIP EST CANCERIGENE POUR LES HUMAINS ! UN INVENTEUR A ATTRAPE UNE TUMEUR CANCEREUSE A L’ENDROIT OU LA VERICHIP LUI AVAIT ETE IMPLANTEE !!!





« Et un ulcère malin et douloureux frappa les hommes qui avaient la marque de la bête et qui adoraient son image ». (La Sainte Bible, Apocalypse, 16 :2)

« … Et ils n'ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom. »
(La Sainte Bible, Apocalypse, 14 :11)




Chers amis,


JE VOUS AVAIS DEJA SIGNALE IL Y A DES ANNES (ET REPETE INLASSABLEMENT DEPUIS LORS) QUE LES PUCES RFID IMPLANTABLES SONT CANCERIGENES, CAR LES ONDES RADIOFREQUENCE DE LA RFID SONT NOCIVES POUR LA SANTE ET ENDOMMAGENT L’ADN, ENTRAINANT DONC DES MUTATIONS CELLULAIRES QUI PEUVENT PROVOQUER DES TUMEURS (pour confirmation, voir article sur http://www.next-up.org/pdf/ReuterEnergieDesRadioFrEquencesEndommageADN20122004DocAssociesInterviewVideoPrAdlkofer.pdf ).

UN RAPPORT DE 52 PAGES, ET REPRENANT DE NOMBREUSES ETUDES SCIENTIFIQUES SUR LE SUJET, AVAIT ETE PUBLIE PRECEDEMMENT, PROUVANT QUE DES RONGEURS ET DES CHIENS QUI AVAIENT ETE IMPLANTES AVEC DE TELLES PUCES RFID IMPLANTABLES AVAIENT DEVELOPPE DES TUMEURS A L’ENDROIT EXACT OU SE TROUVAIT LA PUCE (voir sur http://www.antichips.com/cancer/index.html ).

Les enculés de chez VeriChip (entreprise renommée récemment « Positive ID »), eux, niaient et minimisaient au maximum, prétendant évidemment que ce genre de phénomène ne se produirait pas chez l’homme !

OR, SI LES ONDES DES PUCES RFID SONT NOCIVES POUR LES CELLULES EN GENERAL, ELLES SONT NON SEULEMENT NOCIVES POUR LES CELLULES DES ANIMAUX, MAIS EGALEMENT NOCIVES POUR LES HUMAINS !

NOUS EN AVONS AUJOURD’HUI UNE PREUVE INCONTESTABLE, AVEC LE TRISTE CAS D’UN SAVANT QUI A ETE IMPLANTE AVEC DES PUCES RFID IMPLANTABLES DE L’IMMONDE COMPAGNIE VERICHIP (ACTUELLEMENT REBAPTISEE « POSITIVE ID »), ET QUI A DEVELOPPE UNE TUMEUR CANCERIGENE A L’ENDROIT DE L’IMPLANTATION !

LES PUCES VERICHIP (REBAPTISEES FORT MAL A PROPOS « HEALTH LINK » - LE « LIEN DE SANTE ») SONT DONC IRREFUTABLEMENT CANCERIGENES !


VOUS AVIEZ DEJA REÇU CETTE INFORMATION IL Y A DES ANNEES. LES PREUVES N’ONT CESSE DE S’ACCUMULER, ET LA CONFIRMATION EST DONC ETABLIE AUJOURD’HUI !

MAIS LE PLUS DINGUE DANS CETTE HISTOIRE, C’EST QUE LE CHERCHEUR EN QUESTION, BOB BOYCE, IGNORE COMMENT CETTE PUCE LUI A ETE IMPLANTEE ! AUTREMENT DIT, ON LA LUI AURAIT IMPLANTE A SON INSU !!! C’EST A PEINE CROYABLE ! A REMARQUER : C’EST LORSQU’IL ETAIT EN FLORIDE (LA OU SE TROUVE LA MAISON-MERE DE POSITIVE ID) QU’IL REMARQUA POUR LA PREMIERE FOIS UNE « PETITE BOULE » SOUS LA PEAU DE SON EPAULE…


AUTRE INFORMATION SUSPECTE : LE N° DE LA PUCE DE BOB BOYCE NE RENVOIE PAS A UN DOSSIER CONNU OU DISPONIBLE, CE QUI SEMBLE SUGGERER QUE LE DOSSIER DE M. BOYCE SOIT DETENU PAR… UNE AGENCE GOUVERNEMENTALE QUI NE REND PAS SES DOSSIERS PUBLICS ! PLUS SINISTRE ENCORE, LA PERSONNE QUI EST SUSPECTEE D’AVOIR IMPLANTE LA VERICHIP DANS L’EPAULE DE M. BOYCE EST… UN SABOTEUR ET UN ANCIEN DES RENSEIGNEMENTS MILITAIRES !!! M. BOYCE (QUI TRAVAILLE SUR DES MOYENS POTENTIELLEMENT LUCRATIFS DE DIMINUER LA COMBUSTION DU CARBURANT VIA UNE « CELLULE HYDROXY ») SEMBLE EVOLUER DANS UN MILEU DECIDEMENT TRES TROUBLE…

L’HISTOIRE SOUS-JACENTE ELLE-MEME FAIT PENSER A UN SABOTAGE INDUSTRIEL : Boyce travaille pour créer un système qui permettra d’économiser du carburant. Or, nous savons qu’aux USA, les gros producteurs de pétrole possèdent un pouvoir colossal. Savoir qu’un nouveau système risque de réduire les consommations en carburant ne doit pas leur faire plaisir. Et, subitement, un sinistre individu nommé Potchen (un ancien de l’intelligence militaire) sabote le systeme créé par Boyce, nuit aux investisseurs de l’entreprise… et puce peut-etre a son insu l’inventeur gênant (Boyce), permettant ainsi que le pister en tout lieu. L'infortuné et gênant Boyce, pucé à son insu avec l'implant cancérigène, attrape ensuite un cancer mortel. Complot des potentats américains du pétrole contre de nouveaux systèmes un peu plus écologiques et qui feront baisser la consommation ? Peut-être…

ENFIN, CHOSE IMPORTANTE A REMARQUER : LA PUCE SEMBLAIT EMETTRE DES INFORMATIONS EN CONTINU (= PUCE RFID ACTIVE ???), ET N’A ARRETE D’EMETTRE DES INFOS QUE LORSQU’ELLE A ETE ENLEVEE ! IL ME SEMBLAIT QUE LES PUCES DE POSITIVE ID/VERICHIP N’ETAIENT QUE DES PUCES « PASSIVES », QUI ONT BESOIN D’ETRE REVEILLEES PAR UN SCANNER… A MOINS QUE VERICHIP AIT DEJA MIS AU POINT UNE PUCE RFID ACTIVE COMPORTANT UNE MINI-BATTERIE ???

Bref, cette information étonnante nous laisse certaines interrogations importantes et très inquiétantes :

A) Les entreprises américaines de haute technologie sont-elles en train de PUCER DES TRAVAILLEURS A LEUR INSU (SOUS HYPNOSE, PAR EXEMPLE) AFIN DE LES PISTER EN PERMANENCE ?

B) VeriChip/Positive ID, qui possède des liens étroits avec le GOUVERNEMENT US, a-t-elle déjà fini de développer sa cancérigène puce implantable ACTIVE, et est-elle en train de la tester sur des "citoyens-cobayes" sans que ceux-ci sachent qu'ils ont été implantés (ILLEGALEMENT ET CRIMINELLEMENT) ? Nous savions en effet que VeriChip/Positive ID travaillait depuis quelques années sur une puce RFID implantable et active…

C) Quel est le rôle des renseignements militaires là-dedans ? Pour rappel, nous savions que le gouvernement américain voulait PUCER SES SOLDATS (des expériences avaient déjà été menées par le passé à ce sujet). Les scientifiques civils travaillant pour des sociétés militaires serviraient-ils de cobayes pour tester cette technologie avant qu’on la généralise sur les soldats ?


Le terrible article, traduit pour vous en français ainsi qu’une introduction, ci-dessous…

UNE CHOSE EN TOUT CAS APPARAÎT DE FACON TRES CLAIRE : TOUT CECI NOUS PROUVE QUE NOUS DEVONS ABSOLUMENT LUTTER DE TOUTE NOTRE AME ET DE TOUTES NOS FORCES AFIN QUE LES PUCES IMPLANTABLES (SOUS-CUTANEES, NEURALES ET CEREBRALES), VIA UNE LEGISLATION FERME ET INCORRUPTIBLE, SOIENT TOTALEMENT INTERDITES ET DEVIENNENT ABSOLUMENT ILLEGALES !

CES PUCES CANCERIGENES ET DE CONTROLE COMPORTEMENTAL MENACENT EN EFFET LA SANTE, LA VIE PRIVEE ET LES LIBERTES LES PLUS BASIQUES !

NOUS EN AVONS ACCUMULE SUFFISAMMENT DE PREUVES AU FIL DES ANNEES.

IL NOUS FAUT DESORMAIS AGIR CONTRE CES DISPOSITIFS NOCIFS ET DIABOLIQUES !


JE RAPPELLE QU’UN SALON DE LA RFID AURA LIEU EN FRANCE AU MOIS DE MARS 2010…ET D’AUTRES SALONS DE « L’IDENTITE » ET DE LA « SECURITE » PAR LA SUITE, EN EUROPE. CE SERONT D’EXCELLENTS MOMENTS POUR MANIFESTER ET FAIRE ENTENDRE VOTRE OPPOSITION A CES SYSTEMES POURRIS, TUEURS ET SUPPRESSEURS DE LIBERTES !

A bon entendeur…

L’article, ci-dessous…

BONNE LUTTE CONTRE LA PUCE… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Vic.





L’ETONNANTE INTRODUCTION A CETTE SINISTRE HISTOIRE : L’INGENIEUR BOB BOYCE DECOUVRE AVEC STUPEUR UNE VERICHIP CANCERIGENE IMPLANTEE DANS SON EPAULE, ET A SON INSU !!!

Extrait : source : http://pesn.com/2009/11/28/9501591_Bob_Boyce_cancer_by_Verichip/

Le 12 novembre (2009), Bob écrivait:

Le cancer que j'ai développé n'était pas directement dû à mes recherches, comme beaucoup l'ont suggéré. Cela dit, il s’est produit dans des circonstances suspectes. Lorsque j'étais EN FLORIDE plus tôt cette année, j'ai remarqué qu’une PETITE BOULE DURE ETAIT APPARUE SOUS LA PEAU DE MON EPAULE DROITE. Je me suis demandé d’où elle venait, bien sûr, mais je ne lui ai pas beaucoup prêté attention. AU FIL DU TEMPS, LA PEAU SUR ET AUTOUR DE CETTE BOULE EST DEVENUE ROUGEATRE ET DOULOUREUSE.

Il y a quelques mois, tout EN TRAVAILLANT AVEC UN APPAREIL DE MESURE DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES (EMF) SUR LE BANC DANS MON LABO, J'AI REMARQUE QUE JE RECEVAIS UN SIGNAL FAIBLE. RIEN D'AUTRE N’ETAIT SOUS COURANT A CE MOMENT-LA, ALORS J'AI ESSAYE DE LOCALISER LA SOURCE, ET JE L’AI PISTEE JUSQU’A LA BOULE DANS MON EPAULE ! Je me suis arrangé avec mon médecin pour la faire enlever, et il soupçonnait un cancer commun de la peau.

L'OBJET LUI-MEME ETAIT MINUSCULE, ENVIRON DE LA TAILLE D'UN GRAIN DE RIZ SEC, ENTOURE D'UNE COQUE BLANCHE FIBREUSE. DE NOMBREUX NERFS Y ETAIENT ATTACHES.

UNE FOIS QU'IL A ETE ENLEVE, IL A CESSE D'ENVOYER UN SIGNAL, COMME CELA A ETE VERIFIE PAR MON DETECTEUR PORTABLE DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES.

Je voulais le garder et l'analyser moi-même, mais mon médecin m'a convaincu de le lui laisser envoyer au laboratoire. Mon médecin l’a envoyé, ainsi que le tissu environnant, pour une analyse pathologique. Sans surprise, IL N'Y EUT ABSOLUMENT AUCUNE MENTION DE L'OBJET LUI-MEME DANS LE RAPPORT DE PATHOLOGIE.

LES TISSUS ENTOURANT (LA PUCE) SE SONT AVERES ETRE CETTE FORME RARE DE CANCER QUI A ETE LIEE A UNE EXPOSITION EXCESSIVE AUX RAYONS X CHEZ LES TECHNICIENS EN RADIOLOGIE. La chirurgie avait perturbé le cancer et envoyé des cellules cancéreuses dans toute ma circulation sanguine. Les marges n’étaient pas claires, ce qui indique que le cancer était encore présent sur le site de l'incision, ainsi que des indications claires à présent que le cancer s'est propagé. Je ne peux pas vraiment blâmer le médecin, puisqu’à l'époque nous ne savions pas que ce n'était pas un simple cancer de la peau.

CE QUE JE VEUX VRAIMENT SAVOIR, C'EST CE QU’ETAIT CET OBJET, ET PAR QUEL SATANE MOYEN IL S’EST RETROUVE IMPLANTE DANS LA PEAU DE MON EPAULE, SANS QUE JE LE SACHE ?




ARTICLE PRINCIPAL : Source: http://pesn.com/2009/12/16/9501595_another_chip_in_Boyce_shoulder/


UNE AUTRE VERICHIP TROUVEE DANS L’EPAULE DE L’INVENTEUR


UN LECTEUR RFID ET UNE RADIOGRAPHIE CONFIRMENT LA PRESENCE D’UN IMPLANT VERICHIP DANS L'EPAULE DE L'INVENTEUR BOB BOYCE, DANS LAQUELLE UNE TUMEUR S’EST FORMEE PAR LA SUITE. Davantage de témoignages arrivent et des mesures sont prises contre Bob Potchen, l'auteur suspecté de l'implantation.

Par Sterling D. Allan
Pure Energy Systems News
Le 16 décembre 2009

Ce lundi, j'ai été contacté par Bob Boyce et un de ses associés qui ont rapporté que Boyce avait découvert un deuxième implant VeriChip dans son épaule droite, IMPLANTE PLUS PROFONDEMENT QUE LE PREMIER IMPLANT VERICHIP QUI AVAIT ETE EXTRAIT LORS D'UNE BIOPSIE D'UNE TUMEUR QUI S’ETAIT FORMEE A CET ENDROIT.

Bob a découvert la deuxième puce de la même la façon dont il l’avait fait pour la première. Il travaillait sur un transformateur toroïde à son banc de laboratoire, et A REMARQUE QUE QUELQUE CHOSE DIFFUSAIT DES RADIOFREQUENCES A PARTIR DE SON EPAULE DROITE.

CETTE FOIS, IL SE MIT EN CONTACT AVEC QUELQU'UN QUI A ACCES A UN LECTEUR DE PUCES RFID, ET ILS ONT PU VERIFIER QUE D'UNE MICRO-PUCE RFID ETAIT EN EFFET BIEN PRESENTE, QU'ELLE AVAIT ETE FABRIQUEE PAR VERICHIP, ET QUE LA PUCE RFID RENVOYAIT UN NUMERO D'IDENTIFICATION APPAREMMENT VALIDE.

TOUTEFOIS, BOB A DIT QU’UNE RECHERCHE DE CE NUMERO D'IDENTIFICATION DANS LES DOSSIERS N'AVAIT AMENE AUCUNE INFORMATION. DONC, LA PERSONNE QUI A IMPLANTE CETTE PUCE DANS SON EPAULE TRAVAILLE SOIT AVEC LE GOUVERNEMENT, DONT L'INFORMATION N'EST PAS RENDUE PUBLIQUE DANS LES BASES DE DONNEES, OU AVEC UNE AGENCE QUI POSSEDE LA CAPACITE DE BIDOUILLER VOTRE PUCE VERICHIP ET/OU VOS DOSSIERS RFID. Si quelqu'un d'entre vous lit ces lignes, soutient la cause et possède la capacité d'accéder à de tels dossiers, de façon à ce que Bob puisse clairement identifier l'auteur (de l’implantation), je suis sûr que Bob serait heureux d'entendre de vos nouvelles.

Comme nous l'avons rapporté la semaine dernière (cf. http://pesn.com/2009/12/06/9501593_Boyce_Chip_Implanter_Suspect_Identified/ ), LE SUSPECT LE PLUS PROBABLE POUR AVOIR PLACE L'IMPLANT DANS L'EPAULE DE BOYCE EST BOB POTCHEN, QUI EST UN « ANCIEN » DU RENSEIGNEMENT MILITAIRE, ET QUI A MODIFIE (SABOTE ?) LE CONCEPT DE CELLULE HYDROXY DE BOB au point qu’elle diminue en fait le kilométrage sur les véhicules sur lesquels elle est installée. C'EST ALORS QUE BOYCE ETAIT DANS LES BATIMENTS DE POTCHEN'S PRECOMBUSTION TECHNOLOGIES INC (PTI), LE 9 MAI, QUE BOYCE A REMARQUE LA PREMIERE PUCE POUR LA PREMIERE FOIS, ACCOMPAGNEE D'UN ENGOURDISSEMENT DANS L'EPAULE, après que Boyce se soit endormi à son bureau.

OU BIEN IL Y AVAIT DEUX PUCES QUI AVAIENT ETE IMPLANTEES, OU (BEAUCOUP MOINS PROBABLE) LE MEDECIN AVAIT INTENTIONNELLEMENT OU ACCIDENTELLEMENT REMIS LA PREMIERE PUCE DANS L'EPAULE DE BOYCE AVANT DE LE RECOUDRE. LE RAPPORT PATHOLOGIQUE POUR CETTE BIOPSIE N’A PAS FAIT MENTION DE LA PUCE.

Après avoir obtenu la preuve de la deuxième puce RFID (ou de la première puce, réimplantée) dans son épaule, Boyce a amené cette information à son médecin, qui a écrit une ordonnance pour une série de radiographies de l'épaule en raison d’un "corps étranger". Boyce dit que LE SERVICE DE RADIOLOGIE DE L'HOPITAL A EFFECTUE DEUX RADIOGRAPHIES A DES ANGLES LEGEREMENT DIFFERENTS, ET QUE LA VERICHIP APPARAISSAIT TRES CLAIREMENT DANS LES DEUX (IMAGES). « CELLE-CI EST IMPLANTEE PLUS PROFONDEMENT, ET NE PEUT PAS ETRE SENTIE SOUS LA PEAU. J'ai des copies des films radiographiques, et ils m'ont donné un CD contenant un logiciel d'imagerie et les deux fichiers des radiographies".

Boyce m'a fait parvenir une capture d’écran de ces deux radiographies, et moi-même ainsi que d'autres personnes (George Noory, Linda Moulton Howe, Jeff Rense, Alex Jones) avons celles-ci en notre possession. Elles sont datées du 14/12/2009, à 11:56 et sont affichées via le logiciel Spectra Image Viewer. Il m'a donné par la suite la permission de poster ces images ici, avec l’information cachée d’identification. (Images : A1 : http://pesn.com/2009/12/16/9501595_another_chip_in_Boyce_shoulder/Boyce_chip_X-ray_A1_full-w-id-block_jp60.jpg , A2 : http://pesn.com/2009/12/16/9501595_another_chip_in_Boyce_shoulder/Boyce_chip_X-ray_A2_full-w-id-block_jp60.jpg )

La qualité d'image des radiographies n’est pas très bonne, et la VeriChip semble être au-dessus de la peau. J'ai reçu les fichiers sur CD que Boyce a mentionnés ci-dessus, afin que je puisse vérifier les images originales.


Les cellules Hydroxy

Boyce a répété que ce groupe financé par le ministère de la défense lui a dit que la cellule de Potchen testée dans un laboratoire CARB/EPA à la West Virginia University sera capable de fournir les résultats des essais sur dynamomètre qui montraient que le kilométrage d'un camion était passé de 13 miles par gallon à 10 miles par gallon après que la cellule ait été installée dessus. Nous prévoyons de publier ce rapport dès qu'il sera disponible.

La cellule de la compagnie « The Cell » de Potchen (cf. http://thecell.cc/ ) est l'une des centaines de produits hydroxy sur le marché et qui produit un mélange gazeux hydrogène-oxygène par le biais d’une électrolyse placée à bord et alimentée par la batterie/alternateur du véhicule. Le gaz hydroxy est ensuite injecté dans l'entrée d'air du véhicule, où il améliore apparemment l'efficacité de la combustion du carburant. Il existe un large éventail de méthodes de production de gaz hydroxy, et il y a également un large éventail d'efficacité dans l'amélioration des performances du véhicule. Les améliorations vérifiées et rapportées via le concept de Boyce sont parmi les meilleures de l'industrie, tandis que celles rapportées via le concept modifié de Potchen semblent être les pires, diminuant réellement la performance.

Rien qu’en termes de volume de gaz produit, Boyce dit que son concept produit un litre de gaz avec seulement 1,5 Watts, alors que l'original "gaz de Brown", conçu par Yule Brown, nécessitait 3 Watts pour produire 1 litre (de gaz).

Boyce dit que l'efficacité du gaz dans l’affectation du d’une combustion efficace est en rapport avec la proportion « d'ortho » contre la proportion de "para" du gaz. C'est la configuration « ortho » de l'hydrogène qui est apparemment l'élément clé. Le concept de Boyce approche prétendument les 100% en ortho, tandis que le concept de Potchen a été mesuré à moins de 1% en ortho.


Davantage de témoins contre Potchen

Depuis que j'ai publié cette histoire (cf. http://pesn.com/2009/12/06/9501593_Boyce_Chip_Implanter_Suspect_Identified/ ) la semaine dernière comme quoi Bob Potchen serait le suspect potentiel pour avoir implanté la puce VeriChip dans l'épaule de Boyce, plusieurs autres anciens associés de Potchen ont communiqué avec moi, corroborant les éléments clés des déclarations qui avaient déjà été données. Ils confirment que leurs propres tests, ainsi que les rapports de clients, montrent que la cellule qui est actuellement vendue par Potchen n'augmente pas le kilométrage, mais le diminue, en fait, et qu'elle a subi un nombre important de modifications depuis le concept original transmis par Bob Boyce, lequel (le concept de Bob Boyce) s’était révélé très efficace pour améliorer le kilométrage et réduire les émissions.

Ils confirment qu’eux aussi avaient observé Potchen faisant des déclarations à des clients qui se plaignaient comme quoi ils étaient « les seuls qui avaient un problème, donc ce devait être dû à quelque chose qu'ils avaient fait », se dégageant de toute culpabilité, alors qu'en fait, presque tous les clients s'étaient plaints.

De nombreuses de ces cellules ont fui, causant des dommages aux véhicules dans lesquels elles avaient été installées.

Ce qui est plus troublant, ce sont les rapports de personnes qui ont dépensé de nombreux milliers de dollars, aidant à lancer l'entreprise et le produit au prix de sacrifices personnels importants, et qui à présent n'ont rien à montrer pour cet investissement d'argent qu'elles ne pouvaient vraiment pas se permettre de perdre. Elles ont effectué ce sacrifice par désir de contribuer à la naissance d'un produit qui pourrait aider les gens à économiser sur le carburant, essentiellement basée sur leur confiance dans la réputation de Boyce. Deux personnes ont investi près de $ 200.000 USD. Dans un cas, cela représentait la totalité de sa retraite, et sa femme est livide avec lui. Un type a investi 100.000 $ sur base d’un rapport d’un dynamomètre que Potchen aurait falsifié. Il y avait au moins dix personnes qui ont investi plus de 10.000 $ dans le projet visant à commercialiser ce produit qui, apparemment, avait commencé comme un superbe article sous le concept Boyce, et qui a ensuite été méthodiquement « saboté » par Potchen.

Quand ces gens essaient d'obtenir réparation auprès de Potchen, leurs appels et courriels restent généralement sans réponse.



Un associé harcelé

L'un des anciens associés de Potchen, Mike de H2O Automotive LLC (cf. http://hydroxymotorsports.com/ ), a réparé les cellules déficientes que les clients ont reçues de Potchen, faisant en sorte qu’elles fonctionnent bien. Pour toute réponse, Potchen a menacé d'une action en justice contre Mike. Il prétend que Mike n'a pas le droit de modifier son concept. L'ironie est que la conception originale (des cellules) était celle de Bob, dont certaines sont encore intégrées dans le concept de Potchen, pourtant Potchen n’a jamais signé de contrat avec Boyce comme cela est exigé pour commercialiser cette technologie.

Boyce a dit que les clauses concernant les royalties dans sa licence sont « de 1 $ par unité vendue ». Il a dit « il ne s'agit pas d'argent, il s'agit d'être en mesure de maintenir un contrôle de qualité ».

Une personne, par honnêteté, a hypothéqué sa maison afin d’aider à renflouer certaines des personnes qui ont perdu (de l’argent) à cause de Potchen, et maintenant il pourrait perdre sa maison.



Une action en justice couve contre Potchen

Mike est en train de compiler des déclarations de témoins afin de porter plainte contre Potchen. Les personnes qui souhaitent être impliqués dans ce procès ou fournir une preuve pour celui-ci peuvent communiquer avec Mike@hydroxymotorsports.com

Un autre ancien associé de Potchen conseille que si vous avez un grief sérieux avec Bob Potchen en ce qui concerne la compagnie The Cell, soit en tant que client, ou en tant que distributeur, ou en tant qu’investisseur, voici les mesures que vous devriez prendre :

1. Appelez votre State Attorney General (AG) (procureur général de la justice de l’état)
2. Introduisez une plainte auprès des Divisions of Consumers Services (DCS) (divisions des services liés aux consommateurs) : http://csapp.800helpfla.com/CSPublicApp/Complaints/FileComplaint.aspx
3. Introduisez une plainte auprès de la Federal Trade Commission (FTC) (Commission fédérale du commerce) : https://www.ftccomplaintassistant.gov/FTC_Wizard.aspx?Lang=en

Le divisions des services liés aux consommateurs et la Commission fédérale du commerce veulent voir un schéma, ensuite, elles mèneront une enquête. Les divisions des services liés aux consommateurs iront trouver le procureur général de la justice de l'état de Floride et montreront le schéma et obtiendront une enquête.

« Au nom des gens qui ont été arnaqués par Bob Potchen ... Je tiens à vous remercier pour votre aide. Il existe la force du nombre ». - Un ancien associé de Potchen



Le CARB exige que la compagnie The Cell cesse et se désiste

Une personne qui se fait connaître sous le nom de "Frère Andrew", a été un associé clé de Bob Boyce au fil des ans. Il dirige l'hydrogène Garage, LLC (cf. http://hydrogengarage.com/ ), qui a été un premier débouché des approvisionnements pour les matériaux de Boyce pour ceux qui sont impliqués dans la reproduction et la propagation de cette technologie. Il s’est également lourdement impliqué dans la compagnie The Cell de Potchen, puisque celle-ci a commencé comme un projet de Boyce.

Il m’a transmis plusieurs documents aujourd'hui, qui montrent que le California Air Resources Board (CARB) a publié une lettre recommandée le 15 octobre exigeant que la compagnie The Cell cesse et se désiste parce qu'ils effectuaient des revendications sur les réductions des émissions via leur produit, lequel n'avait pas été vérifié.

Il m'a aussi envoyé une lettre qu'il a transmise à Potchen le 24 octobre, l'informant de la lettre provenant du CARB, et rapportant également les résultats nuls qu’il recevait, et qu'il avait déjà décidé de ne plus vendre la cellule de Potchen.

Voici les sept documents PDF qu’Andrew m'a envoyés afin de les poster comme preuve.

• Lettre d'Andrew à Potchen, datée du 24 octobre 2009 (cf. http://pesn.com/2009/12/16/9501595_another_chip_in_Boyce_shoulder/BP_letter_700.gif ) - Décrit également le rapport d’Andrew concernant les résultats négatifs des essais récents qu’il a effectués.

• carb1 (cf. http://pesn.com/2009/12/16/9501595_another_chip_in_Boyce_shoulder/carb1.pdf ) | page2 (cf. http://pesn.com/2009/12/16/9501595_another_chip_in_Boyce_shoulder/page2.pdf ) - lettre du CARB à Andrew, datée du 15 octobre 2009

o carb_attachment1 (cf. http://pesn.com/2009/12/16/9501595_another_chip_in_Boyce_shoulder/carb_attachment1.pdf ) - brochure mentionnée dans la lettre

o carb_attachment2 (cf. http://pesn.com/2009/12/16/9501595_another_chip_in_Boyce_shoulder/carb_attachment2.pdf ) - brochure mentionnée dans la lettre

o carb3 (cf. http://pesn.com/2009/12/16/9501595_another_chip_in_Boyce_shoulder/carb3.pdf ) _ California EPA's Air Resources Board Advisory – A l’attention des : propriétaires, installateurs, distributeurs et fabricants de Verified Diesel Emission Control Strategy (stratégie vérifiée de contrôle des émissions diesel ou VDECS)

o carb4 (cf. http://pesn.com/2009/12/16/9501595_another_chip_in_Boyce_shoulder/carb4.pdf ) - poursuite de la politique: «... il est illégal pour toute personne d’effectuer de la publicité mensongère ou de prétendre qu'un additif de carburant vise à acquérir des réductions des émissions d'échappement des véhicules motorisés à moins que de telles déclarations puissent être démontrées à l'Air Resources Board comme étant factuelles ».

Mike suggère que les gens dénoncent Potchen à l'EPA (agence de protection de l’environnement américaine - cf. http://www.epa.gov/tips/ ). Dans la mesure où la compagnie The Cell a fait faux bond au CARB, PTI pourrait être condamnée à une amende de 1000 $ à 10.000 $ par jour pour chaque camion équipé d'une des unités du PTI (Public Technology Institute). "Voilà qui possède du mordant, et Potchen en a été informé par Andrew en octobre. Bob Potchen sait qu'il viole l'EPA en équipant les gros camions avec son contrôleur d'interface, et ils lui feront fermer (sa compagnie) et le condamneront à une amende pour chaque unité présente aux Etats-Unis ». Si le véhicule modifié par PTI est en Californie, l'infraction peut être signalée au CARB (cf. http://www.arb.ca.gov/enf/complaints/complaints.htm ).


Mise à jour sur le cancer de Boyce

Boyce exprime sa gratitude à ceux qui ont prié pour lui et qui ont donné des suggestions utiles alternatives pour aborder ce que son médecin a qualifié de « CANCER EN PHASE TERMINALE » provenant de la pointe du ou des implant(s) VeriChip. Les tumeurs métastatiques semblent diminuer en taille, et il dans l’ensemble, il ne ressent pas de douleur - une amélioration notable par rapport à il y a deux semaines où une tumeur dans la cheville LUI DONNAIT LA SENSATION QUE QUELQU'UN LUI FRAPPAIT LA JAMBE AVEC UN PIC A GLACE.

Il subira une opération chirurgicale dans les prochains jours afin de retirer davantage de tissu affecté.

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

LA DANGEREUSE PUCE CEREBRALE M.M.E.A. !

Message  Admin le Lun 5 Avr 2010 - 14:33

Exclamation Voici un article supplémentaire et très important concernant les dangers des puces cérébrales. Il s'agit cette fois de la puce nommée M.M.E.A. (multiple micro electrode array)... Twisted Evil No


Traduction de http://philadelphians.50megs.com/MMEA.html


PUCES CEREBRALES


LA D.A.R.P.A. FINANCE UNE PUCE BIEN PLUS AVANCEE QUE LA "DIGITAL ANGEL" ! LA M.M.E.A. - RANGEE MULTIPLE DE MICRO-ELECTRODES - EST SI AVANCEE QU'ELLE PEUT ACCOMPLIR Apocalypse 13:16-18 !




Première partie sur 4 parties:

Sous-titre : Nous expliquons la science réelle de la MMEA dans cet article de façon à ce que vous puissiez voir comment tous les humains sur Terre peuvent être complètement contrôlés par cette puce implantable! Les émotions - la crainte, l'euphorie, la dépression -- plus le plaisir et la douleur, peuvent être contrôlés et même provoqués, par R.F. (signal de radiofréquence)! Un vaste et silencieux financement se produit, qui bientôt sera prêt pour que "le Christ" (le faux Christ, l’Antéchrist) l'emploie une fois qu'il se lèvera. Les RFID sont juste le "sommet de l'iceberg". [Pour les détails complets de la D.A.R.P.A., lisez la nouvelle 1739]
Note du traducteur : ou rendez-vous sur le site de la D.A.R.P.A. (instance militaire américaine effectuant toutes les recherches sur les développements de potentielles armes du futur) : http://www.darpa.mil/

Le nouvel ordre mondial arrive ! Êtes-vous prêt? Une fois que vous comprendrez ce qu'est vraiment ce nouvel ordre mondial, et comment il est graduellement mis en application, vous pourrez le voir progresser dans vos actualités quotidiennes!! Apprenez comment vous protéger, ainsi que ceux que vous aimez! Tenez-vous prêt pour des aperçus si effrayants que vous ne regarderez jamais plus les nouvelles de la même manière.

VOUS VOUS TENEZ A PRESENT SUR LE FIL DU RASOIR !

« Et elle - la bête - fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. » [Ap.13-17]


Pendant de nombreuses années, les chrétiens ont regardé le développement d'un dispositif implantable comme l'un des signes selon lesquels le royaume de l'Antéchrist se dessine étroitement. Quand Digital Angel a publiquement commencé à promouvoir sa puce implantable pour humains, les chrétiens du monde entier ont eu le souffle coupé d'agitation parce qu'une puce implantable était à présent sur la scène mondiale, favorisée pour tous les avantages médicaux, financiers, et personnels qu'elle pourrait fournir à son hôte humain. Lorsque Digital Angel s'est répandu publiquement sur Wall Street, et quand ils ont commencé à obtenir des commandes importantes, nous avons tous ressenti que le calendrier prophétique se déplaçait toujours plus rapidement en avant. Cependant, dans les coulisses et très tranquillement, cette organisation super secrète "anti-terroriste", la DARPA, dirigée par l'amiral John Poindexter a commencé à pomper des dollars significatifs au niveau de la recherche derrière une nouvelle puce implantable appelée MMEA, Multiple Micro Electrode Array (rangée multiple de micro-électrodes). Cette puce est tellement en avance sur le produit verichip de Digital Angel, que cela m'en a coupé le souffle. Une fois que vous comprendrez entièrement ses possibilités, vous réaliserez sa pleine signification prophétique probable, et vous vous rendrez compte que nous pourrions avoir été dirigés vers Digital Angel simplement de façon à ce que nous ne nous rendions pas compte de la MMEA.


Nous présenterons cette information en une série divisée en quatre parties, comme suit:

Partie 1 -- La Science de la MMEA et du Brain Machine Interface (BMI)

Partie 2 -- Le financement de la D.A.R.P.A.

Partie 3 -- Les possibles implications prophétiques -- Mélanger la religion avec la science, les applications spirituelles qui sont déjà en train d'être débattues

Partie 4 -- MMEA - La marque de la bête est-elle juste un autre "implant satanique" utilisé si communément dans les réunions de sorcières depuis des siècles?



DEFINITION DES TERMES


Lorsque l'on discute d'un sujet qui est à la fois complexe et mal compris par le lecteur, nous devons toujours identifier correctement les termes principaux. Il y a deux termes principaux que nous devons correctement et clairement comprendre si nous devons comprendre l'importance de cette puce implantable qui s'abat sur l'humanité en ce moment de l'histoire.


Ces deux termes sont:

* BMI - Brain Machine Interface (Interface Cerveau-Machine) : techniquement, ce terme définit le projet sur lequel les scientifiques travaillent, ou le type de matériel et de logiciel employé pour relier le cerveau ou le système nerveux à un ordinateur. Comprenez que cette puce est conçue pour fonctionner dans les nerfs et les tissus mous du corps afin de recueillir les signaux électriques du corps et/ou de transmettre les signaux électriques reçus depuis l'extérieur au corps par l'intermédiaire des nerfs! L'interface cerveau-machine est simplement le logiciel informatique qui enverra le signal à la puce; donc, le BMI est le logiciel qui interagira avec la puce, pour contrôler la puce et la personne dans laquelle cette puce est insérée!

* MMEA, Rangée Multiple de Micro-Electrodes: la rangée multiple de micro-électrodes, voici la véritable puce. Cette puce sera chirurgicalement implantée directement dans un nerf humain ou dans une zone spécifique du cerveau. La puce est à l'heure actuelle un peu plus petite qu'une dragée à la menthe Tic Tac. La puce implantée dans le professeur d'université Kevin Warwick, un pionnier, possédait 100 électrodes; chaque électrode ressemble à une petite aiguille et est capable de détecter les signaux électriques qui voyagent à travers le système nerveux et également d'envoyer des signaux électriques au système nerveux; tout ceci a été exécuté par l'intermédiaire d'un dispositif à RF (radiofréquence) relié à la MMEA.


Comme vous pouvez déjà le voir, cette puce implantable est de loin en avance sur tout ce que Applied Digital a mis sur le marché; de plus, la MMEA est des années-lumières en avance sur la technologie RFID que les détaillants comme Wal-Mart lancent de façon effrénée dans la production. Au fur et à mesure que nous dévoilons la science de cette puce, vous verrez qu'elle offre à un gouvernement mondial répressif les possibilités de contrôler des populations entières captives à l’aide d’un programme informatique sophistiqué! Vous verrez clairement comment une population entière de la Terre pourrait réellement accomplir ces vers prophétiques:

"...la terre entière suivit la bête en étonnement et en admiration." [Apocalypse 13; Bible parallèle, commentaire de la bible de King James Version/Amplifié]

"Et elle - la bête - fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom."
[Ap. 13-17]



L'enregistrement à partir du tissu biologique


"Les conditions essentielles pour qu'une rangée multiple de micro-électrodes en plein travail puisse enregistrer quelque chose à partir d’un tissu biologique incluent:

1. Un conducteur qui forme l'électrode active et les voies, par exemple de l'oxyde d'indium-étain (ITO), du nitrure de titane;

2. Une couche électrique d'isolation, par exemple du polysiloxane, du polyimide, ou du nitrure de silicone;

3. La micro-électrode doit être biocompatible, résistante à un environnement physiologique salin et à la stérilisation, et facilement maintenue dans des conditions de culture cellulaire pendant de nombreux jours ou de nombreuses semaines." [Neuronal Networks Electrophysiology Laboratory, School of Biomedical Sciences, University of Nottingham Medical School - Réseaux Neuronaux, école des sciences biomédicales, école médicale de l'université de Nottingham ]


Faites bien attention à la condition de base énumérée ci-dessus pour une MMEA: "enregistrer à partir d’un tissu biologique". Un des buts fondamentaux de la MMEA est d'intercepter et d'enregistrer les impulsions électriques du tissu biologique. Actuellement, des tests étendus sont effectués sur des sujets humains pour découvrir la fréquence électrique exacte d'une grande variété d'émotions humaines, de sentiments, et de diverses actions mécaniques. Chaque émotion et/ou sentiment différents possède une fréquence radio légèrement différente! Par conséquent, en interceptant et en enregistrant la fréquence exacte de chaque émotion et/ou sentiment de leurs sujets humains d'expérience, la fréquence exacte de chaque sentiment peut être identifiée et ensuite stockée dans le BMI -- logiciel d'interface machine-cerveau !

À un certain point dans le futur, on pourra envoyer à une personne un signal depuis un émetteur de radiofréquences qui donnera à cette personne du plaisir ou de la douleur, avec la fréquence exacte provenant du logiciel de BMI (interface cerveau-machine)! Ou, la fréquence exacte de divers ordres mécaniques que le cerveau donne sans interruption aux muscles peut être enregistrée et stockée dans le BMI (logiciel d'interface machine-cerveau); ce type de possibilités de logiciel semble avoir de grandes promesses pour des personnes souffrant de dommages neuraux qui les empêchent de marcher, par exemple. La façon dont les scientifiques projettent de réaliser ceci en théorie est très simple. Le corps d'une personne fonctionne par de petites quantités d'énergie électrique envoyées selon des modèles qui déterminent ce qu'une personne veut faire, fonctionnant comme le code binaire d'un ordinateur personnel. Le cerveau agit comme un processeur, envoyant les signaux électriques dans l'ordre approprié dans tout le système nerveux pour dire aux parties spécifiques de notre corps que faire. Ces signaux reviennent également vers nos cerveaux pour nous indiquer ce que nous ressentons, voyons, entendons et sentons.

Si nous avons un dispositif implanté dans un secteur spécifique de notre système nerveux et qui a la capacité de détecter ces modèles électriques puis de les transmettre à un ordinateur à l'aide d'un logiciel spécial pour enregistrer et analyser ces données, nous pouvons, par exemple, déterminer quels types de modèles électriques nous font bouger notre jambe vers le haut ou vers le bas. Si ces données étaient transférées à un ordinateur central pour l'analyse et le stockage, elles pourraient ensuite être transférées de nouveau au système nerveux. Ces données d'une personne peuvent même être transmises à une autre personne, ou à beaucoup d'autres personnes, leur faisant bouger leur jambe vers le haut ou vers le bas, ou leur faisant ressentir une grande variété d'émotions et de sentiments, et/ou effectuer une variété d'actions que le contrôleur veut qu'elles fassent.



Instiller des Pensées Dans le Cerveau d'une Personne


NEWS BRIEF : "Le département de la défense finance le travail machine-cerveau", mardi, 5 août 2003, PAR GARETH COOK, The Boston Globe, réimprimé dans The Post and Courrier, Chareleston.net, http://www.charleston.net/stories/080503/wor_05darpa.shtml


"Ce que la plupart des personnes ne savent pas, c'est que le département de la défense finance déjà un programme de recherche avec des implications qui donnent bien plus la chair de poule. L'entreprise de $24 millions appelée Brain Machine Interface (interface cerveau-machine) est en train de développer une technologie qui promet de lire directement les pensées d'un cerveau vivant -- et même d'instiller des pensées aussi. La recherche, dont une partie est faite au Massachusetts Institute of Technology, est déjà étonnamment avancée. Des singes dans un laboratoire peuvent contrôler le mouvement d'un bras robotique en utilisant seulement leurs pensées. Et l'année dernière, des scientifiques à New York ont annoncés qu'ils pouvaient commander les mouvements fuyants d'un rat en implantant des électrodes dans son cerveau, l'orientant autour du plancher du laboratoire comme s'il s'agissait d'un jouet, d'une voiture radio-commandée." "Il ne faut pas beaucoup d'imagination pour voir en cela les réalisations d'une histoire cyberpunk dans le genre de 'Matrix' : des puces qui imposent de fausses mémoires, des machines qui scannent afin de repérer les pensées capricieuses, des forces des sécurité gouvernementales augmentées au niveau de la connaissance qui imposent un ordre impitoyable à une population récalcitrante. C'est une chose que de proposer cela à un marché de mauvais goût afin de jouer sur le terrorisme. C'en est tout à fait une autre de placer certains des top neurologues de la nation afin de travailler au contrôle de l'esprit." Comme vous pouvez le voir, cette recherche commence à être très avancée. Cependant, nous ne devons pas perdre de vue les cerveaux qui sont à l'origine et derrière cette technologie -- le professeur Kevin Warwick -- et comment lui et son épouse conduisent actuellement une recherche très spécifique.



Une brève biographie du professeur


Le savant de pointe dans ce domaine est le professeur Kevin Warwick : "Professeur de cybernétique à l'université de Reading, au Royaume-Uni, où il effectue des recherches sur l'intelligence artificielle, le contrôle et la robotique. Kevin a édité plus de 300 papiers de recherches et son dernier livre broché, "In the Mind of Machines" ("Dans l'esprit des machines") donne un avertissement d'un futur dans lequel les machines sont plus intelligentes que les humains... En 1998, il a choqué la communauté scientifique internationale en se faisant implanter chirurgicalement un transpondeur à puce de silicone dans son bras gauche. Une série d'autres expériences d'implants a eu lieu dans lesquelles le système nerveux de Kevin a été relié à un ordinateur... La nouvelle expérience d'implant de Kevin, appelée "Projet Cyborg", a commencé en mars 2002 et fournit des résultats passionnants." [ http://www.kevinwarwick.com/ ]



Le principe du In/Out


NEWS BRIEF "Interfaces Cerveau-Machine: applications actuelles et futures ", laboratoires CHI, http://personal.bgsu.edu/~nberg/chilabs/bmi.htm


"Le but de l'interface Cerveau-Machine (BMI) est de créer des sorties depuis ou des entrées vers le cerveau qui sont additionnelles à celles qui se produisent naturellement. Il y a deux directions possibles des flux de données (des données depuis le cerveau vers des machines extérieures et des données vers le cerveau depuis des machines extérieures). En tout, cette recherche suggère que le cerveau est un organe beaucoup plus adaptable qu'on le considère communément".


Avez-vous saisi la phrase extrêmement importante? "Créer des sorties depuis ou des entrées vers le cerveau qui sont additionnelles à celles qui se produisent naturellement".


En langage de programmation, s'il y a un moyen de sortir, alors il y a un moyen de rentrer. Kevin Warwick a déjà commencé le travail selon ce principe dans des expériences avec son épouse; il n'y a rien de mystérieux ici au sujet de leur façon d'échanger des sentiments. Fondamentalement, ce qui se produit est simplement compris; les signaux électriques qui sont détectés par la MMEA chez une personne -- Kevin, par exemple, touchant son bras -- sont transférés par l'intermédiaire de la radiofréquence à partir de l'émetteur à puce vers un récepteur de radiofréquence. Ceci envoie le signal à un ordinateur éloigné pour l'analyse et le stockage. Puis, si l'ordre est donné, les données peuvent être expédiées à une autre personne -- son épouse dans l'état actuel des expériences -- qui auront la même puce MMEA avec des possibilités in/out et un lien de radiofréquence. Cette puce recevra alors l'ordre donné par le signal à radiofréquence d'envoyer les mêmes modèles de signaux électriques aux nerfs par l'intermédiaire des électrodes, ce qui devrait en théorie reproduire la même action et/ou sentiment que celui qui a été exécuté et senti à l'origine par Kevin.


En d'autres termes, si Kevin touche son bras, son épouse devrait sentir une sensation de toucher dans son bras, au même endroit et au même degré que Kevin l'a senti quand il a touché son bras. Théoriquement, Kevin pourrait toucher son bras à Londres et son épouse pourrait sentir un contact dans son bras au même endroit et au même degré, même si elle était à New York !


Maintenant, si ce dispositif permet ce type d'activité, alors les possibilités sont nombreuses, sinon infinies. Par exemple, Kevin a l'idée qu'une douleur telle que celle qui vient des maux de tête possède un signal électrique spécifique; nous pourrions manipuler le système nerveux jusqu'au point où nous ne sentirions plus les maux de tête. En changeant le courant électrique, nous pourrions également relaxer les gens ou réduire les effets du stress en enregistrant nos sentiments émotifs des jours pendant lesquels nous sommes heureux et les rejouer simplement les jours où nous nous sentons déprimés. C'est juste le commencement des possibilités qui sont débattues.


S'il existe la possibilité de manoeuvrer les sentiments et les actions mentales et physiques des gens, cet outil de la MMEA aurait beaucoup d'utilisations pratiques au niveau de la communauté médicale, par l'individu, mais surtout, par le gouvernement. Imaginez que vous ayez la capacité de diriger des médicaments vraiment nécessaires par l'intermédiaire de cette technologie vers une tumeur profondément ancrée dans le cerveau et de faire supprimer par ces médicaments un état qui était autrefois mortel. Les scientifiques à l'université du Michigan travaillent sur cette possibilité même en ce moment. Mais, nous devons également sérieusement considérer le potentiel énorme pour le contrôle serré de populations entières ! Il peut être possible d'endormir une population entière, ou de leur faire penser les mêmes choses en même temps! Pouvez-vous imaginer ce genre d'arme dans les mains des Illuminati, alors qu'ils se rapprochent de leur but de contrôler étroitement le monde entier?



L'expérience du nuage sans fil


Quel gouvernement ne voudrait pas avoir la capacité de tranquilliser une ville entière pendant une émeute, ou encore mieux garder tous ses citoyens contents ou heureux en les alimentant continuellement d'émotions pré-enregistrées ! Imaginez à quel point les forces de police pourraient s'amenuiser si nous pouvions être commandés de cette manière. Imaginez combien certains tyrans comme Adolf Hitler, Josef Staline, ou Saddam Hussein auraient été enthousiasmés s'ils avaient eu des dispositifs comme celui-ci, qui pouvaient contrôler les sentiments et les émotions de populations entières ! Notre gouvernement comprend évidemment le potentiel de contrôle sur des populations entières, comme démontré par leur récente "expérience de nuage sans fil" !


NEWS BRIEF : "Comment les gens peuvent-ils se brancher dans un 'nuage'sans fil?", Par Marsha Walton, CNN Sci-Tech, le 31 juillet 2002.


"ATHENS, en Géorgie (CNN) -- Les applications pour un "nuage" sans fil peuvent ne pas sembler évidentes au début, mais les organisateurs du projet de pointe à Athens, en Géorgie, disent qu'il y a beaucoup de manières de l'utiliser. L'université de Géorgie s'est jointe au gouvernement local pour créer WAG, le Wireless Athens Group (groupe sans fil de Athens). Ils construisent un nuage au-dessus de plusieurs blocs du centre-ville où n'importe qui possédant l’équipement adéquat peut avoir un accès gratuit à Internet. Le nuage couvre maintenant environ trois blocs d'habitations, et il s'étendra bientôt à 24 blocs d’habitation.


Marsha Walton de CNN regarde la façon dont les utilisateurs peuvent se brancher dessus :


* Sports -- l'université des étudiants de Géorgie a déjà testé avec succès certaines options... Ils ont employé la technologie sans fil pour fournir des ralentis sur des personal digital assistants (assistants personnels digitaux ou PDAs, aussi appelés ordinateurs palm) lors d'un récent match de base-ball de la ligue universitaire. Pour le fan vraiment dévoué (ou paresseux), les étudiants ont trouvé un prototype pour cette possibilité:
« Zappez » votre commande de bière et de snack directement vers un ordinateur du stand des prix réduits, entrez votre numéro de siège, et la nourriture sera fournie. Vous devez ne jamais manquer un lancement, un coup, ou une dispute avec l'arbitre.


* Musique -- Lors de n'importe quelle nuit dans cette ville universitaire, 40 groupes peuvent brûler les planches dans les bars et les cafés locaux. Pour un étudiant peu familier avec la plupart des interprètes, et peu disposé à se séparer de $3 pour la musique qu'il ou elle n'aime pas, le "nuage" sans fil pourrait fournir une chance de prélever une chanson ou deux de certains de ces groupes.


* Vente au détail -- Les gens qui sortent de la classe ou du bureau et dans la précipitation pour le déjeuner pourraient prendre un menu depuis un restaurant local, passer une commande, et même payer en ligne par l'intermédiaire de leur PDA. Avant qu'ils aient marché sur une distance de quelques blocs d'habitations en direction du café-restaurant, leur nourriture serait prête à emporter.


* Marché mondial -- un nuage sans fil en Amérique Centrale ou du Sud pourrait autoriser les personnes qui ont peu d'accès à l'infrastructure des télécommunications pour l'instant... à être capables de communiquer à un taux très bon marché".


Cependant, cette technologie possède un revers très sombre. Ce même "nuage sans fil" planant au-dessus d'une ville peut également communiquer avec, et contrôler, les puces MMEA implantées dans des personnes ! Peut-être que les transmissions de radiofréquence de ce nuage pourraient provoquer chez chaque personne dans laquelle cette puce est implantée une sensation d'euphorie, de dépression, ou n'importe quelle autre émotion en même temps, totalement selon la volonté des personnes contrôlant le logiciel de BMI (brain machine interface). Si les contrôleurs voulaient endormir la population entière, ils pourraient facilement le faire. S'ils voulaient implanter des pensées dans les esprits des gens, ils pourraient, de façon concevable, les implanter. Par conséquent, quand les écritures New Age indiquent que des pensées seront implantées dans les esprits des gens lorsque "le Christ" surgira, ceci est-il la technologie qui produira ces pensées implantées ?



Une technologie bon marché que même les nations du Tiers-monde peuvent déployer


La raison pour laquelle la transmission sans fil est si bon marché est qu'il y a très peu de matériel à installer. Tout le matériel qui est nécessaire est un lien de télécommunication vers une ville; ceci peut être fait par l'intermédiaire des satellites ou des Land Line Links (liens de ligne de terre). A partir de cela, tout ce que vous devez installer est un émetteur/récepteur de radiofréquence sur le bâtiment le plus élevé de la ville. N'importe qui possédant l'équipement approprié de radiofréquence aurait un accès constant à l'Internet. La plupart des sites éloignés dans le Tiers-monde fonctionnent tous actuellement par l'intermédiaire des relais radiofréquence et par satellite; dans la plupart de ces secteurs, les lignes téléphoniques existantes sont des lignes en provenance de l'époque du tournant du siècle. Il n'y a aucune ligne numérique à pièces de monnaie dans beaucoup de ces endroits, donc la plupart des personnes emploient la radiofréquence sous une certaine forme pour l'accès à l'Internet et les GSM pour la communication vocale; il est très peu certain qu'elles emploieront jamais encore des lignes de terre.


De cette manière, les nations du Tiers- Monde semblent plus avancées dans ce secteur particulier que les personnes des nations plus avancées. La radiofréquence devient populaire dans le monde entier, et il ne faudra pas beaucoup de temps avant que nous la voyions de plus en plus dans l'utilisation quotidienne dans le monde entier.



Les utilisations futures du numéro de sécurité sociale et du brain machine interface via radiofréquence


Avant que toute personne qui veut employer cette implantable MMEA puisse communiquer par l'intermédiaire de la radiofréquence sur Internet, chaque puce MMEA doit contenir une adresse I.P. unique, spécialement si son intention est le transfert et la réception de données. La personne programmant la puce MMEA pour un individu devrait seulement connaître le numéro de sécurité sociale de cette personne; ils pourraient alors programmer ce numéro comme adresse I.P.; ils pourraient même ajouter l'anniversaire de cette personne comme adresse de passage.


Dans les circonstances actuelles, je me suis rappelé une explication donnée par un pasteur méthodiste en 1798 et qui peut avoir un grand impact sur ce problème d'adresse I.P.


Écoutez : "En 1798, un pasteur méthodiste, Adam Clarke, a écrit: 'La marque de la bête sera un numéro à 18 chiffres, 6+6+6 '(commentaire intégral de la bible d'Adam Clarke tel qu’il est cité dans "The New Money System: When Your Money Fails" (Le nouveau système monétaire : quand votre argent échoue), par Mary Stewart, Ph.D., 1983, p. 152). De façon intéressante, ce concept est mis en application par l'union européenne, projetant de l'employer sur chaque personne dans le monde!


Écoutez : "En 1977, le Dr. Hanrick Eldeman, analyste en chef de la Communauté Economique Européenne, a annoncé qu'il était prêt de commencer à assigner un numéro à chaque personne dans le monde, et qu'il projette d'employer une unité de trois fois six-chiffres, 18 chiffres". [ Ibid. ]

L'ultime adresse I.P. personnelle -- implantée dans une puce MMEA dans chaque personne sur terre -- va-t-elle être ce numéro à 18 chiffres ? En occultisme, le nombre '18' est un "666" caché, parce que ‘6+6+6 = 18’. N'est-il pas intéressant que l'on donne actuellement à chaque citoyen américain un numéro de sécurité sociale à 9 chiffres, plus un code postal à 9 chiffres ? Les Américains ont-ils déjà reçu notre "adresse I.P. à 18 chiffres "?


Imaginez les statistiques mises à jour que le gouvernement aurait également à n'importe quelle heure donnée. Ils sauraient combien de personnes d'une certaine catégorie d'âge sont vivantes sans même devoir faire d'effort supplémentaire. Cette puce ferait de l'application de la loi "une partie de plaisir" car les officiers pourraient savoir à tout moment, de jour comme de nuit, où une personne était localisée en raison du logiciel de positionnement par radiofréquence branché à l'adresse I.P. à 18 chiffres. Le citoyen moyen considérerait que toute cette perte de vie privée est seulement un petit dérangement comparé à tous les avantages médicaux et personnels des puces du BMI.


En raison de l'éducation inférieure que les personnes ont reçu depuis la seconde guerre mondiale, le citoyen moyen ne se rendra pas compte qu'une perte de vie privée individuelle égale la perte des libertés individuelles. Puisque le coeur inhérent à l'homme est terriblement mauvais (Jérémie 17:9), les meneurs responsables des gouvernements lorsque cette technologie sera en place ne mettront pas longtemps avant de commencer à comploter sur la question de comment employer cette connaissance "seconde après seconde" des coordonnées de chaque citoyen comme un moyen par lequel les asservir. En fait, les meneurs responsables, quand cette technologie commençera à être développée, commenceront immédiatement à comploter quant à la façon dont ils peuvent manipuler leur citoyenneté, jusqu'où ils peuvent enlever leurs libertés, et employer alors cette technologie pour les maintenir asservis. Pour faire fonctionner ce plan à la perfection, les meneurs doivent parfaire leurs plans pendant que la technologie mûrit, tout en maintenant leurs citoyens ignorants quant au rôle final que cette technologie jouera en les asservissant.

On dira seulement au peuple combien cette nouvelle technologie sera "salutaire" et combien elle améliorera leur vie. Ce fait est la raison pour laquelle il est si important que la D.A.R.P.A. finance fortement ce projet de MMEA! La D.A.R.P.A. fait partie du Homeland Security, l'agence qui prend la direction dans la fomentation de la crainte de la menace terroriste mondiale qui est planifiée pour semer le chaos et la terreur, depuis lesquels le Nouvel Ordre Mondial -- le royaume de l'Antéchrist -- peut être établi. Le fait qu'ils financent la recherche sur la MMEA montre l'extrémité finale pour laquelle cette puce implantable est planifiée ! Nous couvrirons entièrement le financement de la D.A.R.P.A. dans la deuxième partie de cette série d’articles.

Nos pères fondateurs savaient que la vie privée personnelle était capitale au maintien des libertés; c'est pourquoi ils ont mis un degré d'insistance élevé sur la vie privée dans notre constitution et dans la déclaration des droits. Aujourd'hui, en utilisant la menace manufacturée du terrorisme global comme excuse, le Président Bush et le ministre de la Justice Ashcroft ont exigé, et ont reçu, l'autorité la plus dictatoriale imaginable, l'autorité qui permet au gouvernement d'emporter nos droits à la vie privée. Une fois que cette nouvelle autorité sera couplée à cette nouvelle technologie de radiofréquence en utilisant la puce MMEA, la répression absolue et efficace d'un peuple entier est très possible. En fait, c'est le plan du nouvel ordre mondial!


Êtes-vous spirituellement prêt? Votre famille l'est-elle? Protégez-vous de façon adéquate ceux que vous aimez?

C'est la raison de ce ministère, afin de vous permettre d'abord de comprendre le péril auquel vous faites face, et afin de vous aider alors à développer des stratégies pour avertir et protéger ceux que vous aimez. Une fois que vous avez été complètement entraînés, vous pouvez également employer votre connaissance comme un moyen d'ouvrir la porte de la discussion avec une personne qui n'est pas sauvée. J'ai pu l'employer de nombreuses fois, et j'ai vu des personnes venir à Jésus Christ comme résultat. Ces temps périlleux sont également un moment où nous pouvons aider beaucoup d'âmes à atteindre Jésus Christ, ce qui fait une différence éternelle.

Si vous avez accepté Jésus Christ en tant que votre Sauveur personnel, mais avez été très tiède dans votre promenade spirituelle avec Lui, vous devez Lui demander immédiatement le pardon et le renouvellement. Il vous pardonnera immédiatement, et remplira votre coeur de la joie de l'Esprit Saint. Puis, vous devez commencer une promenade quotidienne de prière et d'étude personnelle de la Bible. Si vous n'avez jamais accepté Jésus le Christ comme Sauveur, mais êtes venus à réaliser Sa réalité et l'approche de la fin de l'âge, et que vous voulez accepter Son cadeau GRATUIT de la Vie Eternelle, vous pouvez également faire cela maintenant, dans l'intimité de votre maison. Une fois que vous l'acceptez comme Sauveur, vous êtes spirituellement né à nouveau, et êtes aussi assuré d’aller au Paradis que si vous y étiez déjà. Puis, vous pouvez être assurés que le royaume de l'Antéchrist ne vous touchera pas spirituellement. Si vous vouliez devenir une personne qui est « née à nouveau », tournez-vous à présent vers notre page du salut. Nous espérons que vous avez été bénis par ce ministère, qui cherche à instruire et à avertir les gens de sorte qu'ils puissent voir la venue du nouvel ordre mondial -- le royaume de l'Antéchrist -- dans leur actualité quotidienne.

Enfin, nous aimerions avoir de vos nouvelles. Vous pouvez entrer en contact avec nous par la poste ou par e-mail. Dieu vous bénisse.

* Partie 2 (en anglais) : http://www.angelfire.com/d20/philadelphians/MMEA2.html
* Partie 3 (en anglais) : http://www.angelfire.com/d20/philadelphians/MMEA3.html
* Partie 4 (en anglais) : http://www.angelfire.com/d20/philadelphians/MMEA4.html

Admin
Admin

Messages : 2616
Date d'inscription : 02/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://levigilant.foro-argentina.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2010 : PUCES IMPLANTABLES, RFID, NANOTECHNOLOGIES, NEUROSCIENCES, N.B.I.C. ET CYBERNETIQUE

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:39


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum